Les Rotours

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rotours.
Les Rotours
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Argentan
Canton Athis-de-l'Orne
Intercommunalité Le Val d'Orne
Maire délégué Laurence Chauvin
2014-2020
Code postal 61210
Code commune 61354
Démographie
Gentilé Routoirien
Population 117 hab. (2013)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 47′ 01″ nord, 0° 15′ 37″ ouest
Altitude Min. 121 m – Max. 231 m
Superficie 5,06 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Putanges-le-Lac
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 15.svg
Les Rotours

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 15.svg
Les Rotours

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Les Rotours

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Les Rotours

Les Rotours est une ancienne commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Putanges-le-Lac.

Elle est peuplée de 117 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes des Rotours[1]
(comm. nouv. de Putanges-le-Lac)
Rabodanges
(comm. nouv. de Putanges-le-Lac)
Bazoches-au-Houlme, Champcerie Champcerie
Rabodanges
(comm. nouv. de Putanges-le-Lac)
des Rotours[1]  (comm. nouv. de Putanges-le-Lac) Putanges-Pont-Écrepin
(comm. nouv. de Putanges-le-Lac)
Sainte-Croix-sur-Orne (comm. nouv. de Putanges-le-Lac),
Saint-Aubert-sur-Orne (comm. nouv. de Putanges-le-Lac)
Sainte-Croix-sur-Orne
(comm. nouv. de Putanges-le-Lac)
Putanges-Pont-Écrepin
(comm. nouv. de Putanges-le-Lac)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les Rotours était un lieu où l’on rouissait les plantes, de l’anglo-saxon rotan, rotian, du scandinave rotna et de l’ancien haut-allemand rozjan (pourrir)[réf. nécessaire]. Le rouissage se pratiquait par macération pour faire se désagréger les matières dont on voulait se débarrasser et qui agglutinaient certaines fibres textiles comme le chanvre ou le lin.

Le gentilé est Routoirien.

Histoire[modifier | modifier le code]

Autrefois, la commune des Rotours était composée de deux fiefs :

  • « Notre-Dame-des-Rotours », étant un quart de haubert et relevant du Roi, s’étendant sur Pontecrespin et les paroisses environnantes et consistant en manoir seigneurial, domaine fieffé et non-fieffé, moulin à blé, communes, droit de colombier, garenne et tous droits seigneuriaux à fiefs nobles appartenant. Le patronage de l’église fut aumôné au XIIIe siècle aux abbés et religieux de Saint-André de Gouffern. Ce fief appartenait à une famille chevaleresque qui en porta dès lors le nom « des Rotours ».
  • Un fief relevant de la seigneurie de la Carneille.

La famille des Rotours se divisa en plusieurs branches et essaima aux alentours des Rotours où elle posséda diverses terres et seigneuries : Pointel, Fumeçon (aujourd'hui sur le territoire de Champcerie), Le Sacq (Ménil-Gondouin) et Méguillaume (Chênedouit). Celles-ci furent confisquées en 1418 par le roi Henri V d'Angleterre. La famille des Rotours ne les récupéra qu’en 1450.

Le 3 novembre 1684, la terre et seigneurie des Rotours fut vendue, avec son vieux château, par les héritiers de François des Rotours au marquis de Vassy-la-Forêt. Elle fut revendue en 1700 à M. Foucault puis en 1701 à Nicolas d’Ozenne qui fit construire le château actuel. Le 7 septembre 1747, la seigneurie et le nouveau château des Rotours furent acquis par Noël François Angot, seigneur du Coisel, ancêtre des Angot des Rotours et des Pichot de La Marandais, actuels propriétaires du château.

Le , Les Rotours intègre avec huit autres communes la commune de Putanges-le-Lac[2] créée sous le régime juridique des communes nouvelles instauré par la loi no 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales. Les communes de Chênedouit, La Forêt-Auvray, La Fresnaye-au-Sauvage, Ménil-Jean, Putanges-Pont-Écrepin, Rabodanges, Les Rotours, Saint-Aubert-sur-Orne et Sainte-Croix-sur-Orne deviennent des communes déléguées et Putanges-Pont-Écrepin est le chef-lieu de la commune nouvelle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
         
Les données manquantes sont à compléter.
    des Rotours    
    des Rotours    
    des Rotours    
Les données manquantes sont à compléter.
         
mars 1989 mars 2001 Hubert de la Marandais    
mars 2001[3] décembre 2015 Laurence Chauvin[4] SE Secrétaire aide comptable
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal était composé de onze membres dont le maire et deux adjoints[4]. Ces conseillers intègrent au complet le conseil municipal de Putanges-le-Lac le jusqu'en 2020 et Laurence Chauvin devient maire délégué.

Économie[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 117 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2007, 2012, 2017, etc. pour Les Rotours[5]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2]. Les Rotours a compté jusqu'à 330 habitants en 1846.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
261 246 247 271 269 329 330 312 304
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
262 244 214 199 182 177 163 155 159
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
158 135 138 144 124 132 138 144 155
1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2013 -
120 91 92 88 92 90 106 117 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

  • Le Motonautique-club de Basse-Normandie [10].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Famille des Rotours[modifier | modifier le code]

  • Guillaume des Rotours, né vers 1160, chevalier normand, aurait pris part à la troisième Croisade en 1191 où il aurait été témoin d’une charte passée à Jaffa par Guillaume de Ducto au bénéfice de Nicolas de Vivers.
  • Jean des Rotours, né vers 1340, seigneur des Rotours et de Pointel, donna, par acte passé en 1364, le local du presbytère des Rotours (aujourd'hui la Rotourelle) . En novembre 1377, il reçut aveu de Jean Couillard pour deux acres et demi de prés. Il épousa Alix de Monceaux, dame du Bourg-Saint-Léonard, fille de Robert de Monceaux, écuyer, seigneur de Lonlay-le-Tesson. Par acte du 20 février 1378, Jean et son épouse donnèrent en bail à fief à Colin du Barquet, écuyer, et à sa femme, Guillemette, divers héritages situés au Bourg-Saint-Léonard et dans la forêt de Gouffern.
  • François des Rotours, seigneur des Moulins et des Rotours, sieur de Sainte-Honorine, baptisé aux Rotours le 2 décembre 1607, y décéda le 3 septembre 1684. Il servit le roi en qualité de volontaire dans la cavalerie pendant les campagnes de 1630, 1635 et 1636 sous les ordres de messieurs de Vendôme, de Thianges et de La Lande-Héron. Il clama, en 1646, à droit féodal, la terre du Chêné vendue à Julien d’Oilliamson par René des Rotours. Il clama, de même, le 17 septembre 1658, des héritages situés dans la paroisse des Rotours et qui avaient été vendus par André des Rotours, seigneur de Sainte-Croix. Il rendit aveu, le 29 août 1664, à la châtellenie de La Carneille d’un fief qu’il avait acquis en 1646. Il fut maintenu noble à l'intendance d'Alençon par M. de Marle le 1er juillet 1667. Il fit aveu au roi pour le fief de Notre-Dame des Rotours, le 17 août 1667. Après sa mort, la seigneurie des Rotours fut vendue, le 3 novembre 1684, au marquis de Vassy-la-Forêt.
  • Guillaume des Rotours (1888-1970), homme politique.
  • Robert des Rotours (1891-1980), sinologue.

Famille Angot des Rotours[modifier | modifier le code]

Blason fam fr Angot de Rotours.svg

Autres personnalités[modifier | modifier le code]

  • Famille Pichot de La Marandais.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2013.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  2. « Recueil des actes administratifs du ________________ », sur le site de la préfecture de l'Orne (consulté le 4 décembre 2015).
  3. « Laurence Chauvin est partante pour un 3e mandat », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 3 octobre 2016)
  4. a et b Réélection 2014 : « Les Rotours (61210) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 18 mai 2014)
  5. Date du prochain recensement à Les Rotours, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .
  8. « Statue : Vierge à l'Enfant », notice no PM61000895, base Palissy, ministère français de la Culture.
  9. « Piédestal avec statuettes : Saintes Femmes, Saint Pierre, Saint Paul », notice no PM61000569, base Palissy, ministère français de la Culture.
  10. « Site MCBN » (consulté le 3 décembre 2016).