La Ville-Dieu-du-Temple

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Ville-Dieu-du-Temple
La place des Templiers.
La place des Templiers.
Blason de La Ville-Dieu-du-Temple
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn-et-Garonne
Arrondissement Montauban
Canton Castelsarrasin
Intercommunalité Communauté de communes des Terrasses et Plaines des deux cantons
Maire
Mandat
Dominique Briois
2014-2020
Code postal 82290
Code commune 82096
Démographie
Gentilé Théopolitains, Théopolitainnes
Population
municipale
3 184 hab. (2014)
Densité 122 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 02′ 09″ nord, 1° 13′ 05″ est
Altitude Min. 83 m – Max. 105 m
Superficie 26,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tarn-et-Garonne

Voir sur la carte administrative de Tarn-et-Garonne
City locator 14.svg
La Ville-Dieu-du-Temple

Géolocalisation sur la carte : Tarn-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Tarn-et-Garonne
City locator 14.svg
La Ville-Dieu-du-Temple

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Ville-Dieu-du-Temple

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Ville-Dieu-du-Temple
Liens
Site web http://www.lavilledieudutemple.fr/

La Ville-Dieu-du-Temple est une commune française située dans le département de Tarn-et-Garonne, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Théopolitains.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Montauban située sur la route nationale 658 entre Castelsarrasin et Montauban.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de La Ville-Dieu-du-Temple
Castelsarrasin Meauzac Barry-d'Islemade
Castelsarrasin La Ville-Dieu-du-Temple Albefeuille-Lagarde
Saint-Porquier Escatalens Montbeton

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par le Ruisseau de Larone, le Ruisseau de Maribenne et le Ruisseau de Payrol, trois affluents du Tarn.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 2 616 hectares ; son altitude varie de 83 à 105 mètres[1].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès par la gare de La Ville-Dieu sur la ligne Bordeaux - Sète, et par la D 958 ancienne route nationale 658.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La Ville-Dieu fut fondée au milieu du XIIe siècle, par les chevaliers du temple, au sein de la vaste forêt d'Agre. Les templiers après avoir créé une commanderie s'employèrent à déboiser les environs pour offrir de nouvelles terres à la culture. Et afin de profiter de l'essor général, qui attirait les colons sur les espaces nouvellement défrichés, ils voulurent fixer le peuplement sur leurs terres. C'est donc sans vergogne qu'ils empiétèrent sur le territoire de la paroisse d'Albefeuille, propriété de l'abbaye Saint-Théodard de Montauriol, afin d'établir une cité du nom flatteur de « Villadei », La Ville Dieu. Ils tracèrent un périmètre rectangulaire autour de leur commanderie, et voulurent la peupler. Mais ils avaient compté sans la concurrence de deux villes voisines en plein essor : Castelsarrasin, créée vers 1156, et Montauban, fondée en 1144. Ces deux cités étaient bien mieux placées que le projet des templiers perdus dans la forêt. Il n'y eut alors qu'un maigre peuplement, et l'enceinte initialement prévue resta plus qu'à moitié vide.

La Ville-Dieu passa au XIVe siècle à l'ordre de Malte qui y posséda jusqu'à la Révolution une commanderie importante, unie parfois à celle de Castelsarrasin. Le commandeur était seigneur du lieu et jouissait du droit de patronage.

L'église, dédiée à Notre-Dame, remonte aux origines. Elle eut à souffrir des guerres de religions dès 1566, bien qu'elle fût entourée de fossés. Restaurée dès 1576, elle était en 1627 « fort belle et bien tenue » ; mais en 1628 elle fut complètement détruite, ainsi que le village par les calvinistes. On la rebâtit au milieu du XVIIe siècle, si pauvrement que l'évêque se plaignait en 1755 de son état défectueux. La Révolution accentua cette pauvreté native que des réparations exécutées en 1846 ne purent faire disparaître. C'est pourquoi on envisagea une reconstruction totale à partir de 1865 à l'aide de plusieurs subventions gouvernementales. Cette nouvelle église est de style néo-gothique. La nef est aveugle sur le côté sud, à cause des bâtiments qui s'y adossent et qui occupent l'emplacement de l'ancienne commanderie.

Au milieu du XIXe siècle, les sœurs de l'Ange Gardien fondèrent une école de filles, qui était accompagné d'un ouvroir et qui subsista quelque temps après la sécularisation[2].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de La Ville-Dieu-du-Temple Blason Parti émanché de vair et d'or[3].
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.
Alias
Alias du blason de La Ville-Dieu-du-Temple
Parti émanché de sinople et d'or.

Blason de 1696

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la communauté de communes des Terrasses et Plaines des deux cantons et du canton de Castelsarrasin (avant le redécoupage départemental de 2014, La Ville-Dieu-du-Temple faisait partie de l'ex-canton de Montech).

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1793 1795 Jean Bordes    
1795 1799 Antoine Dupeyta    
1799 1805 Jean Baptiste Bordes    
1805 1818 Xaintrailles    
1818 1829 Pierre Lamothe-Mouchet    
1829 1835 Joseph de Fontarget    
1835 1841 Antoine Esteve    
1841 1860 Pierre Lamothe-Mouchet    
1860 1866 Lavalette de Prades    
1866 1872 Ernest de Prades    
1872 1888 Edmond Dubois    
1888 1896 Henri de Prades    
1896 1899 Antonin Barthes    
1899 1928 Bertrand Gondalma    
1928 1935 Marcel Antoine Gondalma    
1935 1936 Pierre Guillaume    
juillet 1936 novembre 1936 Pierre Delfau    
1936 1959 Raoul Saint-Faust    
1959 1978 Jean Gondalma    
1978 2008 Jean-Marc Rup    
mars 2008 en cours
(au 16 juillet 2014[4])
Dominique Briois DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 3 184 habitants, en augmentation de 14,57 % par rapport à 2009 (Tarn-et-Garonne : 5,26 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
700 687 686 753 776 809 813 872 876
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
892 882 883 893 935 906 996 890 895
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
887 859 832 824 856 817 942 962 1 047
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
1 059 1 158 1 236 1 362 1 656 1 744 2 415 2 948 3 184
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[9] 1975[9] 1982[9] 1990[9] 1999[9] 2006[10] 2009[11] 2013[12]
Rang de la commune dans le département 30 29 25 20 20 17 17 16
Nombre de communes du département 195 195 195 195 195 195 195 195

Économie[modifier | modifier le code]

Viticulture : lavilledieu (AOC).

Enseignement[modifier | modifier le code]

La Ville-Dieu-du-Temple fait partie de l'académie de Toulouse.

L'éducation est assurée sur la commune par l'école Jules-Ferry.

Santé[modifier | modifier le code]

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

Chorale, centre de Loisirs, office du Tourisme.

Sports[modifier | modifier le code]

Tennis, pêche, pétanque, arts martiaux, football[13].

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église et monument aux morts.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Docteur Boé, Les Domaines de la Commanderie de Lavilledieu au XVIIIe siècle, p. 163-169, Bulletin archéologique et historique de la Société archéologique de Tarn-et-Garonne, 1905, tome 33 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  2. source, livre intitulé: "MONTECH", coécrit par Paul Burgan, professeur, et Jean-Michel Garric, attaché de conservation de patrimoine.
  3. Visible sur la façade de la mairie et dans la salle du conseil municipal
  4. Tableau des électeurs pour les élections sénatoriales, Préfecture de Tarn-et-Garonne, 16 juillet 2014, [lire en ligne], p. 14.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  10. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  11. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  12. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  13. http://www.lavilledieudutemple.fr/pageLibre00010022.html