Frontstalag

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Frontstalags étaient des camps de prisonniers de l'Armée allemande situés principalement en France dans la zone occupée lors de la Seconde Guerre mondiale[1].

Frontstalags et soldats des troupes coloniales[modifier | modifier le code]

L'Allemagne nazie contenait les prisonniers de guerre noirs et maghrébins de l'Armée française dans la zone occupée française, le plus rapidement possible par peur de maladies tropicales ou d'atteinte à la « pureté du sang aryen »[2].

Ils étaient dispersés dans les 57 Frontstalags dont celui de Vesoul, le camp de discipline pour les « indigènes coloniaux ». Les soldats noirs détenus au 31 décembre 1943 seront encore 10 475. Certains d'entre eux parviendront à s'évader, ou seront libérés par les Forces françaises de l'intérieur (FFI) qu'ils rejoignirent souvent.

Frontstalags en France[modifier | modifier le code]

Frontstalags à l'étranger[modifier | modifier le code]

Voir Liste des camps de prisonniers de guerre du IIIe Reich.

Articles[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Liste des camps de prisonnier de la Wehrmacht: Abréviations et Frontstalag
  2. Frontstalag en Radio France Internationale du mars, 29 2010
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z, aa, ab, ac, ad, ae, af, ag, ah, ai, aj, ak, al, am, an, ao, ap, aq, ar, as, at, au, av, aw, ax, ay, az, ba, bb, bc, bd, be, bf, bg, bh, bi et bj Journal Paris-Soir no 6299 du mardi 17 décembre 1940, page 2.
  4. a et b Frontstammlager