Karl Otfried Müller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Müller et Karl Müller.
Karl Otfried Müller
Otfried Müller Ternite.jpg
Karl Otfried Müller, portrait par Wilhelm Ternite, 1838.
Fonctions
Hofrat (d)
à partir de
Professor ordinarius (d)
Université de Göttingen
-
Maître-assistant (en)
Université de Göttingen
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 42 ans)
AthènesVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Université de Wrocław (-)
Université de Berlin (d) (doctorat) (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Fratrie
Eduard Müller (en)
Julius Müller (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Domaines
Études antiques (d), philologue classique (d), épigraphie, archéologie classique, Ancient History (d), Étruscologie, topographieVoir et modifier les données sur Wikidata
Membre de
Maîtres
August Böckh, Karl Wilhelm Ferdinand Solger (en), Friedrich August Wolf, Friedrich Daniel Ernst Schleiermacher, Heinrich Steffens, Ludwig Friedrich Heindorf (d), Philipp Karl ButtmannVoir et modifier les données sur Wikidata
Directeur de thèse
Otfried Müller Gedenkfeier.jpg
Vue de la sépulture.

Karl Otfried Müller (né le 28 août 1797 à Brzeg en Silésie, mort le 1er août 1840 à Athènes) est un archéologue et un mythologue allemand.

Il est connu pour ses travaux qui ont contribué à renouveler l'étude de la mythologie grecque. Selon Müller, une mythologie naît de la rencontre entre le caractère national d'un peuple et un contexte historique donné.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un pasteur, il poursuit ses études au Maria-Magdalenen-Gymnasium de Breslau où, rencontrant Barthold Georg Niebuhr, il s’intéresse à l'histoire romaine. Il s'installe ensuite à Berlin où il suit les cours de August Böckh.

Devenu professeur de philologie, archéologie et éloquence à Göttingen (1819), il obtient rapidement une grande renommée par les ouvrages qu'il publie. Élu à l'Académie der Wissenschaften de Berlin (1823), il visite les musées d'Angleterre, des Pays-Bas et de France et, en 1839, atteint Athènes après un périple passant par Rome, Naples et la Sicile, Delphes étant le but principal de son voyage.

Il reprend à Kastri les travaux de l'architecte français Laurent, dégage une partie du mur polygonal rempli d'inscriptions mais meurt des suites d'une insolation contractée sur le chantier.

Il est le fondateur avec Boeckh et Friedrich Gottlieb Welcker de l'Altertumswissenschaft (de), une nouvelle discipline, l'équivalent des sciences de l'Antiquité et de l'histoire des cultures anciennes, un champ qu'avait également entrepris d'explorer Charles Lenormant et Jean de Witte, correspondants de ces trois savants.

Travaux[modifier | modifier le code]

  • Geschichten hellenischen Stämme und Städte, 1820-1824
    • Orchomenos und die Minyer (Orchomène et les Minyens), 1820.
    • Die Dorier (Les Doriens), 1824.
  • Prolegomena zu einer wissenschaftlichen Mythologie (Prolégomènes à une étude scientifique de la mythologie), 1820-1824.
  • Die Etrusker, 1829
  • Handbuch der Archäologie der Kunst (Manuel d'archéologie de l'art), Welcker, 1830.
  • Denkmäler der alten Kunst, 1832.
  • De Munimentis Athenarum Quaestiones Historicae et Tituli de Instauratione eorum perscripti Exlicato, 1836
  • Geschichte der griechischen Litteratur bis auf das Zeitalter Alexanders (posthume, 1841)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Eve Gran-Aymerich, Les chercheurs de passé, Éditions du CNRS, 2007, p. 1009 Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]