Elsenheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Elsenheim
La mairie.
La mairie.
Blason de Elsenheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Bas-Rhin
Arrondissement Sélestat-Erstein
Canton Sélestat
Intercommunalité C.C. du Ried de Marckolsheim
Maire
Mandat
Vincent Griss
2014-2020
Code postal 67390
Code commune 67121
Démographie
Gentilé Elsenheimois, Elsenheimoises
Population
municipale
843 hab. (2014)
Densité 88 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 09′ 42″ nord, 7° 29′ 57″ est
Altitude Min. 175 m
Max. 182 m
Superficie 9,61 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Elsenheim

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Elsenheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Elsenheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Elsenheim

Elsenheim est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Ses habitants sont connus sous le nom de Elsenheimois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Village faisant partie du canton de Sélestat et de l'arrondissement de Sélestat-Erstein.

Cours d'eau[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Elgensheim, XIe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Elgenesheim est déjà cité le 7 février 780 dans un ouvrage sur l'Alsace de 1120.

Une habitante, Marthe Cuenat-Haumesser, originaire de Suisse, est devenu tristement célèbre pour avoir assassiné, en décembre 1859, l'une de ses filles. Elle sera jugée puis guillotinée sur la Place d'Austerlitz à Strasbourg quelques mois plus tard[1].

Noms de la commune[modifier | modifier le code]

Son nom proviendrait d'un passage de saint Éloi dans la région.
1120 : Elgenesheim ;
1283 : Eilsenheim ;
1322 : Elsenheim.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason d'Elsenheim

Les armes d'Elsenheim se blasonnent ainsi :
« D'or au lion de sable lampasé de gueules. »[2].

Passage des Romains[modifier | modifier le code]

Au temps des Romains, la région était couverte par d'immenses forêts et peu de gens y habitaient. Après avoir chassé les Celtes, les Romains construisirent des routes pour leurs armées. Une telle route allait d'Elsenheim vers la montagne, dont une partie existe encore sous l'ancienne route vers Ribeauvillé. Une autre route allait de Strasbourg vers Bâle et existe encore entre Elsenheim et Marckolsheim.
Les forêts ont été déboisées et on cultive le blé, l'orge, le millet. Les Romains apportèrent les arbres fruitiers et la vigne.
Dans les environs de la commune, on trouve les fondations d'un château romain vers Grussenheim, des tumulus vers Ohnenheim et des mosaïques entre Ohnenheim et Bergheim, actuellement conservées au musée de Colmar.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au XIIIe siècle, Elsenheim appartenait à la famille des nobles d'Eguisheim dont un membre illustre fut l'oncle de sainte Odile, le pape Léon IX. Elsenheim devient un territoire épiscopal de l'évêché de Strasbourg jusqu'à la Révolution. Il fait donc partie du bailliage de Marckolsheim, administré par le comte de Werde.

Marché du Ried[modifier | modifier le code]

En 1329, les biens à Elsenheim des ducs Horburg Wurttemberg sont cèdé aux seigneurs de Ribeauvillé donnant lieu au Marché du Ried aussi appelée "Rappolsweiler Mark" ou "Gemeine Mark". Le Marché du Ried regroupe sept communes : Ribeauvillé, Bergheim, Orschwiller, Guemar, Saint Hippolyte, Ohneheim et Elsenheim. Les seigneurs de Ribeauvillé administrent le Gemeine Mark qui possède de grandes étendues de prés et de forêts nommées "Ried".

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Francis Mertz    
mars 2008 2014 Francis Mertz[3]    
2014 en cours Vincent Griss    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 843 habitants, en augmentation de 3,31 % par rapport à 2009 (Bas-Rhin : 1,65 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
400 411 546 621 712 735 742 755 818
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
712 712 695 687 613 685 680 673 638
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
644 645 645 582 606 595 572 480 547
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
599 593 575 572 637 679 796 818 843
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Jacques-le-Majeur[modifier | modifier le code]

L'église.

Baptistère[modifier | modifier le code]

Relais de chasse du duc de Lorraine[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :