Growl (musique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Growl.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article n’est pas rédigé dans un style encyclopédique (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Vous pouvez améliorer sa rédaction !

image illustrant le jazz
Cet article est une ébauche concernant le jazz.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Le growl est en jazz un procédé vocal et sonore qui exprime un grognement comme la voix de Louis Armstrong ou le gloussement des oies. On le fait en utilisant la technique du soufflé-chanté (moduler sa voix en contractant les muscles de la gorge en même temps que l'on souffle dans son instrument).

Ce procédé est déjà connu depuis le XVIIIe siècle. Le compositeur et clarinettiste Michel Yost demande dans l'un de ses duos (12 duos de petits airs variés, N° 3)[1] que l'un des clarinettistes joue une note en même temps qu'il en chante une autre.
Le raclement ou le gargarisme n'existe pas.
Seul le soufflé-chanté permettant ainsi le détaché et le frappé des notes libres existe.
Il n'empêche en rien les autres effets de souffle comme le glissando.

Il ne faut pas le confondre avec le flatterzunge (abrégé « flat » sur les partitions) qui est le son résultant d'un martèlement de la langue entre les dents et le palais (comme lorsqu'on roule les r) pendant le jeu, ou encore le double-son, utilisé dans la musique contemporaine, pour lequel l'instrumentiste chante une note en voix de gorge tout en continuant à en jouer une autre.

Utilisé par les cuivres, tous les pistons et les bois comme la clarinette et le saxophone. Quelques illustres exemples dans le Jazz : Bubber Miley, Cootie Williams, Hot Lips Page, Ben Webster, Joe Nanton.

Fait unique dans l'histoire du Jazz, dans Ring dem bells avec Lionel Hampton[2], Cootie Williams joue un contre mi bémol en growl.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Michel Yost interprété par Emmanuel Boulanger »
  2. Lionel Hampton vol.1 1937-1938 The chronological Classics 524