Gourville (Charente)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gourville
Gourville (Charente)
Le château de Gourville.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Cognac
Commune Rouillac
Intercommunalité Communauté de communes du Rouillacais
Statut Commune déléguée
Maire délégué Patrick Godichaud
2020-2026
Code postal 16170
Code commune 16156
Démographie
Gentilé Gourvillois
Population 653 hab. (2016 en augmentation de 3,32 % par rapport à 2011)
Densité 51 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 49′ 51″ nord, 0° 00′ 50″ ouest
Altitude Min. 55 m
Max. 155 m
Superficie 12,92 km2
Élections
Départementales Val de Nouère
Historique
Date de fusion
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Charente
Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 15.svg
Gourville
Géolocalisation sur la carte : Charente
Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 15.svg
Gourville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Gourville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Gourville

Gourville est une ancienne commune du Sud-Ouest de la France située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine). Depuis le , elle est une commune déléguée de Rouillac.

Ses habitants sont les Gourvillois et les Gourvilloises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Gourville est une commune du nord-ouest de la Charente. Elle est située à mi-chemin entre Aigre au nord-est, et Rouillac au sud-ouest, à 24 km au nord-ouest d'Angoulême.

Le bourg est à 7 km de Rouillac, le chef-lieu de son canton, 8 km d'Aigre, et 28 km au nord-est de Cognac sa sous-préfecture[2].

La route principale desservant la commune et traversant le bourg est la D 736, route de Ruffec à Cognac par Aigre et Rouillac. Un réseau de routes départementales secondaires relient le bourg aux communes voisines. La D 737, route d'Angoulême à Aigre, passe à 3 km au nord-est au nord-est du bourg, à Marcillac-Lanville où elle franchit la Charente. Depuis le bourg, la D 117 se dirige vers Angoulême par Genac[3].

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune comporte quelques hameaux : Montaigon au nord, le Clocq et Ferrières près du bourg, le Breuil au sud-ouest, et les Cailletières, Puybossard et Dauves en limite sud-est[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le sol de la commune appartient au calcaire du Jurassique du Bassin aquitain, comme toute la moitié nord du département de la Charente. Gourville occupe un plateau datant du Jurassique supérieur, plus précisément du Kimméridgien, avec une minuscule zone de Portlandien à son extrémité sud-ouest. Deux petites zones de grèzes datant du Quaternaire couvrent ce plateau au sud-ouest du bourg et à l'extrême sud de la commune. Des alluvions récentes (limons et argiles) sont sur la bordure nord (Montaigon)[4],[5],[6].

Le relief de la commune est celui de plateaux assez vallonnés dans une grande partie sud, et d'une plaine au nord d'une altitude moyenne de 80 m. Le point culminant est à une altitude de 155 m, situé sur la limite sud près du château de Lignères. Le point le plus bas est à 55 m, situé sur la limite nord-est. Le bourg est à 75 m d'altitude[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Sauvage, 14,8 km[7], appelé Auge plus en aval, ruisseau affluent de la Charente sur sa rive droite à Marcillac-Lanville, borde la commune au nord.

Au pied du bourg, au Clocq, naît un petit affluent de l'Auge, alimenté aussi par la source de Creuse-Font située à l'est. À 300 m au nord-ouest du bourg il y a aussi une fontaine dans un vallon[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes anciennes sont Godoreti villa au Xe siècle, Godor villa en 1180[8], Gorvilla en 1302[9].

Le nom de Gourville est de la forme Gothorum villa ce qui signifie « domaine des Goths ». Il remonte aux colonies de Wisigoths établies en Aquitaine sous l'Empire romain tardif[10].

D'autre part, la plupart des noms en -ville en Charente, surtout fréquents entre Barbezieux et Châteauneuf, seraient issus des implantations franques après le VIe siècle en Aquitaine, comme au sud-est de Toulouse[11]. Tout proche, à Herpes (commune de Courbillac), se trouve un important cimetière de guerriers barbares. On a longtemps hésité entre des Francs ou des Goths.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au VIIIe siècle, Sanche, épouse d'Aymar, comte du Poitou, offrit le prieuré de Gourville à l'abbaye de Saint-Cybard. Ce prieuré resta conventuel jusque vers 1340. Il fut dès le début l'un des plus riches du diocèse d'Angoulême. Il fut éprouvé pendant la guerre de Cent Ans, et les guerres de religion achevèrent sa ruine. Il fut particulièrement dévasté par Guichard de Rouffignac, seigneur protestant de Gourville, et ses barbets.

Le prieuré de Gourville comportait des droits de haute, moyenne et basse justices, qui étaient exercée au nom de l'abbaye de Saint-Cybard sur l'étendue de la baronnie. Cette juridiction fonctionnait avec celle des seigneurs, sans trop de problèmes.

Les foires de Gourville sont très anciennes. Deux foires annuelles étaient autorisées dès 1307, sur demande de l'abbé de Saint-Cybard. En octobre 1561, des lettres patentes du roi Charles IX portèrent ce nombre à six. Au début du XXe siècle, ces foires se tenaient le 21 de chaque mois.

Gourville était aussi le siège d'une seigneurie ayant aussi droit de haute, moyenne et basse justices. Elle était formée des deux paroisses de Gourville et Bonneville, qui faisaient une enclave du Poitou en Angoumois. Elle relevait d'un hommage lige à l'abbaye de Saint-Cybard en grande partie, et de l'évêché d'Angoulême d'autre part. Les seigneurs de Gourville avaient un troisième devoir, en tant que barons de Tourriers, envers les de La Rochefoucauld pour des arrière-fiefs relevant de Gourville situés dans des paroisses voisines.

Les seigneurs de Gourville nous sont connus depuis le règne d'Henri Ier et du comte Geoffroi Taillefer. Ils ont souvent joué un rôle important dans l'histoire de l'Angoumois, et même l'histoire de France et de l'Aquitaine anglaise.

Après la Révolution, un arbre de la liberté faisait la curiosité des environs. C'était un peuplier offert en 1790 par Jean de Massougnes, comte des Fontaines, et qui était devenu imposant jusqu'à sa mort à la fin du XIXe siècle.

Les registres de l'état civil ne remontent qu'à 1744.

Pendant la première moitié du XXe siècle, la commune était desservie par la petite ligne ferroviaire d'intérêt local à voie métrique des Chemins de fer économiques des Charentes allant de Saint-Angeau à Segonzac, et qui passait par Mansle, Luxé et Rouillac[12].

Le , la commune intègre la commune nouvelle de Rouillac[13].

Administration[modifier | modifier le code]

La mairie de Gourville
Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2019 mai 2020 Marie-France Basset SE Retraitée du commerce
mai 2020 En cours Patrick Godichaud SE  
Les données manquantes sont à compléter.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
au moins 1826 au moins 1852 Auguste Babinet de Rencogne    
1889 1906 Nestor Creuzille    
avant 1981 1995 Bernard Garnier DVG  
1995 2008 René Vandestick    
2008 2019 Marie-France Basset SE Retraitée du commerce

Fiscalité[modifier | modifier le code]

La fiscalité est d'un taux de 24,36 % sur le bâti, 56,01 % sur le non bâti, et 10,47 % pour la taxe d'habitation (chiffres 2007).

La communauté de communes de Rouillac prélève 10,80 % de taxe professionnelle.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[15].

En 2016, la commune comptait 653 habitants[Note 1], en augmentation de 3,32 % par rapport à 2011 (Charente : −0,48 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
1 1151 1841 1191 1581 1791 1551 1121 1651 140
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 1791 2091 1321 083994862771712671
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
694662638587582540514532516
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 -
550487534543589626632653-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Gourville en 2007 en pourcentage[18].
HommesClasse d’âgeFemmes
1,7 
90  ans ou +
5,7 
9,3 
75 à 89 ans
15,9 
13,2 
60 à 74 ans
13,1 
17,7 
45 à 59 ans
14,2 
24,0 
30 à 44 ans
20,5 
15,3 
15 à 29 ans
13,7 
18,8 
0 à 14 ans
16,9 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[19].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

La viticulture occupe une partie de l'activité agricole, par ailleurs principalement céréalière. La commune est classée dans les Fins Bois, dans la zone d'appellation d'origine contrôlée du cognac[20].

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Gourville possède une école primaire comprenant cinq classes (deux de maternelle et trois d'élémentaire). Le secteur du collège est Rouillac[21].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

La cloche de l'église paroissiale Notre-Dame, qui était l'ancien prieuré, date de 1686. Elle est classée monument historique au titre objet depuis 1944[22]. Derrière le chevet de l'église, on trouve une petite tour ronde du XVIe siècle. C'est le seul vestige de ce prieuré[12].

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le lavoir

Le château de Gourville est une imposante demeure seigneuriale dont l'architecture s'étale entre le XIIe et XVIIe siècles. Cette seigneurie fut élevée au titre de baronnie par Henri IV[23]. Le château a reçu en ses murs Charles Quint, Henri IV, Louis XIV, et qui a hébergé François de La Rochefoucauld, Louvois et même Félix Faure.

Le musée de la gare, situé dans l'ancienne gare des chemins de fer économiques, présente une ancienne locomotive restaurée ainsi que différents objets liés à l'activité ferroviaire de la commune.

On peut aussi admirer tout un ensemble de petit patrimoine rural dont un lavoir en centre-bourg.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, « Les gentilés de Charente », (consulté le )
  2. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  3. a b c et d Carte IGN sous Géoportail
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Matha », sur Infoterre, (consulté le )
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Sauvage (R2200520) » (consulté le )
  8. Jean Nanglard, Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. II, Angoulême, imprimerie Roux et Despujols, , 588 p., p. 381
  9. Jean Nanglard, Livre des fiefs de Guillaume de Blaye, évêque d'Angoulême [« Liber feodorum »], t. 5, Société archéologique et historique de la Charente, (1re éd. 1273), 404 p. (lire en ligne), p. 108
  10. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 325.
  11. Michel Rouche, L'Aquitaine des Wisigoths aux Arabes (418-781), t. 2, Jean Touzot, , 776 p. (présentation en ligne), p. 135-136, fig.18
  12. a et b Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 191-193
  13. Arrêté du 29 novembre 2018, Préfecture de la Charente, « Recueil des actes administratifs - 7 décembre 2018 » [PDF], (consulté le )
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  18. « Evolution et structure de la population à Gourville en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le )
  19. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le )
  20. « Décret n° 2009-1146 relatif à l'AOC Cognac », sur legifrance, (consulté le )
  21. Site de l'inspection académique de la Charente, « Annuaire des écoles » (consulté le )
  22. « Cloche de l'église », notice no PM16000163, base Palissy, ministère français de la Culture
  23. Robert Dexant, Châteaux de Charente, Paris, Nouvelles Éditions latines, , 30 p., p. 15

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]