Élections législatives israéliennes de 2013

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 2009 Drapeau d’Israël 2015 Suivant
Élections législatives israéliennes de 2013
Élection des 120 membres de la Knesset
Type d’élection Élections législatives
Corps électoral et résultats
Population 8 018 000
Inscrits 5 656 705
Votants 3 818 441
67,8 %  +3,1
Benjamin Netanyahu portrait.jpg Likoud-Israel Beytenou – Benyamin Netanyahou
Voix 880 972
23,3 %
 -10
Sièges obtenus 31  -11
Yair Lapid - portrait.jpg Yesh Atid – Yaïr Lapid
Voix 541 033
14,3 %
Sièges obtenus 19  +19
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Parti travailliste – Shelly Yachimovich
Voix 430 305
11,4 %
 +1,5
Sièges obtenus 15  +2
Naftali-Bennett.jpg Le Foyer juif – Naftali Bennett
Voix 344 028
9,1 %
 +6,2
Sièges obtenus 12  +5
Eli Yishai 2009.jpg Shas – Eli Yishaï
Voix 330 359
8,7 %
 +0,2
Sièges obtenus 11  0
Composition de la Knesset après les élections législatives
Diagramme
Premier ministre d'Israël
Sortant Élu
Benyamin Netanyahou
Likoud
Benyamin Netanyahou
Likoud

Les élections législatives israéliennes de 2013, dix-neuvièmes élections législatives de l'État d'Israël, sont un scrutin visant à élire les députés de la Knesset, le parlement israélien, pour un mandat de quatre ans. Elles se sont déroulées le [1],[2].

Dans la nuit du 15 au , la Knesset vote sa dissolution[3],[4], convoquant comme prévu des législatives anticipées[5]. Il s'agit d'un scrutin de listes élues à la proportionnelle stricte avec un seuil électoral de 2 %.

Le , les délégués du Likoud, le parti de Benyamin Netanyahou, approuvent l'alliance électorale entre leur parti et Israel Beytenou. Ils forment une liste commune pour ce scrutin[6].

Forces en présence[modifier | modifier le code]

Partis
politiques
Têtes de liste Idéologie
Likoud Benyamin Netanyahou Droite nationaliste
Israel Beytenou Avigdor Liberman Extrême droite nationaliste
Yesh Atid Yaïr Lapid Centre laïc
Parti travailliste Shelly Yachimovich Centre gauche
Le Foyer juif Naftali Bennett Extrême droite religieuse
Shas Eli Yishaï Ultraorthodoxes religieux — séfarades
Judaïsme unifié de la Torah Yaakov Litzman Ultraorthodoxes religieux — ashkénazes
Hatnuah Tzipi Livni Centre gauche
Meretz Zehava Gal-On Gauche
Liste arabe unie Ibrahim Sarsur Arabe religieux
Hadash Mohammad Barakeh Communiste juif-arabe
Balad Jamal Zahalka Arabe laïque
Kadima Shaul Mofaz Centre

Résultats[modifier | modifier le code]

Partis
politiques
Votes Sièges
Voix % Nb. +/-
Likoud-Israel Beytenou 884 631 23,32 % 31 -12
Yesh Atid 543 280 14,32 % 19 +19
Parti travailliste 432 083 11,39 % 15 +2
Le Foyer juif 345 935 9,12 % 12 +5
Shas 331 800 8,75 % 11 =0
Judaïsme unifié de la Torah 196 038 5,17 % 7 +2
Hatnuah 189 168 4,99 % 6 +6
Meretz 172 382 4,54 % 6 +3
Liste arabe unie 138 362 3,65 % 4 =0
Hadash 113 610 3,00 % 4 =0
Balad 96 926 2,56 % 3 =0
Kadima 79 487 2,09 % 2 -26
 
  Total inscrits 5 656 705 120
  Blancs et nuls 40 915
  Total exprimés 3 834 136 100,00 %

Analyse[modifier | modifier le code]

Les résultats provisoires donnent, le soir du 22 janvier, 61 à 62 sièges au bloc de droite contre 58 à 59 au bloc de centre-gauche selon les estimations[7]. L'union dirigée par le Premier ministre en place, Benyamin Netanyahou, reste majoritaire mais perd des sièges par rapport à la législature précédente (31 sièges contre 43). Netanyahou déclare vouloir former la coalition la plus large possible[8].

Les résultats définitifs donnent finalement le bloc de droite à 61 sièges et le bloc de centre-gauche à 59. Cependant, après l'élection, lors des rencontres des partis avec le président Shimon Peres, six partis représentant 82 députés (Likoud Yisrael Beiteinu, Yesh Atid, La Maison juive, Shass, Judaïsme unifié de la Torah et Kadima) recommandent Benyamin Netanyahou comme formateur du prochain gouvernement, tandis que les 38 députés représentant les autres partis ne recommandent personne. La majorité potentielle du prochain gouvernement est donc de 82 députés.

Pour Frédéric Encel, ce scrutin donne lieu à « une poussée centriste sans précédent » mais ce centre est « très divisé »[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]