Mareuil (Charente)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mareuil.
Mareuil
La mairie de Mareuil.
La mairie de Mareuil.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Cognac
Canton Val de Nouère
Intercommunalité Communauté de communes du Rouillacais
Maire
Mandat
Claudine Rodet
2014-2020
Code postal 16170
Code commune 16208
Démographie
Population
municipale
412 hab. (2014)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 46′ 28″ nord, 0° 08′ 24″ ouest
Altitude Min. 53 m
Max. 125 m
Superficie 11,51 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 14.svg
Mareuil

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Mareuil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mareuil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mareuil

Mareuil est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Mareuil est une commune de l'ouest du département de la Charente, limitrophe de la Charente-Maritime, située 6 km à l'ouest de Rouillac et 27 km au nord-ouest d'Angoulême.

Elle est aussi à 11 km au nord de Jarnac, 17 km nord-est de Cognac et 17 km au sud-est de Matha[1].

La commune est située au sud de la D 939, d'Angoulême et Rouillac à Saint-Jean-d'Angély, et au nord de la D 736, de Rouillac à Jarnac et Cognac. La D 75, de Sigogne à Sonneville traverse la commune du nord au sud et dessert le bourg, ainsi qu'une route communale vers Rouillac[2].

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune compte trois hameaux : le Plessis au nord-est, la Courade au sud sur la route de Plaizac à Courbillac; les Arnauds est intégré au bourg à l'est[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Mareuil
Neuvicq-le-Château
(Charente-Maritime)
Courbillac Mareuil Rouillac
Sigogne

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune occupe un bas plateau calcaire incliné vers le sud-ouest, datant du Portlandien (Jurassique supérieur). On trouve une petite zone de grèzes en bordure orientale de la commune, à Beaulieu[3],[4],[5].

Article connexe : Géologie de la Charente.

Le relief est plus vallonné au nord et à l'est du territoire communal, car le terrain y est plus élevé. Le point culminant est à une altitude de 125 m, situé près de la limite orientale de la commune à l'est du Plessis. Le point le plus bas est à 53 m, situé sur la limite occidentale à l'ouest du bourg. Celui-ci est à environ 70 m d'altitude[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Fontaine de Mareuil, qui naît au pied du bourg, rejoint le Tourtrat dans la commune de Courbillac. Elle arrose une prairie naturelle par un cours d'eau intermittent[6],[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Article connexe : Climat de la Charente.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Une forme ancienne est Parvo Marolio (non datée)[7], forme latinisée signifiant « petit Mareuil »[Note 1].

Mareuil remonte à un nom de personne gaulois pris absolument Marullios, ou plus vraisemblablement, à l'adjectif maros signifiant « grand » suivi de l'appellatif -ialon « lieu défriché, clairière », puis également « village », c'est-à-dire maro-ialum (māro-ialon), d'où le sens global de « grande clairière », « grand bourg »[8],[9],[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative de la déportation de juifs réfugiés à Mareuil

Quelques vestiges d'une construction gallo-romaine ou médiévale (murs et tegulae) ont été retrouvés à la Prairie, à l'ouest du bourg en direction du cimetière d'Herpes[11].

Au Moyen Âge et sous l'Ancien Régime, Mareuil était le siège d'une seigneurie, qui appartenait avant le XVIIe siècle à la famille Horric, puis par mariage de Charles Beaupoil, écuyer, seigneur de Tiersac[Note 2], à la famille Beaupoil. Depuis cette époque jusqu'après la Révolution, les Beaupoil, toujours très alliés aux Horric, demeurèrent à Mareuil[6],[12].

Le fief de la Courade, situé dans la paroisse, était l'établissement patrimonial de la branche aînée de cette famille Horric, une des plus anciennes familles de l'Angoumois. En 1208, Guillaume Horric, chevalier, était seigneur de Montigné. De cette terre, les Horric se fixèrent rapidement à la Courade. Louis Horric, seigneur de La Courade, fut grand prévôt de Guyenne.

Vers 1560, Philippe Horric, seigneur de la Vallade, père d'Antoine, seigneur de la Barre, était grand prévôt des maréchaux aux pays d'Angoumois, Saintonge, ville et gouvernement de La Rochelle.

La Courade demeura aux mains des Horric jusqu'au milieu du XVIIIe siècle; le château en fut détruit en 1752[6],[13].

Les registres de l'état civil de Mareuil remontent à 1658, mais sont incomplets.

Pendant la première moitié du XXe siècle, la commune était desservie par la petite ligne ferroviaire d'intérêt local à voie métrique des Chemins de fer départementaux d'Angoulême à Matha par Rouillac appelée le Petit Rouillac[6].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995 2002 Alain Seguin    
depuis 2002 en cours Claudine Rodet DVG Sans profession

Fiscalité[modifier | modifier le code]

La fiscalité est d'un taux de 24,28 % sur le bâti, 58,14 % sur le non bâti, et 11,05 % pour la taxe d'habitation (chiffres 2007).

La communauté de communes de Rouillac prélève 10,80 % de taxe professionnelle.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[15],[Note 3].

En 2014, la commune comptait 412 habitants, en augmentation de 5,64 % par rapport à 2009 (Charente : 0,65 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
696 722 790 769 782 764 767 768 781
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
840 842 824 779 643 605 558 541 512
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
522 524 445 451 433 417 379 357 342
1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014 -
319 333 298 360 351 385 410 412 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Mareuil en 2007 en pourcentage[18].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90  ans ou +
0,5 
12,0 
75 à 89 ans
12,4 
17,7 
60 à 74 ans
15,5 
20,3 
45 à 59 ans
20,2 
18,7 
30 à 44 ans
16,6 
17,2 
15 à 29 ans
13,5 
13,5 
0 à 14 ans
21,2 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[19].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

La viticulture occupe une partie importante de l'activité agricole. La commune est classée dans les Fins Bois, dans la zone d'appellation d'origine contrôlée du cognac[20].

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école est un RPI entre Courbillac et Mareuil. Courbillac accueille l'école élémentaire et Mareuil l'école primaire, avec deux classes de maternelle et une classe élémentaire. Le secteur du collège est Rouillac[21].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église paroissiale Notre-Dame de Mareuil.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Peut-être pour éviter l'homonymie avec d'autres Mareuil comme Mareuil en Périgord, assez proche.
  2. D'après JM.Ouvrard, il s'agirait de Tarsac à Saint-Saturnin. Voir aussi l'enclave de Tiersac, dans Michel Begon, Mémoire sur la généralité de La Rochelle, , 159 p. (lire en ligne), p. 123 [PDF].
  3. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  2. a, b, c et d Carte IGN sous Géoportail
  3. Carte du BRGM sous Géoportail
  4. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  5. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Matha », sur Infoterre, (consulté le 20 novembre 2011)
  6. a, b, c et d Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 233
  7. Jean Nanglard, Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. III, Angoulême, imprimerie Despujols, , 582 p., p. 440
  8. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 434.
  9. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  10. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, éditions Errance 2003, p. 185.
  11. Christian Vernou, La Charente, Maison des Sciences de l'Homme, Paris, coll. « Carte archéologique de la Gaule », , 253 p. (ISBN 2-87754-025-1), p. 163
  12. Jean-Marie Ouvrard, « Blasons des Charentes, famille Beaupoil », (consulté le 31 janvier 2015)
  13. Jean-Marie Ouvrard, « Blasons des Charentes, famille Horric », (consulté le 31 janvier 2015)
  14. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  18. « Evolution et structure de la population à Mareuil en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 juillet 2010)
  19. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 juillet 2010)
  20. [PDF] Union générale des viticulteurs pour l'AOC Cognac, « Crus du cognac par communes », (consulté le 6 décembre 2015)
  21. Site de l'inspection académique de la Charente, « Annuaire des écoles » (consulté le 8 juillet 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]