Guerre sainte (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Guerre sainte)
Aller à : navigation, rechercher

En France, une guerre sainte est une guerre dont l'origine est la religions[1]. Ce terme s'applique, entre autres, aux guerres qui ont opposé les catholiques aux protestants durant le XVIe siècle[2]. Cette guerre est lancée au nom d'un Dieu ou approuvée par une autorité religieuse. Le concept apparaît chez Augustin d'Hippone dans son célèbre ouvrage La cité de Dieu contre les païens où il expose que, si les païens ne veulent pas comprendre les beautés et vérités du christianisme dès qu'on leur expose, il faudra se résoudre à leur faire la guerre, en commentant la parole de saint luc[3].

Description[modifier | modifier le code]

Compte tenu du caractère structurant pour les hommes et les peuples de leur foi, cette idée fit fortune et de telles guerres sont particulièrement longues et dures.

Elle peut être offensive (dans ce cas, pour convertir, chasser ou anéantir des ennemis religieux), ou défensive (lorsque les dignitaires religieux estiment que la défaite aura un impact crucial sur leur foi, en raison des croyances de l'ennemi ou de la nature sacrée des lieux en cause).

En général[modifier | modifier le code]

Les disputes théologiques internes aux grandes religions peuvent mener à des guerres au nom de l'orthodoxie, comme les nombreuses guerres de religion lors de l'avènement du protestantisme ou les combats entre sunnites et chiites en Islam. Dans la pratique, les raisons de ces guerres sont plus souvent qu'on ne l'affirme des raisons économiques ou géopolitiques[réf. nécessaire].

Les ésotéristes, affiliés ou non aux grandes religions monothéistes, entendent par « guerre sainte » le combat pour la purification de soi-même. Le terme « guerre sainte » peut alors être nommé comme « Voie » au sens spirituel du terme.[réf. nécessaire]

En Europe[modifier | modifier le code]

Les chrétiens organisèrent des croisades au Moyen Âge pour tenter de récupérer Jérusalem ou pour lutter contre les Cathares. Les guerres de religions sont également à compter comme des guerres saintes.[Informations douteuses] [?] Remarquons qu'il n'y était pas question de chercher des conversions : les Cathares furent tous tués[réf. nécessaire], et la raison officielle des croisades était ouvertement affichée comme géopolitique : replacer la liberté de passage vers Jérusalem dans sa situation d'avant 1071.

En Asie[modifier | modifier le code]

Au XXe siècle, l'invasion de la Chine fut officiellement qualifiée de « guerre sainte » (seisen) par le gouvernement de Fumimaro Konoe. La propagande nippone puisa alors abondamment dans la tradition shinto et notamment le concept du hakkō ichi'u (huit coins du monde sous un seul toit), revitalisé par le kokka shinto, pour assurer la mobilisation du peuple autour de l'empereur Shōwa et sa « mission divine ». Deux des principaux outils de propagande du régime shōwa furent le Mouvement National de Mobilisation Spirituelle et la Ligue des Parlementaires adhérant aux Objectifs de la Guerre Sainte.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guerre sainte : Lutte armée entre partisans de religions différentes Sans parler ici des barbares sacrifices (...), ni des guerres religieuses des Anciens» DUPUIS, Orig. cultes, 1796, p. 457
  2. Non trouvé le 10 juillet 2015, sur le site atilf.fr, consulté le 10 juillet 2015.
  3. Luc XIV.23 : contrains-les d'entrer

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Flori, La guerre sainte. La formation de l'idée de croisade dans l'Occident chrétien, Paris, (éd.Aubier-Flammarion), 2001. (ISBN 2-70284-475-8)
  • Jean Flori, Guerre sainte, jihad, croisade. Violence et religion dans le christianisme et l'islam, Paris, (éd. du Seuil : Point Histoire) (ISBN 2-02051-632-2)