M'hamed Hassine Fantar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hassine.
M'hamed Hassine Fantar
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
محمد حسين فنطرVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Site web

M'hamed Hassine Fantar (arabe : محمد حسين فنطر), né le 1er octobre 1936 à Ksar Hellal, est un historien, archéologue et universitaire tunisien spécialiste de la civilisation punique et des langues ouest-sémitiques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière académique[modifier | modifier le code]

Natif de la ville de Ksar Hellal, située dans le Sahel tunisien, il étudie successivement au Collège Sadiki, à l'École normale supérieure de Tunis et dans les universités de Strasbourg et de la Sorbonne[1].

Au sein de l'Institut national d'archéologie et d'art, devenu par la suite Institut national du patrimoine, il occupe les fonctions de directeur général (1982-1987), directeur de recherches, directeur de la division des musées, directeur du Centre d'études de la civilisation phénicienne-punique et des antiquités libyques et fondateur de la Revue des études phéniciennes-puniques et des antiquités libyques (Reppal) qui publie notamment les travaux effectués au sein du centre, ainsi que directeur de la division des musées[1].

Professeur émérite des universités, il enseigne l'histoire ancienne, l'archéologie et l'histoire des religions ouest-sémitiques et libyques aux universités de Tunis et donne des conférences dans les universités de Rome, Bologne, Cagliari, Tripoli, Benghazi et Louvain, ainsi qu'au Collège de France[1].

Membre de l'Association pour l’encouragement des études sur l’Afrique du Nord préhistorique, antique et médiévale, du Comité des travaux historiques et scientifiques et du Comité du patrimoine mondial, il est également membre correspondant de l'Institut italien pour l'Afrique et l'Orient, de l'Institut archéologique allemand, de l'Académie royale d'Histoire et de l'Académie des Lyncéens[1].

Président de l'Association tunisienne pour l'histoire et l'archéologie, il est l'auteur d'une vingtaine d'ouvrages et d'une centaine d'articles académiques consacrés aux Phéniciens, aux populations libyennes et à la civilisation carthaginoise.

Responsabilités politiques et administratives[modifier | modifier le code]

Titulaire de la chaire Ben Ali pour le dialogue des civilisations et des religions de 2001 à 2011, il est membre de la commission consultative pour l'attribution du prix 7-Novembre pour la création[2].

Entre 2008 et 2011, il siège à la Chambre des conseillers au sein de laquelle il préside la commission de l'éducation, de la culture, de l'information et de la jeunesse[3],[4]. Il est par ailleurs membre de divers organismes dont :

  • la Fondation nationale pour la traduction, l'établissement des textes et les études ;
  • la Comité culturel national ;
  • la Comité du conseil d’administration de la Maison arabe du livre ;
  • l'Association internationale d'étude des civilisations méditerranéennes ;
  • l'Union des historiens arabes (représentant en Tunisie) ;
  • l'Union des écrivains tunisiens ;
  • le Club Hannibal (vice-président) ;
  • la Comité supérieur des droits de l'homme et des libertés fondamentales[1].

Décorations[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Nouvelles tombes puniques découvertes sur les flancs de la colline du Borj Jedid à Carthage, éd. Centro per le antichità e la storia dell'arte del Vicino Oriente, Rome, 1965
  • La Nécropole avec Dalila Fantar, éd. Istituto di studi del Vicino Oriente, Rome, 1966
  • Eschatologie phénicienne-punique, éd. Ministère des Affaires culturelles, Tunis, 1970
  • Carthage : la prestigieuse cité d'Elissa, éd. Maison tunisienne de l'édition, Tunis, 1970
  • (ar) Jugurtha, éd. Maison tunisienne de l'édition, Tunis, 1970
  • Tunisie, éd. Conseil national de la recherche, Rome, 1971
  • Visite de Carthage, éd. Maison tunisienne de l'édition, Tunis, 1973
  • Téboursouk : stèles anépigraphes et stèles à inscriptions néopuniques, éd. Klincksieck, Paris, 1974
  • Le dieu de la mer chez les phéniciens et les puniques, éd. Conseil national de la recherche, Rome, 1977[10]
  • L'Afrique du Nord dans l'Antiquité. Histoire et civilisation des origines au Ve siècle (avec François Decret), éd. Payot, Paris, 1981, rééd. Payot & Rivages, Paris, 1998 (ISBN 2-228-12900-3)
  • Tunisie : 30 siècles de civilisations, éd. Maison tunisienne de l'édition, Tunis, 1983
  • Kerkouane, cité punique du cap Bon (Tunisie), tome 1 « Cadre géographique et historique. La découverte », éd. Institut national d'archéologie et d'art, Tunis, 1984[11]
  • Kerkouane, cité punique du cap Bon (Tunisie), tome 2 « Architecture domestique », éd. Institut national d'archéologie et d'art, Tunis, 1985
  • Kerkouane, cité punique du cap Bon (Tunisie), tome 3 « Sanctuaires et cultes. Société. Économie », éd. Institut national d'archéologie et d'art, Tunis, 1986
  • Kerkouane : une cité punique au Cap-Bon, éd. Maison tunisienne de l'édition, Tunis, 1987
  • Le Bardo, un palais, un musée, éd. Alif, Tunis, 1989
  • Carthage : les lettres et les arts, éd. Alif, Tunis, 1991
  • Carthage : la cité punique, éd. CNRS, Paris, 1995 (ISBN 9973-22-020-X)
  • Carthage : approche d'une civilisation, 2 vol., éd. Alif, Tunis, 1993, rééd. Alif, Tunis, 1996[12] (ISBN 0-01-245257-2)
  • Les Phéniciens en Méditerranée, éd. Édisud, Aix-en-Provence, 1997 (ISBN 2-85744-962-3)
  • Kerkouane : cité punique au pays berbère de Tamezrat : VIe-IIIe siècle avant J.-C., éd. Alif, Tunis, 1998
  • Carthage : la cité d'Hannibal, éd. Gallimard Jeunesse, Paris, 2007 (ISBN 978-2-07-057362-2)
  • Stèles à inscriptions néopuniques de Maktar (avec Maurice Sznycer), éd. De Boccard, Paris, 2015[13]
  • Le Bardo, la grande histoire de la Tunisie (avec Samir Aounallah et Abdelaziz Daoulati), éd. Alif, Tunis, 2015[14]

Direction[modifier | modifier le code]

  • La tolérance pour le rapprochement et la solidarité entre les peuples [sous la dir. de], éd. Université de Tunis - El Manar, Tunis, 2005
  • Dialogue des religions d'Abraham pour la tolérance et la paix [sous la dir. de], éd. Université de Tunis - El Manar, Tunis, 2006
  • Le Sahara : lien entre les peuples et les cultures [sous la dir. de], éd. Université de Tunis - El Manar, Tunis, 2006
  • Osmose ethno-culturelle en Méditerranée [sous la dir. de], éd. Université de Tunis - El Manar, Tunis, 2007
  • La justice et la paix dans les saintes écritures et la pensée philosophique [sous la dir. de], éd. Collection Eshmoun Byrsa, Tunis, 2012

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k « Biographie », sur mhamed-hassine-fantar.com (consulté le 29 mars 2016)
  2. « Décrets », Journal officiel de la République tunisienne, no 89,‎ , p. 2250 (ISSN 0330-7921, lire en ligne [PDF])
  3. « Chambre des conseillers : liste des personnalités nommées par le président de la République », sur businessnews.com.tn, (consulté le 25 août 2016)
  4. « Nouvelle composition du bureau de la Chambre des conseillers », sur turess.com, (consulté le 25 août 2016)
  5. « Décrets et arrêtés », Journal officiel de la République tunisienne, no 58,‎ 18-22 septembre 1981, p. 2162 (ISSN 0330-7921, lire en ligne [PDF])
  6. « Décrets et arrêtés », Journal officiel de la République tunisienne, no 64,‎ , p. 2180 (ISSN 0330-7921, lire en ligne [PDF])
  7. « Liste des personnes honorées et des récipiendaires des prix du Président de la République », sur turess.com, (consulté le 22 août 2016)
  8. « Décrets et arrêtés », Journal officiel de la République tunisienne, no 59,‎ , p. 2242 (ISSN 0330-7921, lire en ligne [PDF])
  9. « Bibliographie de M'hamed Hassine Fantar » [doc], sur tabbourt.pagesperso-orange.fr (consulté le 16 septembre 2016)
  10. Jacques Debergh, « Fantar (M. H.), Le dieu de la mer chez les Phéniciens et les Puniques », Revue belge de philologie et d'histoire, vol. 57, no 1,‎ , p. 149-150 (lire en ligne)
  11. Gabriel Camps, « Mhamed Fantar, Kerkouane, cité punique du Cap Bon (Tunisie) », Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, vol. 40, no 1,‎ , p. 175-176 (lire en ligne)
  12. Jacques Debergh, « M'hamed Hassine Fantar, Carthage. Approche d'une civilisation », L'Antiquité classique, vol. 65, no 1,‎ , p. 470-471 (lire en ligne)
  13. « Stèles à inscriptions néopuniques de Maktar, vol. 1 », sur aibl.fr (consulté le 22 août 2016)
  14. « Vient de paraître Le Bardo, la grande histoire de la Tunisie, nouveau beau livre aux éditions Alif », sur babnet.net, (consulté le 29 mars 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]