Paul-François Dubois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dubois.
Paul-François Dubois
Fonctions
Directeur
École normale supérieure
-
Député
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Membre de

Paul-François Dubois est un journaliste et homme politique français né à Rennes (Ille-et-Vilaine) le 2 juin 1793 et mort à Paris le 16 juin 1874[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul-François Dubois fit ses études au lycée de Rennes[2], puis entra en 1812 à l’École normale supérieure et fut nommé régent de mathématiques à Guérande en 1814. En 1815, il refusa de prêter serment à l’Acte additionnel aux constitutions de l'Empire, ne fut pas inquiété, mais, s'étant enrôlé dans la fédération bretonne qui défendit Guérande contre les royalistes, il fut destitué à la Seconde Restauration.

Cette disgrâce dura peu puisque dès novembre 1815, il fut nommé régent de langue grecque, puis de rhétorique au collège de Falaise. Professeur de seconde au lycée de Limoges (1818), professeur de rhétorique à Besançon (octobre 1819), il enseigna l’éloquence française à la faculté des lettres et fut nommé en 1820 professeur de rhétorique au lycée Charlemagne à Paris. Il participe alors à la charbonnerie et devient franc-maçon au sein de la loge des amis de l'Armorique[3].

Suspendu pour manquement au devoir de réserve et chassé de l'Université en 1823, il collabora aux Tablettes universelles, au Censeur européen.

En 1824, avec Pierre Leroux, Jean-Philibert Damiron, Théodore Simon Jouffroy et Alexandre Lachevardière, il fonda Le Globe, journal d'inspiration libérale, l'un des plus opposés au régime de la Restauration. Ce fut l'organe des Doctrinaires avant la Révolution de 1830 et des Saint-Simoniens après celle-ci.

Le 15 février 1830, il publia dans Le Globe « La France et les Bourbons en 1830 », qui le conduisit devant la cour d'assises. Il se défendit lui-même avec l'assistance de Renouard, et fut condamné à 4 mois de prison et 2 000 francs d'amende. Il obtint de purger sa peine dans une maison de santé et en sortit à la nouvelle des ordonnances de juillet. Il participe à la révolution de Juillet et pousse à l'instauration d'une nouvelle république basée sur la fraternité. Il prit un moment la direction du Globe, qu'il abandonna le 14 août suivant par suite de dissensions entre les fondateurs.

Dubois vs. Sainte-Beuve.

Le 20 septembre de cette même année, il eut avec Sainte-Beuve un duel au pistolet où le célèbre critique se battit avec un parapluie à la main « voulant bien être tué, disait-il, mais non mouillé ». Ils se réconcilièrent ultérieurement et Sainte-Beuve disait de Dubois : « C'est un homme sur les seconds plans, d'un talent et d'une verve très remarquables[4] ».

La monarchie de Juillet le réintégra dans les cadres de l'université en le nommant inspecteur général des études (octobre 1830).

Le 5 juillet 1831, Paul-François Dubois fut élu député par le 1er collège électoral de la Loire-Inférieure (Nantes)[5]. Il fut réélu sans interruption jusqu'en 1848 : le 21 juin 1834[6], le 4 novembre 1837[7], le 2 mars 1839[8], le 25 juin 1839, après sa nomination comme conseiller titulaire de l'Université[9], le 4 avril 1840, après sa nomination comme directeur de l’École normale supérieure[10], le 9 juillet 1842[11], le 1er août 1846[12]. Il soutint constamment la politique ministérielle, mais conserva toujours une certaine indépendance : il vota contre l'indemnité Pritchard et pour la proposition Rémusat contre les députés fonctionnaires. Il fut plusieurs fois secrétaire de la Chambre des députés et fit partie d'un grand nombre de commissions.

La Révolution de 1848 mit un terme à sa carrière parlementaire. Il abandonna en même temps la chaire de littérature française qu'il occupait à l'École polytechnique depuis 1834. Ses opinions libérales le retirèrent, en 1850, de la direction de l'École normale supérieure, et la dissolution de l'ancien Conseil de l'Instruction publique (avril 1852) lui enleva ses dernières fonctions universitaires. Il vécut dès lors dans la retraite, mais fut toutefois élu à l'Académie des sciences morales et politiques le 13 avril 1870[13].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • L'Église de Reims sous Flodoart, 1824
  • Fragments littéraires : articles extraits du Globe précédés d'une notice biographique par M.E.Vacherot et d'éclaircissements historiques, Paris, E.Thorin, 1879
  • Notes inédites de P.-F.Dubois sur Tertulien, publ. par H.Matrod, Vannes, Impr. de Lafolye frères, 1903

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Gerbod, Paul-François Dubois, universitaire, journaliste et homme politique, 1793-1874, Paris, C. Klincksieck, 1967

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Registre d'état civil de la ville de Paris 6e, cote V4E 3159, vue n°30/31
  2. « Dubois, Paul François », sur medias19.org.
  3. comme il le raconte dans son portrait d'Augustin Thierry publié dans la Revue bleue, 1908, p.741
  4. cité par le Dictionnaire des parlementaires français
  5. 145 voix sur 282 votants et 879 inscrits contre 64 voix à M. Ducoudray-Bourgault et 36 à Évariste Colombel
  6. 144 voix sur 281 votants et 371 inscrits contre 131 voix à Ferdinand Favre
  7. 222 voix sur 289 votants et 419 inscrits
  8. 228 voix sur 330 votants et 421 inscrits
  9. 191 voix sur 218 votants
  10. 180 voix sur 227 votants
  11. 220 voix sur 339 votants et 420 inscrits
  12. 213 voix sur 331 votants et 457 inscrits contre 165 voix à M. Garnier
  13. Paul, François DUBOIS, sur le site de l'Assemblée nationale.
  14. [1]