Vandalisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Panneaux d'affichage avec tags et casse
Vandalisme urbain.

Le vandalisme désigne tout acte de destruction ou de dégradation gratuite visant des biens publics ou privés. Le vandalisme vise le plus souvent des édifices et biens mobiliers, des sites naturels, des documents ou œuvres artistiques, et en particulier tout ce qui constitue l'identité d'une culture, son patrimoine. Dans le langage courant, cependant, le terme s'applique parfois à d'autres types de déprédations volontaires. Certains sites internet peuvent également être visés par des modifications intégrant des insultes ou d'autres modifications quelconques.

Histoire[modifier | modifier le code]

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Sur un bambou : vandalisme, art contestataire ou graffiti ?

Le terme apparaît en 1793[1] pour être popularisé le 10 janvier 1794 par Henri Grégoire, dit « l'abbé Grégoire », évêque constitutionnel de Blois, dans son rapport adressé à la Convention, où il utilise le mot pour désigner l'attitude destructrice d'une partie de l'armée républicaine. L’intervention du législateur dans la politique de protection du patrimoine sera alors plus active. Les débats des assemblées révolutionnaires ont dégagé la notion de patrimoine - étrangère à l’Ancien Régime - et ont conclu à la nécessité de le protéger. L’abbé Grégoire déclare en 1794 que « Les barbares et les esclaves détestent les sciences et détruisent les monuments des arts, les hommes libres les aiment et les conservent »[2]. L'abbé Grégoire veut ainsi protéger le patrimoine artistique de l'Ancien Régime afin d'en faire bénéficier le peuple[3]. Il écrit dans ses Mémoires : « Je créai le mot pour tuer la chose »[4]. Le terme vandalisme vient des Vandales, horde germanique qui, en 455, avait mis Rome à sac, avant de s'illustrer dans d'autres pillages. Lorsque l'abbé Grégoire forge le terme, il veut dénoncer les destructions des monuments nationaux par les révolutionnaires.

Il existait déjà le terme d'iconoclasme, créé par les Byzantins[5] pour décrire les briseurs d'images ou de statues religieuses, terme employé pour parler, par exemple, des iconoclastes protestants du XVe siècle, mais le mot avait le double désavantage d'être un peu trop savant et d'être associé aux images religieuses[6]. Les destructions des immeubles et du mobilier au moment de la révolution vont plus loin que le simple iconoclasme[7] : « C’est avec réflexion et sang-froid qu’on a attaqué nos monuments d’architecture et de sculpture. Des maçons étaient payés à la journée pour anéantir les ouvrages d’art[8]

L'importance du phénomène en France se manifeste dans la vigueur avec laquelle, dès 1795, la lutte contre le vandalisme se dote de moyens. Alexandre Lenoir est chargé de la création d'un musée des monuments français, un inventaire des châteaux commencé par Louis XVI est achevé en 1795.

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Statues dans la cathédrale Saint-Martin d'Utrecht, attaquées durant l'iconoclasme de la Réforme au XVIe siècle[9].

Les romantiques sont très sensibles à la valeur des ruines du passé et Victor Hugo, s'appuyant sur le rapport de Ludovic Vitet inspecteur général des monuments historiques, rédige Guerre aux démolisseurs en 1832. En 1837, François Guizot crée une commission des monuments historiques. Prosper Mérimée, qui succède à Vitet aux Monuments historiques, poursuit ce travail de sauvetage. L'inscription des sites menacés aux Monuments historiques permet de les sauver ; c'est le cas de l'église Notre-Dame de La Charité-sur-Loire[10]. Dans de nombreux cas une restauration s'avère nécessaire[11]. Vers 1830 commence un vaste mouvement de restauration du patrimoine dans lequel s'illustre Viollet-le-Duc.

Mais la bonne volonté ne suffit pas toujours, et les travaux de restauration des monuments ne sont pas forcément menés dans les règles de l'art. Ceci amène le comte de Montalembert à définir une nouvelle catégorie de vandales : il y avait les destructeurs, il y a désormais les mauvais restaurateurs[12]. Louis Réau les appellera les vandales bienveillants[13]. L'idée de protection du patrimoine fait son chemin dans toute l'Europe. En Grande-Bretagne, il existait des sociétés savantes, par exemple la en:Society of Antiquaries of London, créée en 1707, ou la Society of Antiquaries of Scotland, qui datait de 1780, mais ces organisations se préoccupaient surtout de l'étude et de la description des monuments et vestiges du passé. Lorsqu'en 1849 se crée la Royal Society of Antiquaries of Ireland elle a pour objectif supplémentaire de sauver les monuments anciens des déprédations du temps et des hommes. En 1850, l'empereur François-Joseph signe un décret pour la création d'une commission d'étude et de protection des monuments historiques[14].

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Cloître de Saint-Guilhem, dans le musée des « Cloisters », à New York.

Au fur et à mesure qu'évoluent les mentalités, le mot « vandalisme » s'enrichit et se nuance. Une loi de 1906 interdisant l'exportation d'objets cultuels classés montre une certaine dérive nationaliste du terme. La multiplication des sociétés privées et des associations locales dont l'objectif est de protéger un patrimoine local peut-être méconnu des autorités parisiennes témoigne, sur l'ensemble du territoire, de la conscience des menaces qui pèsent sur les monuments du passé, et du souhait d'y remédier. Les dommages de guerre, notamment les bombardements aériens qui affectent des monuments uniques sont considérés comme du vandalisme; certaines formes de destruction qui allaient de soi pour des raisons d'ordre public (démolition d'un monument ancien pour en construire un nouveau, par exemple le chantier d'Haussmann à Paris) deviennent des formes de vandalisme aux yeux de l'opinion publique[15]. Des bâtiments industriels entrent au patrimoine et doivent par conséquent être protégés. La loi devient contraignante pour les promoteurs ou les responsables de l'aménagement du territoire, avec une obligation de fouilles archéologiques préventives en France. Au Royaume-Uni, une organisation non gouvernementale, Rescue, fondée en 1971, sollicite des aides du gouvernement pour organiser ces fouilles préventives[16]. Dans certains pays, notamment aux États-Unis, il n'est pas jusqu'au travaux des archéologues-ethnologues qui n'échappent aux reproches de vandalisme, par exemple dans la controverse sur l'homme de Kennewick[17].

Ruines de l'abbaye de Jumièges.

En s'étendant, la notion de vandalisme cesse également de concerner seulement les pays riches. Il existe un vandalisme du temps, que pallie la restauration, mais aussi un vandalisme de la misère, lorsque des pays ne peuvent se permettre de maintenir en l'état leurs monuments historiques ou doivent les sacrifier à des impératifs de développement. Un des déclencheurs de cette prise de conscience est la décision du président Nasser de faire construire un nouveau barrage sur le Nil menaçant le temple de Ramsès II à Abou Simbel et le sanctuaire d'Isis à Philæ. Dès 1972, l'Unesco propose une Convention pour la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel, qui doit servir à garantir la protection de sites considérés comme Patrimoine de l'humanité, en les inscrivant dans la Liste du patrimoine mondial. L'opinion publique internationale se mobilise devant ce qu'elle considère comme une menace de vandalisme insupportable. Abou Simbel est sauvé. Dès 1933, Raphael Lemkin a proposé un composant culturel au génocide, qu'il a appelé « vandalisme »[18].

Mais le mot vandalisme n'a pas fini d'élargir son sens. En 1901, se crée une Société pour la protection des paysages et de l'esthétique de la France[19]. Avec le développement de l'écologie et de la protection de l'environnement, le terme en vient à désigner aussi la dégradation des sites naturels par la pollution ou par l'urbanisme sauvage. Les sites naturels sont désormais eux aussi classés et protégés autant que faire se peut des vandales en tous genres qui les menacent[20]. À force d'être utilisé comme terme d'opprobre, le mot vandalisme finit par perdre le sens d'une attaque contre le patrimoine pour ne plus dénoter que la destruction aveugle ou malfaisante. Jean-Pierre Changeux parle de vandalisme écologique[21], Jacques Testart qualifie les OGM de vandalisme libéral[22]. Le vandale est celui qui s'attaque aux choses même dénuées de valeur patrimoniale, qui détruit le mobilier urbain, brûle les voitures, couvre les murs de graffiti, envoie des virus sur Internet, insère des commentaires impertinents dans les articles de Wikipédia.

Vandalisme actuel[modifier | modifier le code]

Les cas récents de vandalisme incluent la destruction de monuments en Union soviétique après son éclatement (vandalisme politique) ; la destruction des Bouddhas de Bâmiyân en Afghanistan par les talibans[23] (vandalisme religieux). En France, il existe des actes de vandalisme plus coûteux accomplis par des personnes désignées sous le terme casseurs. De actes de vandalisme de plus grande ampleur encore peuvent avoir lieu à l'occasion de violences urbaines. Par ailleurs, de nombreuses églises non classées au titre des monuments historiques pourtant non dénuées d'intérêt architectural ou historique sont aujourd'hui en réel danger. Le désintérêt et le manque d'entretien de ces édifices de la part de municipalités en ayant pourtant la charge aboutissent à leur destruction. Il en est ainsi de l'église Saint-Jacques d'Abbeville dans la Somme, superbe construction de l'architecture religieuse néo-gothique du XIXe siècle de l'architecte Victor Deleforterie, dont la destruction programmée en février, mars et avril 2013, est le résultat de renoncement et négligences accumulées qui auraient pu être évités.

Différents types[modifier | modifier le code]

Vandalisme pudibond : la représentation de Ganymède a été recouverte d'une mosaïque par les censeurs chrétiens.
Vandalisme intolérant : l'inscription en langue arabe a été vandalisée
Vandalisme puéril sur une lampe.
Murs du temple de Philæ, Égypte.

Les différents auteurs (Montalembert, Réau, Fleury et Leproux par exemple) distinguent différents types de vandalisme selon les motivations des auteurs. Ces distinctions leur permettent de classer rétroactivement dans la catégorie vandalisme des actes que leur époque aurait qualifiés différemment. Dans les Verrines, par exemple, Cicéron décrit ainsi les actes de son adversaire : « Je vais parler de ce que Verrès appelle son goût ; ses amis, sa maladie, sa manie ; les Siciliens, son brigandage : moi, je ne sais de quelle expression me servir. »

Or c'est exactement ce que Louis Réau appellera, deux mille ans plus tard, l' elginisme[24]. Ainsi Louis Réau dresse-t-il le catalogue et l'inventaire des exemples suivants :

Les actes de vandalisme sont souvent commis dans le cadre de guerres, guerres de religion ou de tourmentes politiques. On s'attaque aux symboles les plus visibles du groupe ennemi :
  • Vandalisme guerrier des envahisseurs dits barbares de l'Empire romain, des Vikings au VIIIe siècle.
  • Vandalisme religieux : des chrétiens envers les idoles païennes, des protestants contre les monuments et les symboles catholiques (et aujourd'hui des Talibans contre les statues bouddhistes en Afghanistan). Les religions monothéistes qui interdisent les images abritent des fanatiques prompts à détruire tout ce qui leur paraît une atteinte à leur dogme. Les régimes anti-religieux organisent (Russie soviétique) ou laissent faire (Révolution française, Révolution culturelle chinoise) la démolition des édifices et symboles religieux.
  • Vandalisme partisan : à travers toute l'histoire, la destruction des monuments érigés par un gouvernement précédent a souvent constitué le symbole de la transition de pouvoir.

Mais même sans l'alibi de la violence des temps, il reste des formes d'intolérance telles que le

  • Vandalisme pudibond : C'est une des formes de vandalisme de censure : il arrive qu'un changement dans les mœurs dominants rende inacceptables des œuvres jugées indécentes ou pornographiques. C'est le cas de sculptures martelées, de manuscrits médiévaux effacés[25] ou de « repeints » (comme sur le Jugement dernier de Michel-Ange dont les nus ont été rhabillés sur ordre du pape).
  • L'ignorance ou le manque de réflexion
  • Vandalisme superstitieux : en s'attaquant aux images des personnes ou des choses, on croit s'attaquer à la chose ou à la personne. Vasari dans ses Vies des peintres illustres signale les mutilations subies par une fresque d’Andrea del Castagno représentant le Christ à la colonne : Cette image est telle que si elle n'avait pas été barbouillée et endommagée en raison de l'ignorance de ceux qui voulaient se venger des Juifs, ce serait sûrement une des plus belles œuvres d'Andréa[26].
  • Vandalisme sentimental : on détruit des monuments en raison des souvenirs pénibles qui s'y attachent.
  • Vandalisme puéril : les dégradations puériles de bâtiments, certaines profanations de lieux chargés de mémoire par des personnes désœuvrées ou éméchées[27].
  • Vandalisme ignorant : les premières fouilles archéologiques (Pompéi par exemple), conduites en dépit du bon sens par des amateurs pleins de bonne volonté ou les acquéreurs de monuments, vendus comme biens nationaux à la Révolution, les démantelant pour en revendre les pierres.
  • Vandalisme pathologique : la destruction de l'Artémision d'Éphèse par Érostrate.
  • Les destructions des villes en temps de guerre se doublent souvent d'une mise à sac de leurs richesses. Il en a été de même sous la révolution, où le patrimoine admirable des tapisseries flamandes ou françaises ont été détruites pour en récupérer les fils d'or ou d'argent. Les pilleurs de tombes sont un autre exemple de ces vandales avides.
  • Le vol d'œuvres d'art revendues sur un marché parallèle. Lors de la seconde guerre d'Irak, le musée de Bagdad est immédiatement livré aux vandales.
  • L' Elginisme, selon Louis Réau, du nom de Lord Elgin qui rapporta en Grande-Bretagne des bas-reliefs du Parthénon. Napoléon s'illustra dans le pillage de l'Égypte et de l'Italie[28]. L'idée est que certains trésors de l'art antique étaient plus en sécurité dans des pays comme la France et la Grande-Bretagne : vandalisme allogène contre vandalisme endogène. Mais cette pratique remonte à l'antiquité. Dans le de Signis, Cicéron rapporte des Ségestains que Dans une guerre qu'ils soutinrent en leur nom contre les Carthaginois, leur ville fut prise et détruite. Tout ce qui pouvait servir à l'embellissement de Carthage fut emporté par les vainqueurs.

Enfin on peut aussi parler d'un vandalisme allié, comme celui des bombardements américains sur la France pour préparer le débarquement en 1944, qui ont anéanti la vieille ville de Brest et sa rade, par exemple. Un auteur contemporain, Dario Gamboni, distingue lui le vandalisme pour le vandalisme, le vandalisme politique, et le vandalisme des censeurs comme motifs principaux du vandalisme aux XIXe et XXe siècles[29].

Plus délicat à classer car faisant l'objet de controverses entre opposants et supporters (qui y voient un acte de résistance civile), mais appartenant sans doute à la catégorie politique (activisme politique) est le vandalisme protestataire : en France, les opérations de fauchage d'OGM, ou le démontage de restaurant fast-food (pour cause d'opposition à la malbouffe) sont considérés comme des actes de vandalisme et sont punis par la loi[30].

Conséquences[modifier | modifier le code]

La splendeur du château de Mehun-sur-Yèvre, saccagé pendant les guerres de religions et détruit au XVIIe siècle ne survit que dans cette miniature, Les Très Riches Heures du duc de Berry, musée Condé, Chantilly, ms.65, f.161v, vers 1410-1416.

Outre la perte de monuments et de richesses irremplaçables, le vandalisme induit une vision tronquée de l'histoire lorsque des pans entiers d'une culture disparaissent du fait de vandalisme de masse. L'histoire du vandalisme sert alors à dresser un inventaire des œuvres disparues afin que les historiens puissent en tenir compte dans leur reconstitution d'une époque.

Littérature et patrimoine[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Réau, Histoire du vandalisme, Préface, p. 9, (ISBN 2221070151)
  2. Extrait de La politique du patrimoine et le législateur par Philippe Richert, président du Conseil général du Bas-Rhin, président du Groupe d’études sénatoriales sur le patrimoine architectural (Les Annonces de la Seine n° 60, 10 septembre 1998), Allocution présentée au colloque Les journées juridiques du patrimoine
  3. Louis Réau, p. 13
  4. Abbé GRÉGOIRE, Mémoires, t. 1, p. 346.
  5. Louis Réau, p. 11
  6. Les termes 'brisimage' ou rompeurs d'images ne survivent pas aux guerres de religion. Réau, p. 79
  7. Le musée Carnavalet possède plusieurs tableaux représentant des destructions de monuments au moment de la révolution : Démolition de l'église Saint-Barthélémy sur l'Ile de la Cité (1791), de Pierre Demachy, Démolition de l'église Saint-Jean-en-Grève (1798-1800 ?), du même peintre, L'église des Feuillants en démolition, d'Hubert Robert, et Pillage d'une église pendant la Révolution, de François Louis Swebach-Desfontaines
  8. Esprit Calvet dans un mémoire de 1797 cité par F. Souchal, op. cité p.18
  9. The birth and growth of Utrecht
  10. INRAP - institut national de recherches archéologiques preventives : Accueil
  11. C'est le cas de la Chartreuse du Val-de-Bénédiction et du monument funéraire du pape Innocent VI
  12. Voir le discours de Montalembert publié dans les Annales Archéologiques
  13. On pourrait citer les toits d'ardoise de ce monument exceptionnel que constitue la cité médiévale restaurée de Carcassonne
  14. K.k. Central-Commission zur Erforschung und Erhaltung der Baudenkmale, voir ici
  15. Voir par exemple cet article au titre éloquent : les nouveaux vandales
  16. Rappelons la polémique consécutive à la découverte des vestiges du théâtre de la Rose, à Southwark, Londres, lors des travaux de terrassement d'un projet de construction. Voir le Rose Theatre in Southwark
  17. L'étude de ce squelette humain a été critiquée par les associations amérindiennes. Voir aussi NAGPRA Native American Graves Protection and Repatriation Act
  18. Raphael Lemkin, Acts Constituting a General (Transnational) Danger Considered as Offences Against the Law of Nations (J. Fussell trans., 2000) (1933); Raphael Lemkin, Axis Rule in Occupied Europe, p. 91 (1944).
  19. Réau, p. 904
  20. Voir aussi réserve naturelle, les zones RAMSAR, la protection du littoral, le vandalisme des pétroliers
  21. L’Homme neuronal, Fayard, Paris, 1983
  22. Les OGM, un vandalisme libéral - Les Verts de l’Isère
  23. Voir ce lien externe
  24. Idem, p. 24
  25. Historic Art, numéro 2 Article 01
  26. Et è sí fatta questa pittura, che se ella non fusse stata graffiata e guasta dalla ignoranza di chi ha voluto vendicarsi contra i Giudei, ella sarebbe certo bellissima tra tutte le cose di Andrea. Giorgio Vasari, Le vite de più eccelenti Architteti, Pittori, et Scultori Italiani, da Cimabue insino a' tempi nostri, Andrea d'al Castagno di Mugello, éd. Florence, 1550
  27. Thucydide mentionne ce type de vandalisme dans la Guerre du Péloponnèse, VI, XXVII-XVIII : Là-dessus une dénonciation, venue de métèques et de gens de service, sans rien révéler au sujet des Hermès, apprend qu’il y avait eu précédemment d’autres mutilations de statues, du fait de jeunes gens qui s’amusaient et qui avaient bu.
  28. Voir l'article vol d'œuvres d'art par Napoléon
  29. The Destruction of Art: Iconoclasm and Vandalism Since the French Revolution, 1997, Yale University press, ISBN 0-300-07170-1
  30. Communiqué du ministre de l'Agriculture Dominique Bussereau

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Réau, édition augmentée par Michel Fleury et Guy-Michel Leproux, Histoire du vandalisme - Les monuments détruits de l'art français, Paris, Robert Laffont « Bouquins »,‎ 1994 (ISBN 2 221 07015 1)
    édition augmentée. 1ère édition : 1958
  • Michael Camille, Obscenity under Erasure. Censorship in Medieval Illuminated Manuscripts - Obscenity. Social Control and Artistic Creation in the European Middle Ages, Leiden-Boston-Köln, Brill, Jan M. Ziolkowski (éd.),‎ 1998
    pp. 139-154
  • Léopold Niepce, Les monuments d’art de la primatiale de Lyon détruits ou aliénés pendant l’occupation protestante en 1562,‎ 1881
    réd. Lyon, René George, 1998
  • François Souchal, Le vandalisme de la Révolution, Nouvelles éditions latines, 2008.
  • Griffith Bernhard, Révolution française et "vandalisme révolutionnaire : Actes du colloque international de Clermont-Ferrand 15-17 décembre 1988, Universitas, 1992.
  • Dario Gamboni, The Destruction of Art: Iconoclasm and Vandalism Since the French Revolution, Yale University press,‎ 1997 (ISBN 0300071701)
  • Jean-Michel Leniaud, Introduction aux "Mémoires" de l'abbé Grégoire, Paris, éditions de Santé,‎ 1989
  • F. Robina, Cent quarante trois ans de lutte contre le vandalisme, Les Cahiers de la Ligue urbaine et rurale
    3e trimestre 1966
  • Servin Bergeret, « Vandalisme et art contemporain : action destructrice et/ou créatrice ? Un iconoclasme en Avignon : “Immersion (Piss Christ)” d’Andres Serrano », Revue TRANSVERSALES du Centre Georges Chevrier - 1 - mis en ligne le 12 mars 2014. URL : http://tristan.u-bourgogne.fr/CGC/publications/transversales/Vandales_vandalismes/S_Bergeret.html

Liens externes[modifier | modifier le code]