Ligne verticale (diacritique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La ligne verticle en chef, aussi appelée ou ligne verticale suscrite ou crête[1], ‹ ◌̍ ›, est un diacritique de l’alphabet latin. Il se présente comme une courte ligne verticale au-dessous d’une lettre. Il modifie la valeur du son représenté par la lettre. Il n’est pas à confondre avec le point suscrit auquel il ressemble.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Orthographe standardisée des langues du Congo-Kinshasa[modifier | modifier le code]

L’orthographe standardisée congolaise de 1974 définit l’usage de la ligne verticale en chef comme indiquant le ton moyen dans les langues où celui-ci n’est pas le ton le plus fréquent et où son indication permet de réduire les ambigüités.

Pe̍h-ōe-jī[modifier | modifier le code]

La ligne verticale en chef est utilisée pour indiquer un ton dans la transcription des langues chinoises en caractères latins Pe̍h-ōe-jī.

Système de romanisation taïwanais[modifier | modifier le code]

Le Système de romanisation taïwanais, dérivé du Pe̍h-ōe-jī, utilise aussi la ligne verticale en chef pour indiquer un ton.

Représentation informatique[modifier | modifier le code]

La ligne verticale est codé dans le codage Unicode à l’aide du caractère (U+030D, ◌̍) combinable avec une lettre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marcel Diki-Kidiri, Le sango s’écrit aussi... : esquisse linguistique du sango, langue nationale de l’Empire centrafricain, Paris, Société d’études linguistiques et anthropologiques de France, coll. « Langues et civilisations à tradition orale », (présentation en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]