Bazincourt-sur-Epte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bazincourt-sur-Epte
Bazincourt-sur-Epte
Blason de Bazincourt-sur-Epte
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Les Andelys
Intercommunalité Communauté de communes du Vexin Normand
Maire
Mandat
Hervé Glezgo
2020-2026
Code postal 27140
Code commune 27045
Démographie
Gentilé Bazincourtois
Population
municipale
768 hab. (2018 en augmentation de 2,54 % par rapport à 2013)
Densité 70 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 18′ 45″ nord, 1° 46′ 05″ est
Altitude Min. 52 m
Max. 139 m
Superficie 11 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Gisors
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Bazincourt-sur-Epte
Géolocalisation sur la carte : Eure
Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Bazincourt-sur-Epte
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bazincourt-sur-Epte
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bazincourt-sur-Epte
Liens
Site web www.bazincourt-sur-epte.fr

Bazincourt-sur-Epte est une commune française située dans le département de l'Eure, en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Bazincourt-sur-Epte est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[5],[6].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Bucin curte v. 1024, Basincuria au XIVe siècle[7].

Ce toponyme pourrait être issu d'un nom de personne germanique Businus + cortem, attiré par Basinus[7].

La référence à la rivière, l'Epte, a été ajoutée en 1950.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une des sept « villes de Bleu »[8] qui avait le droit de faire paître les bêtes et prendre du bois dans « la forêt de Bleu » (partie de la forêt domaniale de Lyons, qui s'étendait jadis jusqu'à l'actuel bois de Gisors (autrefois « Buisson Bleu »)[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
ca 1870-1871   M. de Briey    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 Jean-Pierre Moneuse    
mars 2014 juillet 2020 Béatrice Lecat-Dumontier SE  
2020 en cours Hervé Glezgo SE  

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[11].

En 2018, la commune comptait 768 habitants[Note 3], en augmentation de 2,54 % par rapport à 2013 (Eure : +0,83 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
217228271419468480495487503
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
462497452462466450446424457
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
498491480529421349318344392
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
332310316354496578626633744
2017 2018 - - - - - - -
757768-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune de Bazincourt-sur-Epte compte plusieurs édifices inscrits à l'inventaire général du patrimoine culturel :

  • l'église Saint-Denis (XIe siècle, XIVe siècle et XVIIIe siècle)[14]. L'église a été construite au XIe siècle, agrandie au XIVe siècle et réaménagée au XVIIIe siècle (le chœur a notamment été déplacé à l'ouest) ; la fondation du patrimoine s'associe à la préservation de l'édifice (2018) ;
  • un château du XIXe siècle au lieu-dit Thierceville[15] et la chapelle Sainte-Jovine (1841) ;
  • deux châteaux forts : l'un dont la localisation est inconnue[16], l'autre situé au lieu-dit Saussart[17] ;
  • deux manoirs : l'un des XVIe et XVIIIe siècles au lieu-dit Thierceville[18], l'autre probablement du XVIIe siècle au lieu-dit les Ursulines[19].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Site inscrit[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bazincourt-sur-Epte Blason
De sinople à une aigle bicéphale d'argent, languée et armée de gueules, soutenue de deux tours d'argent, ouvertes et ajourées du champ, celle de dextre crénelée de deux merlons à dextre et celle de senestre de trois merlons, à la fasce ondée d'argent chargée d'un filet ondé de sable, en pointe[21].
Détails
  • L'aigle bicéphale représente l'union entre la commune et Thierceville, aujourd'hui hameau ; de plus elle est également reprise des armes d'Aymar de Mainneville (1552-1617), ancien seigneur du village.
  • Les deux tours rappelle l'existence de six constructions fortifiées dont un château qui fut détruit, d'où le merlon manquant.
  • L'onde est pour l'Epte qui arrose la commune.
  • Enfin, le sinople rappelle que Bazincourt est l'un des sept « villages de Bleu » qui avait un privilège d'utilisation de la forêt de Bleu.

    Création Romuald Deschamps en collaboration avec Pierre Molkou, adoptée le .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Communes » activée ».
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 26 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  7. a et b NEGRE (Ernest) Toponymie générale de la France (1996), t. 2, p.883.
  8. Les sept villages de la Seigneurie de Mainneville Amécourt, Tierceville, Saint-Denis-le-Ferment, Hébécourt, Heudicourt, Sancourt et Maineville.
  9. Antoine Follain - Le village sous l'Ancien Régime.
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  14. « Église paroissiale Saint-Denis », notice no IA00017813, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  15. « Château », notice no IA00017812, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. « Château fort », notice no IA00017814, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  17. « Château fort », notice no IA00017809, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. « Manoir », notice no IA00017811, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  19. « Manoir », notice no IA00017810, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. « L'église », sur Carmen - L'application cartographique au service des données environnementales (consulté le 5 août 2018).
  21. « 27045 Bazincourt-sur-Epte (Eure) », sur armorialdefrance.fr (consulté le 17 mars 2021).