Jacquouille la Fripouille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jacquouille, dit « la Fripouille », est un personnage cinématographique interprété par Christian Clavier. Il apparaît dans la trilogie de films français Les Visiteurs, réalisée par Jean-Marie Poiré.

Biographie fictive[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Jacquouille est l'écuyer de Godefroy de Montmirail : tous deux sont les personnages principaux du premier film de la série (sorti en 1993), puis de ses deux suites (sorties en 1998 et 2016) et enfin des quelques produits dérivés réalisés autour des films dont des jeux vidéo.

Jacquouille est le fils de Gwendoline, morte dévorée par les loups. Son père, dont on ignore le nom, est mort gelé dans l'étang à cause de son pied-bot, alors qu'il se rendait à la taverne de Duchenot. Jacquouille a un frère nommé Prosper le Purineur.

Jacquouille est un homme adulte, d'âge inconnu, peut être dans la trentaine (il ne connait pas sa propre date de naissance, tout juste sait-il appartenir au Comte depuis ses deux ans). Il est né dans les douves du château de Montmirail (Godefroy en atteste). Ses yeux sont bruns et vifs, sa chevelure est noire, courte. Ses dents sont particulièrement cariées et abîmées.

Cette personne est originaire du Moyen Âge, plus précisément du XIIe siècle à l'époque du règne du Roi des Francs Louis VI le Gros dont son maître Godefroy est le vassal. En récompense d'un acte de bravoure effectué devant lui, le Roi accorde au Comte le droit de prendre épouse et lui donne la main de la fille d'un Duc.

Par ailleurs, en vertu du droit en vigueur à l'époque, le Comte de Montmirail a tout droit sur son écuyer, ainsi que sur tous ceux vivant sur ses terres. Profondément orgueilleux, Godefroy traite Jacquouille avec un profond dédain devant le Roi et le lui présente comme l'on décrit un animal : "Il n'est pas très gracieux et accompagnable mais il est futé et renifle bien les pistes...".

Lorsque le Comte est empoisonné par une sorcière qui lui fait boire un liquide hallucinogène, survient alors le point de départ du changement pour Jacquouille : la mort du futur beau-père de Godefroy que ce dernier tue d'une flèche en plein front. Les sens altérés, le Comte était certain qu'un ours pourchassait sa dulcinée Frénégonde - c'était le père de celle-ci en réalité.

Godefroy est ébranlé par ce coup du destin. Refusant de ne pas se marier, il souhaite retourner dans le temps grâce à l'aide d'un enchanteur, Eusèbius. Celui-ci est honnête et lui apporte son aide. Il lui concocte une potion qui lui permettra de retourner dans le passé pour ne pas tuer son futur beau-père.

Écoutant les mises en garde qu'il reçoit de plusieurs compagnons et de Jacquouille en particulier lorsqu'il souhaite goûter à cette mixture, le Comte impose à son écuyer de goûter cette potion avant lui en lui promettant de le venger si besoin est. Ainsi, malgré lui, Jacquouille fait également partie du voyage, alors que celui-ci ne concernait que Godefroy au départ.

Partant avec lui par erreur dans l'époque contemporaine puisque des œufs de caille n'ont pas été incorporés dans la mixture, Jacquouille accumule les bêtises et les catastrophes, puis se fera passer pour le frère de son descendant, Jacquard, aux yeux des autres. Il rencontre et se lie d'amitié avec Ginette Sarclay, une clocharde et refusera de rentrer dans son époque pour rester avec elle. Ses répliques en faux vieux français comme Pouah ! Ça puire ! ont marqué les esprits.

Personnalité[modifier | modifier le code]

Jacquouille, d'origine sociale modeste, n'est pas doté d'une réelle intelligence. Il n'est guère lettré mais son maître lui a imposé un minimum de catéchisme latin. Il est avant tout guidé par son instinct de survie et ses pulsions. C'est pourquoi dès lors qu'il désire quelque chose, il n'hésite pas à voler y compris si l'objet convoité n'a aucune valeur intrinsèque. Il vole pour s'enrichir, se rassasier, mais aussi souvent pour s'amuser. Par exemple un casque de pompier, une clarinette, une ventouse à toilette avec lesquels il joue, puis les jette. Et sur son besoin de s'amuser, il faut noter que c'est un motif qui peut le pousser à réfléchir et par la malice à établir une tactique. Le passage au garage de M. Pochard est très représentatif. En effet, Jacquouille repère un mécanisme automatique de cric pour voiture quand Paulo, employé au garage, l'utilise pour abaisser la camionnette qu'il opère. Immédiatement, il désire s'amuser avec mais Paulo réfrène sa pulsion ; il met alors très vite au point une tactique. Il sort sa gourde de liqueur très fermentée et commence à boire à côté de Paulo, en sachant qu'il est déshydraté par le travail. Très vite, Paulo lui demande si c'est buvable et Jacquouille lui tend sans hésitation le breuvage, ce qui rend directement Paulo malade. Lorsqu'il s'est suffisamment éloigné pour vomir, Jacquouille très fier de son stratagème émet un petit rire sournois et commence à s'amuser avec le mécanisme.

Sources[modifier | modifier le code]