Laurent-Frédéric Bollée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Laurent-Frédéric Bollée
Description de cette image, également commentée ci-après
Laurent-Frédéric Bollée en octobre 2013.
Alias
LFB
Naissance (53 ans)
Orléans
Nationalité française
Pays de résidence Drapeau de la France France
Diplôme
Licence AES (1988), Maîtrise de Journalisme, CELSA (1990)
Profession
Formation
Ascendants

Laurent-Frédéric Bollée, souvent surnommé LFB, né le à Orléans en France, est un journaliste, chroniqueur, rédacteur en chef, commentateur spécialisé en sports mécaniques ; également scénariste de bande dessinée et auteur de biographies de sportifs.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Il fait partie de la famille Bollée, fondeurs de cloches installée à Saint-Jean de Braye près d'Orléans. Il est aussi un lointain neveu des deux Amédée Bollée père et fils, et Léon Bollée, pionniers de l'automobile.

Après une scolarité effectuée à Boulogne-Billancourt puis Paris, il entre à l'Université Paris II où il obtient une licence AES en 1988 et se dirige à l'Université Paris IV-Sorbonne pour une maîtrise de journalisme au CELSA en 1990.

Carrière[modifier | modifier le code]

Dans le monde des bandes dessinées[modifier | modifier le code]

Premières années[modifier | modifier le code]

Laurent-Frédéric Bollée et Philippe Nicloux lauréats du Prix Amerigo-Vespucci 2013 pour Terra Australis.

Il débute dans la profession en 1988, à l'âge de 21 ans, alors qu'il est étudiant en journalisme. Il signe son premier contrat avec les éditions Le Vaisseau d'Argent, fondées la même année par Christian Godard et Julio Ribera, pour scénariser Les 13 Transgressions de la collection Le Vagabond des Limbes présente sur les dessins d'Al Coutelis[1]..

Entre 1993 et 1995, il écrit avec Jeanne Puchol pour la revue (À suivre), publiée par les éditions Casterman, trois récits de vingt pages dont Poète contumace (no 184), Fleur bleue (207) et Asile vénitien (no 214).

En 1995, il signe chez Dargaud la série de science-fiction Spartakus aux côtés du dessinateur Michel Valdman, décédé peu de temps après.

Il retrouve dix ans plus tard le dessinateur Al Coutelis avec qui il crée pour Casterman la série policière A.D Grand-Rivière mettant en scène un commissaire principal de couleur noire. Philippe Aymond y officie en tant que coloriste et ce dernier devient deux ans plus tard le dessinateur de la série Apocalypse Mania chez Dargaud, que Bollée a proposée en 1999. Le premier tome paraît en 2001 et la série comporte en tout huit volumes. Le dernier (Arena) est sorti en mai 2010.

Années 2000[modifier | modifier le code]

Il collabore en 2002 avec les éditions Emmanuel Proust en créant quatre séries : Hauteclaire, un thriller historique de cape et d'épée librement adapté d'une nouvelle Le bonheur dans le crime, l'une des six Diaboliques, de Jules Barbey d'Aurevilly, en compagnie du dessinateur Benoît Lacou ; Mongo le magnifique, d'après le romancier américain George C. Chesbro, London Inferno réalisées avec le dessinateur Roger Mason, ainsi que Chinguetti, un album de science-fiction avec Guillaume Nicolle au dessin (et qui devient le coloriste des tomes sept et huit d'Apocalypse Mania).

En 2006, le scénariste travaille sur une série en sept tomes, L'Ultime Chimère, à laquelle collaborent six dessinateurs différents dont Griffo, Brice Goepfert, Fabrice Meddour, Olivier Mangin, Philippe Aymond et Héloret[2]. Le premier tome paraît chez Glénat en 2008, pour un rythme de diffusion d'un album tous les six mois. Le dernier tome, baptisé Les Nuits, sort en janvier 2011.

Pour les nouvelles éditions 12 bis en 2008, il écrit L'Idole et le Fléau, une série uchronique en quatre tomes, avec les dessins du croate Igor Kordey, et dont le premier tome paraît en avril 2009. Cette série, prévue à l'origine en quatre tomes, s'arrête au bout de deux volumes.

Années 2010[modifier | modifier le code]

En avril 2010 paraît le premier tome (intitulé Acte I) d'un nouveau projet : Un long Destin de Sang[3]. Dessiné par Fabien Bedouel, et conçu comme une tragédie, le récit reçoit les dBD Awards du « meilleur scénario » et du « meilleur premier tome ». L'album est aussi sélectionné en juin 2010 parmi les « 20 Indispensables » de la BD du 1er semestre 2010 par l'ACBD, qui confirme quelques mois plus tard que cet album fait partie des 50 albums phares de l'année 2010[4]. Le 2e tome (Acte II) est sorti en avril 1990, avant qu'une intégrale d'Un long Destin de Sang (contenant des études de dessin de Bedouel) ne sorte en novembre 2012.

L-F Bollée publie, toujours en 2010, chez Dargaud Speedway avec le dessinateur Siro[5]. Puis en 2013, paraît Terra Australis, un roman graphique de plus de 500 pages[6] consacré à la naissance de l'Australie et notamment à la First Fleet (dessins : Philippe Nicloux) paru chez Glénat et qui a obtenu le Prix Amerigo-Vespucci 2013 au Festival international de géographie de Saint-Dié-des-Vosges[7]. L'album se retrouve au mois de juin à la 2e place des « 20 Indispensables » de la BD pour le premier semestre 2013[8]. Cinq éditions se sont depuis succédé et Terra Australis a été traduit en anglais et est paru en Grande-Bretagne début 2014. Une suite paraît en 2018 : Terra Doloris, toujours chez Glénat[9].

Entre-temps, Bollée et Philippe Nicloux ont réalisé un autre roman graphique : Matsumoto, qui raconte l'attentat au gaz sarin par la secte japonaise AUM dans la ville de Matsumoto en juin 1994[10]. L'album est publié au Japon en 2017 et a été nommé pour le Prix culturel Osamu Tezuka 2018[11].

En septembre 2013, un western est publié toujours chez Glénat : Deadline, one-shot de 80 pages réalisé avec le dessinateur réaliste Christian Rossi[12]. L'album figure dans la sélection officielle du Festival de BD dAngoulême 2014[13]. En octobre, paraît un épisode de la série XIII Mystery consacré au personnage de Billy Stockton qui apparaît dans le troisième album de la série XIII : Toutes les larmes de l'enfer. Le dessin est assuré par Steve Cuzor.

L-F Bollée publie ensuite plusieurs séries, dont Les Maîtres Saintiers[14], une saga familiale inspirée notamment par sa famille : quatre albums sont publiés entre 2015 et 2018. L'année 2016 voit la parution du roman graphique Contrecoups (Casterman), qui traite de l'affaire Malik Oussekine[15] et dont il a écrit le texte, Jeanne Puchol se chargeant des illustrations[16]. Toujours en 2016, il publie, avec le dessinateur Olivier Martin, l'album J’ai tué Marat (Vents d’Ouest) .

A partir de 2017, il participe à une série historique (trois albums) intitulée LaoWai (Glénat) avec le concours d'Alcante, co-scénariste et de Xavier Besse pour le dessin[17].

En mai 2018, les Editions du Lombard annoncent la reprise du personnage de Bruno Brazil, créé à l'origine par Greg et William Vance, par Bollée et Philippe Aymond au dessin. Le premier album, Black Program T1, sort en octobre 2019[18].

Années 2020[modifier | modifier le code]

Mars 2020 voit la publication du roman graphique La Bombe, qui raconte en près de 450 pages l'histoire vraie de la bombe atomique, de 1933 à 1945. Laurent-Frédéric Bollée retrouve pour l'occasion le scénariste belge Alcante avec lequel il travaille de plus en plus à quatre mains, le dessin étant assuré par le Canadien Denis Rodier[19].

À la télévision[modifier | modifier le code]

Avec le soutien de la Bourse Jean d'Arcy organisée chaque année par le Service public de la télévision, et que Bollée remporte en 1990, il entre comme pigiste à Antenne 2 avant que la chaîne ne devienne France 2 où il intègre l'année suivante le Service des Sports comme chroniqueur des Grand Prix de Formule 1 dans l'émission Stade 2 pendant dix ans.

Il quitte France 2 en 1999 pour intégrer la chaîne Motors TV, lancée le 1er septembre 2000 et dont il est le rédacteur en chef et où il continue à commenter les événements des sports mécaniques[20]. Motors TV a été rebaptisée Motorsport TV en mars 2017 mais la rédaction française est dissoute à l'été 2019 et il quitte son poste dans la foulée.

Il a également travaillé pour Eurosport, Canal+, I-Télé ou Infosport.

Dans la presse écrite[modifier | modifier le code]

Depuis 2005, il collabore au magazine automobile Échappement, en qualité de commentateur des manches du championnat du monde des rallyes présentées dans un DVD bonus et édité par le groupe Michel Hommell.

Il a écrit quelques articles pour L'Automobile Magazine.

À la radio[modifier | modifier le code]

Entre 2007 et 2018, il a présenté l'émission Motors tous les dimanches de 13 h à 14 h sur RMC, en alternance avec Jean-Luc Roy.

Podcast[modifier | modifier le code]

Depuis le mois d'août 2019, suite à son départ de Motorsport TV, Laurent-Frédéric Bollée fonde et anime L'After Lap, "le podcast du sport auto". Il présente un épisode par semaine.

Publications (biographies)[modifier | modifier le code]

  • Laurent-Frédéric Bollée, Lucien Gaudin : le maître des armes, éditions Cristel, , 180 p., Broché (ISBN 978-2-84421-019-7)
  • Laurent-Frédéric Bollée et Henri Suzeau (préf. Paul Newman), Sébastien Bourdais : Exil gagnant, Apach éditions, , 255 p., Broché (ISBN 978-2-930354-43-9)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Laurent-Frédéric Bollée », Planète BD
  2. Brieg F. Haslé, « Interview avec Laurent-Frédéric Boulée », sur Auracan, .
  3. Delphine Peras, « "Un long destin de sang. Acte I", par Bollée et Bedouel », sur L'Express,
  4. « Sélection 2010 de l’ACBD », sur ACBD,
  5. Manuel F. Picaud, « Speedway Tome 1 », sur Auracan,
  6. Didier Quella-Guyot, « « Terra Australis » par Philippe Nicloux et Laurent-Frédéric Bollée », sur BDZoom,
  7. « Prix littéraire Amerigo-Vespucci », sur FIG Saint-Dié-des-Vosges,
  8. Brieg F. Haslé, « Les 20 indispensables de l’été », sur Auracan,
  9. Laura Crevel-Floyd, « Après Terra Australis, Terra Doloris : la naissance du pays continent », sur L'Express,
  10. L. Cirade, « Matsumoto », sur BD Gest', .
  11. « Le 22ème Prix Culturel Osamu Tezuka dévoile ses nommés », sur Manga-news,
  12. Vincent Gauthier, Deadline - Un western brillantissime signé Laurent-Frédéric Bollée et Christian Rossi, 3 octobre 2013, Actua BD.
  13. Benjamin Roure, « Angoulême 2014 : la sélection officielle », sur BoDoï, .
  14. Jean-Laurent Truc, « Les Maîtres Saintiers, sur le chemin des fondeurs de cloches », sur Ligne claire,
  15. Philippe Poisson, « “Contrecoups” : Retour sur une page sombre de l’Histoire récente », Criminocorpus, .
  16. Olivier Mimran, « Preview BD: Contrecoups-Malik Oussekine revient sur une bavure policière vieille de 30 ans », 20 minutes, .
  17. Alexis Seny, « Alcante et Xavier Besse sur Laowai : » Nous nous sommes imposé de rester réalistes, notre héros ne devait pas inverser le cours de la guerre de l’opium » », Branchés culture,
  18. Jean-Laurent Truc, « Bruno Brazil ressuscité et retour aux sources », sur Ligne claire,
  19. Jean-Laurent Truc, « La Bombe, tout savoir sur le feu atomique », sur Ligne claire,
  20. Debriefing F1 - Numéro Spécial sur Michael Schumacher - Norbert Billaud, FanaticF1, 3 août 2009

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joyeux anniversaire L. F. Bollée - Manuel Picaud, Paperblog, 9 mai 2009
  • Laurent-Frédéric Bollée (interviewé) et Brieg F. Haslé, « Bollée, un fou, une flèche, sept dessinateurs, deux coloristes et un scénariste », dBD, no 22,‎ , p. 64-67.
  • Laurent-Frédéric Bollée (interviewé), Fabien Bedouel (interviewé) et Frédéric Bosser, « Bollée et Bedouel, du rififi dans les tranchées », dBD, no 42,‎ , p. 25-28.
  • Brieg F. Haslé, « Speedway, t. 2 : montée d'adrénaline », dBD, no 42,‎ , p. 81.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :