Aller au contenu

Sainte-Marie-de-Vatimesnil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sainte-Marie-de-Vatimesnil
Sainte-Marie-de-Vatimesnil
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Les Andelys
Intercommunalité Communauté de communes du Vexin Normand
Maire
Mandat
Jean d'Astorg
2020-2026
Code postal 27150
Code commune 27567
Démographie
Population
municipale
274 hab. (2021 en augmentation de 6,61 % par rapport à 2015)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 16′ 42″ nord, 1° 35′ 08″ est
Altitude Min. 83 m
Max. 144 m
Superficie 7,35 km2
Type Commune rurale à habitat dispersé
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Gisors
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Sainte-Marie-de-Vatimesnil
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Sainte-Marie-de-Vatimesnil
Géolocalisation sur la carte : Eure
Voir sur la carte topographique de l'Eure
Sainte-Marie-de-Vatimesnil
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
Sainte-Marie-de-Vatimesnil

Sainte-Marie-de-Vatimesnil est une commune française située dans le département de l'Eure, en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[2]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Sud-ouest du bassin Parisien, caractérisée par une faible pluviométrie, notamment au printemps (120 à 150 mm) et un hiver froid (3,5 °C)[3]. Parallèlement le GIEC normand, un groupe régional d’experts sur le climat, différencie quant à lui, dans une étude de 2020, trois grands types de climats pour la région Normandie, nuancés à une échelle plus fine par les facteurs géographiques locaux. La commune est, selon ce zonage, exposée à un « climat des plateaux abrités », correspondant aux plaines agricoles de l’Eure, avec une pluviométrie beaucoup plus faible que dans la plaine de Caen en raison du double effet d’abri provoqué par les collines du Bocage normand et par celles qui s’étendent sur un axe du Pays d'Auge au Perche[4].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,9 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 14,7 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 735 mm, avec 11,5 jours de précipitations en janvier et 7,8 jours en juillet[2]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune d'Étrépagny à 4 km à vol d'oiseau[5], est de 11,3 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 774,0 mm[6],[7]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[8].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Au , Sainte-Marie-de-Vatimesnil est catégorisée commune rurale à habitat dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à 7 niveaux définie par l'Insee en 2022[9]. Elle est située hors unité urbaine[10]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 1],[10]. Cette aire, qui regroupe 1 929 communes, est catégorisée dans les[11],[12].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (100 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (100 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (93,1 %), zones agricoles hétérogènes (6,9 %)[13]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Sainte-Marie-de-Vatimesnil est composée de la réunion de Sainte-Marie-des-Champs (Eure) et de Vatimesnil en 1844[14]

L'hagiotoponyme de la localité est attesté sous la forme Beata Maria in Campis vers 1240[15].

Sainte-Marie, de Dame Marie, il s'agit d'un équivalent de Notre-Dame. En bas latin, le terme dominus/domina était utilisé devant un nom de personne pour l'honorer, avant d'utiliser le mot saint[16].

Le mot champ est à interpréter dans le sens courant en toponymie de plaine cultivée[17].

Vatimesnil : Walteri masnile vers 1025; « le mesnil de Walterus », de l'élément de toponyme mesnil désignant jusqu'à l'Ancien Régime un domaine rural et du nom de personne germanique dont dérive les noms de famille Vautier (forme normande) et Gautier (forme francienne)[18].

Histoire[modifier | modifier le code]

Sainte-Marie-de-Vatimesnil est composée de la réunion administrative récente (1844)[14] de Sainte-Marie-des-Champs (dont la municipalité en 1793 porte le nom de Plaine-des-Champs[14]) et de Vatimesnil.

Sainte-Marie-des-Champs[modifier | modifier le code]

En 1250, le fief de Sainte-Marie-des-Champs appartenait à la famille Lebrun et comptait 71 paroissiens.

En 1408, Jacques Lebrun était seigneur de Sainte-Marie-des-Champs. Le , Robert Alorge fils eut tout le fief de Sainte-Marie-de- Champs par échange contre le fief d'Aveni. En 1766, Gaspard Maximilien de Levanout était seigneur de Sainte-Marie-des-Champs.

Sainte-Marie-des-Champs paraissait divisé en trois fiefs : la Haule, la Grippière et l'Isle.

  • Un acte fait apparaître que la Haule appartenait en 1300 à la famille Lebrun et ensuite à la famille Alorge.
  • En 1520, le fief de la Grippière fut vendu à Jean Langlois.
  • Le premier acte connu du fief de l'Isle est daté du , celui-ci fait appartenir ce fief (ainsi que celui du Grand Saint-Martin à Vatimesnil), à Pierre Henri Lefébure de Vatimesnil.

Vers 1399, Sainte-Marie s'appela Sainte-Marie-des-Champs-sous-Gamaches, car il dépendait du doyenné de Gamaches. Le village prit ensuite le nom de Notre-Dame-des-Champs puis Sainte-Marie-des-Champs. En 1676, il est fait état de la statue de sainte Barbe dans la chapelle de l'église. Sainte Barbe était la patronne de Sainte-Marie-des-Champs. Les vestiges de la croix monumentale à l'extérieur de l'église datent de 1550 environ.

Vatimesnil[modifier | modifier le code]

Vatimesnil est un fief dépendant de Provemont. Le premier seigneur connu est Geoffroy en 1195, puis Richard en 1250.

De 1250 à 1420, Vatimesnil appartient à la famille Lebrun, comme Sainte-Marie-des-Champs à la même période.

En 1420, la seigneurie de Vatimesnil fut confisquée par le roi d'Angleterre. En 1449, Vatimesnil appartenait à Guillaume de Cléraunay, en 1462 à Pierre de Cugnac, en 1522 à Barthelémy de l'Isle. Le , Vatimesnil appartient à Claude Sublet et en 1626 à Claude Maillet, chevalier, et sa famille jusqu'en 1715.

Une chapelle Notre-Dame-de-Consolation (dont il n'y a plus de trace)[19] fut construite en 1667 par Madeleine de Lyée et était dédiée à saint Michel.

Vatimesnil fut vendu en 1715 à Pierre Georges Lefébure, conseiller du roi Louis XV, conseiller au parlement de Rouen, dernier seigneur féodal de Vatimesnil. Le fief de Vatimesnil était à l'époque divisé en deux : le Grand Saint-Martin et le Petit Saint-Martin.

Entre 1715 et 1844, Vatimesnil a appartenu à la famille Lefébure puis (1767) à Pierre Henri de Vatimesnil.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1833 1844 Antoine Lefebvre de Vatimesnil   Maire de Vatimesnil, député, ministre
1833 1844 François Adjutor de Fontenay   Maire de Sainte-Marie-des-Champs (Eure)
1844 1888 Marie Pierre de Vatimesnil   Premier maire de la commune nouvelle
14-08-1887 1931 Henri de Vatimesnil   propriétaire, ancien officier, chevalier de la Légion d'honneur
1931 1935 François Garet    
1935   Joseph d'Astorg   Propriétaire du château de Vatimesnil, Saint-Cyrien, résistant, mort en déportation
1945 1957 Lucien Bénard    
1957 1965 Claude Charpentier    
1965 1969 Roch Lavallée    
1969 1983 André Coville    
1983 2001 Michel Gazier   Maire honoraire
2001 2014 Jean d'Astorg    
2014 2020 Michel Chantrelle SE  
2020 En cours Jean d'Astorg    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[21].

En 2021, la commune comptait 274 habitants[Note 2], en augmentation de 6,61 % par rapport à 2015 (Eure : −0,5 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
252147196141156136124275266
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
266264265245252251256265257
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
261242230217235210227231219
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
223211176194204235245246253
2017 2021 - - - - - - -
269274-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Sainte-Marie-des-Champs.
  • Église paroissiale Sainte-Marie-des-Champs[23].
    Sa chapelle seigneuriale est dédiée à sainte Barbe ; elle date de 1542[24].
    Son mobilier (sablière ; confessionnal ; banc d'église ; plaque commémorative …) est inventorié[25].
  • Croix monumentale dans l'enclos de l'église[26].
  • Château du milieu du XIXe siècle[27] comportant parc, communs (dont des écuries) et un colombier. Il est visible de la route départementale 3 qui est venue séparer le château de sa chapelle. Le site est exploité par une société commerciale. Il appartient à la famille d'Astorg.
  • Chapelle du château Saint-Michel-Archange, inaugurée le . Ses vitraux sont de facture de l'atelier Duhamel-Marette. Sa crypte contient les sépultures de dix-huit personnes dont sept portent le nom de Vatimesnil.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Antoine Lefebvre de Vatimesnil (1789-1860 à Sainte-Marie-de-Vatimesnil), avocat général à la Cour de cassation, conseiller d'État et homme politique. Il est l'un des descendants des anciens seigneurs de la commune.
  • Bernard d'Astorg (1921-2014), général français, membre de la résistance, déporté le de Compiègne pour Buchenwald, puis au camp de Dora-Mittelbau et à Ellrich-Juliushütte. Devant l'avance des armées alliées, il est évacué dans les Marches de la Mort sur Bergen-Belsen et libéré par l’armée anglaise le . De 1977 à 1980, il est responsable du secteur français de Berlin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Communes 2016 » activée ».
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  4. GIEC normand, Le climat en Normandie : présentation et évolution, , 18 p. (lire en ligne), p. 2
  5. « Orthodromie entre Sainte-Marie-de-Vatimesnil et Étrépagny », sur fr.distance.to (consulté le ).
  6. « Station Météo-France « Etrepagny » (commune d'Étrépagny) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Station Météo-France « Etrepagny » (commune d'Étrépagny) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  9. « La grille communale de densité », sur le site de l’Insee, (consulté le ).
  10. a et b Insee, « Métadonnées de la commune ».
  11. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  14. a b c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. François de Beaurepaire - Les noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure - Page 180.
  16. René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, Bonneton, , 223 p. (ISBN 2-86253-247-9), p. 159.
  17. François de Beaurepaire - Les noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure - Page 181.
  18. François de Beaurepaire - 1981 - Les noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Page 204.
  19. « Chapelle Notre-Dame-de-Consolation. », notice no IA00017092, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  23. « Église paroissiale Sainte-Marie-des-Champs », notice no IA00016993, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  24. Observatoire du Patrimoine Religieux.
  25. Détail du mobilier accessible en ligne Notice no IM27004008, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture.
  26. « Croix monumentale », notice no IA00017005, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  27. « Château de Vatimesnil », notice no IA00016991, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :