Aller au contenu

Université médiévale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Au Moyen Âge, le mot « université » résume l'expression latine universitas magistrorum et scholarium qui indique l'union de tous les collèges d'une ville formant des clercs dans un corps unique indépendant du pouvoir des villes, doté de privilèges et d'un chef appelé recteur. À Paris, l'Université ne comprend pas les petites écoles (actuel enseignement primaire), mais tous les collèges de la faculté des arts (actuel enseignement secondaire), de la faculté de théologie (de) (actuelles facultés de lettres et de sciences), et si elles existent, de la faculté de droits et de la faculté de médecine.

Les membres ou suppôts de l'université sont des clercs. Leurs grades sont docteur, bachelier et écolier, correspondant dans la noblesse à ceux de chevalier, valet et damoiseau, et dans les métiers à maître, compagnon et apprentis.

Carte des universités médiévales en Europe publiée en 1923.

Historiographie

[modifier | modifier le code]

La naissance des universités médiévales s'inscrit dans un contexte intellectuel. Avec la réforme grégorienne au XIe siècle, l'Église impose une coupure nette entre clercs et laïcs et se dote d'écoles monastiques puis d'écoles cathédrales destinées à relever le niveau et intellectuel et moral du clergé[1]. Elle s'inscrit aussi dans un contexte socio-politique : cette période se caractérise par une stabilisation des pouvoirs princiers et royaux propices à une plus grande mobilité sociale qui « a pour corollaire une mobilité géographique tant des élèves que des maîtres », essentiellement vers les centres urbains[2]. Certains enfants de nobles accomplissent volontiers un tour académique d'une région de l'Europe à une autre, ce phénomène de peregrinatio academica étant très inégalement développé selon les pays et les époques[3]. Au XIIe siècle, le renouveau des villes en Europe, lieux privilégiés de la production et des échanges matériels, commerciaux et intellectuels, change les conditions de production du livre et rompt avec le monopole monastique sur la culture écrite. Ce renouveau accompagne la renaissance intellectuelle de l'époque et correspond à ce que les historiens appellent la « période laïque » de l'histoire du livre à la fin du XIIe siècle. Ainsi, selon l'historien Albert Labarre, « les abbayes cessent d'être les seuls centres de vie intellectuelle »[4].

Désireux de marquer leur indépendance à l’égard des évêques qui à travers les écoles capitulaires dirigent et contrôlent l’enseignement, les clercs dès la fin du XIIe siècle se groupent en corporations (universitates) afin de pouvoir se livrer librement à la recherche du savoir et à l’enseignement. Malgré cette indépendance revendiquée, ces universitates restent des institutions ecclésiastiques, bénéficiant du for ecclésiastique[5]. Le terme juridique d'universitas[Note 1],[Note 2] n'apparaît qu'en 1208 pour l'université de Paris, vers 1215 pour l'université de Bologne[6]. L'université médiévale européenne est ainsi initialement une communauté, et non des bâtiments. Par exemple, les premiers cours de l'université de Paris sont dispensés dehors (« la rue du Foir rappelle que les étudiants s'asseyaient là sur des bottes de foin »)[7], dans les salles communales des villes ou dans des salles de tavernes louées pour l'occasion[8].

L'on voit ainsi, parallèlement à la création de nouveaux monastères et d'ordres religieux et à la renaissance des villes, du commerce et de la propagation du style international français dit plus tard « gothique » (opus francigenum) en architecture, une efflorescence à travers l'Europe de ces Universitates studiorum qui s'installent dans les villes ouvertes, comme Paris, au renouveau et aux avantages économiques que la présence d'« escholiers » ne peut manquer de leur apporter.

Les princes désireux de s’attacher le service de clercs érudits encouragent ce mouvement.

Avides d’indépendance à l'égard des autorités civiles et religieuses, les créateurs des Universitates sollicitent et obtiennent du Saint-Siège des bulles qui leur garantissaient cette liberté, la « libertas scolastica » (expression qui apparaît en 1229 sous la plume de Jean de Garlande), autonomie d’ordre juridique et intellectuelle[9].

Naissance des universités

[modifier | modifier le code]
Nom Lieu originel Lieu actuel Date officielle Première date
Université de Constantinople Drapeau de l'Empire byzantin Empire byzantin Florence après 1453 (Académie platonicienne) 27 février 425 (Πανδιδακτήριος Pandidacterius de l’empereur Théodose II) 425
Université de Bologne Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire romain germanique Drapeau de l'Italie Italie 1158 (Constitutio Habita de l’empereur Frédéric Barberousse) 1088
Université d'Oxford Drapeau de l'Angleterre Royaume d'Angleterre Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni 1167 (roi Henri II) 1116 (Thibaud d'Étampes)
Université de Parme Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire romain germanique Drapeau de l'Italie Italie 1117
Université de Modène Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire romain germanique Drapeau de l'Italie Italie 1175
Université de Paris Drapeau du Royaume de France Royaume de France Drapeau de la France France 1200 (roi Philippe Auguste) - 1215 (pape Innocent III) 1167 (expulsion des

maîtres et écoliers étrangers)

Université de Cambridge Drapeau de l'Angleterre Royaume d'Angleterre Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni 1209
Université de Palencia Royaume de Castille Royaume de Castille Drapeau de l'Espagne Espagne 1212 (roi Alphonse VIII) 1208
Université de Salamanque Royaume de León Royaume de León Drapeau de l'Espagne Espagne 1218 (roi Alphonse IX de León) 1130
Université de Montpellier Royaume d'Aragon Royaume d'Aragon Drapeau de la France France 1220 (Cardinal Conrad) - 1289 (Pape Nicolas IV) 1150
Université de Padoue Padoue Drapeau de l'Italie Italie 1222
Université de Naples - Frédéric-II Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire romain germanique
 Royaume de Sicile
Drapeau de l'Italie Italie 1224 (Empereur, Frédéric II Hohenstafen, roi de Sicile)
Université de Toulouse Drapeau du Royaume de France Royaume de France Drapeau de la France France 1229 (roi Louis IX)
Université de Sienne  République de Sienne Drapeau de l'Italie Italie 1240
Université de Valladolid Royaume de Castille Royaume de Castille Drapeau de l'Espagne Espagne 1241
Université de Coimbra Drapeau du Royaume du Portugal Royaume de Portugal Drapeau du Portugal Portugal 1290 (roi Denis Ier de Portugal)
Université de Lérida Royaume d'Aragon Royaume d'Aragon Drapeau de l'Espagne Espagne 1300
Université de Rome « La Sapienza »  États pontificaux Drapeau de l'Italie Italie 1303 (pape Boniface VIII)
Université d'Avignon Drapeau du comtat Venaissin Comtat Venaissin Drapeau de la France France 1303 (pape Boniface VIII)
Université d'Orléans Drapeau du Royaume de France Royaume de France Drapeau de la France France 1306 (pape Clément V)
Université de Florence Drapeau de la République florentine République de Florence Drapeau de l'Italie Italie 1349 (pape Clément VI) 1321
Université de Cahors Drapeau du Royaume de France Royaume de France Drapeau de la France France 1331
Université de Grenoble Drapeau du Royaume de France Royaume de France Drapeau de la France France 1339
Université de Pise Drapeau de la République de Pise République de Pise Drapeau de l'Italie Italie 1343 (pape Clément VI)
Université de Prague Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire romain germanique
Drapeau de la Bohême Royaume de Bohême
Drapeau de la Tchéquie République tchèque 1347 (pape Clément VI)
Université de Perpignan Royaume d'Aragon Royaume d'Aragon Drapeau de la France France 1350 (pape Clément VI & roi de Catalogne Pierre le Cérémonieux)
Université de Pavie Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire romain germanique
Drapeau du Duché de Milan Duché de Milan
Drapeau de l'Italie Italie 1361 (empereur Charles IV)
Université de Cracovie Royaume de Pologne Drapeau de la Pologne Pologne 1364
Université d'Angers Drapeau du Royaume de France Royaume de France Drapeau de la France France 1364
Université d'Orange Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire romain germanique
Principauté d'Orange
Drapeau de la France France 1365 (empereur Charles IV et Raymond des Baux, prince d'Orange) 1268
Université de Vienne Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire romain germanique
Drapeau de l'Autriche Duché d'Autriche
Drapeau de l'Autriche Autriche 1365
Université de Pécs Drapeau du Royaume de Hongrie Royaume de Hongrie Drapeau de la Hongrie Hongrie 1367 (roi Louis Ier)
Université d'Erfurt Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire romain germanique Drapeau de l'Allemagne Allemagne 1389 (pape Urbain VI) 1379 (Clément VII)
Université de Heidelberg Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire romain germanique
Drapeau du Palatinat du Rhin Palatinat du Rhin
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 1386 (pape Urbain VI)
Université de Cologne Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire romain germanique Drapeau de l'Allemagne Allemagne 1388 (comte palatin Robert Ier)
Université de Turin Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire romain germanique
Drapeau du comté de Savoie Comté de Savoie
Drapeau de l'Italie Italie 1404 (prince Louis de Savoie-Achaïe)
Université d'Aix Drapeau de la Provence Comté de Provence Drapeau de la France France 1409 (comte Louis II
Université de Leipzig Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire romain germanique
Électorat de Saxe
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 1409
Université de St Andrews Drapeau du Royaume d'Écosse Royaume d'Écosse Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni 1413 (pape Benoît XIII) 1410 (fondée par un groupe

de clergés augustiniens chassés

de l'Université de Paris)

Université de Dole Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire romain germanique
Comté de Bourgogne
Drapeau de la France France 1422 (Philippe le Bon)
Université de Louvain Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire romain germanique
Drapeau du Duché de Brabant Duché de Brabant
Drapeau de la Belgique Belgique 1425 (duc Jean IV de Brabant)
Université de Lund Drapeau de l'Union de Kalmar Union de Kalmar Drapeau de la Suède Suède 1425
Université de Poitiers Drapeau du Royaume de France Royaume de France Drapeau de la France France 1431 (roi Charles VII)
Université de Caen Drapeau du Royaume de France Royaume de France Drapeau de la France France 1432 (Jean de Lancastre, duc de Bedford)
Université de Catane  Royaume de Sicile Drapeau de l'Italie Italie 1434
Université de Barcelone Royaume d'Aragon Royaume d'Aragon Drapeau de l'Espagne Espagne 1450 (roi Alphonse V)
Université de Glasgow Drapeau du Royaume d'Écosse Royaume d'Écosse Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni 1451 (pape Nicolas V)
Université d'Istanbul Drapeau de l'Empire ottoman Empire ottoman Drapeau de la Turquie Turquie 1453 (sultan Mehmed II)
Université de Greifswald Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire romain germanique
Duché de Poméranie
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 1456
Université de Bâle Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire romain germanique Drapeau de la Suisse Suisse 1460
Université de Nantes Drapeau du duché de Bretagne Duché de Bretagne Drapeau de la France France 1460 (pape Pie II)
Universitas Istropolitana Drapeau du Royaume de Hongrie Royaume de Hongrie Drapeau de la Slovaquie Slovaquie 1465 (pape Paul II)
Université d'Ingolstadt Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire romain germanique
Duché de Bavière
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 1472 (duc Louis IX de Bavière)
Université de Mayence Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire romain germanique
Électorat de Mayence
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 1477 (archevêque Diether von Isenburg)
Université de Tübingen Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire romain germanique Drapeau de l'Allemagne Allemagne 1477
Université d'Uppsala Drapeau de l'Union de Kalmar Union de Kalmar Drapeau de la Suède Suède 1477 (pape Sixte IV)
Université de Copenhague Drapeau de l'Union de Kalmar Union de Kalmar Drapeau du Danemark Danemark 1479
Université de Gênes Drapeau de la République de Gênes République de Gênes Drapeau de l'Italie Italie 1481

Le savant et religieux Alcuin, devenu abbé de Saint-Martin de Tours en 796, a fondé à Tours une académie de philosophie et de théologie si innovatrice qu'elle fut surnommée « mère de l'Université ».

Pour d'autres écoles (ou studium), le statut d'université n'est pas historiquement prouvé, ou daté avec exactitude.

Nom Lieu originel Lieu actuel Date approximative Première date
Université de Salerne Principauté de Salerne Drapeau de l'Italie Italie XIIIe siècle Xe siècle
Université de Billom Comté d'Auvergne Drapeau de la France France XIIe siècle


Localisation des premières universités
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Angleterre / Écosse
Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire
Portugal / Castille / Aragon

Les universités à la fin du Moyen Âge

[modifier | modifier le code]

Les historiens constatent le déclin de l'université dans l'Europe à partir du XVe siècle malgré un grand essor culturel et intellectuel à cette époque. Il s'agit plus d'un « effacement, à plus ou moins long terme, du rôle créateur, sur le plan pédagogique et culturel, des universités que l'effondrement de leur prestige social et de leurs institutions »[10]. Ce déclin résulte notamment de la critique des universités médiévales et de leur scolastique trop scolaire et artificielle, de la baisse de la valeur des études (abaissement des grades obtenus) et de la création de cercles littéraires et scientifiques en dehors des universités. Le rôle de l'université à la Renaissance a en effet changé : alors que l'université médiévale « constituait un groupement professionnel, consacré à la formation d'un corps d'enseignants et d'ecclésiastiques », celle de la Renaissance « travaille surtout pour la formation de la culture générale des gens et la formation dans le sens de la culture humaniste »[11].

L'enseignement

[modifier | modifier le code]

L'enseignement préalable à l'accession universitaire se divisait en deux « cursus » principaux opéré dans les écoles d'arts, en général de 14 ans à 20 ans. Les sept disciplines propédeutiques étaient regroupées sous l'appellation d'arts libéraux[12] :

  • Le trivium (grammaire, rhétorique, logique) formation liée aux « arts du langage et de l'expression ». Par anachronisme, ce sont les rudiments des Lettres.
  • Le quadrivium, les quatre « arts libéraux » (arithmétique, géométrie, astronomie, musique). Par anachronisme, ce sont les rudiments des sciences.

Le latin médiéval était la langue écrite, impérative pour entrer dans le monde universitaire et appréhender les connaissances livresques. Il fallait pouvoir lire les livres recommandés par le maître. Les ateliers de copistes se multiplient dans les villes, pour répondre aux besoins de textes et de manuscrits des étudiants.

Les matières enseignées sont, suivant les spécialités du studium generale du XIe siècle, les droits (droit canon, droit civil), le droit canon, la médecine, les mathématiques, la logique ou la philosophie. Viennent s'ajouter les arts libéraux (plus développés que les premiers) et la « reine » médiévale des sciences dans les universités, la théologie[13].

« L'enseignement repose sur la lecture (lectio) commentée des textes faisant autorité, et sur la question (questio) qui ouvre la possibilité de regrouper des arguments contradictoires. Ce type de transmission des connaissances » s'est affiné dans beaucoup d'universités médiévales vers la dispute (disputatio), sorte de duel oratoire et logique sur un sujet défini à l'avance, et qui permet aux maîtres et aux étudiants de se livrer au jeu intellectuel du « pour et du contre »[14].

Les maîtres et les étudiants

[modifier | modifier le code]

Les conciles du Latran de 1179 et de 1215 rappellent le principe de la gratuité de l'enseignement, les universités étant théoriquement ouvertes aux étudiants modestes mais les droits d'examen restent importants, si bien que des laïcs (rois, reines, grands aristocrates…) ou parfois aussi des ecclésiastiques fondent des collèges qui permettent d'accueillir aussi des fils de paysan dès la fin du XIIe siècle[15]. Si les universités proposent un mécanisme de promotion sociale reposant sur l'acquisition des savoirs, cette promotion s'opère essentiellement sur la petite noblesse et la bourgeoisie urbaines de commerçants, d'artisans, de juristes ou d'enseignants[16].

La corporation a ses rites, ses procédures d'initiation (équivalent du bizutage), ses festivités turbulentes. Les maîtres comme les étudiants sont des clercs bien reconnaissables qui portent la « robe et la tonsure, sans que cela implique d'aller au-delà des ordres mineurs et de s'engager dans une vraie carrière ecclésiastique »[17]. Faisant partie du clergé séculier, ils bénéficient ainsi du privilège de for et de la libertas scolastica[9].

Les relations entre cette corporation et la population citoyenne sont délicates pour plusieurs raisons, et avec le temps, l'autonomie croissante des universités et leur indépendance de l'autorité locale augmentent les tensions entre les deux parties. En outre, l'empiètement croissant des universités sur leurs voisins aggrave la situation, ce qui aboutit aux classiques affrontements entre town and gown (littéralement « la Ville et la Robe », expression appliquée par les historiens des Universités anglaises à ce type de conflits)[18].

Dans le monde musulman

[modifier | modifier le code]

Si les musulmans se sont bel et bien inspiré du modèle hellénistique pour bâtir leur enseignement primaire, il en est autrement pour l’éducation académique qui n’a obéi à aucun plan préconçu. En effet, c’est vers la fin du Ier siècle de l’hégire, après plusieurs tâtonnements, que l’enseignement académique musulman s’est structuré. Ainsi, on remarque des spécificités propres à chaque région mais comportant quelques similitudes.

Soucieux de bâtir un État solide, les musulmans ont en premier lieu promu une culture du bureau afin de rendre leur administration plus efficace et une éducation profane permettant de préparer les gouvernants au commandement. L’enseignement académique n’a révélé aucune volonté institutionnelle qu’elle soit politique, religieuse ou culturelle, elle a surtout été impulsée par une demande sociale importante dans les grandes métropoles à la fin du VIIe siècle[19]. À l’instar des premières communautés académiques européennes, les professeurs se réunissent d’abord en groupe avec leurs étudiants dans des lieux publics. Les assemblées devenant de plus en plus grandes, elles attirent par le bouche à oreille, des étudiants provenant de contrées plus ou moins éloignées.

La culture de l’enseignement étant grandissante, les étudiants entreprennent de longs et coûteux voyages afin de satisfaire leur soif de connaissance. Ainsi à la fin du VIIe siècle, la pratiqué lettrée se développe sous le terme de « voyage en quête de science » (riḥla fī ṭalab al-‘ilm)[20]. N’importe quel individu pouvait assister à un cercle d’enseignement, aucun critère social ou financier n’était pris en compte. Néanmoins, des règles de bienséances (adab) devaient être respectées pour y assister ainsi que certains pré-requis tel que la mémorisation du Coran. L’exégèse coranique a permis de développer le champ de la connaissance linguistique : de la lexicographie à la grammaire et de la critique poétique à la stylistique, en passant par la rhétorique[19].

Parmi les universités médiévale de renom, nous pouvons citer l’Université Al-Quarawiyyin au Maroc fondée vers 877 (date incertaine), l’Université Zitouna fondée en 737 en Tunisie ou encore l’Université al-Azhar fondée 972 en Egypte.

Les relations entre maîtres et étudiants

[modifier | modifier le code]

Dès le VIIIe siècle, la ḥalqa (cercle d’enseignement), dispose d’une forme particulière qu’elle gardera par la suite. Elle est à l’image d’un corps où le maître (shaykh) est la tête, les grands disciples (kibār al-aṣḥāb) la poitrine et les petits disciples (ṣighār al-aṣḥāb) les membres d’extrémité. Ces métaphores ont une signification propre à l’époque, il s’agit de faire comprendre que dans un cercle d’enseignement, un élève lambda ne peut se rapprocher spontanément du maître, cela ne peut être possible qu’au terme d’un parcours[19]. Après cela, l’étudiant est éligible à sa ṣuḥba (compagnie). Ce lien sacré unissant un maître et son disciple, à la fois social et pédagogique, est ancré dans la culture académique islamique au point qu’elle en est une de ses institutions majeures. Cette relation s’inscrit dans la durée et requiert de la part de l’étudiant une fréquentation assidue de son maître. À l’image du mawla (client), le disciple est au service de son shaykh.

Parmi les rôles important dans la transmission du savoir et jugé méritoire, il y a le mustamlī. Il s’agit d’un étudiant chargé d’assister le shaykh dans ses cours par la mise à l’écrit des traditions dictées par le maître. Ce mustamlī servait plus ou moins de secrétaire ou de copiste[21]. Ce rôle de copiste est très important dans la mesure où il est le détenteur des manuscrits originaux du maître et qu’il peut ainsi en faire des copies et les revendre aux étudiants les plus offrants. Ainsi les mustamlī et grands disciples qui étaient les seuls aptes à pouvoir poser des questions au shaykh profitaient de cette situation pour faire payer les disciples inférieurs qui souhaitaient avoir des réponses à leurs questions. Le mustamlī était également chargé de répéter les paroles du shaykh durant les assises à l’instar du repetitore dans les universités européennes.

Système d'apprentissage

[modifier | modifier le code]

Les méthodes d’apprentissages diffèrent selon les régions. Par exemple à Kufa, il exclu que les étudiants prennent des notes. Jusque la fin du VIIIe siècle, professeurs et étudiants n’exhibent pas leurs écrits lors des assises, si ce n’est à la fin de l’assise. Il s’agit néanmoins d’un exercice très difficile au point où des sources[22] nous font part de récits d’étudiants ne supportant plus ce procédé et qui, sur un coup de tête, ont décidé de ramener leur calame et leur tablette pour inscrire ce que disait le shaykh.

L’apprentissage dans l’enseignement académique islamique se base essentiellement sur la mémorisation des textes étudiés. Ainsi, il est primordial pour l’étudiant d’assister à tous les cours et de s’empresser de recueillir l’enseignement des maîtres avant que les infirmités de toute sorte ne les invalident (amnésie, cécité, aphasie etc). L’audition (samā’) occupe une place importante dans le système d’enseignement[19].

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. Terme juridique romain qui désigne une « communauté jurée, se dotant de statuts, contrôlant son recrutement, déterminant ses règles internes de fonctionnement (en particulier pour tout ce qui concernait l'enseignement : programmes, cursus, modalités d'examen) et imposant sous serment à ses membres une certaine discipline, agissant enfin comme personne morale vis-à-vis de la société et des autorités extérieures ». Cf Rudolph Bkouche, L'université : situation actuelle, L'Harmattan, , p. 30.
  2. L'emploi anachronique du terme « universitas » pour désigner les innombrables écoles cathédrales agréées antérieurement, telle l'École de Chartres en 1004, par différentes autorités depuis Alcuin et désignées ultérieurement par elles-mêmes comme « université », doit être compris comme une facilité.

Références

[modifier | modifier le code]
  1. Hervé Martin, Bernard Merdrignac, Culture et société dans l'Occident médiéval, Éditions Ophrys, , p. 159.
  2. Hervé Martin, Bernard Merdrignac, Culture et société dans l'Occident médiéval, Éditions Ophrys, , p. 163.
  3. Jacques Verger, « La circulation des étudiants dans l'Europe médiévale », Cahiers du Centre de Recherches Historiques, no 42,‎ , p. 87-95 (lire en ligne).
  4. Albert Labarre, Histoire du livre, PUF, , p. 35.
  5. Gaston Mialaret, Jean Vial, Histoire mondiale de l'éducation, tome 1 : Des origines à 1515, Presses universitaires de France, , p. 289.
  6. (de) Walter Rüegg, Was lehrt die Geschichte der Universität ?, Steiner, , p. 7.
  7. Paul et Marie-Louise Biver, Abbayes, monastères, et couvents de Paris : des origines à la fin du XVIIIe siècle, éditions d'histoire et d'art, , p. 122.
  8. Émile Chatelain, « Notes sur quelques tavernes fréquentées par l'université de Paris aux XIVe et XVe siècles », Bulletin de la Société de l'Histoire, no XXV,‎ , p. 87-109.
  9. a et b Jacques Verger, Olga Weijers, Les débuts de l'enseignement universitaire à Paris (1200-1245 environ), Brepols, , p. 213.
  10. Jacques Verger, Les universités françaises au Moyen Âge, Éditions Brill, , p. 228-231.
  11. Les Universités Européennes du XIVe au XVIIIe siècle, Librairie Droz, , p. 135.
  12. Jacques Le Goff, L'Europe est-elle née au Moyen Âge ?, Éd. du Seuil, , p. 23.
  13. Georges Minois, L'Église et la science, Fayard, , p. 202.
  14. Christian Verrier, Chronologie de l'enseignement et de l'éducation en France : des origines à nos jours, Anthropos, , p. 31.
  15. Pierre Champagne, L'organisation scolaire et universitaire, Presses universitaires de France, , p. 12.
  16. Antoine Destemberg, « Un système rituel ? Rites d'intégration et passages de grades dans le système universitaire médiéval (XIIIe – XVe siècle) », Cahiers de recherches médiévales, no 18,‎ , p. 113-132 (lire en ligne).
  17. Alain Boissinot, Luc Ferry, La plus belle histoire de l'école, Robert Laffont, , p. 121.
  18. Jacques Verger , « Les conflits 'Town and Gown' au Moyen Âge : Essai de typologie », dans Patrick Gilli, Jacques Verger et Daniel Le Blévec (dir.), Les universités et la ville, Leyde, Brill, 2007, p. 237–255
  19. a b c et d Houari Touati, « Aux origines de l'enseignement en islam (VIIe – VIIIe siècle) », Studia Islamica,‎ (lire en ligne)
  20. Houari Touati, Islam et voyage au Moyen Âge. Histoire et anthropologie d'une pratique lettrée, Paris,
  21. Juynboll, G.H.A, « Mustamlī », sur Brill, (consulté le )
  22. (ar) Al-Qādī Wakī', Akhbār al-Quḍāt, p.339

Bibliographie

[modifier | modifier le code]
  • Dictionnaire des lettres françaises, dir. Cardinal Georges Grente, Le Moyen Âge, dir. Robert Bossuat, Louis Pichard, Guy Raynaud de Lage, éd. revue, dir. Geneviève Hasenohr, Michel Zink, Fayard, 1964, rééd. LGF « Pochothèque », 1992
  • Dictionnaire du Moyen Âge, dir. Claude Gauvard, Alain de Libera, Michel Zink, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 2002
  • Antoine Destemberg, L'honneur des universitaires au Moyen Âge. Étude d'imaginaire social, PUF, 2015
  • Charles Homer Haskins, The Rise of Universities, Ithaca-New York, Cornell University Press, 1972
  • Michel Sot (dir.), Jean-Patrice Boudet, Anita Guerreau-Jalabert, Le Moyen Âge, t.1 de l'Histoire culturelle de la France, dir. Jean-Pierre Rioux, Jean-François Sirinelli, Paris, Le Seuil, 1997, rééd. « Points Histoire » 2005
  • Jacques Le Goff, La civilisation de l'Occident médiéval, Paris, Arthaud, 1977, rééd. coll. « Les grandes civilisations », 1984, rééd. Flammarion, coll. « Champs », 1997
  • Jacques Le Goff, Les Intellectuels au Moyen Âge, Paris, Le Seuil, 1957, rééd. « Points Histoire » 1985, 2000
  • Pierre Riché, Jacques Verger, Des nains sur des épaules de géants - Maîtres et élèves au Moyen Âge, Paris, Tallandier, 2006
  • Michel Rouche, Des origines à la Renaissance, t.I de l'Histoire générale de l'enseignement et de l'éducation en France, dir. Louis-Henri Parias, Paris, Nouvelle Librairie de France, 1981, rééd. Perrin, coll. « Tempus », 2003
  • Jacques Verger, Les Universités au Moyen Âge, PUF, 1973, rééd. « Quadrige », 1999
  • Jacques Verger, Les Universités françaises au Moyen Âge, Leyde, E. J. Brill, 1995 lire en ligne
  • Jacques Verger, L'Essor des universités au XIIIe siècle, Paris, Cerf, coll. « Initiations au Moyen Âge », 1998
  • Jacques Verger, Culture, enseignement et société en Occident aux XIIe et XIIIe siècles, Rennes, PUR, coll. « Histoire », 1999

Articles connexes

[modifier | modifier le code]