Escatalens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Escatalens
Façade de la Mairie
Façade de la Mairie
Blason de Escatalens
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn-et-Garonne
Arrondissement Montauban
Canton Beaumont-de-Lomagne
Intercommunalité Communauté de communes Grand Sud Tarn-et-Garonne
Maire
Mandat
Michel Cornille
2014-2020
Code postal 82700
Code commune 82052
Démographie
Gentilé Escatalinois
Population
municipale
1 096 hab. (2015 en augmentation de 2,81 % par rapport à 2010)
Densité 61 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 59′ 09″ nord, 1° 11′ 23″ est
Altitude Min. 75 m
Max. 101 m
Superficie 17,99 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tarn-et-Garonne

Voir sur la carte administrative de Tarn-et-Garonne
City locator 14.svg
Escatalens

Géolocalisation sur la carte : Tarn-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Tarn-et-Garonne
City locator 14.svg
Escatalens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Escatalens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Escatalens

Escatalens est une commune française située dans le département de Tarn-et-Garonne, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Escatalinois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située en Bas-Montauban sur la route départementale 813 entre Grisolles et Castelsarrasin à proximité de Montech.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Escatalens est limitrophe de sept autres communes.

Carte de la commune de Escatalens et de ses proches communes.
Communes limitrophes de Escatalens[1]
Saint-Porquier La Ville-Dieu-du-Temple
Cordes-Tolosannes Escatalens[1] Montbeton
Bourret Montech Lacourt-Saint-Pierre

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par le canal latéral à la Garonne, la Garonne et ses affluents et sous-affluents le Ruisseau de Larone, le Ruisseau de Pantagnac le Ruisseau de Verdié et le Ruisseau de Rafié.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 799 hectares ; son altitude varie de 75 à 181 mètres[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès par la SNCF en gare de Montbartier, par l'autoroute A62 et les ancienne route nationale 113 et route nationale 123.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Mentionné sous les formes El feus des Catalencs 1179. Apparemment *Les Catalencs serait devenu *L'Escatalencs pour Ernest Nègre[3] qui l'explique par le nom germanique Gadelingus, pris absolument.

Albert Dauzat et Charles Rostaing[4], reprenant la proposition de Gamillscheg penchent pour un nom de personne plus spécifiquement gotique Skathaling.

Histoire[modifier | modifier le code]

En accord avec l'abbé de Moissac, leur seigneur, les habitants d'Escatalens résolurent, en 1360, de construire un fort au milieu de la bastide ou auprès du château abbatial et ils s'engagèrent à fournir dix hommes la nuit et quatre le jour pour la garde du château[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 500 et 1 499 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de quinze[7],[8].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la deuxième circonscription de Tarn-et-Garonne de la communauté de communes Grand Sud Tarn-et-Garonne et du canton de Beaumont-de-Lomagne (avant le redécoupage départemental de 2014, Escatalens faisait partie du canton de Montech) et avant le 1er janvier 2017 elle faisait partie de la communauté de communes Garonne et Canal.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2014 Michel Cornille    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10].

En 2015, la commune comptait 1 096 habitants[Note 1], en augmentation de 2,81 % par rapport à 2010 (Tarn-et-Garonne : +5,62 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 200 1 081 1 019 1 107 1 213 1 178 1 225 1 229 1 200
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 155 1 171 1 163 1 116 1 090 1 083 1 027 1 043 1 026
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
993 971 901 806 775 741 768 734 768
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
767 766 592 623 691 689 935 966 997
2013 2015 - - - - - - -
1 056 1 096 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[13] 1975[13] 1982[13] 1990[13] 1999[13] 2006[14] 2009[15] 2013[16]
Rang de la commune dans le département 39 88 59 61 66 56 52 56
Nombre de communes du département 195 195 195 195 195 195 195 195

Économie[modifier | modifier le code]

Viticulture : Lavilledieu (IGP).

Enseignement[modifier | modifier le code]

Escatalens fait partie de l'académie de Toulouse.

La commune possède une école élémentaire Antoine de Saint Exupéry, ainsi qu'une maison familiale rurale Sud Agromat.

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

Film tourné à Escatalens[modifier | modifier le code]

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Chasse, pétanque, pêche,

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. Toponymie générale de la France, Librairie Droz 1991.
  4. Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, éditions Larousse 1968.
  5. Histoire de la commune : Escatalens, un lieu, une histoire, par Jean-Michel Garric, aux éditions "En ço nostre, Le mont de Saule, Albias (1993, 1 127 pages, (ISBN 2-910334-02-3))
  6. Désastres causés par la guerre de Cent ans au pays de Verdun-sur-Garonne à la fin du XIVe siècle par Firmin Galabert
  7. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  8. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/082/082023.html.
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  13. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  14. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  15. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  16. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)