Dihya (reine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Kahena)

Dihya
Illustration.
Statue de Dihya à Khenchela.
Titre
Reine des Berbères
Prédécesseur Koceïla
Biographie
Nom de naissance Dihya
Surnom Kahina, Kahena, la prophétesse, la devineresse
Lieu de naissance Aurès
Origine Berbère
Date de décès
Lieu de décès Bīr al-Kāhina (Aurès, en Algérie)
Nature du décès Morte au combat
Père Tabeta
Enfants Kenchela (fils), Ifran (fils), Yezdia (fils)
Religion voir ici

Dihya (en amazighe : ⴷⵉⵀⵢⴰ[1]), aussi connue sous le surnom de Al Kahina ou Al Kahena (الكاهنة : La prêtresse) chez les arabes, est une reine guerrière berbère qui combat les Omeyyades, lors de la conquête musulmane du Maghreb au VIIe siècle. Après plusieurs succès contre les envahisseurs musulmans, Dihya meurt au combat, dans les Aurès, en 703.

Selon Zineb Ali-Benali, historienne et professeur des universités algérienne, Dihya aurait réussi, en son temps, à unifier la Berbérie. Tout en insistant sur ses qualités de chef militaire, elle indique que cette reine berbère figure « parmi les rares femmes au parcours politique aussi exceptionnel »[2].

De nombreuses romancières et essayistes féministes se sont approprié la figure de la Kahina pour sa charge symbolique, la décrivant comme l'une des premières féministes de l'Histoire[3].

Les mouvements berbéristes la considèrent comme une icône de l'amazighité[4]. Elle est également une figure historique et identitaire des Chaouis ainsi que des Berbères en général.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Son nom personnel est l'une de ces variations : Dihya, Daya, Dehiya, Dahya, Damya, Dihia ou Tihya (il est difficile de distinguer ces variantes à cause de l'orthographe Amazigh Berbère). Les sources arabes la nomment al-Kāhina (signifiant « la prophétesse » , « la devineresse »)[5],[6], surnom donné par ses adversaires musulmans, en raison de sa prétendue capacité à prévoir l'avenir.

L'historien arabe Ibn Khaldoun, après avoir établi une généalogie de la reine, avance que son vrai nom est Dihya[7]. Pour la désigner, les écrivains de langue arabe du Moyen Âge utilisent le nom Dihya, mais aussi le surnom Kahina, à l'exemple d'Ibn Khaldoun. La plupart des écrits historiques ou littéraires qui la mentionnent la désignent par le surnom de Kahena ou Kahina.

L'historien tunisien M'hamed Hassine Fantar avance que le nom Kahena serait d'origine punique (Kahena = khn, Kohenet en punique, c'est-à-dire prêtresse)[7].

Contexte[modifier | modifier le code]

Dans un contexte général de guerres arabo-byzantines, la conquête de l'Afrique du Nord est décidée par le chef de la dynastie omeyyade, Muawiya Ier, premier calife omeyyade, et continuée par son fils, le second calife omeyyade, Yazid Ier. Oqba Ibn Nafi est le général arabe désigné pour conquérir le Maghreb et y propager l'islam. Il gouverne l'Ifriqiya (actuelle Tunisie) de 666 à 675, puis de 681 à sa mort. Vers 670, il crée le poste militaire de Kairouan, dans le but d'en faire un point d'appui dans sa campagne de conquête du Maghreb.

Cette conquête se heurte à la résistance des populations locales et des puissances installées : l'Empire byzantin, implanté essentiellement sur les côtes et en particulier à Carthage et Septum, et les Berbères. L'Exarchat de Carthage est une province excentrée de l'Empire byzantin.

Au début de la conquête musulmane du Maghreb, l'unité politique et administrative du Maghreb centrale (actuelle Algérie) est en grande partie réalisée par Koceïla. Ce chef berbère prend la tête de la résistance, de 680 à 688. Il s'oppose aux armées arabes, particulièrement au général Oqba Ibn Nafi, qu'il prend en embuscade et exécute à Tahouda en 683[8]. D'après l'historien arabe Ibn Khaldoun, l'exécution d'Oqba ibn Nafi aurait été commanditée par Kahina[9]. À la suite de cette défaite, les Omeyyades sont expulsés de Kairouan, qui est prise par Koceïla[10]. Il gouverne alors une grande partie du Maghreb[11]. Mais cela dure peu, il meurt en 688, près de Timgad, lors de bataille de Mammès, face aux renforts du calife dirigés par Zoheïr ibn Qais[12].

À Constantinople, à Constantin IV (668-685) succède Justinien II (685-695, puis 705-711). À Damas, les califes se succèdent, on passe de la branche soufyanide à la branche marwanide : Muawiya II (683-684), Marwan Ier (684-685), Abd Al-Malik (685-705). Le gouverneur de l'Ifriqiya est désormais Hassan Ibn Numan, au moins de 692 à sa mort, vers 700.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

L'historien Ibn Khaldoun indique qu'elle naît dans la tribu berbère zénète des Djerawa, au début du viie siècle, qui habite les Aurès[13], et qu'elle serait la fille de Tabet, le chef de la tribu. Il lui attribue une généalogie remontant jusqu'à sept générations en arrière : elle aurait été « fille de Tabet, fils de Nîcan, fils de Baoura, fils de Mes-Kesri, fils d’Afred, fils d’Ousîla, fils de Guérao »[14]. Cette famille aurait dirigé les Djeraoua, tribu alors à la tête des Botr, deux ethnonymes jusque-là jamais mis en relation avec la résistance berbère par les autres historiens arabes[15].

Cependant, seul Ibn Khaldoun parle des Djerawa, les textes présentent le plus souvent Dihya comme « une femme berbère régnant dans l’Aurès », sans lien tribal particulier[16]. La Kahena avait d'abord été « la reine de l’Aurès », avant de devenir « la reine des Berbères de l’Ifriqiya », nom que lui donnent les textes les plus anciens[14]. Son origine aurasienne est corroborée par la localisation des grandes batailles de son règne[14]. Quant au titre royal sans référence tribale qui lui est donné par ces sources, il correspond bien à la situation politique du massif. En effet, l'Aurès avait été la première région à se soulever contre le royaume vandale vers 484, et une principauté maure puissante s'est constituée, dirigée dans les années 530-540 par Iaudas[14].

Le pèlerin et voyageur at-Tijani (né entre 1272 et 1276) a néanmoins appris qu'elle appartenait à la tribu berbère des Laguatans[17]. En effet, le mythe de la Kahena était tel, dès le xe siècle, qu'il se prêtait à toutes les récupérations. Les habitants du Maghreb avaient tendance à retrouver les traces de la reine un peu partout : Al-Bakri rapporte une légende faisant de l'amphithéâtre d'El Jem : « le château de la Kahena ». Et at-Tijani rapporte la même tradition sur El-Djem[14].

Les historiens actuels admettent qu'elle était chrétienne, contrairement à une tradition qui la dit juive, tradition reprise entre autres par Ibn Khaldoun et, plus tard, par de nombreux historiens coloniaux[18]. Les sources anciennes livrent plusieurs indices qui suggèrent la christianisation de la Kâhina[16]. Outre les développements d'Ibn Khaldoun sur les Djerawa et en général « les Berbères d'Ifrîkiyya », tous chrétiens au moment de la conquête musulmane, c'est surtout un texte d'Al-Mâlikî qui retient l'attention : « Elle avait avec elle une énorme idole de bois qu’elle adorait. On la portait devant elle sur un chameau ». M. Talbi a avancé avec vraisemblance l'hypothèse d'une icône chrétienne. Il peut s'agir aussi d'une statuette de la Vierge. Au regard du passé de l'Aurès, il est beaucoup plus logique de faire de la Kâhina une chrétienne[16].

Conflit[modifier | modifier le code]

Kahina succède à Koceïla comme chef de guerre des tribus berbères vers 688, contre les armées omeyyades[19]. Nombre de sources arabes, dont plusieurs des plus anciennes, établissent un lien explicite entre Koceïla et la Kahina[7]. D'après l'historien al-Waqidi, Kahina se serait soulevée contre les Omeyyades, « par suite de l’indignation qu’elle ressentit de la mort de Koceila »[7].

En 698, le gouverneur et général omeyyade Hassan Ibn Numan quitte l'Égypte, et prend Carthage, et d'autres villes (voir la conquête musulmane du Maghreb). À Kairouan, Hassan s'informe de savoir qui est le roi le plus puissant de l'Ifriqiya, on lui dit qu'il s'agit de Kahina, une femme « qui régnait sur les Berbères et les Byzantins ». Il est donc allé à sa rencontre.

Kahina, ayant eu vent de ses intentions, marche sur la cité de Baghaï, croyant que Hassan pourrait l'utiliser comme une base, et la détruit. Hassan se dirige alors vers l'oued Nini (selon d'autres auteurs, à l'oued Meskiana), et s'arrête le long de la rivière pour procurer de l'eau à son armée. Kahina s'arrête le long de la même rivière avec son armée.

Les armées berbères et arabes passent la nuit à s'observer. Dans la vallée déserte et asséchée, Dihya dissimule son armée pendant la nuit, en partie dans la montagne, en partie derrière sa cavalerie et ses troupeaux de chameaux, pour prendre en embuscade les troupes d'Hassan. Le matin, lorsque les Arabes attaquent, ils sont accueillis par une pluie de flèches tirées entre les jambes des chameaux des Berbères. La cavalerie berbère qui se tient en embuscade surgit et massacre les forces arabes. Une fois les Arabes battus, les berbères les poursuivent jusqu'à Gabès[20]. Cette victoire, appelée bataille des chameaux, permet d'expulser les Omeyyades de l'Ifriqyia. Ceux ci se réfugient en Cyrénaïque pendant près de 4 ou 5 années. Les historiens musulmans surnomment le lieu de la bataille « Nahr Al Bala » (littéralement, la « rivière des épreuves »)[21]. Les Berbères font un grand nombre de prisonniers, Kahina leur rend la liberté, à l'exception d'un neveu de Hassan, nommé Khalid ibn Yazid[22].

Consciente que l'ennemi est trop puissant et va revenir, Kahina aurait pratiqué la politique de la terre brûlée en vue de dissuader l'envahisseur de s'approprier les terres, s'aliénant par là une partie de son peuple[23]. Cette politique a peu d'impact sur les montagnes et les tribus du désert, mais a pour effet de lui faire perdre le soutien crucial des sédentaires et des habitants des oasis. Au lieu de décourager les armées arabes, cette décision désespérée accélère la défaite de Kahina[note 1].

Pendant quelques années, elle gouverne un État berbère indépendant, des montagnes de l'Aurès aux oasis de Gadamès (695-700/703). Les chroniqueurs arabes sont silencieux sur la manière dont Kahina gouverne son territoire, mais il semble qu'à I'instar de Koceïla, elle ne mène aucune représailles contre les musulmans[24].

Cinq ans plus tard, Hassan Ibn Numan revient à l'assaut avec des renforts du calife Abd Al-Malik qui lui accorde plusieurs milliers de guerriers avec pour but de reconquérir l'Ifriqiya. Il commence par soumettre Gabès, le Nefzaoua et Gafsa[25].

Mort[modifier | modifier le code]

Kahina s'engage une dernière fois face aux Omeyyades à Tabarka, dans l'actuelle nord de la Tunisie.

Ibn Khaldoun décrit le combat comme particulièrement âpre, et indique que les musulmans ont bénéficié « d'une intervention spéciale de Dieu »[26]. Finalement, son armée est vaincue par celle de l'émir Moussa Ibn Noçaïr, elle parvient a s'échapper, mais est finalement tuée. Les récits littéraires varient, certaines sources indiquant qu'elle fut tuée dans l'Aurès près d'un lieu dès lors appelé Bir-al Kahina[27], tandis que d'autres sources indiquent Tabarka[28],[29].

D'après les récits ultérieurs, la défaite de ses troupes aurait été en partie due à la trahison de Yazid, jeune captif arabe que Kahina a épargné à la bataille de l'oued Nini. Celui-ci aurait tenu une correspondance secrète avec Hassan Ibn Numan pour le tenir au courant des mouvements des troupes berbères[25].

Selon les sources, elle serait soit morte au combat, l'épée en main, soit par suicide, en avalant du poison, plutôt que d'être prise par l'ennemi[30]. D'après Ibn Khaldoun, Kahina est capturée et décapitée, et sa tête est envoyée au calife Abd al-Malik. Selon Amamra Saïd Med El Hadi, il s'agit d'une invention de commentateurs arabes[26]. Cet événement se produit dans les années 690 ou 700 : l'année 703 est souvent retenue[31].

Après cette victoire, Hassan retourne à Kairouan. Il va de l'avant et prend Carthage, qui a été reprise par les Byzantins en 697 à la suite de la retraite arabe en Cyrénaïque. Après avoir réprimé la révolte berbère et chassé les Byzantins de la côte, il offre au reste des Berbères des termes de paix, et 12 000 d'entre eux sont recrutés dans l'armée arabe[32].

D'après certains historiens musulmans, prévoyant la déroute de son armée, Kahina aurait envoyé au préalable ses deux fils à l'armée arabe pour les protéger ; ceux-ci auraient été intégrés à un rang élevé dans l'armée arabe. Toutefois, l'historien Al-Waqidi indique qu'ils sont morts avec leur mère[31].

Récits médiévaux[modifier | modifier le code]

Kahina est réputée user de pouvoirs magiques : « Hassan accorda au fils aîné de la Kahena le commandement en chef des Djeraoua et le gouvernement du Mont-Auras. Il faut savoir que d'après les conseils de cette femme, conseils dictés par les connaissances surnaturelles que ses démons familiers lui avaient enseignées, ses deux fils s'étaient rendus aux Arabes avant la dernière bataille[33] ». Selon Ibn Khaldoun, elle est âgée de 127 ans le jour de sa mort.

Parmi les tribus berbères, Ibn Khaldoun distingue :

Parmi ces tribus originaires de l'actuelle Tunisie, des Aurès, de l'actuelle Algérie et de l'actuel Maroc, la tribu des Djerawa est une des plus puissantes de la confédération des Zénètes[34].

Mais, selon Gabriel Camps, les deux tribus berbères citées, Djerawa et Nefzawas, seraient de confession chrétienne avant l'arrivée de l'Islam.

Selon al-Darisi, Dihya commande la tribu des Djerawa pendant soixante-cinq ans, vit cent vingt sept ans et gouverne l'Ifriqiya pendant cinq ans[34]. Selon d'autres, elle prend la direction de la résistance à 22 ans.

Divergences historiques[modifier | modifier le code]

Le rôle joué par Dihya constitue un enjeu considérable pour ses commentateurs. Les sources que nous avons sur Dihya proviennent en grande partie des historiens musulmans. C'est donc pour certains d'entre eux sur des arrière-pensées et vues politiques que sont fondées leurs affirmations. Cela est d'autant plus difficile à vérifier que les sources diverses sont rares.

Politique de la terre brûlée[modifier | modifier le code]

L'historiographie a également mis l'accent sur la politique de la terre brûlée qui aurait été pratiquée par Kahina, d'après Ibn Khaldoun[réf. nécessaire], Émile-Félix Gautier, Ibn El Athir dans son livre Al-Bayan al-Mughrib, ce qui aurait motivé le mécontentement des cultivateurs de la côte. Cette version est contestée par certains historiens, comme Mohamed Talbi, ou Yves Modéran, selon lesquels il se serait agi, pour les historiens musulmans, de discréditer la reine berbère hostile à l'expansion musulmane : des villes et des villages auraient certes effectivement été brûlés, mais cela s'expliquerait non par l'invasion musulmane, mais par le fait que le Maghreb, depuis la chute de l'Empire romain d'Occident, était le théâtre d'affrontements entre Byzantins et Berbères, voire entre Berbères nomades et sédentaires.

Archéologie[modifier | modifier le code]

En Algérie, dans la région des Aurès, aucune étude sérieuse n'a été entreprise à ce jour. Mais depuis 2006, les autorités algériennes affirment entreprendre des recherches[35].

En Tunisie, le seul endroit qui témoigne de l'existence de Kahina est l'amphithéâtre d'El Djem[36].

La ville antique de Baghaï (dans la wilaya de Khenchela), où est supposé se trouver le château de Kahina (selon la légende, elle vivait dans un palais ; à plusieurs reprises, les archéologues ont pensé l'avoir trouvé, mais apparemment sans succès pour l'instant[37]), pourtant classée monument du patrimoine national, est en péril, ce que déplorent les spécialistes algériens sur place[38].

Postérité[modifier | modifier le code]

Selon Le Monde, « la cheffe guerrière est tour à tour célébrée en pionnière du féminisme ou en résistante nationaliste »[39].

Elle est citée par des auteurs arabes[Lesquels ?], après l'invasion de Baghaï, comme une femme possédant une poigne de fer, tout en étant une redoutable combattante[réf. nécessaire]. Dihya est la seule femme connue de l'histoire à avoir combattu militairement les Omeyyades[40].

Une statue a été construite en Algérie en mémoire de Kahina, à l'initiative de l'association Aurès El Kahina. Elle a été érigée dans le centre-ville de Baghaï, wilaya de Khenchela, et inaugurée en 2003 par Abdelaziz Bouteflika, lors de sa visite dans la wilaya. La statue, réalisée en acier Corten, est l'œuvre de l'artiste sculpteur Ali Bouteflika, qui s'est inspiré des anciennes pièces de monnaie à l'effigie de la reine[41],[42].

Incendie du 12 avril 2016[modifier | modifier le code]

Dans la nuit du , la statue de Dihya, à Khenchela, est victime d'un incendie criminel. Elle est brûlée à Baghaï par des personnes non identifiées la nuit du jeudi au vendredi 12 avril[43],[44],[45]. Le Mouvement autonomiste chaoui (MAC) dénonce l'incendie et déclare : « Dans ce Pays chaoui qui se meurt où l'histoire et la langue ne tiennent plus qu'a un fil, une forfaiture est commise dans un lieu hautement symbolique de notre identité en portant atteinte au symbole de la résistance chaouie »[43],[44]. L'acte est dénoncé et condamné par une grande frange de la société civile indignée[46].

À la suite de cet événement, la statue est restaurée quelques jours après par de jeunes chaouis révoltés par cet acte[46]. Certaines ont reproché aux autorités locales leur indifférence, et le fait qu'elles n'aient pas pris d'initiatives afin de chercher les coupables[47]. Un rassemblement de protestation a eu lieu le contre la tentative de vandalisme de la statue de Dihya[47]. Des militants chaouis ont notamment mis en avant plusieurs revendications, en appelant les autorités locales à restaurer la statue grâce à des spécialistes, et en exigeant le changement de la plaque du monument afin d'y ajouter la langue amazighe[47].

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Littérature algérienne[modifier | modifier le code]

Berthe Bénichou-Aboulker est la première femme de lettres à la célébrer dans une pièce de théâtre : La Kahena, reine berbère, en 1933[48].

Dans la littérature algérienne contemporaine, Kahina est évoquée dans les œuvres de beaucoup d'écrivains, notamment Kateb Yacine. L'originalité de ce dernier est d'avoir fait de Kahina une païenne au sens non idolâtre ou polythéiste, mais dont le paganisme s'apparente à un matérialisme moderne. Dans La Femme sauvage qu'il écrit entre 1954 et 1959, Kateb Yacine présente Kahina comme une adoratrice de la terre, seule divinité qu'elle reconnaisse. Cette passion pour la terre est synonyme de patriotisme[49].

Kahina prend alors l'image de « la vierge aux abois » nommée la « Numidie », abandonnée mourante par « Jugurtha », comme l'évoque Rachid dans son roman Nedjma en se disant :

« Et c’est moi, Rachid, nomade en résidence forcée, d’entrevoir l’irrésistible forme de la vierge aux abois (Kahina), mon sang et mon pays ; à moi de voir grandir sous son premier nom arabe la Numidie que Jugurtha laissa pour morte[50]. »

Mohammed Khaïr-Eddine :

« Khaïr-Eddine, selon Zemmouri, évoque Kahina dans ses textes comme une ancêtre emblématique (…). Dans Agadir le héros reconnaît comme divinité la « Déesse Sudique Rutilante » qui semble désigner à la fois Kahina et la terre du sud (…). L’histoire devient alors mythe. Mais alors que Farès et Kateb exaltent et célèbrent en elle la femme qui symbolise la résistance aux envahisseurs arabo-musulmans, Khaïr-Eddine, lui, préfère voir en elle le symbole de la révolte. Si elle intervient dans son œuvre c'est en tant que personnage incarnant l'opposition à l'ordre établi[51]. »

Dans ce même roman, Kahina proclame : « Je suis Kahina La Berbère. Les Roumis m’appellent la Reine Serpent de Barbarie. Mais je suis communiste…[51]. »

Littératures étrangères[modifier | modifier le code]

Plusieurs femmes ont évoqué Kahina, comme Gisèle Halimi dans son livre La Kahina[39] ou Baya Jurquet dans son livre Femmes algériennes : de la Kahina au Code de la Famille, où elle dénonce le Code de la famille adopté le , en Algérie. On compte aussi La Kahina de Roger Ikor, un roman édité chez Encre.

Gisèle Halimi a déclaré :

« J’ai voulu clore ce cycle par la Kahina. Dans son contexte historique, je l’ai fait vivre, aimer, guerroyer, mourir. Comme mon père, Édouard le Magnifique, l’aurait peut-être imaginée. La Kahina était-elle son ancêtre ? Peut-être. L’ai-je aimée en la faisant revivre. Oui. Passionnément[52]. »

L'auteur Manly Wade Wellman a écrit un roman fantaisiste historique à son sujet, intitulé Cahena.

On doit à Isaure de Saint Pierre le roman La Kahina, reine des Aurès, paru en novembre 2011 chez Albin Michel.

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les récits arabes sont considérés comme extrêmement exagérés. Voir Talbi (1971) et Modéran (2005).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « VA - ⴷⵉⵀⵢⴰ / Dihya, by Dream Crew Records », sur Dream Crew Records (consulté le )
  2. « La Kahina, la reine amazighe qui a unifié le Maghreb », sur www.algerie360.com, (consulté le )
  3. Baya Jurquet-Bouhoune, Jacques Jurquet, Femmes algériennes : de la Kahina au Code de la famille : guerres-traditions, , p. 26.
  4. Guy Pervillé, « Du berbérisme colonial au berbérisme anti-colonial », la transmission du thème de l’identité berbère des auteurs coloniaux français aux intellectuels nationalistes algériens,‎ (lire en ligne).
  5. Joëlle Allouche-Benayoun, « Gisèle HALIMI, La Kahina », Clio. Femmes, Genre, Histoire, no 30,‎ , p. 265–267 (ISSN 1252-7017, lire en ligne, consulté le ).
  6. Mohammed El Fasi, L'Afrique du VIIe au XIe siècle, Unesco, , 962 p., p. 265.
  7. a b c et d Y. Modéran, « Kahena. (Al-Kâhina) », dans Encyclopédie berbère, Éditions Peeters, (ISBN 9782744905384, lire en ligne), p. 4102–4111.
  8. (en) Amy McKenna, The History of Northern Africa, Britannica Educational Publishing, , 200 p. (ISBN 978-1-61530-318-2, lire en ligne), p. 40.
  9. Ibn Khaldoun (trad. William Mac Guckin de Slane), Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l'Afrique septentrionale, Imprimerie du gouvernement, , 540 p. (lire en ligne), p. 193
  10. (en) Jonathan Conant, Staying Roman : conquest and identity in Africa and the Mediterranean, 439-700, Cambridge, Cambridge University Press, , 438 p. (ISBN 978-0-521-19697-0, lire en ligne), p. 280–281.
  11. Geneviève Chauvel, Les cavaliers d'Allah : De l'Orient vers l'Occident, l'Islam conquérant, Archipel, , 260 p. (ISBN 978-2-8098-1825-3, lire en ligne)
  12. Idris El Hareir et Ravane M'Baye, The Spread of Islam Throughout the World, Series : Different aspects of Islamic culture, 3, Paris, France, UNESCO Publishing, , 309 p. (ISBN 978-92-3-104153-2, lire en ligne)
  13. Ibn Khaldoun 1856, p. 193.
  14. a b c d et e C. El Briga, « Djerawa », dans Encyclopédie berbère, Éditions Peeters, (ISBN 9782857448280, lire en ligne), p. 2451–2452
  15. Y. Modéran, Encyclopédie berbère, vol. 27 : Kahena, Éditions Peeters, (ISBN 978-2-7449-0538-4 et 2-7449-0538-0, lire en ligne)
  16. a b et c Yves Modéran, « Chapitre 18. Les Botr, les Branès, et le monde berbère au viie siècle », dans Les Maures et l’Afrique romaine (IVe-VIIe siècle), Publications de l’École française de Rome, coll. « Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome », (ISBN 978-2-7283-1003-6, lire en ligne), p. 761–810
  17. Abou Moḥammad Abd Ạllāh b́n Ibrahim al-Tidjanī (trad. M. Alphonse Rousseau), Voyage du scheikh Et-Tidjani dans la Régence de Tunis, pendant les années 706, 707 et 708 de l'hégire (1306-1309 de J.-C.), Paris, Imprimerie impériale, (lire en ligne), p. 62
  18. MEYNIER Gilbert, « 14. Du christianisme à l'islam : rupture ou glissement ? », dans : , L'Algérie des origines. De la préhistoire à l'avènement de l'islam, sous la direction de MEYNIER Gilbert. Paris, La Découverte, « Poche / Sciences humaines et sociales », 2010, p. 195-207.
  19. « Algérie : sur les traces de Kahina, reine berbère symbole de la résistance amazigh – JeuneAfrique.com », JeuneAfrique.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  20. Gisèle Halimi, La Kahina, Plon, , 260 p. (ISBN 978-2-259-20314-2), p. 125-126
  21. Virginie Prevost, L'aventure ibāḍite dans le Sud tunisien (VIIIe-XIIIe siècle) : effervescene du̕ne région méconnue, Academia Scientiarum Fennica, , 480 p. (ISBN 978-951-41-1019-1, lire en ligne), p. 39
  22. (en) Haim Zeev Hirschberg, A History of the Jews in North Africa : From antiquity to the sixteenth century, Brill, (lire en ligne), p. 92
  23. Bernard Werber, Nouvelle encyclopédie du savoir relatif et absolu, Albin Michel, , 592 p. (ISBN 978-2-226-22208-4, lire en ligne), p. 131
  24. Djamel Souidi, Grands personnages de l'histoire ancienne de l'Algérie : des origines à 1830, Editions du Tell, , 144 p. (ISBN 978-9961-773-29-1, lire en ligne), p. 60
  25. a et b Jacques Thiry, Le Sahara libyen dans l'Afrique du nord médiévale, Peeters Publishers, , 604 p. (ISBN 978-90-6831-739-8, lire en ligne), p. 120
  26. a et b Amamra Saïd Med El Hadi, Qui dit mieux ?, Batna, , 33 p. (lire en ligne), p. 16
  27. Nicole S. Serfaty, Les courtisans juifs des sultans marocains, XIIIe-XVIIIe siècles : Hommes politiques et hauts dignitaires, Editions Bouchène, , 264 p. (ISBN 978-2-35676-048-7, lire en ligne)
  28. Abdelmajid Hannoum, « Historiographie et légende au Maghreb : la Kâhina ou la production d'une mémoire », Annales, vol. 54, no 3,‎ , p. 667–686 (DOI 10.3406/ahess.1999.279771, lire en ligne, consulté le )
  29. Dmoh Bacha, Algerie Culture Identite : Maghreb Algerie Maroc Tunisie, Illindi Publishing, , 225 p. (ISBN 978-1-0955-9126-0, lire en ligne)
  30. Charles André Julien, Roger Le Tourneau, Histoire de L'Afrique du Nord, Praeger, , 446 p., p. 13
  31. a et b Modéran 2011.
  32. (en) Various, Routledge Library Editions : Muslim Spain, Routledge, , 1126 p. (ISBN 978-1-134-98583-8, lire en ligne), p. 75
  33. Ibn Khaldoun 1852, p. 214-215.
  34. a et b Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l'Afrique septentrionale, traduction de William McGuckin de Slane, éd. Paul Geuthner, Paris, 1978, tome 1, p. 208-209
  35. « Khenchela », Hommage à El Kahina, Le Soir d'Algérie,‎ (lire en ligne)
  36. Ch. TISSOT, « Inscriptions de l'Amphithéâtre d'El-Djem (1), (Tunisie) », Revue Africaine,‎ (lire en ligne)
  37. Amamra Saïd Med El Hadi, QUI DIT MIEUX ?, , 33 p. (lire en ligne)
  38. « Kasr El-Kahina en péril », Khenchela,‎ (lire en ligne)
  39. a et b Frédéric Bobin, « La Kahena, mythique reine berbère aux mille visages », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  40. Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères
  41. Larbi Graïne, « La Kahina est-elle connue chez elle ? », Baghaï (Oum El Bouaghi), fief de la résistance,‎ (lire en ligne)
  42. Ghania Khelifi, « La Kahina, la femme qu’ils n’aiment pas », Algérie,‎ (lire en ligne)
  43. a et b « La statue de la reine amazigh Dihya incendiée à Baghaï (Khenchela) », sur Le Matin d'Algérie (consulté le ).
  44. a et b Actu, « La statue de la reine amazigh Dihya incendiée à Baghaï (Khenchela) », sur News 360, (consulté le ).
  45. « La statue de la reine Dihya incendiée à Baghaï : Le MAC réagit », sur Siwel, (consulté le ).
  46. a et b Rédaction, « La statue de la reine Kahina restaurée », sur BejaiaNews, (consulté le )
  47. a b et c « Fouad Gasmi : "Les autorités locales de Baghaï doivent protéger et restaurer la statue de Dihya" », sur Le Matin d'Algérie (consulté le )
  48. (en) Ghada Hashem Talhami, Historical Dictionary of Women in the Middle East and North Africa, Rowman & Littlefield, , 407 p. (ISBN 978-0-8108-6858-8, lire en ligne), p. 191
  49. A. Ferhat, « Ils ont marqué leur époque », Kahena (5e partie),‎ (lire en ligne)
  50. Kateb Yacine, Nedjma, Paris, PUF, , 1re éd. (lire en ligne), p. 48
  51. a et b Mohammed-Saâd Zemmouri et Muḥammad al-Yamlāḥī Wazzānī, Présence berbère et nostalgie païenne : dans la littérature maghrébine de langue française, Le Club du Livre, (lire en ligne), p. 106
  52. Semmar Abderrahmane, « La Kahina, de Gisèle Halimi, Légende d'une héroïne », LeMague,‎ (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cartes repères[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources primaires[modifier | modifier le code]

  • Ibn Abd al-Hakam (trad. de l'arabe), Conquête de l'Egypte, de l'Afrique du Nord et de l'Espagne [« Futūḥ mișr wa'l maghrab wa'l andalus »]
  • Al-Baladhuri (trad. de l'arabe), Livre des conquêtes des pays [« Futuh al-Buldan »]
  • Ibrahim ibn ar-Raqiq (trad. de l'arabe), Histoire de l’Ifriqiyâ et du Maghreb [« Târîkh Ifriqiyâ wa al-Maghrib »]
  • Ibn Khaldoun (trad. William Mac Guckin de Slane), Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l'Afrique septentrionale, t. I, Imprimerie. du Gouvernement, , 604 p. (lire en ligne)
  • Ibn Khaldoun (trad. William Mac Guckin de Slane), Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l'Afrique septentrionale, t. III, Imprimerie. du Gouvernement, , 542 p. (lire en ligne)

Essais, romans, théâtre[modifier | modifier le code]

Recherches historiques actuelles[modifier | modifier le code]

  • (en) Abdelmajid Hannoum, « Historiography, Mythology and Memory in Modern North Africa: The Story of the Kahina », Studia Islamica, no 85,‎ , p. 85 (ISSN 0585-5292, DOI 10.2307/1595873, lire en ligne, consulté le )
  • Abdelmajid Hannoum, « Historiographie et légende au Maghreb : la Kâhina ou la production d'une mémoire », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 54, no 3,‎ , p. 667-686 (ISSN 0395-2649, DOI 10.3406/ahess.1999.279771, lire en ligne, consulté le )
  • Yves Modéran, « Kahena », Encyclopédie berbère, no 27,‎ (lire en ligne, consulté le )
  • Yves Modéran, « De Masties à la Kahina », De Masties à la Kahina, Actes de la première journée d'études sur l'Aurès organisée par l'Université de Khenchéla et la société Aouras, 4-8 juin 2005, Kenchéla, Aouras,‎ , p. 159-183 (lire en ligne, consulté le )