Saint-Aubert-sur-Orne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aubert.
Saint-Aubert-sur-Orne
L'église Saint-Aubert.
L'église Saint-Aubert.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Argentan
Canton Athis-de-l'Orne
Intercommunalité Le Val d'Orne
Maire délégué Annick Macé
Code postal 61210
Code commune 61364
Démographie
Population 108 hab. (2014)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 47′ 24″ nord, 0° 19′ 48″ ouest
Altitude Min. 70 m
Max. 261 m
Superficie 9,69 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Putanges-le-Lac
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 15.svg
Saint-Aubert-sur-Orne

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 15.svg
Saint-Aubert-sur-Orne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Saint-Aubert-sur-Orne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Saint-Aubert-sur-Orne

Saint-Aubert-sur-Orne est une ancienne commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Putanges-le-Lac[1].

Elle est peuplée de 108 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans la Suisse normande, à la limite du pays d'Houlme, dans le Bocage normand.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Toponyme cité en 1031 : Sanctus Adalbertus.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 996,saint Guillaume de Volpiano, moine puis abbé de Saint-Bénigne de Dijon (puis de la Trinité de Fécamp), demande au duc Richard Ier de Normandie de donner l'église de Saint-Aubert (et ses revenus) à l'abbaye bourguignonne. Mais, peu de temps après, il faut l'intervention de Richard III (duc de Normandie de 1003 à 1026) pour reprendre "des mains d'Atto le Fou, pour le prix de cent livres, les églises de Saint-Aubert-sur-Orne et de Longchamp ; il les restitue à Saint-Bénigne en s'en constituant l'avoué". Cette dernière abbaye l'échangera ensuite avec l'abbaye Saint-Étienne de Caen. La cure de Saint-Aubert était « à la présentation » de l'abbaye Saint-Étienne de Caen (ie : c'est l'abbé de Saint-Étienne qui proposait le nom du futur curé à l'évêque de Bayeux chargé de sa nomination)[2].

En 1698 — dans le "Mémoire" sur l'état de la généralité d'Alençon établi par l'Intendant : M. de Pommereuil — à propos de l'exercice de la justice, il est précisé : « Outre les juridictions royales, il y en a de seigneuriales […] la juridiction de Saint-Aubert (est dévolue) aux religieux de Caen… ». De 1731 à 1759, le curé de Saint Aubert sur Orne est messire Philippe Delaunay.

Avant la Révolution de 1789, une haute justice se tenait à Saint-Aubert (près de la vieille église et du gué sur l'Orne). En 1789, en prévision des États généraux convoqués par le roi Louis XVI au château de Versailles, la paroisse de Saint-Aubert (dans le bailliage de Falaise) désigne deux députés du tiers état : Louvet et Désange, pour siéger à l'Assemblée provinciale des trois ordres (Société d'Ancien Régime) de Normandie, le 16 mars 1789 à Rouen.

Au siècle dernier, les habitants étaient surnommés les « usuriers de Saint-Aubert » (compliment ou sobriquet critique signifiant mauvais prêteur ? ).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1979 mars 2008 Claude Jumeline SE Agriculteur
mars 2008 en cours Annick Macé[3] SE Agricultrice
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 108 habitants, en diminution de -7,69 % par rapport à 2009 (Orne : -1,55 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
667 602 683 741 588 572 545 561 525
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
517 512 517 430 397 372 330 323 308
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
304 306 255 258 244 235 205 157 170
1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014 -
150 130 124 126 126 116 112 108 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Aubert.
  • L'ancienne église ruinée (nef romane et chœur flamboyant simple) au bord de l'Orne seul reste avec un puits de l'ancien village du Vieux Saint-Aubert qui fait l'objet d'une inscription au titre des Monuments historiques depuis le 14 septembre 1992[8]..

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  • Altitudes, coordonnées, superficie : IGN[9].
  1. « recueil des actes administratifs de l'Orne » (consulté le 4 décembre 2015)
  2. Jean-Michel Bouvris, Aux origines du prieuré de Baupte (Manche), quatre actes inédits du XIe siècle dont 2 actes du duc Robert de Court-Heuse, extraits du Cartulaire perdu de l'Abbaye Saint-Etienne de Caen, dans Annale de Normandie, 1982, vol32, n°32-4, p.332-334.
  3. Réélection 2014 : « Saint-Aubert-sur-Orne (61210) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 18 mai 2014)
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. « Ancien village du Vieux-Saint-Aubert », notice no PA00111001, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  9. « Saint-Aubert-sur-Orne sur le site de l'Institut géographique national » (archive Wikiwix)
  • Célestin Hippeau, L'Abbaye de Saint Étienne de Caen, 1855 (passage consacré à Saint-Aubert-sur-Orne accessible via internet)
  • Y.Blutel, "La baronnie de Saint-Aubert-sur-Orne", dans la revue "Le Pays Bas-Normand", 1975 (N° 1)
  • "Plan-terrier de Saint-Aubert-sur-Orne", pour l'Abbaye Saint-Etienne de Caen, 1781 (2,18m x 2,59m, couleur), dans "Enquêtes rurales" N° 4 à 8, aux "Presses Universitaires de Caen", 1998.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :