Mohamed Talbi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Talbi.
Mohamed Talbi
Mohamed Talbi.JPG

Mohamed Talbi en 2012.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 95 ans)
TunisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
محمد الطالبيVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinctions
Liste détaillée
Ordre de la République (en)
Commandeur de l'ordre du Mérite civil ()
Officier de la Légion d'honneur ()
Prix Leopold-Lucas (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Mohamed Talbi (arabe : محمد الطالبي), né le à Tunis[1],[2] et mort dans la nuit du 30 avril au à Tunis[3],[4], est un historien, penseur et islamologue tunisien.

Professeur émérite à l'Université de Tunis, où il a enseigné l'histoire du Moyen Âge pendant de nombreuses années, il a également fréquenté les cercles universitaires européens et nord-américains. Marqué par cette double influence, il prône une mutuelle reconnaissance entre les traditions de l'Occident et de l'Orient. Il a participé activement aux travaux du Conseil pontifical pour le dialogue inter-religieux et a été un co-fondateur du Groupe de recherches islamo-chrétien.

Mohamed Talbi a publié une trentaine d'ouvrages et une centaine d’articles consacrés à l'histoire, la théologie et la spiritualité. Il a également rédigé des ouvrages d’intérêt plus général pour un public plus large, présentant les origines de la religion musulmane et ses principaux courants anciens et actuels. Mais son apport principal aura été d’inviter à réfléchir sur les bases mêmes du discours sur les religions.

Il a consacré une grande partie de sa vie au dialogue entre les religions et les cultures.

Biographie[modifier | modifier le code]

Agrégé d’arabe en 1952 puis docteur ès lettres (histoire) de la Sorbonne en 1968[1], avec une thèse portant sur les Aghlabides[2], il se spécialise en histoire médiévale et en islamologie et devient professeur honoraire à la faculté des sciences humaines et sociales de Tunis[1]. Premier doyen de la faculté des lettres et sciences humaines de Tunis de 1966 à 1970, il devient par la suite recteur de l'université de Tunis. Directeur (1969-1989) puis président d’honneur (depuis 1989) des Cahiers de Tunisie, il est par ailleurs directeur du département d’histoire au Centre d'études et de recherches économiques et sociales (1973-1977), président du Comité culturel national (1983-1987) et de l'Académie tunisienne des sciences, des lettres et des arts (2011-2012).

Il est membre de l'Académie royale d'histoire (1970) et de I'Académie universelle des cultures (1994), membre associé d'Islamochristiana (1975) et du comité de direction de l’Encyclopédie de l’Islam (1978), membre fondateur de I‘Académie tunisienne des sciences, des lettres et des arts (1982), membre du bureau de la Maghreb Review (Londres) et membre du comité d’honneur de Conscience et liberté[1].

Il œuvre pour la rénovation de la pensée musulmane et la lutte contre les intégrismes dont le salafisme fait partie. Après des années de lutte contre la dictature de Zine el-Abidine Ben Ali au sein du Conseil national pour les libertés en Tunisie (ONG non reconnue à l'époque) dès 1995 et d'autres organisations de défense des droits de l'homme, il entre en opposition à Ennahdha qu'il estime être un cancer et dont il craint une volonté voilée de vouloir instaurer en Tunisie une dictature théocratique qui serait pire que les anciennes dictatures connues[5].

Il fonde en 2013 l'Association internationale des musulmans coraniques que, selon lui, le gouvernement a refusé d'autoriser dans un premier temps[6]. Il est également membre du comité d'honneur de l'Association internationale pour la défense de la liberté religieuse, membre de l'International Freedom of Expression Exchange et président de l'Observatoire pour la liberté de presse, d'édition et de création.

En 2015, il déclare dans une émission de télévision que l'alcool et la prostitution ne sont pas interdits par le Coran[7].

Selon Talbi, le réformisme consiste à lire le Coran avec les yeux des vivants et non avec ceux des morts. Il réinterprète les chapitres de la morale en vue d'une réforme (islah) de celle-ci. Pour lui, le djihad n'est plus la traditionnelle guerre sainte des manuels de la charia, mais redevient le grand combat contre soi-même.

Pensée[modifier | modifier le code]

Chercheur et historien, Talbi prône une lecture vectorielle du Coran qui consiste à prendre en compte l'intentionnalité du livre saint et non pas les jugements émis à une époque révolue. Il se définit ainsi comme un libre penseur de l'islam[8]. Ses premiers travaux portaient sur la langue arabe, sous ses aspects à la fois littéraires et lexicographiques. Dans sa thèse ès lettres qui portait sur l’émirat aghlabide, Talbi avait tenté d'embrasser toute l'histoire de l’Ifriqiya durant cette période : les relations des émirs avec le califat de Bagdad ; les milices arabes ; les gens de science et de religion ; les fonctionnaires ; les émirs et la cour ; la politique intérieure des émirs ; la politique extérieure des émirs ; l'invasion kotamienne et la chute de la dynastie. Grâce à sa critique des sources, l'histoire de cette région s'éclaire de tout le contexte musulman et méditerranéen qui l'environne.

Talbi est également l'auteur d'un livre sur Ibn Khaldoun, ouvrage qui dépasse le simple hommage et qui aborde des sujets différents comme la sociologie politique chez les élites du Maghreb médiéval, l’anthropologie du pouvoir et l'épistémologie khaldounienne.

Il est aussi l'auteur de nombreuses autres études scientifiques sur l'histoire de l'Ifriqiya et sur les problèmes de la culture arabe. Il aborde, dans ses différentes réflexions, des problèmes comme celui de l'ijtihad, de l'interprétation du Coran, du spirituel, de la nouvelle manière d’être au monde du musulman dans le monde d'aujourd'hui. Ses essais touchent à des domaines que se réservaient d'habitude les oulémas. Son style est celui d'un intellectuel qui se défend d'aborder les textes fondateurs de l'islam de manière statique, mais entend les lire de manière dynamique.

Analysant les raisons qui ont conduit au déclin de la civilisation arabo-musulmane, Talbi pointe en particulier le statut de la femme. Pour lui, l'avenir de la civilisation musulmane est tributaire de la situation qu'elle offrira à la femme, c'est-à-dire à la moitié de la communauté en son sein[9]. Si elle l'enterre vivante à nouveau, par divers moyens physiques ou moraux, cela conduirait inéluctablement à un suicide civilisationnel ou à une nouvelle déchéance.

Parlant du Coran, Talbi indique qu’il n’existe pas dans le texte de trace du terme « charia » qui constitue, selon lui, l’une des causes de l’oppression vécue par les musulmans[10].

Très impliqué dans le dialogue interreligieux, notamment au sein du Groupe de recherches islamo-chrétien, Mohamed Talbi finit par s’en détacher dans l’amertume et même la virulence, estimant que ce dialogue bancal n’en était pas franchement un et que ses amis chrétiens continuaient de trahir condescendance et préjugés à l’égard de l’islam, notamment dans son rapport à la violence. « L’Église catholique ne perçoit le dialogue que comme une étape sur le chemin de l’évangélisation », fustige-t-il dans Penseur libre en islam. Il signe même, en 2011, une Histoire du Christ, enquête sur une fraude textes à l’appui qui attriste ses anciens compagnons de route du dialogue islamo-chrétien[11].

Critiquant le discours des courants salafistes, il estime qu'ils vivent une situation de dédoublement intellectuel et religieux les rendant incapables de s’adapter à l’esprit de leur époque. Il appelle également à se débarrasser du principe de la prééminence du « pouvoir religieux » et à passer à une étape accordant le pouvoir au peuple, condition pour l’instauration de la démocratie[12]. Parallèlement, il appelle à un grand changement socioculturel des politiques des pays arabes en arguant que la pensée musulmane est devant l'obligation de se moderniser en adoptant l'égalité successorale entre hommes et femmes[13].

S'inscrivant dans la continuité du réformisme tunisien, Talbi poursuit un effort innovateur, déstabilisant la tradition, mettant en question les dogmes et arrachant des champs de plus en plus larges à l’effort de la réflexion et de l'interprétation[14],[15].

Hommages[modifier | modifier le code]

Le 1er mai 2017, le président tunisien Béji Caïd Essebsi déplore, dans un communiqué officiel, la perte d'un « libre penseur, novateur, réformateur, et militant national pour la liberté et les valeurs humanistes »[16]. Le 12 juin, l'Académie tunisienne des sciences, des lettres et des arts rend hommage à sa mémoire au cours d’une cérémonie en présence des académiciens, des représentants des autorités politiques et de la société civile[17]. Le 10 novembre, il est lauréat, à titre posthume, du prix Ibn Khaldoun pour la promotion des études et des recherches en sciences humaines et sociales[18].

Publications[modifier | modifier le code]

Français[modifier | modifier le code]

  • Al-Mukhassass d'Ibn Sïda : études et index, éd. Imprimerie officielle, Tunis, 1956
  • Histoire générale de la Tunisie (ouvrage collectif), tome II « Le Moyen Âge », éd. Société tunisienne de diffusion, Tunis, 1965, réed. Sud Éditions, Tunis, 2005
  • L'émirat aghlabide (186-296/800-909) : histoire politique, éd. Adrien Maisonneuve, Paris, 1966 (ISBN 2-7200-0493-6)[19]
  • Biographies aghlabides extraites des Madarik du Cadi Iyād (édition critique), éd. Imprimerie officielle de la République tunisienne, Tunis, 1968
  • Islam en dialogue, éd. Maison tunisienne de l'édition, Tunis, 1970
  • Islam et dialogue, réflexion sur un thème d'actualité, éd. Maison tunisienne de l'édition, Tunis, 1972, rééd. Maison tunisienne de l'édition, Tunis, 1979
  • Ibn Khaldûn et l'Histoire, éd. Maison tunisienne de l'édition, Tunis, 1973, rééd. Cartaginoiseries, Carthage, 2006
  • Étude d’histoire ifrîqiyenne et de civilisation musulmane médiévale, éd. Université de Tunis, Tunis, 1982[20]
  • Réflexions sur le Coran avec Maurice Bucaille, éd. Seghers, Paris, 1989 (ISBN 2-232-10148-7)[21]
  • Études sur la tolérance (ouvrage collectif), éd. Beït El Hikma, Carthage, 1995
  • Un respect têtu avec Olivier Clément, éd. Nouvelle Cité, Paris, 1995 (ISBN 2-85313-188-2)[22]
  • Plaidoyer pour un islam moderne, éd. Desclée de Brouwer, Paris, 1998 (ISBN 2-220-04251-0), rééd. Le Fennec, Casablanca, 1998 ; réed. Cérès, Tunis, 1998 ; rééd. Éditions de l'Aube, Paris, 2004
  • Islam, ce que vous devez savoir (ouvrage collectif), éd. Malesherbes Publications, Paris, 2001
  • Penseur libre en islam. Un intellectuel musulman dans la Tunisie de Ben Ali avec Gwendoline Jarczyk, éd. Albin Michel, Paris, 2002 (ISBN 2-226-13204-X), rééd. Cérès, Tunis, 2013[23]
  • Universalité du Coran, éd. Actes Sud, Arles, 2002 (ISBN 2-7427-3605-0)[24]
  • Réflexion d'un musulman contemporain, éd. Fennec, Casablanca, 2005
  • Afin que mon cœur se rassure, éd. Nirvana, Tunis, 2010
  • Gaza, barbarie biblique ou de l'extermination sacrée et humanisme coranique, éd. Mohamed Talbi, Tunis, 2010[25]
  • L'Islam n'est pas voile, il est culte : rénovation de la pensée musulmane, éd. Cartaginoiseries, Carthage, 2010, rééd. Cartaginoiseries, Carthage, 2014[26]
  • Goulag et démocratie, éd. Mohamed Talbi, Tunis, 2011[27]
  • À Benoît XVI, éd. Mohamed Talbi, Tunis, 2011
  • Ma religion c'est la liberté : l'islam et les défis de la contemporanéité, éd. Nirvana, Tunis, 2011 (ISBN 978-9973-855-35-0)
  • Histoire du Christ, histoire d'une fraude textes à l’appui, éd. Mohamed Talbi, Tunis, 2011[28]
  • Méditations sur le Coran : vérité, rationalité, I'jaz scientifique, éd. Mohamed Talbi, Tunis, 2016[29]
  • Dieu est amour : guide du musulman coranique, éd. Nirvana, Tunis, 2017

Autres langues[modifier | modifier le code]

Anglais[modifier | modifier le code]

  • « Law and Economy in Ifriqiya (Tunisia) in the Third Islamic Century: Agriculture and the Role of Slaves in the Country's Economy », The Islamic Middle East (700-1900): Studies in Economic and Social History, éd. The Darwin Press, Princeton, 1981, p. 209-249
  • « Theological polemics at Qayrawân during the 3rd/9th century », Rocznik Orientalistyczny (pl), 1984, p. 151-160
  • « Islamo-Christian Encounter Today: Some principles », Perspectives, no 4-5, 1985, p. 7-11
  • « Possibilities and Conditions for a Better Understanding between Islam and the West », Journal of Ecumenical Studies, no 25, 1988, p. 161-193
  • « Islam and Dialogue: Some Reflections on a Current Topic », Christianity Through Non-Christian Eyes, éd. Orbis Books, New York, 1990, p. 82-101
  • « Unavoidable Dialogue in a Pluralist World: A Personal Account », Encounters: Journal of Inter-Culural Perspectives, no 1, 1995, p. 56-69
  • « A Record of Failure », Islam and Democracy in The Middle East, éd. Johns Hopkins University Press, Londres, 2002, p. 3-12
  • « Religious Liberty: A Muslim Perspective », The New Voices of Islam, éd. University of California Press, Oakland, 2006, p. 105-118

Arabe[modifier | modifier le code]

  • Al-Turtûshî, al Hawâdith wa-l-Bida, éd. Critique, Tunis, 1959
  • Manhajiyyat lbn Khaldûn al-Tâ’rîkhiyya, éd. Dâr al-Hadathâ, Beyrouth, 1981
  • Al-dawlaẗu al-aġhlabiyyaẗ (184-296/800-909) : Al-tārīkẖ al-siyāsī, éd. Dār al-Gharb al-Islāmī, Beyrouth, 1985
  • Ummat al-Wasat, éd. Cérès, Tunis, 1996
  • Al-Islâm : Hurriyatun wa Hiwâr, éd. Dâr al-Nahâr, Beyrouth, 1999
  • Iyal Allah : Afkar Jadidah fi 'Alaqat al-Muslim bi-nafsihi wa bi al-Akharin, éd. Cérès, Tunis, 2003, rééd. Jadawel, Beyrouth, 2012
  • Li yatma’inna qālbî : Quādhiyatû el-îmān, éd. Cérès, Tunis, 2007[30] ; rééd. Sotumedias, Tunis, 2016
  • Quādhiyatû al-Hâquîqua, éd. Mohamed Talbi, Tunis, 2015
  • Dalil al-muslim al-Cor'ānî, éd. Mohamed Talbi, Tunis, 2016
  • Al-Ṣiraa' al-lāhoutî fi Al-Qayrawân ayam al-aġhaliba, éd. Sotumedias, Tunis, 2017

Italien[modifier | modifier le code]

  • Rispetto nel dialogo. Islamismo e cristianesimo avec Olivier Clément, éd. San Paolo, Rome, 1994
  • Un'urgenza dei tempi modern : il dialogo fra gli universi culturali avec Giovanni Agnelli et Marcello Pacini, éd. Fondation Giovanni Agnelli, Turin, 1997
  • Le vie del dialogo nell'Islam, éd. Fondation Giovanni Agnelli, Turin, 1999
  • « La shari'a ha ancora un futuro tra laicità e ateismo? », Filosofia e questioni pubbliche, no 2, 2002, p. 79-88
  • Islam e libero pensiero. Laicità e democrazia nel mondo musulmano, éd. UTET Università, Milan, 2005
  • Università del Corano, éd. Jaca Book, Milan, 2007

Autres[modifier | modifier le code]

  • (de) « Islam und Dialog », Moslems und Christen-Partner?, éd. Graz, Cologne, 1976, p. 144-177
  • (es) « El Cristianismo visto por El Islam », Encuentro Islamo-Cristiano, no 147, 1984, p. 1-13 (lire en ligne)
  • (de) Dialog mit Afrika und dem Islam avec Léopold Sédar Senghor, éd. Mohr Siebeck, Tübingen, 1987
  • (de) « Religionsfreiheit : eine muslimische Perspektive », Freiheit der Religion : Christentum und Islam unter dem Anspruch der Menschenrechte, éd. Mathias-Griinewald-Verlag, Mayence, 1993, p. 53-71
  • (es) « Jesús, visto por el Islam », Musulmanes y cristianos : Quién decis que soy yo ?, éd. Darek-Nyumba, Madrid, 1997, p. 103-119
  • (de) « Kulturelle identität und das Problem einer Weltkultur », Eine Welt für alle. Grundlagen eines gesellschaftlich-politischen und kulturellen Pluralismus in christlicher und islamischer Perspektive. Beiträge zur Religionstheologie, éd. St. Gabriel, Mödling, 1999, p. 321-352
  • (es) « Libertad religiosa. Ética planetaria y pluralismo en el siglo de la globalización », Conciencia y Libertad, no 13, 2001, p. 19-35 (lire en ligne)
  • (es) « Tolerancia e intolerancia en la tradicion musulmana », La Intolerancia: Fórum Internacional sobre la intolerancia, éd. Académie universelle des cultures, Madrid, 2002, p. 45-49
  • (es) « Tiene aún la sharía un futuro entre el laicismo y el ateísmo ? », El islam plural, éd. Icaria Editorial, Barcelone, 2003, p. 209-222.
  • (es) Oriente-Occidente : cartografías de una distancia [sous la dir. de], éd. Fondation Marcelino Botín, Santander, 2004

Décorations et prix[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

  • Officier de l’Ordre de la République (Tunisie) en 1965 ;
  • Commandeur de l'Ordre du Mérite civil (Espagne) en 1969 ;
  • Officier de l’Ordre de l’Indépendance (Tunisie) en 1975 ;
  • Officier de l'Ordre du Mérite culturel (Tunisie) en 1983 ;
  • Chevalier de la Légion d'honneur Chevalier de la Légion d'honneur (France) en 1983 ;
  • Officier de la Légion d'honneur Officier de la Légion d'honneur (France) en 1984[1] ;
  • Commandeur de l'Ordre national du mérite pour l'enseignement (Tunisie) en 1987 ;
  • Grand officier de l'Ordre de la République (Tunisie) en 1991.

Prix[modifier | modifier le code]

  • Premio letterario internazionale del Mediterraneo (Italie) en 1979 ;
  • Prix Léopold Lucas (de) (Allemagne) en 1985 ;
  • Prix national des lettres et des arts (Tunisie) en 1987 ;
  • Prix national de la création littéraire (Tunisie) en 1991 ;
  • Prix Hiroshima pour la paix et la culture (Suède) en 1994[31] ;
  • Prix Giovanni Agnelli (Italie) en 1997[1] ;
  • Prix Ibn Khaldoun (Tunisie) en 2017.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Biographie de Mohamed Talbi
  2. a et b (en) Ataullah Siddiqui, Christian-Muslim dialogue in the twentieth century, éd. Palgrave Macmillan, Londres, 1998, p. 136
  3. Frida Dahmani, « Tunisie : mort de Mohamed Talbi, penseur d’un islam moderne et ouvert sur le monde », Jeune Afrique, 1er mai 2017
  4. « L’historien et penseur tunisien Mohamed Talbi est mort », Le Monde, 1er mai 2017
  5. Frida Dahmani, « Tunisie – Mohamed Talbi : « Ennahdha est comme un cancer » », Jeune Afrique, 9 novembre 2012
  6. « Tunisie : « Le refus d’autoriser l’Association des musulmans coraniques, est une prise de position politique », selon Mohamed Talbi », Directinfo, 18 mars 2013
  7. « Quand Dr Talbi bouleverse nos croyances », Directinfo, 9 mars 2015
  8. Florence Beaugé, « Mohamed Talbi, libre penseur de l'Islam », Le Monde, 22 septembre 2006
  9. Youssef Elmhadhbi, « Traduction de l'article de Mohamed Talbi sur la sourate Les femmes paru dans la revue Le Maghreb », Les Cahiers de l'islam, 30 septembre 2012
  10. « La liberté religieuse selon le penseur tunisien Mohamed Talbi », Kapitalis, 15 juin 2011
  11. Frédéric Bobin, « Mohamed Talbi, l’éclaireur du Coran », Le Monde, 5 mai 2017
  12. « Mohamed Talbi lors d’une conférence du PDP : « ma religion est la liberté » », Tunisie numérique, 11 juin 2011
  13. « Quand feu Mohamed Talbi plaidait en faveur de l'égalité de l'héritage... », Business News, 19 août 2017
  14. Mohamed Talbi, « L'Islam et le monde moderne », Politique étrangère, vol. 25, no 2, 1960, p. 101-109
  15. [PDF] Catherine Farhi, « Seul le Coran oblige », Le Nouvel Observateur, 4 juillet 2002
  16. « BCE rendant hommage à Mohamed Talbi : mous avons perdu l’un des piliers de la pensée en Tunisie », Business News, 1er mai 2017
  17. « Quarantième jour du regretté Mohamed Talbi », Académie tunisienne des sciences, des lettres et des arts, 12 juin 2017
  18. Hatem Bourial, « Qui sont les six lauréats du prix Ibn Khaldoun 2017 », Webdo, 9 novembre 2017
  19. Roger Le Tourneau, « Mohammed Talbi, L'émirat aghlabide (184/860—296/909). Histoire politique », Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, vol. 5, no 1, 1968, pp. 172-176
  20. [PDF] Maya Shatzmiller, « Étude d’histoire ifrîqiyenne et de civilisation musulmane médiévale », Bulletin critique des annales islamologiques, no 2, 1985, pp. 329-331
  21. [PDF] Maurice Borrmans, « Réflexions sur le Coran », Bulletin critique des annales islamologiques, no 7, 1990, pp. 24-27
  22. « Un respect têtu. Islam et christianisme », Archives de sciences sociales des religions, vol. 70, no 1, 1990, pp. 312-313
  23. « Nouveau livre : Penseur libre en islam de Mohamed Talbi », Tuniscope, 13 juillet 2013
  24. Mustapha Harzoune, « Universalité du Coran, Mohamed Talbi », Hommes et Migrations, vol. 1238, no 1,‎ , p. 142-143 (lire en ligne)
  25. Youssef Girard, « Gaza, barbarie biblique ou de l’extermination sacrée et humanisme coranique, de Mohamed Talbi », International Solidarity Movement, 14 décembre 2010
  26. Baccar Gherib, « Mohamed Talbi et la bataille de l’interprétation du texte », Leaders, 23 juillet 2015
  27. « Goulag et démocratie », Leaders, 25 mars 2011
  28. Sabra Mansar, « Histoire du Christ, enquête sur une fraude textes à l’appui de Mohamed Talbi à El Menzah », Tunisie numérique, 24 mai 2011
  29. Mohamed Arbi Nsiri, « Méditations sur le Coran, un nouvel ouvrage de Mohamed Talbi », Webdo, 2 mai 2016
  30. Zied Krichen, « Tunisie : dans un livre évènement, Mohamed Talbi règle ses comptes », Réalités, 26 février 2008
  31. (en) Liste des lauréats du prix Hiroshima pour la paix et la culture

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Masao Abe, « A Buddhist Response to Mohamed Talbi », Religious Liberty and Human Rights in Nations and Religions, éd. Ecumenical Press, Philadelphie, 1986, p. 189-193.
  • Florence Beaugé, « Mohamed Talbi, libre penseur de l'Islam », Le Monde, 22 septembre 2006 (lire en ligne).
  • Sadok Belaïd, « In memorium : Mohamed Talbi (1921-2017) », Leaders, no 73, 2017, p. 96-99 (lire en ligne)
  • (en) Mohamed Ben Madani [sous la dir. de], The Religion of the Other: Essays in Honour of Mohamed Talbi, éd. Maghreb Publications, Londres, 2013.
  • Frédéric Bobin, « Mohamed Talbi, l’éclaireur du Coran », Le Monde, 5 mai 2017 (lire en ligne).
  • Maurice Borrmans, « En dialogue avec Mohamed Talbi », Se Comprendre, no 9/10, 2009, p. 1-14.
  • (de) Habib Chabbi, « Wozu dient der Dialog zwischen den Religionen? Gespräch mit Professor Dr. Muhammad Talbi, Autor des Buches Familien Gottes und Träger des Friedenspreises von Hiroshima », Beiträge zum Gespräch zwischen Christen und Muslimen, vol. 10, no 1, 1996, p. 31-33.
  • Abdelmajid Charfi et Ammar Mahjoubi [sous la dir. de], Mélanges offerts à Mohamed Talbi à l'occasion de son 70e anniversaire, Publications de la faculté des lettres de La Manouba, La Manouba, 1993.
  • Frida Dahmani, « Mohamed Talbi, l'homme libre », Jeune Afrique, no 2939, 2017, (lire en ligne).
  • (en) Kelly Al-Dakkak, « Reconciling Traditional Islamic Methods with Liberal Feminism: Reflections from Tunisia by Mohamed Talbi », Women in Islam: Reflections on Historical and Contemporary Research, éd. Springer, Londres, 2012, p. 11-24.
  • Isabelle Dana Bilal, « Mohamed Talbi, penseur universaliste pour un Islam des lumières », Telquel, 11 mai 2017 (lire en ligne).
  • Jean Déjeux, « Mohamed Talbi », Dictionnaire des auteurs maghrébins de langue française, éd. Karthala, Paris, 1984.
  • (en) John L. Esposito, « Mohamed Talbi », The Oxford Encyclopedia of Islamic World, éd. Oxford University Press, Oxford, 2009.
  • Abdou Filali-Ansary, « Mohamed Talbi. Comment peut-on être musulman aujourd'hui ? », Réformer l'islam ?, éd. La Découverte, Paris, 2005, p. 167-176.
  • (ar) Touhami El-Héni, Mohamed Talbi wa Quādhayā islamiyā, éd. Qalam, Tunis, 2015.
  • (en) Charles Kurzman, « Mohamed Talbi, Religious Liberty », Liberal Islam: A sourcebook, éd. Oxford University Press, Oxford, 1998, p. 161-168.
  • (es) Víctor Morales Lezcano, « Mohamed Talbi », Diálogos ribereños: Conversaciones con miembros de la élite tunecina II, éd. Université nationale d'enseignement à distance, Madrid, 2014, p. 323-353.
  • Dominique Mataillet, « Mohamed Talbi, le Sakharov tunisien », Jeune Afrique, no 2076-2077, 2000, p. 60-66.
  • (ar) Mohamed Naoui, Mohamed Talbi wa Quādhayā Tājdid al-fikr al-Islami, éd. Aladdin, Tunis, 2016.
  • (en) Ronald L. Nettler, « Mohamed Talbi's Ideas on Islam and Politics: A conception of Islam in the Modern World », Islam and Modernity: Muslim Intellectuals Respond, éd. Tauris, Londres, 1998, p. 129-155.
  • (en) Ronald L. Nettler, « Mohamed Talbi: For Dialogue Between All Religions », Muslim-Jewish Relations: Intellectual Traditions and Modern Politics, éd. Harwood Academic Publishers, Amsterdam, 1998, p. 171-199.
  • (en) Ronald L. Nettler, « Mohamed Talbi's commentary on Qur'an IV:34. A 'Historical reading' of a verse concerning the discipling of women », The Maghreb Review, vol. 24, no 1-2, 1999, p. 19-33.
  • (en) Ronald L. Nettler, « Mohamed Talbi's Theory of Religious Pluralism. A Modernist Islamic Outlook », The Maghreb Review, vol. 24, no 3-4, 1999, p. 98-107.
  • (en) Ronald L. Nettler, « Islam, Politics and Democracy: Mohamed Talbi and Islamic Modernism », The Political Quarterly (en), vol. 71, supplément s1, août 2000, p. 50-59.
  • (en) Ronald L. Nettler, « Mohamed Talbi on understanding the Qur'an », Modern Muslim Intellectuals and the Qur'an, éd. Oxford University Press, Oxford, 2004, p. 225-239.
  • Mohamed Arbi Nsiri, « Mohamed Talbi, l'historien et le libre penseur », Al Huffington Post, 10 mars 2015 (lire en ligne).
  • Mohamed Arbi Nsiri, « Mohamed Talbi : le Vir Spectabilis », Webdo, 18 janvier 2016 (lire en ligne).
  • Mohamed Arbi Nsiri, « L’apothéose du maître : Mohamed Talbi, une vie pour l’Histoire (1921-2017) », Leaders, 2 mai 2017 (lire en ligne).
  • Mohamed Arbi Nsiri, « Mohamed Talbi, l’historien réformateur », Jeune Afrique, 17 mai 2017 (lire en ligne).
  • Mohamed Arbi Nsiri, « In memoriam Mohamed Talbi : un maître qui a marqué des générations d'historiens tunisiens », Leaders, 14 juin 2017 (lire en ligne).
  • Ataullah Siddiqui, « Mohamed Talbi », Christian-Muslim Dialogue in the Twentieth Century, éd. Palgrave Macmillan, Londres, 1998, p. 136-148.
  • (en) Salah Trabelsi, « Talbi Mohamed: Historian, Muslim Scholar and Cultural Critic », Dictionary of African Biography, éd. Oxford University Press, Oxford, 2012.
  • (en) Jacques Waardenburg, « Reaching for Dialogue: Ali Merad and Mohamed Talbi », Islam: Historical, Social, and Political Perspectives, éd. De Gruyter, Berlin, 2002, p. 143-144.
  • Collectif, Mohamed Talbi (1921-2017), éd. Beït El Hikma, Carthage, 2017.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]