Guerre asymétrique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une guerre asymétrique est une guerre qui oppose la force armée d'un État à des combattants matériellement insignifiants, qui se servent des points faibles de l'adversaire pour parvenir à leur but souvent politique ou religieux. Les guerres asymétriques englobent notamment le terrorisme ou la guérilla et se distinguent des guerres entre États.

Soldats estoniens de la coalition internationale en Irak en train d'effectuer une patrouille dans les rues de Bagdad (février 2005). Le conflit asymétrique avait eu lieu lors de la première guerre du Viet-Nam (1947-1954) puis a médiatiquement émergé avec l'occupation de l'Irak, qui a confronté les Occidentaux à une opposition difficile à débusquer puisque mêlée à la population la plupart du temps.

Concept[modifier | modifier le code]

Le concept de guerre asymétrique fut analysé et détaillé par Sun Zi au Ve siècle av. J.-C., dans son célèbre ouvrage L'Art de la guerre.

Le concept fut ensuite répandu par Wesley Clark, général américain lors de l'intervention de l'OTAN au Kosovo, dans un article traitant de la seconde Intifada, écrit pour Time Magazine.

D'une façon générale, une guerre asymétrique est une guerre du faible au fort, avec une cible collatérale faible et sans défense, comme le fils pour le père ou la population et l'administration civile pour une autorité contestée avec ses forces policières et militaires. Ce qui la différencie d'une guerre dissymétrique, du fort au faible, avec des cibles militaires dans des opérations militaires.

La guerre asymétrique est mieux représentée par le couple terrorisme et propagande.

Ce sont soit les institutions gouvernementales et leurs représentants qui sont visés (comme la Résistance en France durant l'occupation allemande), soit dans certains cas, la population civile visant le pays en position de supériorité militaire (comme les Palestiniens en Israël).

Les guerres asymétriques ne sont pas forcément délimitées à la surface d’un État, mais peuvent englober le monde entier, partout où le pays visé est représenté.

Développements d'une vision européenne, voir notamment le livre La guerre asymétrique ou la défaite du vainqueur [1]. Le phénomène des conflits asymétriques serait moins lié à la distinction des guerres entre États et autres puissances que par le recours au relais médiatique de l'un des acteurs du conflit.

Référence[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Baud et Christine Lorin de Grandmaison, La guerre asymétrique ou la défaite du vainqueur, Éditions du Rocher, 2003, ISBN 2-268-04499-8

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]