Westhoffen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Bas-Rhin
Cet article est une ébauche concernant une commune du Bas-Rhin.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Westhoffen
Mairie, ancienne maison (XVIIIe).
Mairie, ancienne maison (XVIIIe).
Blason de Westhoffen
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Bas-Rhin
Arrondissement Molsheim
Canton Saverne
Intercommunalité C.C. de la Mossig et du Vignoble
Maire
Mandat
Pierre Geist
2014-2020
Code postal 67310
Code commune 67525
Démographie
Population
municipale
1 672 hab. (2014)
Densité 81 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 36′ 11″ nord, 7° 26′ 31″ est
Altitude Min. 184 m – Max. 531 m
Superficie 20,65 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Westhoffen

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Westhoffen

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Westhoffen

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Westhoffen

Westhoffen (Westhofe en alsacien) est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de Westhoffen est mentionné pour la première fois en 732. À cette époque, le site se composait de "la ferme ouest" (West) d'une ancienne villa romaine située à Kircheim, villa dans laquelle l'usage situe un palais royal mérovingien, et plus au sud, le long du Kohbach, d'une autre ferme appartenant à l'abbaye de Marmoutier. Les textes mentionnent que ces fermes fournissaient essentiellement en vin leurs propriétaires respectifs, notamment l'abbaye de Wissembourg et celle de Marmoutier. De cette époque il nous reste la Rosenbourg (XIe siècle), un donjon fortifié de la possession de Marmoutier transformé au XIXe siècle en habitat rural, et quelques vestiges de l'église Saint Erhard (XIIe siècle) dont le chevet roman est encastré dans le mur d'enceinte[1], [2].

À partir de 1236, Westhoffen appartient au Saint Empire, et en 1302, la localité est donnée en gage à la famille de Lichtenberg, qui avec leurs successeurs les Hanau-Lichtenberg resteront les seigneurs des lieux jusqu'à la Révolution. Le blason de Westhoffen est ainsi directement inspiré du sceau des Lichtenberg : un heaume au cimier en col de cygne. À cette époque (1250) débute la construction de l'église Saint Martin, une des rares églises-halles de l'époque gothique, qui fut profondément remaniée et agrandie au XIXe siècle, lui donnant ainsi une allure extérieure néo-gothique alors en vogue.

Lorsqu'en 1332, Westhoffen fut élevée au rang de ville d'empire, on édifia l'enceinte fortifiée qui enserre encore de nos jours la totalité du centre ancien ou Staedtel ; et dont les portes ont malheureusement disparu. En 1545, les Seigneurs de Hanau-Lichtenberg optent pour le culte réformé sur l'ensemble de leurs possessions. De la fin du XVe siècle jusqu'en 1637, la population de Westhoffen qui comptait déjà près de 1200 habitants, est décimée par la peste.

Pour le repeuplement, des immigrants arrivent principalement de Suisse et parmi eux la famille Burri qui édifia une tannerie ainsi que la maison de style renaissance allemande flanquée d'un remarquable oriel au N°29 de la rue Birris (déformation de Burri). On retrouve à travers le centre ancien de nombreuses autres constructions et éléments architecturaux d'époque (fin XVIe siècle, milieu XVIIe siècle), notamment des portails en arc de cercle, certains richement décorés.

À partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle, les constructions adoptent un style plus imposant, suivant ainsi l'évolution de l'agriculture et de la viticulture. On peut admirer la maison n°6 rue de la liberté, et le Rhebof, berceau familial du général Scherb, officier d'empire sous Napoléon 1er.

L'esprit de tolérance des seigneurs de Hanau-Lichtenberg permit à Westhoffen de compter parmi les siens, l'une des plus importantes et des plus anciennes communauté juive d'Alsace, qui s'est largement dispersée à partir du XIXe siècle pour ne plus compter que quelques personnes de nos jours. De cette communauté sont issus quelques personnages et familles illustres, notamment Léon Blum et les familles du Grand Rabbin Simon Debré, du Grand Rabbin de France Isaïe Schwartz et du Grand rabbin Ernest Gugenheim père du Grand Rabbin de Paris Michel Gugenheim . Il nous reste de cette communauté une synagogue néo-orientaliste du XIXe siècle (restaurée depuis peu)[3] et un ancien cimetière.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Westhoffen

Les armes de Westhoffen se blasonnent ainsi :
« De gueules aux trois cotices d'argent, au heaume taré de profil, sommé d'un col de cygne, le tout du même brochant. »[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Pierre Geist[5]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 672 habitants, en augmentation de 3,21 % par rapport à 2009 (Bas-Rhin : 1,65 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 185 2 210 2 208 2 238 2 363 2 442 2 035 2 104 2 054
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
1 877 1 936 1 897 1 877 1 808 1 913 1 863 1 840 1 793
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 715 1 715 1 682 1 601 1 441 1 423 1 427 1 500 1 414
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 322 1 348 1 386 1 416 1 460 1 590 1 636 1 620 1 672
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006 [9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Transports[modifier | modifier le code]

La ville se situe sur la D 75, la D 142 et la D 220. Entre 1903 et 1956, Westhoffen est le terminus d'une ligne interurbaine du tramway de Strasbourg.

Westhoffen est accessible par autocar via la ligne 233 du réseau 67.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Château, actuellement ferme[17].
  • Anciennes fortifications de la ville (XIVe siècle-XVIe siècle)
  • Mairie[18].
  • Ancienne Poste de Westhoffen[19].
  • Pressoir de la mairie.
  • Fontaine près de la mairie[20], [21].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Événements et fêtes à Westhoffen[modifier | modifier le code]

  • le 1er ou le 2e dimanche de novembre: messti du village.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anny Bloch et Muriel Klein-Zolty, « La communauté juive de Westhoffen : repères, traces, disparition », in Revue des sciences sociales de la France de l'Est, 1990-1991, no 18, p. 28-36
  • In memoriam : la commune de Westhoffen à ses citoyens... à l'occasion de l'inauguration du monument aux morts... de 1914-1918 et 1939-1945 (textes d'Al. Andrès ; poésies d'Antoine Bourbon, Charles Mochel, Alb. et Ad. Matthis ; dessins d'Aug. Dubois ; couverture par R. Allenbach.), Oberlin, Strasbourg, 1949, 47 p.
  • François-Xavier Jacquin, « Dynamique paysagère d'une commune rurale : le cas de Westhoffen », in Bulletin de la Société industrielle de Mulhouse, 1996, no 835, p. 249-257
  • Bernard Laiblé, « Westhoffen, le village aux 5 000 cerisiers », in Almanach évangélique luthérien d'Alsace et de Lorraine, 2001, p. 49-64
  • Albert Lorentz, « Il y a 90 ans... Un tramway pour Westhoffen », in Kocherschbari, 1993, no 28, p. 39-40
  • Claude Weill, « Le dernier juif de Westhoffen », in Le Nouvel Observateur, 1999, no 1825, p. 130-132

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PA00085225, base Mérimée, ministère français de la Culture Vestiges des anciennes fortifications
  2. Notice no IA67006262, base Mérimée, ministère français de la Culture fortification d'agglomération
  3. Historique de la synagogue de Westhoffen
  4. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.labanquedublason2.com (consulté le 24 mai 2009)
  5. [PDF] Liste des maires au 1er avril 2008 sur le site de la préfecture du Bas-Rhin.
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. Notice no PA00085223, base Mérimée, ministère français de la Culture Eglise protestante Saint-Martin
  11. Notice no IA67006263, base Mérimée, ministère français de la Culture Église paroissiale Saint-Erhard dite Oberkirche
  12. Notice no IA67006259, base Mérimée, ministère français de la Culture église paroissiale Saint-Martin
  13. Notice no IA67006264, base Mérimée, ministère français de la Culture cimetière catholique et protestant
  14. Notice no PA00085286, base Mérimée, ministère français de la Culture Synagogue
  15. Notice no IA67006261, base Mérimée, ministère français de la Culture Synagogue
  16. Notice no IA67006265, base Mérimée, ministère français de la Culture cimetière juif
  17. Notice no IA67006271, base Mérimée, ministère français de la Culture château, actuellement ferme
  18. Notice no IA67006266, base Mérimée, ministère français de la Culture mairie
  19. Patrimoine rural de Westhoffen aujourd'hui
  20. Notice no PA00085224, base Mérimée, ministère français de la Culture Fontaine près de la mairie
  21. Notice no IA67007092, base Mérimée, ministère français de la Culture Fontaine