Ménil-Hermei

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ménil-Hermei
Ménil-Hermei
Le lavoir de la Viéville.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Argentan
Intercommunalité Communauté de communes du Val d'Orne
Maire
Mandat
Christophe Louis
2014-2020
Code postal 61210
Code commune 61267
Démographie
Population
municipale
203 hab. (2017 en diminution de 3,79 % par rapport à 2012)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 49′ 35″ nord, 0° 19′ 34″ ouest
Altitude Min. 63 m
Max. 216 m
Superficie 6,61 km2
Élections
Départementales Canton d'Athis-de-l'Orne
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Ménil-Hermei
Géolocalisation sur la carte : Orne
Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Ménil-Hermei
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ménil-Hermei
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ménil-Hermei

Ménil-Hermei est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, peuplée de 203 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est aux confins de la Suisse normande, de la campagne de Falaise et du pays d'Houlme. Son bourg est à 11 km au nord-ouest de Putanges-Pont-Écrepin, à 13 km au sud-ouest de Falaise, à 22 km à l'est de Condé-sur-Noireau et à 26 km au nord-est de Flers[1].


Communes limitrophes de Ménil-Hermei[2]
Les Isles-Bardel (Calvados) Ménil-Vin, Bazoches-au-Houlme Bazoches-au-Houlme
Les Isles-Bardel (Calvados) Ménil-Hermei[2] Bazoches-au-Houlme
La Forêt-Auvray Saint-Aubert-sur-Orne Rabodanges

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Mesnillum Hermei dans un manuscrit de 1229, puis dans un autre de 1335, Mesnil Hermer[3] et Mesnillum Hermier au XVe siècle.

L'ancien français mesnil, « domaine rural », transformé en Ménil au début du XIXe comme tous les Mesnil de l'Orne par la volonté d'un préfet de ce département, est à l'origine de nombreux toponymes, notamment en Normandie.

Hermei serait une variante de ermier dérivé de eremu, désignant une terre inculte.

René Lepelley attribue l'origine de Hermei à un anthroponyme[4] ; Albert Dauzat reste plus réservé et la considère obscure[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans les années précédant la guerre de Cent Ans, en 1321, Philippe V le Long étant roi de France, Jean de Corday achète le fief de « Mesnil-Hermé ». On trouve cité Mesnil Hermer en 1335, dans un pouillé du diocèse de Séez, la cure est à la présentation directe du roi de France (rex Francie).

En 1465, au début du règne de Louis XI, le titre de noblesse de Raoul de Corday du "Mesnil-Hermé" est confirmé. Guillemette de Corday, dame du « Mesnil-Hermé », épouse Guillaume Rault (ou Raoult) écuyer. Marguerite Rault, seule héritière des précédents, épouse en 1506 le seigneur de Cahan Thomas II Williamson (francisé en Oilliamson), chevalier écossais passé en France sous Charles VIII.

En 1568, Anne d'Oilliamson, dame du Mesnil-Hermé, épouse François de Rabodanges, seigneur de Culey et gentilhomme de la chambre du roi Charles IX. Louis III de Rabodanges, seigneur de Culey et du Mesnil-Hermey est élevé en 1649 au rang de marquis par le roi Louis XIV (la seigneurie du Mesnil-Hermei restera dans le marquisat de Rabodanges jusqu'à la fin de l'Ancien Régime).

Avant la Révolution de 1789, Le Mênilhermey dépendait — du point de vue judiciaire — de la sergenterie de Bazoches (subdivision de la vicomté de Falaise). La paroisse faisait partie du doyenné d'Aubigny et était située, comme Falaise, dans l'ancien diocèse de Séez.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1983 mars 2001 Michel Gaumont SE Enseignant
mars 2001[6] avril 2014 Sylvie Pégat SE  
avril 2014[7] En cours Christophe Louis SE Correspondant service après-vente

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[9].

En 2017, la commune comptait 203 habitants[Note 2], en diminution de 3,79 % par rapport à 2012 (Orne : -2,29 %, France hors Mayotte : +2,36 %). Au premier recensement républicain, en 1793, Ménil-Hermei comptait 1 086 habitants, population jamais atteinte depuis.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
1 086667661710692688644614592
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
589579553518448386365364394
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
383343307280288258291244221
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2017
208203210176155176211203203
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame du XIXe siècle.
  • Manoir de Corday XVe siècle, remarquable pressoir à longue étreinte quasiment intact XVIIe siècle, et habitation du XVIIe siècle.
  • La vallée de l'Orne avec :
    • la Pierre levée que certains anciens nommaient : « Pierre à Gargantua ».
    • le rocher dit du « Bec Corbin », dominant le fleuve, au pied duquel passait l'ancienne route empierrée de Domfront à Falaise, via Durcet, La Forêt-Auvray et Ménil-Hermei.

Entre ces deux bourgs, cette route empruntait, contrairement à la route goudronnée actuelle, le tracé du vieux chemin de « Bougas » (orthographe incertaine). C'est par cet itinéraire que l'imposant socle de pierre du monument à Guillaume, dressé au pied du château de Falaise, aurait été acheminé (vers 1850), avec, dit-on, de mémorables difficultés pour l'attelage de chevaux entre le pont de la Forêt et le bourg du Ménil-Hermei.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2017.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  3. Dans un pouillé du diocèse de Séez
  4. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet, (ISBN 2-905461-80-2), p. 171
  5. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,
  6. « Sylvie Brunet-Pegat pour un second mandat », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 4 mai 2015)
  7. « Christophe Louis est élu maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 4 mai 2015)
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :