Sancourt (Eure)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sancourt
Sancourt (Eure)
Mairie de Sancourt.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Les Andelys
Intercommunalité Communauté de communes du Vexin Normand
Maire
Mandat
Michel Dupuy
2020-2026
Code postal 27150
Code commune 27614
Démographie
Gentilé Sancourtois
Population
municipale
161 hab. (2018 en diminution de 0,62 % par rapport à 2013)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 21′ 18″ nord, 1° 41′ 13″ est
Altitude Min. 77 m
Max. 128 m
Superficie 6,63 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Gisors
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Sancourt
Géolocalisation sur la carte : Eure
Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Sancourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sancourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sancourt

Sancourt est une commune française située dans le département de l'Eure, en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Sancourt est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[5],[6].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Saencuria en 1279, Seencourt en 1431[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Une des sept « villes de Bleu »[Note 3] qui avait le droit de faire paître les bêtes et prendre du bois dans « la forêt de Bleu » (partie de la forêt domaniale de Lyons, qui s'étendait jadis jusqu'à l'actuel bois de Gisors, autrefois « Buisson Bleu »)[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1842   Victor-G. Pagnerre    
avant 1981 ? Serge Pauquet   Agriculteur retraité
mars 2001 En cours Michel Dupuy SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[10].

En 2018, la commune comptait 161 habitants[Note 4], en diminution de 0,62 % par rapport à 2013 (Eure : +0,83 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
212180214187172148146177171
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
173171177155154144146146120
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
127123118112127127110141132
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
10389899697108130163156
2018 - - - - - - - -
161--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Clair[13] doté d'un mobilier recensé, dont une Vierge à l'enfant du XIVe siècle[14], classée monument historique à titre d'objet.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

ZNIEFF de type 2
  • La haute vallée de la Lévrière[15].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Charles Lebret, curé de Sancourt, exécuté le 27 messidor an II () à la barrière de Vincennes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les sept villages de la Seigneurie de Amécourt, Tierceville, Saint-Denis-le-Ferment, Hébécourt, Heudicourt, Sancourt et Mainneville.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Communes 2016 » activée ».
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 26 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  7. Ernest Nègre - Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 906 - (ISBN 2600001336).
  8. Antoine Follain - Le village sous l'Ancien Régime.
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  13. Notice no IA00017881, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  14. Notice no IM27003003, base Palissy, ministère français de la Culture.
  15. « La haute vallée de la Lévrière », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 4 mars 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :