Francique rhénan de Lorraine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Francique rhénan lorrain
Lottrìnger Rheinfrankisch
Image illustrative de l'article Francique rhénan de Lorraine
Situation des principaux dialectes en Moselle et en Alsace, on remarque que le francique rhénan lorrain est le dialecte germanique le plus présent sur le territoire mosellan
Pays Drapeau de la France France
Région Drapeau de la Lorraine Moselle (Moselle-Est, Canton d'Albestroff et Pays de Sarrebourg)
Drapeau de l'Alsace Alsace bossue
Typologie SVO
accentuelle
flexionnelle
Langue vernaculaire
Classification par famille
Statut officiel
Langue officielle Statut de langue régionale de France
Article premier de la Déclaration universelle des droits de l'homme (version française) : Artikel 1
Alle Mensche sìnn frei ùnn mìt derselwe Dignité ùnn deselwe Rechte gebòr. Sie sìnn begabt àn Vernùnft ùnn mìnn zùenänner ìm Gäscht vùnn Brìderlichkät handle.

Le francique rhénan de Lorraine est linguistiquement du francique rhénan et géographiquement localisé dans l'Est de la Lorraine mosellane et en Alsace bossue. C'est une des trois formes du francique lorrain.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte des principaux dialectes parlées en Moselle

Les principales villes dans lesquelles on parle le francique rhénan de Lorraine se trouvent en Moselle et sont Forbach, Sarreguemines, Saint-Avold, Creutzwald, Freyming-Merlebach, Stiring-Wendel, Farschviller, Sarrebourg, Behren-lès-Forbach, Hombourg-Haut, Petite-Rosselle, Farébersviller, L'Hôpital, Bitche, Phalsbourg, Sarralbe, Folschviller, Cocheren, Carling, Grosbliederstroff, Woustviller, Spicheren, Puttelange-aux-Lacs, Sarre-Union (en Alsace bossue), Macheren, Hambach, Schœneck, Morsbach, Dabo, Alsting, Porcelette, Théding, Réding, Rohrbach-lès-Bitche et Rouhling.

La limite orientale correspond à la ligne de crète des Vosges du Nord: c'est au-delà de cette ligne qu'on rencontre le francique méridional ou l'alémanique de l'extrême sud-est du canton mosellan de Phalsbourg (frontières d'avant 2015) et d'Alsace. Le francique rhénan de Lorraine se distingue de l'alémanique par la ligne Pund/Pfund (seconde mutation consonantique à l'initiale). Il y a peu de différences avec le francique rhénan pratiqué en Alsace bossue (Ce territoire relevait autrefois en grande partie du comté lorrain de Saarwerden et faisait partie de ce que l'on appelait la Lorraine allemande et à ce titre on peut accepter de parler du francique rhénan de Lorraine comme langue de l'Alsace bossue).

La limite occidentale correspond à peu près à la ligne de séparation des eaux entre la Nied, région du francique mosellan de Lorraine et les autres affluents directs ou indirects de la Sarre coulant en Lorraine. Le francique rhénan lorrain se distingue du francique mosellan lorrain par la ligne das/dat(mutation consonantique en finale).

La limite sud est la frontière linguistique avec les parlers lorrains romans.

Au nord il y a une continuité linguistique avec le francique rhénan de Sarre et du Palatinat. La dénomination francique rhénan lorrain s'arrête donc à la frontière politique sans que le continuum linguistique soit rompu.

Phonologie[modifier | modifier le code]

Voyelles[modifier | modifier le code]

Le système vocalique du francique rhénan de Lorraine comprend deux séries de voyelles: les voyelles non arrondies et les voyelles arrondies. Toutes ces voyelles peuvent être brèves ou longues (dans le tableau ci-dessous les longues sont notées avec un double point ":").

Les voyelles non arrondies sont toutes des voyelles antérieures et les voyelles arrondies sont toutes postérieures. Il n'y a pas de voyelles arrondies antérieures contrairement à l'allemand standard (sauf lorsque le francique lorrain est teinté d'alémanique aux abords de l'Alsace).

Les basses brèves non arrondies sont un peu décalées vers l'arrière et les longues encore davantage.

L'écriture des voyelles brèves et des voyelles longues est identique, mais après le voyelles brèves la consonne est doublée.

Dans le tableau ci-dessous les symboles de l'alphabet phonétique international sont entre crochets, l'écriture normalisée correspondante élaborée par le GERIPA est entre parenthèses. Il est possible d'écouter le son en cliquant sur ♫. La transcription des brèves et des longues est la même mais on peut les différencier par le doublement de la consonne derrière les voyelles brèves

VOYELLES antérieures centrales postérieures
non arrondies muettes arrondies
haute [i] [i:] (i) ou (ie) [u] [u:] (u)
haute inférieure [ɪ] [ɪ:] (ì) ou (ìe) [ʊ] [ʊ:] (ù)
moyenne supérieure [e] [e:] (é) ou (ee) [ə] (e) [o] [o:] (o)
moyenne inférieure [ɛ] [ɛ:] (è) ou (ä) [ɔ] [ɔ:] (ò)
basse supérieure [æ] [æ:] (æ) [ɐ] (r) ou (er)
basse [a] [a:] (a) [ɒ] [ɒ:] (à)

Les voyelles basses supérieures antérieures ne sont présentes que de façon marginale.

Diphtongues[modifier | modifier le code]

La diphtongaison est très inégalement répartie sur le territoire du francique rhénan. La partie la plus au nord possède le plus de diphtongues et la partie sud n'a été que très peu touchée par la diphtongaison. L'écriture des diphtongues est obtenue à partir des deux voyelles qui la composent.

Consonnes[modifier | modifier le code]

Dans les tableaux ci-dessous les symboles de l'alphabet phonétique international sont entre crochets, l'écriture normalisée correspondante élaborée par le GERIPA est entre parenthèses. Il est possible d'écouter le son en cliquant sur ♫.

Consonnes occlusives[modifier | modifier le code]

CONSONNES OCCLUSIVES sourdes sonores avec dévoisement (1) sonores sonores
bilabiale [p] (p) [b̥] (♫1) (b) [b] (b) [m] (m)
alvéodentale [t] (t) [d̥] (♫2) (d) [d] (d) [n] (n)
vélaire [k] (k) [ɡ̊] (♫3) (g) [g] (g) [ŋ] (ng)
fortes faibles faibles nasales

(1) Sourde à explosion sonore: l'explosion est sonore, mais le son est ensuite assourdi c’est-à-dire dévoisé. On pourra consulter à ce sujet l'article dévoisement

(♫1) La prononciation est proche d'un b se transformant en p comme dans les mots suivants où il subit l'attraction sourde de la lettre qui suit absent; webcam

(♫2) La prononciation est proche d'un d se transformant en t comme dans les mots suivants où il subit l'attraction sourde de la lettre qui suit médecin; wodka

(♫3) La prononciation est proche d'un g se transformant en k comme dans les mots suivants où il subit l'attraction sourde de la lettre qui suit big crash; big chief

Les consonnes faibles réellement sonores ne sont présentes que dans la partie ouest du francique rhénan lorrain, à l'est d'une ligne suivant approximativement le cours de la Sarre elles sont dévoisées.

Consonnes fricatives[modifier | modifier le code]

CONSONNES FRICATIVES sourdes sonores liquides vibrantes
labiodentales [ f ] ( f ) [ v ] ( v )
alvéolaires [ s ] (z) ou (s) [ z ] ( s ) [ l ] ( l ) [ r ] ( r )
postalvéolaires [ ʃ ] (sch) [ ʒ ] (jh)
dorsopalatales [ ç ] (ch) [ ʝ ] ( j )
dorsovélaires/uvulaires [ x ] (ch) [ ɣ ] (gh) [ R ] ( r )
laryngales [ h ] ( h )
spirante latérale

La prononciation de la dorsopalatale fricative [ ç ] n'est pas uniforme et diffère souvent de celle du "ich-Laut" allemand se rapprochant souvent de la prononciation du ch français intermédiaire entre le "ich-Laut" allemand et le [ ʃ ].

Grammaire[modifier | modifier le code]

Verbes et conjugaison[modifier | modifier le code]

Les verbes possèdent en général un infinitif, un impératif, un participe passé et une conjugaison au présent de l'indicatif. Les autres temps sont obtenus à l'aide d'auxiliaires qui peuvent avoir une conjugaison plus complète. Ces auxiliaires peuvent être suivis de l'infinitif ou du participe passé selon le temps à obtenir.

  • L'infinitif est formé du radical verbal suivi d'un n (géhn) ou d'un e (mache).
  • Le participe passé:
    • il est généralement formé du radical verbal précédé de ge- et suivi d'un -t
      • infinitif: mache; participe passé gemacht
      • infinitif: lèse; participe passé gelèst
    • il y a aussi des exceptions en particulier pour les verbes commençant par g ou k
      • infinitif: kùmme; participe passé kùmm
      • infinitif: géhn; participe passé gòng

Le présent de l'indicatif[modifier | modifier le code]

La conjugaison au présent de l'indicatif est la suivante (le radical verbal étant indiqué par un -  :

présent indicatif singulier pluriel
1re personne ich - , - e, - n mìr -e
2e personne de - sch ìhr - e
3e personne er, se, es - t se - e

Le présent possède aussi une forme signifiant je suis en train de ... ich bìnn òmm schaffe (je suis en train de travailler)

Le passé de l'indicatif[modifier | modifier le code]

Le passé (parfait) est conjugué à l'aide d'un des auxiliaires hònn ou sìnn suivi du participe passé. Le participe passé est généralement marqué par le préfixe ge- (gelèst) mais il y a des exceptions (kùmm).

auxiliaire hònn ou hann

présent indicatif singulier pluriel
1re personne ich hònn ou hann mìr hònn ou hann
2e personne de hasch ìhr hònn ou hann
3e personne er, se, es hatt se hònn ou hann

auxiliaire sìnn

présent indicatif singulier pluriel
1re personne ich bìnn ou sìnn mìr sìnn
2e personne de bìsch ìhr sìnn
3e personne er, se, es ìsch se sìnn

Le passé possède une autre forme exprimant l'action passée inachevée (comme l'imparfait en français):

ich war òmm schaffe (je travaillais ou j'étais en train de travailler).

Le futur de l'indicatif[modifier | modifier le code]

Le futur s'exprime de plusieurs manières car le futur par principe n'est pas encore réalisé, l'auxiliaire apporte des nuances sur la nature de l'événement futur:

  • futur certain (sans auxiliaire à l'aide du présent de l'indicatif): ich mache das (je ferai cela, certainement, c'est comme si c'était déjà en train de se faire: c'est pourquoi on utilise alors simplement le présent)

Des nuances peuvent être introduites par des auxiliaires de modalité suivis de l'infinitif:

  • futur certain avec promesse (avec l'auxiliaire dùn): ich dù das mache (je m'engage à le faire)

auxiliaire dùn

présent indicatif singulier pluriel
1re personne ich mìr dùn
2e personne de dùsch ìhr dùn
3e personne er, se, es dùd se dùn
  • futur probable (avec l'auxiliaire wèrre): ich wèr das mache (je le ferai)

auxiliaire wèrre

présent indicatif singulier pluriel
1re personne ich wèr mìr wèrre
2e personne de wèrsch ìhr wèrre
3e personne er, se, es wèrd se wèrre
  • futur proche (auxiliaire géhn): ich géh das mache (je vais le faire)

auxiliaire géhn

présent indicatif singulier pluriel
1re personne ich géh mìr géhn
2e personne de géhsch ìhr géhn
3e personne er, se, es géht se géhn
  • futur intentionnel (avec l'auxiliaire wìlle): ich wìll das mache (j'ai l'intention de le faire)

auxiliaire wìlle

présent indicatif singulier pluriel
1re personne ich wìll mìr wìlle
2e personne de wìllsch ìhr wìlle
3e personne er, se, es wìll se wìlle

Le présent du conditionnel[modifier | modifier le code]

  • Le présent du conditionnel se conjugue avec l'auxiliaire wèrre au conditionnel: ich wùdd das mache (je le ferais probablement si...) ou avec l'auxiliaire dùn au conditionnel: ich dìdd das mache (je le ferais certainement si...) suivi du verbe à l'infinitif.
  • auxiliaire wèrre
présent conditionnel singulier pluriel
1re personne ich wùdd mìr wùdde
2e personne de wùdsch ìhr wùdde
3e personne er, se, es wùdd se wùdde
  • auxiliaire dùn
présent conditionnel singulier pluriel
1re personne ich dìdd mìr dìdde
2e personne de dìdsch ìhr dìdde
3e personne er, se, es dìdd se dìdde

Le passé du conditionnel[modifier | modifier le code]

  • Le passé du conditionnel se conjugue avec l'auxiliaire hann ou l'auxiliaire sìnn au conditionnel suivi du participe passé: ich hätt das gemacht (je l'aurais fait) ou ich wär kùmm (je serais venu).
  • auxiliaire hann
présent conditionnel singulier pluriel
1re personne ich hätt mìr hätte
2e personne de hättsch ìhr hätte
3e personne er, se, es hätt se hätte
  • auxiliaire sìnn
présent conditionnel singulier pluriel
1re personne ich wär mìr wäre
2e personne de wärsch ìhr wäre
3e personne er, se, es wär se wäre

Articles noms et déclinaison[modifier | modifier le code]

Les noms se répartissent en trois genres masculin féminin et neutre. La déclinaison peut se faire avec l'article indéfini ou avec l'article défini. Le nom lui-même ne se décline pas. La marque du cas se trouve sur l'article.

Déclinaisons[modifier | modifier le code]

avec article défini masculin féminin neutre pluriel
nominatif de Mònn ou Mann die Fraa ou Frau es ou s' Kìnd die Lit
génitif em Mònn ou Mann der Fraa ou Frau em Kìnd de Lit
datif em Mònn ou Mann der Fraa ou Frau em Kìnd de Lit
accusatif de Mònn ou Mann die Fraa ou Frau es ou s' Kìnd die Lit
avec article indéfini masculin féminin neutre pluriel
nominatif e Mònn ou Mann e Fraa ou Frau e Kìnd Lit
génitif me Mònn ou Mann der Fraa ou Frau me Kìnd Lit
datif me Mònn ou Mann er Fraa ou Frau me Kìnd Lit
accusatif e Mònn ou Mann e Fraa ou Frau e Kìnd Lit

Le génitif a la même forme que le datif mais la construction est la suivante em ( ou ìm ) Mònn sinn Bùch le livre de l'homme

Prépositions[modifier | modifier le code]

Comme en allemand il existe des prépositions suivies du datif et d'autres de l'accusatif. Il y a aussi des prépositions qui peuvent être suivies du datif (locatif) ou de l'accusatif (directif). Les règles sont quasiment identiques à celles de l'allemand standard sauf pour les prépositions qui en allemand sont suivies du génitif.

  • les prépositions suivies de l'accusatif sont: dùrch (par), fer pour), gehe (contre), ohne ou ùnne' (sans), ùmm (autour de), widder (contre)
  • les prépositions suivies du datif sont: anstatt ou ònstadt (au lieu de), aus ou uss (hors de), ausserhalb ou usserhalb (à l'extérieur de), ìnnerhalb (à l'intérieur de), ìwwerhalb (au-dessus de), mìt ou met (avec, à l'aide de), nòh (vers, à), seit ou sitt ou sinder (depuis), ùnnerhalb. (au-dessous de), von ou van ou encore vun (de), währe (pendant), zù (chez)
  • les prépositions suivies de l'accusatif ou du datif selon qu'elles expriment une position (datif) ou un mouvement (accusatif) sont: àn ou òn (près de), hìnner (derrière), ìn ou en (dans), ìwwer (sur), nèwe (à côté de), ùff ou auf (sur, vers - ou dans certains contextes- à par ex: Mir gehn ùff die Grub / Nous allons à la mine), ùnner ou ìnner (sous - ou dans certains contextes - pendant, par ex: ùnner de Méss / pendant la messe), vòr (devant), zwìsche ou la forme archaïsante tische (entre), bi ou bei (chez), ("chez"( remplacedans la zone de contact avec le francique mosellan ex: kùmm bei mich pour kùmm zù mer)

Certaines prépositions se contractent avec l'article; par exemple ìm Wald remplace ìn em Wald.

Syntaxe[modifier | modifier le code]

La phrase affirmative est habituellement formée dans l'ordre par le sujet puis le verbe puis les compléments. Lorsque l'insistance porte sur un des compléments celui-ci se place avant le verbe: le sujet suit alors le verbe.

La phrase interrogative et la phrase exclamative commencent par le verbe suivi par le sujet. Lorsque l'insistance porte sur un complément la phrase interrogative ou exclamative peut aussi commencer par ce complément. Le verbe précède toujours le sujet dans ces phrases.

Le festival de la langue francique et des langues de France[modifier | modifier le code]

Il se déroule pour la 8ème fois en 2017 dans les villes de Forbach et de Sarreguemines.

Dictionnaires[modifier | modifier le code]

  • Wörterbuch der deutsch-lothringischen Mundarten (consultable en ligne sur le site de l'université de Trèves) par Michael Ferdinand Follmann 1909 Strasbourg SHAL ; réédition 1983 Sändig Reprint Verlag Liechtenstein.
  • Le Platt, Hélène Nicklaus, éditions Pierron, 2001.
  • Lexique de dialecte de la région de Sarreguemines, Marianne Haas-Heckel, éditions confluences, 2001.
  • Boussa Platt, René Baro, édité par l'auteur.
  • Dictionnaire du parler francique de Saint-Avold par Manfred Pützer-Adolphe Thil-Julien Helleringer, Éditions Serpenoise, Metz, 2001.
  • Albert Hudlett, Morphologie verbale dans les parlers du Pays de Bitche (Moselle germanophone), 1989 (ISBN 3261039930)
  • Haffner, Mìnì Mùdderspròòch, 2013 (ISBN 978-2-9545258-0-8)

Sources[modifier | modifier le code]

  • Atlas linguistique et ethnographique de la Lorraine germanophone par Marthe Philipp, A.Bothorel et G. Levieuge 1977 Éditions du CNRS.
  • Charte de la graphie harmonisée des parlers franciques de la Moselle germanophone GERIPA université de Haute Alsace sous la direction d'Albert Hudlett.
  • DTV: Atlas zur deutschen Sprache.
  • Histoire linguistique d'Alsace et de Lorraine, Paul Lévy 1929, Les Belles Lettres, Paris réédition éditions Manucius, Houilles 2004.
  • Wörterbuch der deutsch-lotringischen Mundarten, Michael Ferdinand Follmann 1909, réédition Sändig Reprints Verlag, Vaduz Liechtenstein 1986.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]