Liste des dirigeants de l'Algérie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ceci est une liste des dirigeants en Algérie depuis 215 av. J.-C..

Les Rois numides[modifier | modifier le code]

La Numidie, État berbère d'Afrique du Nord, est dirigée par plusieurs iguelliden[1] (en berbère au singulier, aguellid : roi) :

  • Rois de la Numidie des Massaessyles :
    • Roi Syphax (220 av. J.-C. à 215 av. J.-C.)
  • Rois de la Numidie orientale des Massyles :
    • Roi Zelalsen (vers 225 av. J.-C. jusqu'à vers 215 av. J.-C.)
    • Roi Gaïa (vers 215 av. J.-C. à 207 av. J.-C.)
    • Roi Ozalces (207 à 206 av. J.-C.)
    • Roi Capussa (206 à 206 av. J.-C.)
    • Roi Lacumazes (206 à 206 av. J.-C.)
    • Roi Massinissa (206 à 202 av. J.-C.), qui unifia la Numidie
  • Rois de la Numidie unifiée :
    • Roi Massinissa (202 à 148 av. J.-C.)
    • Roi Micipsa (148 à 118 av. J.-C.)
    • Roi Gulussa (148 à 145 av. J.-C.) - vice-roi, ministre de la guerre
    • Roi Mastanabal (145 à 118 av. J.-C.) - vice-roi, ministre de la justice
    • Roi Adherbal (118 à 112 av. J.-C.)
    • Roi Hiempsal I (118 à 118 av. J.-C.)
    • Roi Jugurtha (118 à 106 av. J.-C.)
    • Roi Gauda (106 à 88 av. J.-C.)
    • Roi Hiempsal II (88 à 60 av. J.-C.)
    • Roi Juba I (60 à 46 av. J.-C.)
    • Intermède de souverainté de la République romaine (46 à 30 a JC)
    • Roi Juba II (30 à 23 av. J.-C.)
    • Roi Ptolémée de Maurétanie (23 ap. J.-C. à 40 ap. J.-C.) et fin de la dynastie numide.

Période romaine[modifier | modifier le code]

La Numidie est intégrée à la province de Maurétanie césarienne ; gouvernée par un procurateur romain.

Les Rois vandales[modifier | modifier le code]

Les Vandales établissent un royaume en Afrique du Nord avec pour capitale Saldae (Béjaïa)[2] centré sur l'est littoral de l'Algérie puis incluant également la Tunisie (Carthage) :

Période byzantine et des royaumes maures.[modifier | modifier le code]

La Guerre des Vandales place l'Afrique du Nord, notamment la partie est de l'Algérie sous domination byzantine. Elle devient une partie d'un exarchat : l'exarchat de carthage. Sur la période byzantine et la déc

Du Ve au VIe siècle divers royaumes berbères se constituent repoussant les byzantins vers Carthage et entretenant des rapports plus ou moins conflictuels avec eux. D'ouest en est sur le Maghreb central on compte le royaume d'Altava, le royaume de l'Ouarsenis, le royaume du Hodna , le royaume des Aurès et le royaume des Nemenchas[3].

Roi des Aurès :

  • Thabeta (VIIe siècle)
  • Reine Dihya (683-703), fille de Thabeta, dite Kahena, reine des Aurès et des Berbères de la Numidie (Ifren, Zenetes et Aurès). Figure importante de l'histoire algérienne, lors de la résistance à la conquête arabe du Maghreb[4].

La conquête arabe et les émirs omeyyades[modifier | modifier le code]

Les califes Omeyyades délèguent le pouvoir à des émirs locaux chargé de la conquêtes et dont la capitale est Kairouan. Ce n'est qu'avec la défaite de Dihya que les émirs omeyyades basée en Ifriqiya voisine à Kairouan imposent leur pouvoir sur la Numidie désormais intégrée à une large province d'Afrique du Nord : Hassan ibn Nu'man (698-704), victorieux de la Kahena est remplacé par Moussa ibn Noçayr (704-714).

Une dynastie locale de l'ouest : les Meknassas[modifier | modifier le code]

Tribu Berbèro-Arabe ayant fondé la ville de Meknès au Maroc en 757, leurs siège était situé à Meknessa Souk Es-sept en Algérie dans la province de Aïn Tarek actuellement Wilaya de Relizane.

  • Mohammed ibn Haddj al-Akhdari 680

Dynastie Arabe Chérifienne des Banu al-Akhdari[modifier | modifier le code]

  • Sidi 'Amr Ibn Muhammad al-Akhdari, de 650 à 1680

Révolte kharidjite berbère des Ifrenides[modifier | modifier le code]

(743 à 776) - L'Afrique du Nord s'enflamme sous la direction d'une révolte berbère dirigée particulièrement par Abou Qurra des Banou Ifren contre l'impôt et le rite des Omeyyades. Une armée berbère impose la défaite à deux armées arabes omeyyades (à Chlef, à Tlemcen et dans le Constantinois) venues d'Espagne et de Damas. L'armée berbère se met en marche pour réformer le monde islamique au Maghreb. Une division au sein de l'armée incite Abou Qurra à se retirer rapidement de cette coalition et rentre à Tlemcen. Il invite Idris à séjourner à Tlemcen. Les Berbères d'Algérie acceptent l'alliance d'Idris[5]. Deux entités indépendantes émergent de la révolte dans le Maghreb central: le royaume sufrite centré sur Tlemcen et le royaume rostémide centré sur Tahert. Les Rostémides finissent par conquérir leur voisin en 789.

Dynastie Arabe Chérifienne des Sulaymanides[modifier | modifier le code]

Les Sulaymanides dont le sultanat était étendu sur toute l'Algérie occidental avait pour capital Tlemcen, Tahert et Tanas

Royaume sufrite de Tlemcen[modifier | modifier le code]

Royaume zianide de Tlemcen[modifier | modifier le code]

Émirs Rostemides[modifier | modifier le code]

Les Rostémides dont l’État est centré sur Tahert (Tiaret) forment un premier royaume indépendant de la période islamique dirigé par une dynastie d'émirs ibadites :

  • Abderahmane Ibn Roustoum (776 à 784)
  • Abdelwahab Ibn Abderahman (784 à 832)
  • Aflah ibn abdelwahab (832 à 871)
  • Abou Bakr Ibn Aflah (871 à 871)
  • Mohamed Abou Yaqzan (871 à 894)
  • Youssef Abou Hatem (894 à 897)
  • Yaakoub Ibn Aflah (897 à 901)
  • Youssef Abou Hatem - encore - (901 à 906)
  • Yakzan Ibn Mohamed (906 à 909)

Les tribus berbères des Kutama (centrées sur la petite Kabylie) entrent en dissidence vis à vis du pouvoir rostémide et fondent un noyau de pouvoir indépendant autour de Achir. Ils sont également en conflit avec les Aghlabides de Kairouan et accueillent le prédicateur chiite le dâ`i ismaélien Abu Abd Allah ach-Chi'i. C'est le début de l'épopée fatimide, qui portera au pouvoir une nouvelle dynastie califale.

La dynastie des Fatimides[modifier | modifier le code]

La dynastie des Zirides, un tournant majeur[modifier | modifier le code]

Les Fatimides s'implantent au Caire ; ils délèguent donc tout l'Afrique du Nord aux émirs berbères zirides qui la gouvernent en reconnaissant dans un premier temps leur califat. Dans les fait les zirides gouvernent de façon tout à fait indépendante, battent leur monnaie et constituent la première dynastie d'origine purement berbère à diriger le Maghreb depuis la conquête islamique. Ils ouvrent la voie à une période où le pouvoir est au mains de dynasties berbères et islamiques dans l'histoire du Maghreb (Almoravides, Almohades, Zianides, Hafsides, Merinides). En outre ils fondent plusieurs villes importantes du Maghreb central dont leur capitale Achir, et Alger (Al jazai'r) (à partir de l'ancien port d'Ikosim) ; une de leurs branches en Andalousie fonde l'actuelle Grenade et sa taïfa.

Vers la fin du Xe siècle les Zirides contrôlent un territoire allant de l'Atlantique à Tripoli ; cependant les révoltes des Zenètes fidèles au calife de Cordoue vont rapidement leur faire perdre leur possession de l'ouest du Maghreb. Les Zenetes comme les Aït Ifren, et les Maghraoua de l'ouest algérien vont reformer divers entités politiques indépendantes autour de Tlemcen en se détachant des Zirides sanhadjas.

Principautés zénètes[modifier | modifier le code]

La Dynastie des Ifrenides (Banou Ifren)[modifier | modifier le code]

La Dynastie des Maghraouides[modifier | modifier le code]

Elle a été vassale des Omeyyades, puis indépendante.

La Dynastie des Hammadides[modifier | modifier le code]

Les Hammadides sont une branche des Zirides qui fait scission pour régner sur le Maghreb central en faisant de la Qal'a puis de Béjaïa leur capitale et une ville de premier plan en Méditerranée, sur le plan culturel, économique et scientifique.

Les Hammadides, dernier représentants zirides au Maghreb central, vont finir par être conquis par les Almohades qui délèguent le pouvoir à un gouverneur siégeant à Béjaïa

La Dynastie des Hafsides[modifier | modifier le code]

La Dynastie des Zyanides[modifier | modifier le code]

  • Yghomracen Ibn Zyan (1236 à 1283) - Fonde la dynastie dont la capitale est Tlemcen. Cette dynastie est également appelée Abdalwadide.
  • Othmane Ibn Yghomracen (1283 à 1304)
  • Abou Zeyane Mohamed Ier Ibn Othmane (1304 à 1308)
  • Abou Hammou Moussa II (1353 à 1389) - Prend Alger.
  • Abou Zeyane (1389 à 1389)
  • Abou El Hadjadj Youssef (1389 à 1393)
  • Abou Zeyane (1393 à 1399)
  • Abou Mohamed (1399 à 1401)
  • Abou Abdallah El Tensi (1401 à 1410)
  • Moulay Said Ibn Abou Hammou (1410 à 1411)
  • Abou Malek (1411 à 1425)
  • Abou Fares (1425 à 1425)
  • Abou El Abas Ahmed (1425 à 1425)
  • Moulay Mohamed (1425 à 1435)
  • Moulay Abdallah (1435 à 1437)
  • Abou Zeyane (1437 à 1438)
  • El Moutawakel (1438 à 1475)
  • Mohamed (1438 à 1460)
  • Abou Zakaria (1460 à 1488)
  • Abou Abdallah Mohamed (1488 à 1505)
  • Abou Abdallah Mohamed II (1505 à 1512) - il traite avec les espagnols qui contrôle déjà Alger, Oran, Béjaïa, Mers el Kébir et Ténès. Les Algériens font appel aux Ottomans pour venir les aider.

Les Seigneurs du Royaume de Koukou - Belkadi[modifier | modifier le code]

  • Sidi Ahmed oulKadi fut le fondateur de la dynastie des Seigneurs de Koukou et Roi d'Alger de 1520 à 1527
  • Si Mohamed ben elKadi (frère du précédent) (1529-1573) Roi de Koukou
  • Si Ahmed ben Ahmed (Neveu) (1573-1583)
  • Si Mohamed Ben Ahmed (vers 1584)
  • Si Amar oulkadi (vers 1598) (Omar, fils de Omar, fils de Ahmed, fils de Mohammed, fils de Ahmed belKadi)
  • Sidi Hend Belkadi (dit Ahmed Tounsi)(1633-1697)
  • Si Ali BelKadi (1697)

Les Seigneurs du Royaume des Béni Abbès - Biban et de la Medjena - Mokrani[6][modifier | modifier le code]

la Qalaa des Beni Hammad et des Beni Abbas

  • Emir Abderahman mort en 1500
  • Ahmed 1er sultan de la QALAA des Beni Abbas (1500 - 1510)
  • Sultan Abdelaziz ( - 1559), il épousa la fille du chef des Koukous (Belkadi), assassiné par Hassan Pacha.
  • Sultan Ahmed Amokran ( - 1596) donnera son patronyme a la dynastie, assassiné par Chaban Pacha.
  • Sultan Fadel mort en 1553 tué par Salah Raïs
  • Sultan Sidi Nacer El Mokrani ( - 1600)
  • Sidi Betka El Mokrani ( - 1680) Cheikh de la Medjena
  • Abdallah Caïd du Hodna (1737 - 1755)
  • Aziz Caïd Ouled Maddi ( - 1740)
  • Bouzid El Mokrani ( - 1731) Cheikh de la Medjena
  • Abdallah ben Bouzid ( - 1830) Cheikh de la Medjena
  • Ahmed ben Abdallah Caïd des Ayad
  • Mohamed ben Abdallah Caïd des Ayad
  • Mhamed ben Abdallah Caïd des Tayra
  • Ahmed ben Mhamed Caïd des Tayra
  • El Hadj Mohamed ben Abdesslam ( - 1847) Caïd d'Aïn Taghrout
  • Messaoud des Abdesslam (1848 - ) Caïd d'Aïn Taghrout
  • Mohamed des Abdesslam (1855 - 1871) Caïd d'Aïn Taghrout
  • Ahmed Bey de Constantine
  • ILLES ben bouzid ben henni Ben illes ( Jusqu'à Septembre 1871) Caïd de Ouled Nabet / SETIF.
  • Ahmed El Mokrani ( - 1853) Khalif du Hodna et de la Medjena
  • Ali Bouzid ( - 1861) Caïd des Beni Abbas.
  • Boumezrag (1861 -1871) Caïd Ouenougha
  • Mohamed El Mokrani, Bachagha
  • Ben Abdallah (1861 - 1871) Caïd des Meguedemes
  • Daoud ben Abderrahman Caïd Hodna
  • Hadj Dahman ben Abderrahman Caïd Dreate
  • Cherif ben Abderrahman Caïd Dreate
  • Said ben Boudaoud (1871 - ) Caïd du Hodna

Sultanat de Touggourt - Dynastie Berbère des Béni-Djellab[modifier | modifier le code]

  • Sidi Suleyman al-Djellabi de 1414 à 1881

Émirat d'abd el-Qadr[modifier | modifier le code]

Les Seigneurs Touaregs du Kel Ahaggar[modifier | modifier le code]

Liste des Amenokals

Régence d'Alger[modifier | modifier le code]

  • Emir Salim at-Toumi : (1505-1515) (membre de la tribu arabe des Tha'alibi)
  • Arudj Barberousse: (1515-1518)
  • Khayr ad-Din Barberousse: (1518-1520)
  • Ahmed Ben El-Cadi: (1520-1527)
  • Kheirdine Barbarossa: (1527-1533)
  • Hassan Agha: (1533-1545)
  • Hassan Pacha Ibn Kheirdine: (1545-1551)
  • Salah Rais: (1551-1556)
  • Mohamed Takarli (Kourdougli): (1556-1556)
  • Caid Youssef: (1556-1556)
  • Yahia Pacha: (1556-1556)
  • Hassan Pacha Ibn Kheirdine: (1556-1561)
  • Ahmed Pacha: (1561-1561)
  • Hassan Pacha Ibn Kheirdine: (1561-1567)
  • Mohamed Ibn Salah Rais: (1567-1568)
  • El Euldj Ali: (1568-1571)
  • Arab Ahmed: (1571-1573)
  • Caid Ramdan: (1573-1577)
  • Hassan Veneziano: (1577-1580)
  • Djaffar Pacha: (1580-1582)
  • Caid Ramdan: (1582-1582)
  • Hassan Veneziano: (1582-1587)
  • Dely Ahmed: (1587-1589)
  • Khider: (1589-1591)
  • Chaabane: (1591-1595)
  • Khider: (1595-1596)
  • Mustapha: (1596-1599)
  • Deli Hassan Boukricha: (1599-1600)
  • Suleymane: (1600-1604)
  • Khider: (1604-1605)
  • Mustapha El Koussa: (1605-1607)
  • Redouane: (1607-1610)
  • Mustapha El Koussa: (1610-1611)
  • Mustapha: (1611-1614)
  • Hocine: (1614-1616)
  • Mustapha: (1616-1617)
  • Suleymane Pacha: (1617-1618)
  • Hocine Pacha: (1618-1619)
  • Sidi Saref Hadji: (1619-1621)
  • Hocine Pacha, gouverneur de Sousse: (1621-1623)
  • Mourad Pacha El Aama: (1623-1624)
  • Ibrahim Pacha: (1624-1624)
  • Sidi Saref Hadji: (1624-1626)
  • Hocine Pacha: (1626-1630)
  • Younes Pacha: (1630-1632)
  • Hocine Pacha: (1632-1634)
  • Youssef Pacha: (1634-1637)
  • Ali Pacha: (1637-1639)
  • Cheikh Hocine: (1639-1640)
  • Abou Jamal Youssef: (1640-1642)
  • Mohamed Boursali: (1642-1645)
  • Ali Betchine: (1645-1645)
  • Mohamed Boursali: (1645-1647)
  • Abou Jamal Youssef: (1647-1647)
  • Othmane: (1647-1651)
  • Mohamed: (1651-1653)
  • Tobal: (1653-1655)
  • El Hadj Ahmed: (1655-1656)
  • Ibrahim: (1656-1656)
  • El Hadj Ahmed: (1656-1657)
  • Ismail Ibn Ibrahim: (1657-1659)
  • Khelil: (1659-1660)
  • Ramdan: (1660-1661)
  • Chaabane: (1661-1665)
  • Ali: (1665-1671)
  • Hadj Mohamed: (1671-1681)
  • Karabaghli Hassen dit Baba Hassen: (1681-1683)
  • El Hadj Hussein Pach el Dey anciennement Mezzo Morto: (1683-1688)
  • Ibrahim Khodja: (1688-1688)
  • Hadj Chaabane Bey: (1688-1695)
  • El Hadj Ahmed: (1695-1698)
  • Baba Hassen: (1698-1700)
  • Hadj Mustapha: (1700-1705)
  • Hassen Khodja: (1705-1707)
  • Mohamed Baktache: (1707-1710)
  • Dely Brahim: (1710-1710)
  • Ali Chaouch: (1710-1718)
  • Mohamed Ben Hassan: (1718-1724)
  • Kourd Abdi: (1724-1732)
  • Baba Ibrahim: (1732 - 20 octobre 1745)
  • Ibrahim Koutchouk: (20 octobre 1745 - 3 dévrier 1748)
  • Mohamed Ben Bekir: (17 février 1748 - 11 décembre 1754)
  • Baba Ali Bou Sbaa: (1754-1766)
  • Mohamed Ben Osmane Khodja: (1766-1791)
  • Karabaghli Hassan dit Dey Hassan: (1791-1798)
  • Dey Mustapha: (1798-1805)
  • Ahmed Khodja Bey: (1805-1808)
  • Hadj Ali: (1808-1809)
  • Hadj Ali: (1809 - mars 1815)
  • Mohamed El-Khaznadji (mars 1815 - 11 avril 1815)
  • Omar Agha: (11 avril 1815 - 8 septembre 1817)
  • Ali Ben Ahmed: (8 septembre 1817 - 28 février 1818)
  • Hussein Dey: (28 février 1818 - 5 juillet 1830)

Colonisation française[modifier | modifier le code]

Voir aussi : Liste des gouverneurs d'Algérie

République algérienne[modifier | modifier le code]

Voir aussi : Liste des chefs d'État de l'Algérie

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joël Thomas et Équipe pour la recherche sur l'imaginaire de la latinité, Les imaginaires des Latins: actes du colloque international de Perpignan : (12-13-14 novembre 1991), Presses universitaires de Perpignan, (lire en ligne)
  2. Mokhtar Kheladi, Urbanisme et systèmes sociaux: la planification urbaine en Algérie, Office des publications universitaires, (lire en ligne)
  3. Gilbert Meynier, L'Algérie des origines: De la préhistoire à l'avènement de l'islam, Editions La Découverte, (lire en ligne)
  4. Mahfoud Kaddache, L'Algérie médiévale, Entreprise Nationale du Livre, (lire en ligne)
  5. Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères
  6. Louis Rinn, Histoire de l'Insurrection de 1871 en Algérie