Historique des abbés de Parc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gauthier, premier abbé de Saint-Martin de Laon, disciple de saint Norbert et fondateur régulier de l'abbaye de Parc, initia la communauté naissante de cette abbaye aux règles de l'ordre des Prémontrés jusqu'en 1132, date à laquelle il retourna en son abbaye d'origine. Il devint évêque de Laon en 1151 et mourut le .

Selon J. E. Jansen[1], plusieurs historiens de l'abbaye donnent des dates différentes pour l'historique des abbés de Parc. Après avoir lu toutes les listes des chroniqueurs cités dans la bibliographie de son ouvrage, il a veillé à utiliser les dates avec prudence, non sans les avoir comparées avec les pièces des cartulaires, les chartes et les lettres patentes d'élection ou de nomination des abbés. Selon lui, les meilleurs chronologistes entre les auteurs modernes sont F. J. Raymaekers [2] et R. Van Waefelghem[3], et, entre les anciens, Jean Maes (34e abbé de Parc) et Libert de Pape (35e abbé de Parc).

Les armoiries des abbés avec leurs devises sont reprises spécifiquement dans l'armorial des abbés de Parc.

Abbés de Parc (de 1132 à 1810)[modifier | modifier le code]

  • 2e abbé : Philippe Ier, 1142 - 1166, †
    Ses parents se nommaient Baudouin et Marguerite. Armoiries : d'azur semé de neuf fleurs de lis d'or posées 4,3,2, au chef de gueules à la fasce d'argent.
  • 3e abbé : Thomas, fin 1166 - †
    Armoiries : de gueules à la rose boutonnée d'or, au chef d'argent chargé de deux fasces de sable. Dans son ouvrage cité dans la bibliographie, J.E. Jansen[1] accompagne la chronologie de l'abbé Thomas d'une indication en latin le concernant : Vix trimestri in regimine completus, ce qu'une traduction automatique produit « Il a vécu à peine trois mois au commandement de l'abbaye ».
  • 4e abbé : Renier, 1167 - † 1170
    Sans armoiries connues.
  • 5e abbé : Philippe II, 1170 ou 1171 - 1190, †
    Armoiries : d'or au chef d'azur chargé de trois haches d'or emmanchées et penchées, rangées 2 et 1. Dans son ouvrage cité dans la bibliographie, J.E. Jansen[1] accompagne la chronologie de l'abbé Philippe II d'une indication en latin le concernant : Cum abbatiali curae cum debita et laudabili attentione intendisset, solitudinis et quietis amans, dignitatem cum onere resignavit, ce qu'une traduction automatique produit « Amoureux de la solitude et du calme, il approuve l'annulation de sa charge avec tout le soin et l'attention ».
  • 7e abbé : Sébastien, 1192 - 1196 (ou 1197), †
    Armoiries : d'azur chargé de deux flèches empennées en sautoir, cantonnées de quatre besants d'or. En fait, le règne de l'abbé Sébastien est entrecoupé par celui d'Hubert. Dans son ouvrage cité dans la bibliographie, J.E. Jansen[1] accompagne la chronologie de l'abbé Sébastien d'une indication en latin le concernant : Munus abbatis strenue perfunctus, ce qu'une traduction automatique produit « Il réalise ses missions avec énergie ».
  • 8e abbé : Hubert, 1196 ou 1197 - 1198 ou 1201, † 13 décembre
    Sans armoiries connues, Hubert est chanoine de Tongerlo avant d'accéder à l'abbatiat de Parc.
L'église (XIIe siècle) Saint-Hilaire à Bierbeek

.

  • 12e abbé : Alard de Vuren (Tervueren), Alardus de Vura ou Fura, 1239 - oct 1289, †
    Fils de Gérard et de Marguerite van der Meren (de Mera). Enseveli dans le sanctuaire de l'abbatiale à la droite de Jean de Bierbeek (10e abbé de Parc). Armoiries : d'argent au lion d'azur rampant tenant en la patte sénestre un cœur de gueules enflammé.
  • 14e abbé : Siger Fabri, Sigerus de Vinckenbosch, Sygerus Faber de Vinckenbosch, 1306 - †
    Né à Vinckenbosch, territoire actuel de Parc. Inhumé au milieu du chapitre. Armoiries : parti, le premier, de sinople à trois pinsons d'argent, posé 2 et 1, le second, d'argent.
  • 18e abbé : Jean de Steenhouwer, Joannes de Vinckenbosch dictus Lapida Steenhouwers, 1339 - † ou
    Né à Vinckenbosch, village que recouvre l'abbaye aujourd'hui. Parent de son prédécesseur, Henri de Redinghen. Inhumé au chapitre, à droite en entrant. Armoiries : écartelé, au 1 et 4 d'azur à trois maillets d'or, placés 2 et 1, au 2 et 3 d'argent à la fasce de gueules, accompagnée d'un lion naissant de sable armé et lampassé de gueules naissant du bord inférieur de la fasce.
  • 20e abbé : Nicolas Boseret, Bosseret, Nicolaus de Nivella, 1347 - †
    Né à Nivelles. Enseveli en face de l'autel Saint-Augustin. Armoiries : d'or à deux griffes de sable levées posées en sautoir.
  • 22e abbé : Henri van Overbeke, Overbeek, Overbecanus, - †
    Né à Wespelaar (ou Wespelaer) de Jean de Overbeeck et de Marguerite. Inhumé à l'entrée du chœur de l'abbatiale sous une pierre sépulcrale sur laquelle était sculptée son effigie, avec les six quartiers de sa famille. Armoiries : écartelé, au 1 et 4, d'argent au chef de gueules chargé d'un lion léopardé d'argent, au 2 et 3 d'argent semé d'hermine à 3 fleurs de lis de gueules au pied coupé, posées 2 et 1, le tout broché en cœur d'un plain de sable chargé de 3 feuilles de nénuphar d'argent, placées 2 et 1.
Vieille tour (XIVe siècle) du beffroi de Namur.
  • 25e abbé : Gauthier van Beringen, De Berengariis, de Beringen, - juin 1462, †
    Né à Vilvorde, en 1394, de parents nobles. Fils de Jean, dit le vieux, et de Marie de Melsbroec. Il est enterré au chœur de l'abbatiale près de Guillaume Bodenvlas de Lubbeek (13e abbé de Parc), sous une belle pierre sculptée, ornée de l'effigie de l'abbé et de ses armoiries. Armoiries : parti, le premier d'argent à trois coquelets crêtés et chantant de sable posés 2 et 1, le second de sinople au chef d'argent chargé de trois losanges de sable rangés en fasce.
  • 26e abbé : Thierry van Tuldel, De Thulden, Tuldellus, - †
    Né en 1419, de Jean et d'Elisabeth van Groenendael, à Hilvarenbeek. Il est enterré en la chapelle de la Vierge sous une belle pierre sculptée, ornée d'une inscription. Armoiries : de sable à trois jumelles d'or, au chef plain d'or.
  • 27e abbé : Arnold Wyten, Witenus, octobre 1494 - †
    Né à Hilvarenbeek. Il est enseveli près de son prédécesseur. Armoiries : écartelé, au 1 et 4 d'or à une fasce bretessée et contre-bretessée de sable, au 2 et 3 de sable à trois jumelles d'argent au chef plain d'or.
  • 28e abbé : Ambroise van Engelen, Ab Angelis, septembre 1515 - †
    Né à Louvain en 1481 d'une famille patricienne, de Ambroise, maître-ès-arts et de N. van Nobingen. Il est inhumé près de ses deux prédécesseurs. Armoiries : de sinople à trois pals d'azur, chaque chargé de 4 vairs renversés d'argent, au chef plain d'or.
Béguinage de Saint-Trond de 1256.
  • 34e abbé : Jean Maes, Masius, Herenmaes, avril 1634 - †
    Né à Louvain le , de Jean Maes, imprimeur de l'Université, et de Jeanne Pynnoc. Il succombe à une attaque d'apoplexie et est inhumé au chœur de l'abbatiale près de son prédécesseur. Armoiries : écartelé, au 1 et 4 de sinople à la fasce ondée d'argent (Maes), au 2 et 3 de sable au sautoir engrêlé d'argent (Pinnoc).
  • 36e abbé : Philippe van Tuycom, - †
    Né à Leefdaal le , d'Arnould van Tuycom et d'Emérence Hauwijck, apparenté à une ancienne famille Van Tudekem, originaire d'une localité située sous Herent. Il meurt à Parc d'une attaque d'apoplexie et est enterré dans la crypte de l'abbatiale. Armoiries : écartelé, au 1 et 4 d'or à 3 maillets penchés de sinople ou d'azur, au 2 et 3 d'argent à un lion issant de sable.
  • 37e abbé : Paul de Bruyn, - †
    Né à Bruxelles le , sous le nom de Pierre De Bruyn, fils de Guillaume De Bruyn, maître-maçon de la Cour, et de Pétronille Vanden Bemde[4]. Il est le frère de l'architecte Guillaume De Bruyn, un des reconstructeurs de Bruxelles après le bombardement de 1695. Il meurt atteint d'apoplexie. Armoiries : d'argent à une tête de maure de sable, tortillée d'argent, au chef d'azur chargé de trois quintefeuilles d'argent rangées en fasce.
  • 38e abbé : Jérôme de Waerseghere, - †
    Né à Louvain, de famille noble, le . Armoiries : d'or à deux quintefeuilles de gueules boutonnées d'or, une en chef au 2e quartier, et l'autre en pointe : au franc quartier d'or à trois pals d'azur coupé de gueules.

Supérieurs de Parc après la restauration (de 1834 à 1868)[modifier | modifier le code]

Église Saint-Goriks à Haaltert.
Hôtel de ville de Louvain.
  • 2e supérieur : Georges Joseph Verhagen, - †
    Baptisé à Louvain le , fils de Pierre Joseph et de Jeanne Hensmans. Il entre à Parc (1786), devient profès (1790), prêtre (1790), sacristain (1791), vicaire à Tremelo et à Werchter (1802), curé à Wackerzeel (1814). Il devient supérieur le . Il meurt à Wackerzeel le et est enterré au cimetière de Wackerzeel près de la première fenêtre du chœur, à gauche. Dans son ouvrage cité dans la bibliographie, J.E. Jansen[1] précise que le supérieur Georges Joseph Verhagen est « digne et charitable prêtre, attaché à sa paroisse. Sa mémoire reste en vénération dans l'antique abbaye ». Il ajoute un passage en latin : « Lex veritatis fuit in ore ejus et iniquitas non est inventa in labiis ejus » que l'on peut traduire ainsi : « La loi de la vérité est dans sa bouche, et l'inéquité n'a pas été trouvée sur ses lèvres ».
  • 3e supérieur : Philippe Constant Joseph Van Eeckelen, - , †
    Baptisé à Nispen le , fils de Pierre et de Marie Catherine Lemmens. Il entre à Parc le , devient prêtre le , curé à Parc le , prieur puis supérieur le . Démissionnant le , il devient curé à Lisp (Lierre) en 1869. Il meurt à Lierre le et est enterré, à Parc, au cimetière de la paroisse. Dans son ouvrage cité dans la bibliographie, J.E. Jansen[1] précise ceci, concernant le supérieur Philippe Constant Joseph Van Eeckelen : « Comme supérieur il rend beaucoup de services à l'abbaye, prêtre pieux, a beaucoup de difficultés. Ses affaires n'étant pas en ordre à sa mort, il ne peut être enterré au cimetière des religieux ».
Hôtel de ville de Malines.

Abbés de Parc (à partir de 1868)[modifier | modifier le code]

  • 46e abbé : Quirin Gilles Nols, - † 1936
    Né au Try-Charneux le , fils de Jean-Baptiste Joseph et d'Anne Marguerite Joséphine Xhauflaire. Armoiries : écartelé, au 1 et 4 coupé, parti d'or à l'aigle de sable, se dressant sur un coupeau de sinople, parti de gueules à la croix engrêlée d'or, au 2 et 3 d'or à un bouquet de muguets d'argent aux feuilles de sinople enrubanné de gueules.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Armes des abbés de Parc (1724).
  1. a b c d e f et g J. E. Jansen est chanoine de l'abbaye de Parc, archiviste de la ville de Turnhout et membre titulaire de l'Académie royale d'archéologie de Belgique
  2. Geschiedkundige Navorschingen over de aloude Abdij van't Park, door F. J. Raymaekers, uit het fransch vertaald, voltrokken en aangeteekend door J. E. Jansen
  3. Analectes de l'Ordre de Prémontré, t. VII, 1911, p.61 et sv.
  4. Jean-Louis Van Belle et Jan Caluwaerts, Corneille van Nerven. L'architecte méconnu de l'Hôtel de ville de Bruxelles, Bruxelles : éditions Safran, 2014, p. 86-87.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • J. E. Jansen, L'abbaye norbertine du Parc-le-duc - Huit siècles d'existence - 1129-1929, Malines, H. Dessain, 1929

Articles connexes[modifier | modifier le code]