Giel-Courteilles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Giel-Courteilles
L'église Saint-Pierre de Giel.
L'église Saint-Pierre de Giel.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Argentan
Canton Athis-de-l'Orne
Intercommunalité Le Val d'Orne
Maire
Mandat
Michel Petit
2014-2020
Code postal 61210
Code commune 61189
Démographie
Population
municipale
444 hab. (2014)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 45′ 55″ nord, 0° 11′ 45″ ouest
Altitude 245 m (min. : 124 m) (max. : 252 m)
Superficie 12,58 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Giel-Courteilles

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Giel-Courteilles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Giel-Courteilles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Giel-Courteilles

Giel-Courteilles est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, peuplée de 444 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1929, l'affaire Marcel Grigy se déroule à Giel, jugée aux Assises de l'Orne le 5 août 1929. L'incendie provoqué par un jeune pensionnaire du pensionnat religieux agricole avait dévasté la quasi-totalité des bâtiments[1].

Commune constituée par la fusion en 1965, de Giel et de Courteilles[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
 ? mars 2001 Charles Grée - -
mars 2001 en cours Michel Petit[3] SE Agriculteur

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 444 habitants, en diminution de -5,93 % par rapport à 2009 (Orne : -1,55 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
275 280 350 327 348 350 308 329 300
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
267 265 269 297 318 336 350 297 275
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
294 289 284 318 338 327 457 558 264
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014 -
408 323 299 321 348 498 464 444 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

C'est la commune de Basse-Normandie avec le plus fort taux de population comptée à part en 2006 selon l'Insee, avec 39,3 % (327 personnes pour une population totale de 832 habitants). Ce taux s'explique par la présence d'un établissement d'enseignement, Giel-Don Bosco et de son internat. L’ancien nom École secondaire agricole et technique (ESAT) a été abandonné pour éviter la confusion avec les établissements et services d’aide au travail.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pierre de Giel du XVIe siècle.
  • Église Saint-Pierre de Courteilles du XVIIe siècle.
  • Chapelle du lycée agricole et professionnel Giel-Don Bosco.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Michel Onfray (né en 1959), originaire d'Argentan, philosophe, a passé une partie de son enfance dans un pensionnat catholique à Giel.
  • Jean-Paul Moncorgé-Gabin (né en 1981) a aussi passé une partie de son enfance dans ce même pensionnat.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2014.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Altitudes, coordonnées, superficie : IGN[7]
  1. Jean-François Miniac (préf. Alain Lambert), Les Grandes Affaires criminelles de l'Orne, Paris, Éditions de Borée, coll. « Les Grandes Affaires criminelles », , 336 p. (ISBN 978-2-84494-814-4)
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Réélection 2014 : « Giel-Courteilles (61210) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 18 mai 2014)
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. Giel-Courteilles sur le site de l'Institut géographique national

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]