Chênedouit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chênedouit
Chênedouit
Le château du Repas.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Argentan
Intercommunalité Le Val d'Orne
Maire délégué
Mandat
Philippe Mallard
2020-2026
Code postal 61210
Code commune 61106
Démographie
Population 172 hab. (2018)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 45′ 40″ nord, 0° 20′ 23″ ouest
Altitude Min. 148 m
Max. 275 m
Superficie 8,93 km2
Élections
Départementales Athis-Val de Rouvre
Historique
Commune(s) d'intégration Putanges-le-Lac
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Orne
Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 15.svg
Chênedouit
Géolocalisation sur la carte : Orne
Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 15.svg
Chênedouit
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Chênedouit
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Chênedouit

Chênedouit est une ancienne commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Putanges-le-Lac[1].

Elle est peuplée de 172 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est cité sous les formes latinisées Quercus docta[2] et Quercusducta en 1373[3].

Il s'agit d'une formation médiévale tardive, basée apparemment sur le français chêne et du bas-latin ductus, désignant encore de nos jours un « petit ruisseau »[2] ou de l'ancien français douit « ruisseau »[4], variante de douet, selon un mode de composition déterminant-déterminé influencé par le germanique (ou le scandinave cf. noms de ruisseaux et de localités en -bec), d'où le sens global de « chêne du douit ou douet »[2], « chêne du ruisseau ».

On retrouve le mot douit et probablement une relation, dans le hameau du Grand Douit à Craménil (Orne) à 5 km, et dans les noms de rivières de la Manche : le Douit, le Douits et le Grand Douit également.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • 1605 : Le seigneur du Repas est Jean-Baptiste Sallet (ou Salet) ; fils de Sanson Salet (du Repas) bailli de Saint Aubert et de Renée le Verrier (de Lougey) ; frère de Georges ; père de Nicolas et de Gilonne.
  • 1621 : Nicolas Sallet est dit « Seigneur et patron du Repas ».
  • 1944 : Le 13 août, le général Heinrich Eberbach y a eu son QG.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2008 Pierre Moracchini SE Retraité de la SNCF
mars 2008 mars 2014 Jean-Claude Duval SE Retraité
mars 2014[5] décembre 2015 Serge Drugeon SE Retraité de l'EDF
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7],[Note 2].

En 2018, la commune comptait 172 habitants, en augmentation de 4,88 % par rapport à 2013 (Orne : −1,55 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
347338364366681709719671656
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
678627608643531478446416415
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
391381306332303274283262249
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2018
238215222190167171167168172
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Le sol de la commune a renfermé l'un des gisements importants de granite de l'Orne. Réservé longtemps à un usage domestique (auges, gadages, etc.), ce matériau a été exploité plus systématiquement de 1870 à 1914 « pour la fabrication de marches, socles, dallages, bordures, pierres tombales, pilastres pour viaduc, ponts et travaux d'art », pouvant mobiliser jusqu'à 50 piqueurs. Ce granite bleu affleure encore par endroits sous forme d'éminences appelées localement « troches »[10],[11].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église paroissiale Sainte-Trinité[modifier | modifier le code]

du XIXe siècle.

Église Notre-Dame de Méguillaume[modifier | modifier le code]

Datée de la fin du XIIIe siècle, remaniée au XVIe avec l'ajout d'un clocher, puis au XVIIIe siècle avec la reconstruction du clocher, et le réaménagement intérieur. Elle possède encore sa charpente à chevrons formant fermes, ses principaux percements et des décors peints du XIIIe siècle, rares dans cette région où la majorité des églises ont été rebâties au XIXe siècle. Les décors peints du XIIIe siècle, ont été mis au jour en août 2013[12]. La restauration de l'église est prévue fin 2015. Cette église était autrefois dédiée à Saint-Sébastien. La paroisse de Méguillaume (ancienne paroisse nommée Mesus Guillelmi en 1335) a été rattachée à celle de Chênedouit en 1822.

Château du Répas[modifier | modifier le code]

Ce château, caractéristique du tout début du XVIIe, anciennement rattaché à la vavassorerie[13] du Répas (Répassus ou Répast dans le Terrier de la Vicomté de Falaise en 1326), est inscrit au titre des monuments historiques[14]. De style Henri IV, il a été construit sur les fondations de l'ancien manoir fortifié du XVe. Ceint de douves en eau, il est disposé en « U » autour d'une cour. Le corps de logis est situé face au pont-levis, au fond de la cour. Deux ailes en retour d'équerre (qui abritent deux galeries au premier étage) donnent accès à deux pavillons venant clore la composition. Côté cour, le château s'ouvre sur une longue perspective arborée. Sur l'arrière, le château donne sur un petit jardin à la française.

Église Saint-Julien du Répas[modifier | modifier le code]

Cet édifice modeste, situé au bout de l'allée bordée de hêtres qui prolonge la façade sud-ouest du château, date au moins du XIVe siècle. La première mention qui en est faite remonte en effet à 1377. La chapelle a été rattachée en 1822 à la commune puis achetée quelques années plus tard par le dernier baron de Cheux. Près de l'édifice se trouve une fontaine dont les eaux ont la réputation de guérir les nouveau-nés de la « rifle », à savoir de l'impétigo[15].

Le rite s'effectuait en neuvaine. La mère de l'enfant, accompagnée de neuf femmes, se rendait pendant neuf jours consécutifs sur le site pour prier saint Julien le Pauvre et réciter le chapelet, tremper le bonnet ou la chemise du nouveau-né dans l'eau miraculeuse et l'en revêtir, mouillés. Plusieurs cycles de neuvaines pouvaient être nécessaires et dans les cas les plus sévères, l'enfant était plongé entier dans l'eau[16].

Menhir dit la Droite Pierre[modifier | modifier le code]

Un monument du Néolithique, classé monument historique[17].

Projet éolien[modifier | modifier le code]

Au mois de juin 2010, le conseil municipal s'est porté candidat pour l'installation d'un projet éolien d'une vingtaine de pièces de 150 m[réf. nécessaire]. Ce projet suscite de vives réactions locales[réf. nécessaire].

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  • Altitudes, superficie : répertoire géographique des communes[18].
  1. « recueil des actes administratifs de l'Orne » (consulté le ).
  2. a b et c Jean Adigard des Gautries et Fernand Lechanteur, Les noms des communes de Normandie (suite), vol. 2, Annales de Normandie, , p. 9.
  3. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Droz, 1991.
  4. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Presses Universitaires de Caen, 1996 (ISBN 2-905461-80-2), p. 94b.
  5. « Chênedouit (61210) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 20112012201320142015 2016 2017 2018 .
  10. Maud Guillard, L'exploitation des carrières de l'Orne de 1870 à 1939, coll. « Annales de Normandie » (no 56-4), , p. 503-520
  11. « Sur les traces des granitiers de Chênedouit », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  12. « Ouest-france.fr - Orne. Des fresques du XIIIe siècle découvertes dans une église » (consulté le ).
  13. c'est-à-dire un fief tenu par un arrière-vassal.
  14. « Château du Repas », notice no PA00110775, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  15. Jeanine Rouch, Le Répas, Bayeux, Editions Heimdal, coll. « Patrimoine normand » (no 51), août, septembre, octobre 2004, p. 61.
  16. Jeanine Rouch, Anciens puits et fontaines miraculeuses du Pays de Putanges, Bayeux, Editions Heimdal, coll. « Patrimoine normand » (no 26), .
  17. « Menhir dénommé La Droite Pierre », notice no PA00110776, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. Site de l'IGN.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :