Gouvernement Netanyahou VI

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Gouvernement Netanyahou VI

État d'Israël

Description de cette image, également commentée ci-après
Photo de l'ensemble du gouvernement, 29 décembre 2022.
Président de l'État Isaac Herzog
Premier ministre Benyamin Netanyahou
Élection 1er novembre 2022
Législature 25e
Formation
Durée 1 mois et 2 jours
Composition initiale
Coalition Likoud-Shas-Judaïsme unifié de la Torah-Parti sioniste religieux-Otzma Yehudit-Noam
Ministres 32
Femmes 6
Hommes 26
Représentation
Knesset
64  /  120
Chef de l'opposition Yaïr Lapid
Drapeau d’Israël

Le 37e gouvernement de l'État d'Israël, ou sixième gouvernement Netanyahou, est un gouvernement israélien (he) formé à l'issue des élections législatives du 1er novembre 2022. Il s'agit d'une coalition composée initialement de six partis de droite et d'extrême droite[1] : Likoud, Judaïsme unifié de la Torah, Shas, le Parti sioniste religieux, Force juive et Noam.

Ce gouvernement est considéré comme le plus à droite de l'histoire du pays, intégrant des partis d'extrême droite et les ultraorthodoxes[2]. Ce gouvernement ne compte également qu'un nombre très restreint de femmes (7 sur 38).

Historique du mandat[modifier | modifier le code]

Ce gouvernement est dirigé par l'ancien Premier ministre national-conservateur Benyamin Netanyahou. Il est constitué et soutenu par une coalition entre le Likoud, le Parti sioniste religieux, Shas, Judaïsme unifié de la Torah, Force juive et Noam. Ensemble, ils disposent de 64 députés sur 120, soit 53,3 % des sièges de la Knesset.

Il est formé à la suite des élections législatives anticipées du 1er novembre 2022. Il succède au Gouvernement Bennett-Lapid.

Formation[modifier | modifier le code]

Rencontre bipartite entre le président d’Israël Isaac Herzog et le chef du Likoud Benjamin Netanyahou, 13 novembre 2022.

Le 13 novembre 2022, Netanyahou est officiellement désigné pour former un gouvernement par le président Isaac Herzog[3].

Les négociations sont retardées en raison de désaccords entre le Likoud et le Parti sioniste religieux. Ce dernier accuse le Likoud de vouloir reléguer au second plan et humilier le parti dans une déclaration publiée le 23 novembre. Ce à quoi le Likoud répondit en une seule phrase : « Bezalel, en ce jour d'attaques terroristes meurtrières où le public attend un gouvernement qui redonne un sentiment de sécurité au peuple d'Israël - renoncez aux postes et formez dès ce soir un gouvernement entièrement de droite. ».[4]. Ainsi, le président Herzog accorde un délai supplémentaire de dix jours, jusqu'au 21 décembre, pour former un gouvernement[5]. À quelques minutes de la fin du délai, il annonce avoir constitué une coalition[6].

Le gouvernement se compose de 29 ministres, dont les principaux sont :

  • Benjamin Netanyahou y entame son troisième mandat en tant que Premier ministre d'Israël, fonction qu'il a occupé de 1996 à 1999, puis de 2009 à 2021[7].
  • Le leader de la formation politique Shas Arié Dery devient vice-premier ministre, ministre de la Santé et de l'Intérieur[8]. Cette nomination est invalidée le 18 janvier 2023 par la Cour suprême d'Israël en raison des multiples condamnations de Dery pour des accusations de corruption et de fraude fiscale[9]. Arié Dery est démis de ses fonctions de ministre de la Santé et de l'Intérieur par le premier ministre le 22 janvier 2023 tout en restant vice-premier ministre[10].
  • L'ancien ministre de l'Économie et du Renseignement Eli Cohen est nommé ministre des Affaires étrangères[11]
  • L'officier général des forces de défense israéliennes Yoav Gallan est nommé ministre de la Défense[7].
  • Le leader du parti Force juive Itamar Ben Gvir est nommé à la tête du ministère de la Sécurité nationale[12].
  • Le leader du Parti sioniste religieux Bezalel Smotrich est nommé à la tête du ministère des Finances[7].
  • Un poste de ministre adjoint chargé d'une autorité sur « l'identité juive nationale » est créé, responsable des programmes externes du ministère de l'Education, sous la tutelle d'Avi Maoz, chef de file du parti Noam[8].
  • Yariv Levin, membre du Likoud et président sortant de la Knesset, est nommé ministre de la Justice[11].
  • Ron Dermer, ancien ambassadeur d’Israël aux États-Unis, est nommé au ministère des Affaires stratégiques[11].

À quelques minutes de la fin du délai, il annonce avoir constitué une coalition[13]. Le 29 décembre, le nouveau gouvernement de Benyamin Netanyahou est investi par la Knesset, obtenant l'approbation de 63 députés[14],[15]. Ce gouvernement est considéré comme le plus à droite de l'histoire du pays, intégrant des partis d'extrême droite et les ultraorthodoxes[16], tandis que seulement cinq femmes siègent dans ce gouvernement[17].

Composition[modifier | modifier le code]

Image Portefeuille Titulaire Parti
Benjamin Netanyahu 2019 (cropped).jpg Premier ministre Benyamin Netanyahou Likoud
Arye Derey (cropped).jpg Vice-Premier ministre
Ministre de la Santé
Ministre de l'Intérieur
Aryé Dery (jusqu'au 23/01/2023) Shas
Yariv Levin (cropped).JPG Vice-Premier ministre
Ministre de la Justice
Yariv Levin Likoud
יצחק וסרלאוף.jpg Ministre du Développement du Néguev et de la Galilée, et de la Résilience nationale Yitzhak Wasserlauf (he) Otzma Yehudit
עמיחי שיקלי צילום ראובן קפוצ׳ינסקי.jpg Ministre des Affaires de la Diaspora
Ministre de l'Égalité sociale
Amichai Chikli (en) Likoud
Yitzchak Goldknopf.jpg Ministre au cabinet du Premier ministre
Ministre de la Construction et du Logement
Yitzhak Goldknopf Judaïsme unifié de la Torah
Sin foto.svg Ministre au cabinet du Premier ministre May Golan (en) Likoud
Dichter.jpg Ministre de l'Agriculture et du Développement rural Avi Dichter Likoud
חבר הכנסת ד״ר שלמה קרעי.jpg Ministre des Communications Shlomo Karhi (en) Likoud
Miki Zohar2.jpg Ministre de la Culture et du Sport Miki Zohar (en) Likoud
Herzliya Conference 2016 3040.jpg Ministre de la Défense Yoav Galant Likoud
Bezalel Smotrich (cropped).jpg Ministre des Finances
Ministre au ministère de la Défense
Bezalel Smotrich Parti sioniste religieux
Nir Barkat, Mayor of Jerusalem (4462290204) (cropped).jpg Ministre de l'Économie Nir Barkat Likoud
Yoav Kish (cropped).jpg Ministre de l'Éducation
Ministre de la Coopération régionale
Yoav Kisch (en) Likoud
תמונה חיים ביטון.jpg Ministre au ministère de l'Éducation Haïm Biton (en) Shas
ישראל כץ (cropped).jpg Ministre des Infrastructures nationales, de l'Énergie et de l'Eau Israël Katz Likoud
עידית סילמן.jpg Ministre de la Protection de l'environnement Idit Silman (en) Likoud
שר הכלכלה והתעשייה, חבר הקבינט הבטחוני מדיני אלי כהן. ליכוד.jpg Ministre des Affaires étrangères Eli Cohen Likoud
אופיר סופר.jpg Ministre de l'Alya et de l'Intégration Ofir Sofer (en) Parti sioniste religieux
Galit Distal Atberian 2022.jpg Ministre de l’information Galit Distel-Etebaryan (en) Likoud
Gila Gamliel.jpg Ministre du Renseignement Gila Gamliel Likoud
עמיחי אליהו.jpg Ministre du Patrimoine Amihai Eliyahu (he) Otzma Yehudit
מאיר פרוש.jpg Ministre des Affaires de Jérusalem et de la Tradition juive Meir Porush Judaïsme unifié de la Torah
Ya'akov Margi.jpg Ministre du Travail, des Affaires sociales et de l'Action sociale Ya'akov Margi Shas
יואב בן צור סגן שר הפנים של ישראל .jpg Ministre au ministère du Travail, des Affaires sociales et de l'Action sociale
Ministre de la Santé par intérim (depuis le 24/01/2023)
Yoav Ben-Tzur (en) Shas
Orit Strook D1122-102.jpg Ministre des Missions nationales Orit Strook (en) Parti sioniste religieux
Itamar Ben Gvir 1.jpg Ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben-Gvir Otzma Yehudit
Michael malkieli.jpg Ministre des Affaires religieuses
Ministre de l'Intérieur par intérim (depuis le 24/01/2023)
Michael Malchieli (en) Shas
אופיר אקוניס.jpg Ministre de la Science et de la Technologie Ofir Akunis (en) Likoud
Ron Dermer 12-2013.jpg Ministre des Affaires stratégiques Ron Dermer (en) Likoud
Haim Katz.jpg Ministre du Tourisme Haïm Katz (en) Likoud
Miri Regev 01 (cropped).jpg Ministre des Transports Miri Regev Likoud
Avi Maoz, 2021.jpeg Ministre délégué au cabinet du Premier ministre
chargé de l'Identité nationale juive
Avi Maoz Noam
Uri Maklev.JPG Ministre délégué au cabinet du Premier ministre
Ministre délégué aux Transports et à la sécurité routière
Uri Maklev Judaïsme unifié de la Torah
משה אבוטבול נובמבר 2018.jpg Ministre délégué à l'Agriculture et au Développement rural Moshe Abutbul (en) Shas
Jacob Tessler.jpg Ministre délégué à la Culture et au Sport Ya'akov Tessler (en) Judaïsme unifié de la Torah
Michal Waldiger.jpg Ministre déléguée aux Finances Michal Waldiger (en) Parti sioniste religieux
IMG-20190412-WA0000.jpg Ministre délégué à l'Intérieur
Ministre délégué à la Santé
Moshe Arbel (jusqu'au 23/01/2023) Shas

Réactions locales et internationales[modifier | modifier le code]

Le président américain, Joe Biden qualifie Benjamin Netanyahou d’« ami depuis des décennies », mais affirme que « les États-Unis continueront de soutenir une solution à deux États et à s’opposer aux politiques qui menacent la viabilité ou contredisent leurs intérêts et valeurs partagé »[11].

Le président russe Vladimir Poutine salue le retour de M. Nétanyahou à la tête du gouvernement israélien et déclare souhaiter renforcer la coopération avec Israël[11].

Mais la presse arabe dénonce un gouvernement « raciste » et « extrémiste »[18], tandis que le Premier ministre palestinien Mohammed Shtayyeh déclare « Ce nouveau gouvernement d'extrême droite ne nous effraie pas [...] nous allons rester debout jusqu'à la victoire et l'établissement d'un Etat palestinien »[19]. Des inquiétudes et mises en garde sont aussi prononcées parmi les personnalités politiques et militaires israéliennes comme Aviv Kochavi, chef d'état-major sortant de l'armée israélienne[20], et Benny Gantz le ministre sortant de la Défense[21].

Le jeudi 29 décembre 2022, l'ambassadrice d'Israël en France Yael German a présenté sa démission pour protester contre la radicalité du nouveau gouvernement. Dans une lettre publiée en hébreu sur Twitter, elle affirme : « Votre politique, les déclarations des ministres de votre gouvernement et les intentions de législation sont contraires à ma conscience, à ma vision du monde et aux principes de la déclaration d'indépendance de l'État d'Israël »[22].

Affaires[modifier | modifier le code]

Benyamin Netanyahou, leader du Likoud et actuel Premier ministre, est toujours inculpé pour corruption, fraude et abus de confiance dans trois affaires[23]. Aryé Dery, chef du parti ultraorthodoxe Shas, désormais ministre de l’Intérieur, a été condamné à la prison avec sursis pour évasion fiscale[1]. Bezalel Smotrich, leader du Parti sioniste religieux, désormais ministre des Finances, a été détenu trois mois en 2005 pour avoir planifié des manifestations violentes[1]. Itamar Ben-Gvir, chef du parti Force juive, désormais ministre de la Sécurité nationale, a été condamné en 2007 pour incitation à la haine[1].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Israël : de retour au pouvoir, Netanyahou s’entoure d’alliés racistes et homophobes », SudOuest.fr,‎ (ISSN 1760-6454, lire en ligne, consulté le )
  2. « Benjamin Netanyahu de retour à la tête du gouvernement le plus à droite de l'histoire d'Israël », sur France 24, (consulté le )
  3. Par Le Parisien avec AFP Le 13 novembre 2022 à 11h59, « Israël : arrivé en tête des législatives, Netanyahou officiellement désigné pour former le gouvernement », sur leparisien.fr, (consulté le )
  4. (en-US) « Religious Zionist Party, Likud slam each other for delayed negotiations », sur The Jerusalem Post | JPost.com (consulté le )
  5. « Israël : Netanyahou obtient un délai de 10 jours pour former un gouvernement », sur LEFIGARO (consulté le )
  6. Le Point, magazine, « Fumée blanche à Jérusalem: Netanyahu forme le prochain gouvernement », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le ).
  7. a b et c « Israël : pourquoi ce gouvernement de Netanyahou est le plus à droite de l’histoire du pays », sur L'Express, (consulté le )
  8. a et b « Gouvernement israélien: les dipositions les plus controversées des accords de coalition », sur L'Orient-Le Jour, (consulté le )
  9. « Cour Suprême : Deri ne peut pas être ministre », sur The Times of Israel,
  10. « Aryeh Deri, démis de ses fonctions ministérielles, sera vice-Premier ministre », sur The Times of Israel,
  11. a b c d et e « En Israël, le nouveau gouvernement de Benyamin Nétanyahou obtient la confiance du Parlement », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. (en) « Thirty-Seventh Government », sur le site de la Knesset (consulté le )
  13. Le Point, magazine, « Fumée blanche à Jérusalem: Netanyahu forme le prochain gouvernement », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le ).
  14. « En Israël, le nouveau gouvernement de Benyamin Nétanyahou obtient la confiance du Parlement », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. « Israël : le gouvernement Netanyahou investi », sur LEFIGARO, (consulté le )
  16. « Israël : pourquoi ce gouvernement de Netanyahou est le plus à droite de l’histoire du pays », sur L'Express, (consulté le )
  17. « Les principaux ministres du nouveau gouvernement Netanyahu », sur The Times of Israel,
  18. « Dans la presse - L'accueil glacial du monde arabe au nouveau gouvernement "raciste" et "extrémiste" en Israël », sur France 24, (consulté le )
  19. « Retour de Netanyahu, à la tête du gouvernement le plus à droite d'Israël », sur L'Orient-Le Jour, (consulté le )
  20. « Israël/Gouvernement : Kohavi fait part à Netanyahou de ses "préoccupations" », sur i24News,
  21. « Retour de Netanyahou, à la tête du gouvernement le plus à droite d’Israël », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  22. « Israël: face au nouveau gouvernement Netanyahu, l’ambassadrice d’Israël en France démissionne », sur RFI, (consulté le )
  23. « Procès de Benjamin Netanyahu : tout comprendre aux accusations qui pèsent contre lui », sur L'Express, (consulté le )

Articles connexes[modifier | modifier le code]