Mylène Jampanoï

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mylène Jampanoï
Description de cette image, également commentée ci-après
Mylène Jampanoï en 2011.
Nom de naissance Lena Jam-Panoï
Naissance (37 ans)
Aix-en-Provence, Bouches-du-Rhône, France
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Actrice
Mannequin
Films notables Les Rivières pourpres 2 : les Anges de l'Apocalypse
Les Filles du botaniste
La Vallée des fleurs
Martyrs
Gainsbourg, vie héroïque
Séries notables Sous le soleil
Rani
Site internet Mylene Jampanoi.com

Mylène Jampanoï, de vrai nom Lena Jam-Panoï est une actrice et mannequin française, née le à Aix-en-Provence[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et débuts[modifier | modifier le code]

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (mai 2017). Découvrez comment la « wikifier ».

Née d'une mère française d'origine bretonne et d'un père chinois, Mylène Jampanoï ne grandit pas avec son père, qui part lorsqu'elle est âgée de trois ans, et ne garde pas de contact avec sa famille paternelle.

Mylène saute deux classes (sa seconde et sa première) et passe son bac français et son bac (qu'elle obtient) dans la même année à 17 ans.

En 2001, elle commence sa carrière à Aix-en-Provence, passe une audition et elle est prise pour la série télé Sous le soleil.

Percée et progression au cinéma (2004-2010)[modifier | modifier le code]

En 2004, elle fait une arrivée remarquée dans le cinéma français en participant à deux grosses productions : le thriller Les Rivières pourpres 2 : les Anges de l'Apocalypse et le polar 36 quai des Orfèvres, d'Olivier Marchal.

En 2005, elle fait partie de la large distribution du drame Cavalcade, de Steve Suissa.

L'année 2006 lui permet de confirmer : elle devient pour la première fois tête d'affiche avec une production canadienne, Les Filles du botaniste. Elle y tient le rôle de Li Min, une jeune femme vivant une liaison homosexuelle sous le régime de Mao. L'actrice est engagée sur ce film en dernière minute, le premier choix du réalisateur ayant été dissuadée par les autorités chinoises d'accepter le rôle. Dai Sijie, le cinéaste, ne veut initialement pas de Mylène Jampanoï, qui n'a alors « aucune notion » de la langue ou de la culture chinoise alors que le personnage est censé être culturellement métissé, mais leur collaboration se passe finalement bien[2]. Faute d'autorisation en Chine, le film est tourné finalement durant 3 mois au Viêt Nam[3].

Elle confirme dans un cinéma asiatique avec un autre rôle principal, celui du film La Vallée des fleurs, coproduction franco-indo-allemande qu'elle tourne durant 4 mois dans l'Himalaya et au Pakistan. Enfin, toujours la même année, elle est au casting du film expérimental Pleure en silence, de Gabriel Biggs.

En 2007, elle devient l'égérie des cosmétiques Dior Snow en Asie pour LVMH et voyage au Japon et en Corée du Sud pour représenter la marque[4]. Elle y fait la couverture des magazines asiatiques[5]. Elle interprète, en duo avec Alain Chamfort, la chanson La Décadanse, reprise de Serge Gainsbourg[6].

L'actrice en février 2009.

En 2008, elle fait un grand écart : elle est la tête d'affiche du film d'horreur Martyrs, de Pascal Laugier, tourné durant deux mois au Canada. À sa sortie, le long-métrage crée la polémique, échappant de peu à l'interdiction en France aux moins de 18 ans pour sa violence, l'interdiction aux moins de 16 ans en France étant finalement décidée[7]

Parallèlement, elle double Maître Vipère dans le blockbuster d'animation américain Kung Fu Panda. C'est Lucy Liu qui assure la voix originale[8]. Et elle revient à la télévision pour un second rôle dans le téléfilm Choisir d'aimer, écrit et réalisé par Rachid Hami, et porté par Leïla Bekhti.

La même année, elle fait partie du jury du festival de Deauville aux côtés du cinéaste français Jan Kounen.

Entre seconds rôles au cinéma et premier rôle à la télévision (2010-2012)[modifier | modifier le code]

En 2010, elle alterne de nouveau grosses productions et télévision : elle prête ses traits à la chanteuse Bambou pour les besoins du biopic Gainsbourg, vie héroïque, mis en scène par Joann Sfar. Et elle tient un petit rôle dans le film fantastique américain Au-delà, de Clint Eastwood[9]. Enfin, elle est au casting du téléfilm La Peau de chagrin, d'Alain Berliner, d'après Honoré de Balzac. Elle y interprète la comtesse Feodora de Malicante, une comtesse mi-russe mi-française, froide, désinvolte, manipulatrice, joueuse et fragile.

En 2011, elle fait un caméo dans le thriller international HH, Hitler à Hollywood, de Frédéric Sojcher et prête de nouveau sa voix pour Kung Fu Panda 2. Mais surtout, elle est l'héroïne d'une mini-série télévisée évènement diffusée pour Noël par France 2, Rani. Elle y prête ses traits à Jolanne de Valcourt, une aristocrate française amenée à vivre dans les Indes françaises. Ce projet est écrit par l'auteur de bande dessinée Jean Van Hamme et réalisé par Arnaud Sélignac[10]a été tourné en 2010 [11],[12] et mets aussi en scène Jean-Hugues Anglade et Yaël Abecassis.

En 2012, elle fait partie de la distribution du drame franco-canadien Laurence Anyways, du jeune cinéaste québécois Xavier Dolan. Parallèlement, elle joue dans deux courts-métrages réalisés par Joseph Cahill : True Love est diffusé par Canal+ et H man par Arte. Enfin, elle est l'égérie de la marque de lingerie Agent Provocateur pour la collection Printemps/Été 2012[13],[14],[15].

Passage au second plan et première réalisation (depuis 2014)[modifier | modifier le code]

En 2014, après avoir accouché, l'actrice revient en tête d'affiche au cinéma avec un projet controversé : le premier film de Natalie Saracco, La Mante religieuse, avec Marc Rushman et Mathilde Bisson[16],[17]. Ce retour en tant que tête d'affiche au cinéma reste isolé. Parallèlement, elle participe avec le comédien Mathieu Amalric à une série parodique sur les super-héros pour Arte, H-MAN, et se tourne vers l'écriture et la réalisation.

La même année, l'actrice s'associe avec la comédienne Nora Arnezeder. Toutes les deux développent un projet de comédie avec la productrice Lisa Azuelos[réf. nécessaire] et le producteur Julien Madon. Le titre de la comédie est Cagole. Après la naissance de son fils, elle decide de s'inscrire à LA femis[18], dans la section Scénario.

Parallèlement, elle est l'égérie Kookai Europe et Asie, tout en écrivant avec Sylvie Verheyde un projet de film nommé Dans tes yeux produit par la productrice Bénédicte Couvreur (Tomboy)[réf. nécessaire].

En 2016, elle livre sa première réalisation, le court-métrage Lena, centré sur la vie quotidienne d'une jolie adolescente parisienne, incarnée par Marilyn Lima. Elle tente ensuite de développer un long-métrage, Les fauves chez Elia Film production[19], mais le projet n'aboutit pas. En tant qu'actrice, elle participe à plusieurs épisodes du programme-court Addict, écrit, co-réalisé et joué par son amie Axelle Laffont[20].

En 2017, elle jour dans la série à petit budget Kill Skills[21], mais fait aussi partie du casting de la comédie potache Épouse-moi mon pote, première réalisation de Tarek Boudali. Le film fait 2 millions de spectateurs.

A la fin de la même année, elle tourne une autre comédie, Made in China distribuée par Mars Film. Il s'agit d'un projet personnel de l'humoriste Frédéric Chau, qui en tient le rôle principal.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Mylène Jampanoï a été la compagne de l'acteur François Vincentelli. En juillet 2006, elle épouse l'acteur indien Milind Soman, rencontré sur le tournage de La Vallée des fleurs, à Goa[22]. Ils divorceront en 2009[réf. nécessaire].

En 2013, elle tombe enceinte de son ami distributeur et producteur Dimitri Stephanides, et un garçon, Andrèas Vassily Stephanides, naît le 5 juillet 2014.

En août 2014, à la suite de son rôle dans le film La Mante religieuse, elle se fait baptiser dans la religion catholique[23].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Nomination[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

  • Karas (série d'animation) : Hinaru

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)« Mylène Jampanoï », sur IMDb
  2. Interview de Mylène Jampanoï, sur Orient-Extrême - le magazine des cultures asiatiques.
  3. Entretien avec Dai Sijie, réalisateur des « Filles du botaniste » sur cinemotions.com
  4. Vidéo, http://www.diorgirl.com.
  5. (zh) « Magazine Elle », http://www.mylenejampanoi.fr [image]
  6. Alain Chamfort, Le Figaro Magazine, 8 juin 2007
  7. Clément Cuyer, « "Martyrs" : interdit aux moins de... ? », sur Allociné,
  8. Thomas Durand, « "Je suis de nature impulsive" », sur Gala,
  9. « Mylène Jampanoï : Sa première rencontre avec Clint Eastwood ? Pas vraiment détendue... », sur Pure People.com,
  10. « Gens infos », La Libre Belgique, 18 octobre 2010.
  11. Emmanuelle Litaud, « Mylène Jampanoï : « Rani est une chance » », sur Le Figaro.fr,
  12. Dany Jucaud, « Mylène Jampanoï: son talent explose dans Rani », sur Paris Match,
  13. Morgane Paulissen, « Mylene-Jampanoi : un agent d'exception », sur Paris Match,
  14. Mathilde Laurelli, « Mylène Jampanoï, voluptueuse égérie d'Agent Provocateur », sur L'Express,
  15. Margaret Alwan, « Mylène Jampanoï, muse sensuelle d'Agent Provocateur », sur L'Express,
  16. Luc Le Valliant, « Mylène Jampanoï, bonne petite diablesse », sur Libération.fr,
  17. Isabelle Regnier, « « La Mante religieuse » : le retour de Marie-Madeleine », sur Le Monde,
  18. http://www.femis.fr/-l-ecole- École nationale supérieure des métiers de l'image et du son.
  19. http://www.unifrance.org/annuaires/societe/308168/elia-films
  20. http://www.canalplus.fr/humour/pid8611-addict.html?vid=1430853
  21. http://fr.studio.plus/toutes-les-series/546236/kill-skills
  22. (en) « Milind Soman marries French co-star Mylene Jampanoi », Apunkachoice, (consulté le 21 mars 2014)
  23. « MYLÈNE JAMPANOÏ, BONNE PETITE DIABLESSE », Libération.fr, (consulté le 29 mai 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :