Conseil suprême (Kirghizistan)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Conseil suprême
(kg) Joğorku Keñeş
(ru) Verkhovnyy Sovet

Жогорку Кеңеш
Верховный Совет

7e législature

Description de cette image, également commentée ci-après
Logo du Conseil suprême.
Présentation
Type Monocaméral
Création
Lieu Bichkek
Durée du mandat 5 ans
Présidence
Président Talant Mamytov (Kirghizistan)
Élection
Structure
Membres 90 membres
Description de cette image, également commentée ci-après
Composition actuelle.
Groupes politiques
Élection
Système électoral Proportionnel plurinominal
Dernière élection 28 novembre 2021

Maison Blanche

Description de cette image, également commentée ci-après
Photographie du lieu de réunion.
Divers
Site web kenesh.kg
Voir aussi Politique au Kirghizistan

Le Conseil suprême (en kirghize : Жогорку Кеңеш romanisé : Joğorku Keñeş ; en russe : Верховный Совет romanisé : Verkhovnyy Sovet) est l'organe législatif monocaméral du Kirghizistan.

Il est composé de 90 membres, élu pour cinq ans selon un système parallèle mêlant scrutin majoritaire et proportionnelle.

Système électoral[modifier | modifier le code]

Le Conseil suprême (Zhogorku Kengesh) est un parlement unicaméral composé de 90 sièges pourvus pour cinq ans selon un mode de scrutin parallèle. Sur ce total, 36 sièges sont ainsi pourvus au scrutin uninominal majoritaire à un tour dans autant de circonscriptions. Les électeurs votent pour un candidat dans leur circonscription, et le candidat arrivé en tête est déclaré élu.

Les 54 sièges restants sont pourvus au scrutin proportionnel plurinominal avec listes ouvertes et seuil électoral de 5 % dans une unique circonscription nationale, auquel s'ajoute un seuil de 0,5 % dans chacune des sept provinces du pays ainsi que dans les deux villes à statut spécial du pays, Bichkek et Och. Les électeurs ont la possibilité d'effectuer un vote préférentiel pour un candidat de leur choix dans leur liste afin de faire monter sa place dans celle ci[1].

Après décomptes des voix, les sièges sont répartis entre tous les partis ayant franchi le seuil électoral, mais avec une limite maximum par parti fixée à la moitié des sièges à pourvoir à la proportionnelle, soit 27 sièges. Un quota de 30 % des sièges sont en premier lieu attribués aux femmes, puis les 70 % restants aux hommes. Dans les deux cas, les sièges sont attribués par ordre décroissant des votes préférentiels obtenus par les candidats en leur noms[1]. La répartition des sièges à la proportionnelle n'est pas faite de manière à compenser le décalage entre les parts des voix des électeurs et celles des sièges obtenus par l'autre moitié, mais s'additionne simplement à celle ci, donnant au scrutin une forte tendance majoritaire[2].

Antérieur[modifier | modifier le code]

Avant les élection de 2021, le Conseil suprême était composé de 120 sièges pourvus pour cinq ans au scrutin proportionnel plurinominal dans une unique circonscription nationale. Le vote avait lieu via des listes fermées, avec un seuil électoral de 7 % des suffrages exprimés au niveau national, auquel s'ajoutait un seuil de 0,7 % dans chacune des sept provinces du pays ainsi que dans les deux villes à statut spécial du pays, Bichkek et Och[3]. A la suite d'une révision de la loi électorale en 2017, le seuil électoral a été porté de 7 à 9 % au niveau national, avant d'être rétabli à 7 % par une nouvelle réforme courant 2020[4],[5],[6],[7]. Le système électoral possède alors la particularité de plafonner à 65 sièges le total que peut obtenir un parti, quel que soit ses résultats en part des voix[8]. Chaque liste doit présenter au moins 30 % de candidats de chacun des deux sexes, 15 % de moins de 35 ans, 15 % de candidats issus des minorités ethniques et au moins deux personnes handicapées[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (ky) « Бирдиктүү шайлоо округу боюнча Кыргыз Республикасынын Жогорку Кеӊешинин депутаттарын шайлоонун алдын ала жыйынтыгы », sur shailoo.gov.kg (consulté le ).
  2. (en) RFE/RL's Kyrgyz Service, « Kyrgyz President Signs Bill On Changes To Electoral Law », sur RadioFreeEurope/RadioLiberty, rferl (consulté le ).
  3. a et b (en) « THE CONSTITUTIONAL LAW On Presidential and Jogorku Kenesh Elections in the Kyrgyz Republic », sur www.legislationline.org (consulté le ).
  4. (en) « Constitutional Legislation Committee passes amendments reducing election threshold to 3% in 1st reading », sur akipress.com (consulté le ).
  5. (en) « Parliament of Kyrgyzstan approves reduction of election threshold to 3% - News of Kyrgyzstan, press and media », sur www.for.kg (consulté le ).
  6. (en) Bruce Pannier, « The Biggest Party In Kyrgyzstan Continues To Splinter Amid Infighting », sur RadioFreeEurope/RadioLiberty, rferl (consulté le ).
  7. (en) « THE CONSTITUTIONAL LAW (amended as of 23/04/2015) », sur www.legislationline.org (consulté le ).
  8. (en) « rapport du conseil de l'Europe, page 4 », sur Reuters, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :