Louis-Clair de Beaupoil de Sainte-Aulaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Louis de Sainte-Aulaire)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte-Aulaire.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille de Beaupoil de Saint-Aulaire.
image illustrant un homme politique image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un homme politique français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Louis-Clair de Beaupoil, comte de Sainte-Aulaire[1] est un homme politique français, né à Baguer-Pican le et mort à Paris le (à 76 ans)[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Blason des Beaupoil de Sainte-Aulaire

Après l'École des ponts et chaussées et l'École polytechnique (promotion X1794), il entra dans le corps des ingénieurs géographes. En 1798, il épousa Mademoiselle de Soyecourt, petite-fille du prince de Nassau-Sarrbrück. Le couple aura deux filles. A la mort de sa première épouse, en 1808, il s'était remarié, en 1809, avec Mademoiselle du Roure. Il est chambellan de Napoléon Ier, puis préfet de la Meuse, le . Lors de la retraite de l'armée française, de nombreux blessés sont accueillis dans les hôpitaux de l'est de la France. Il quitte alors Bar-le-Duc, occupée, pour rejoindre Paris. Il est chargé de remettre une lettre particulière de la part de l'impératrice Marie-Louise, à M. de Metternich, au moment de l'abdication de Napoléon Ier. Il est nommé, par Louis XVIII, préfet de la Haute-Garonne en octobre 1814.

Membre du comité philhellène de Paris, il est élu membre de l'Académie française, à la suite d'Emmanuel de Pastoret en 1841.

Il est nommé ambassadeur à Rome, à Vienne (décembre 1832 - septembre 1841)[3] et à Londres en 1841.

Il est le beau-père du ministre Élie Decazes.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Il est élu à la chambre des députés le , pour le département de la Meuse. Il occupe se poste jusqu'au .

Le , il est élu comme député du Gard, il est réélu le . Il occupera se poste jusqu'au

Le , il est élu, de nouveau, pour le département de la Meuse, puis battu en 1829.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Histoire de la Fronde (1827)
  • Considération sur la Démocratie (1850)
  • Les derniers Valois, les Guises et Henri IV (1854)
  • Traduction du Faust de Goethe (1823)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le nom de cette famille est parfois orthographié Sainte-Aulaire, parfois Saint-Aulaire. Cependant, toutes les œuvres de ce personnage ont été publiées de son vivant signées sous le nom de comte de Sainte-Aulaire.
  2. « Assemblée nationale - Base de données historique sur les anciens députés », sur http://www.assemblee-nationale.fr/index.asp (consulté le 5 octobre 2008)
  3. « Liste des ambassadeurs à travers les siècles », Ambassade de France à Vienne (consulté le 25 septembre 2011)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]