Werchter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Werchter
Werchter
L'église de Werchter
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région flamande Région flamande
Communauté Drapeau de la Flandre Communauté flamande
Province Drapeau du Brabant flamand Province du Brabant flamand
Arrondissement Louvain
Commune Rotselaar
Code postal 3118
Zone téléphonique 016
Démographie
Gentilé Werchterois(e)
Population 3 159 hab. (2008)
Géographie
Coordonnées 50° 58′ 16″ nord, 4° 41′ 36″ est
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Brabant flamand
Voir sur la carte administrative du Brabant flamand
City locator 14.svg
Werchter
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Werchter
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Werchter

Werchter est une section de la commune belge de Rotselaar située en Région flamande dans la province du Brabant flamand. Elle se situe au confluent du Démer et de la Dyle.

Historiquement, la paroisse de Werchter et ses dépendances sont administrées par l'abbaye de Parc.

De nos jours, la localité est principalement connue pour son festival de rock : Rock Werchter.

Étymologie[modifier | modifier le code]

On trouve aussi les formes Werchteren et Werthoere[1].

Paroisse de Werchter[modifier | modifier le code]

Dépendance vis-à-vis de l'abbaye de Parc[modifier | modifier le code]

En juin 1225, Henri, duc de Brabant, renonça à tous ses droits sur l'église Saint-Jean-Baptiste de Werchter et ses dépendances, à Haecht et à Wackerseel, en faveur de l'abbaye de Parc. Hugues, évêque de Liège, ratifia la cession en 1228. En 1230, l'archidiacre du Brabant, W. de Vallibus, autorisa l'abbé de Parc à en prendre possession d'après les règles du droit canon. Ce ne fut que cinq ans après que l'abbé fut introduit comme curé et que l'archidiacre lui confia le trésor des reliques de l'église. Le pape Innocent IV en approuva la possession en 1246[1].

L'abbaye de Parc comme bâtisseur de l'église de Werchter[modifier | modifier le code]

L'église fut rebâtie vers 1439 par l'abbaye de Parc et ornée par elle de toutes sortes d'objets d'art. L'abbaye contribua à l'érection de l'autel en marbre[note 1]. Elle fit peindre toujours à ses frais le tableau du Christ en croix. L'église possède également six tableaux représentant des scènes de la vie de saint Norbert, tableaux qui ornaient jadis les boiseries de l'église de l'abbaye de Parc. Les religieux de cette abbaye étaient tenus de fournir à l'église de Werchter les habits sacerdotaux, le calice, etc. En 1420, l'abbé Gérard van Goedsenhoven fait exécuter par l'orfèvre Henri van Velpen un calice en argent doré portant les armes de l'abbé, du poids de 13 onces et 3 esterlins[2].

Cette église de Werchter est bâtie en forme de croix latine en pierre de Rotselaer. Son choeur, précisément, est construit en 1439 d'après les archives de l'abbaye de Parc. Les frais de la toiture sont payés par ses religieux[note 2]. L'abbé Gérard van Goetsenhoven met en place au chevet du choeur de cette église, en 1446, un vitrail peint représentant l'institution de la confrérie de Notre-Dame[note 3],[2].

La tour de l'église fut reconstruite par Libert de Pape en 1646 pour un achèvement complet en 1664[2].

Le presbytère est dû aux mêmes bâtisseurs que sont les administrateurs de l'abbaye de Parc.

Paroisses dépendantes de l'église de Werchter[modifier | modifier le code]

Wackerseel[modifier | modifier le code]

On trouve aussi les formes Wackersele et Winkerseel[1].

La chapelle de Wackerseel, située, par rapport à Werchter, de l'autre côté de la rivière, fut cédée en 1225 avec l'église-mère de Werchter, à l'abbaye de Parc. Cette chapelle fut érigée en paroisse sur la demande de l'abbé Ambroise Loots, par un acte du cardinal Granvelle, le . L'abbé avait donné comme raisons de la séparation d'avec Werchter : le grand nombre d'habitants qui vivaient près de la chapelle et les fréquentes inondations qui empêchaient les fidèles d'aller à la messe de l'église-mère. L'église Saint-Hubert de Wackerseel fut donc à son tour desservie par les religieux de Parc. Son premier curé fut frère Marc de Man. Le presbytère et l'église furent bâtis par l'abbaye[1].

Haecht[modifier | modifier le code]

Situation de la paroisse de Tremeloo[modifier | modifier le code]

En 1225, quand le patronage de l'église de Werchter est transféré aux religieux de l'abbaye de Parc, la paroisse de Werchter est très étendue pour comprendre dans ses limites les paroisses de Haecht, Wackerzeel et Tremeloo, selon leurs limites de 1858[3].

En fait, seules les deux premières figurent dans l'acte de cession comme dépendances de l'église de Werchter, une nouvelle église à Tremeloo étant érigée en 1784[2].

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Blason de l'abbé Gérard van Goetsenhoven
  1. Pour cet autel en marbre, les religieux de l'abbaye de Parc contribuèrent pour une somme de 240 florins.
  2. Ces frais de toiture s'élèvent à 106 couronnes et 10 plecken, selon les comptes de l'abbaye de Parc en 1444.
  3. Au bas de ce vitrail se trouvait l'effigie de l'abbé Gérard van Goetsenhoven avec son blason et celles du pasteur de la paroisse et des autres membres de la confrérie de Notre-Dame. Cette œuvre est une production du peintre sur verre Henri van Schoonberghen qui fut payé 18 couronnes et 18 plecken. Cette fenêtre fut bouchée en 1656.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Jansen 1929.
  2. a b c et d Raymaekers 1858, p. 538.
  3. Raymaekers 1858, p. 537.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • J.E. Jansen (chanoine et archiviste), L'abbaye norbertine de Parc-le-Duc - Huit siècles d'existence - 1129-1929, Malines, H. Dessain, . Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • F.J. Raymaekers (professeur et chronologiste), « Recherches historiques sur l'ancienne abbaye de Parc », Revue catholique - Recueil religieux, philosophique, scientifique, historique et littéraire, Louvain, P.J. Verbiest, sixième, vol. premier,‎ année 1858, p. 401-418, 481-490, 527-541, 588-598, 661-676 et 712-722. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Article connexe[modifier | modifier le code]