Dracy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dracy (homonymie).

Dracy
Dracy
Venant de Charny,
la RD 950 au cœur du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Auxerre
Canton Cœur de Puisaye
Intercommunalité Puisaye-Forterre
Maire
Mandat
Didier Maury
2014-2020
Code postal 89130
Code commune 89147
Démographie
Gentilé Dracycois
Population
municipale
220 hab. (2015 en diminution de 7,56 % par rapport à 2010)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 45′ 31″ nord, 3° 15′ 05″ est
Altitude Min. 168 m
Max. 264 m
Superficie 21,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

Voir sur la carte administrative de Bourgogne
City locator 14.svg
Dracy

Géolocalisation sur la carte : Yonne

Voir sur la carte topographique de l'Yonne
City locator 14.svg
Dracy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dracy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dracy

Dracy, également nommée localement Dracy-sur-Ouanne, est une commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Ouanne entre sur la commune par le sud-est au moulin de la Forge Neuve, arrose Dracy, et passe sur Villiers-Saint-Benoît à la hauteur du château de Bréau (la plus grande pièce d'eau du château est sur Dracy, mais le château lui-même est sur Villiers).

Son affluent le ru de Maurepas, qui prend source à l'est de Toucy, entre sur la commune à 300 m au nord de Champroux et conflue avec l'Ouanne sur Dracy, en limite de communes avec Villiers-Saint-Benoît.

Le ru de l'Orsière, qui prend source sur la commune de Fontaines, entre sur Dracy par le bois de l'Etang au sud du bourg. Il sert de limite de communes avec Mézilles pendant 1,8 km jusqu'à l'étang du Pré Frêlon (7 ha, partagé dans sa longueur entre les deux communes), puis passe sur Mézilles à sa sortie de l'étang.

Le ru de Riot prend source sur la commune à moins de 1 km à l'est de l'étang du Pré Frêlon. Lui aussi se dirige vers le nord, trouvant sur son cours la fontaine des Épuisayes, l'étang près de la Briqueterie (1,6 ha), et l'étang du bois de Riot (1 ha). Il sort de la commune par sa vallée à l'ouest de Heurtebise.

Enfin, un étang de 1,8 ha se trouve entre l'étang du Pré Frêlon et la source du ru de Riot.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Les lieux-dits suivis d'une astérisque sont situés à l'écart de la route indiquée.

A

  • Argenton*, Rte des Fouets (vers le sud)

B

  • les Barres*, Rte de Heurtebise (vers le N-O)
  • le Battoir, Rte de Toucy (D 950)
  • la Briqueterie, Rte de Tannerre (D 213)
  • la Bruyère, ancien château, Rte de Tannerre (D 213)

C

  • la Cambauderie, Rte de Heurtebise (vers le N-O)
  • les Champions*, Rte de Heurtebise (vers le N-O)
  • Champroux*, Rte de Merry-la-Vallée (D 213)
  • la Chapelle*, Rte de Tannerre (D 213)
  • les Comtes*, Rte de Heurtebise (vers le N-O)
  • la Coudre, Rte de Merry-la-Vallée (D 213)

F

G

  • les Genièvres, Rte des Fouets (vers le sud)
  • la Genête*, Rte de Merry-la-Vallée (D 213)

H

  • Heurtebise du Bas, Rte de Heurtebise (vers le N-O)
  • Heurtebise du Haut, Rte de Heurtebise

J

M

  • la Métairie des Champs*, Rte de Charny (D 950)
  • les Moines, Rte de Tannerre (D 213)
  • le Moulin de la Forge Neuve*, Rte de Charny (D 950)

P

  • la Pailloterie, Rte des Fouets (vers le sud)
  • la Perreuse, Rte de Toucy (D 950)

R

  • Riot*, Rte de Heurtebise (vers le N-O)

V

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Villiers-Saint-Benoît Villiers-Saint-Benoît Villiers-Saint-Benoît
Toucy
Rose des vents
Tannerre-en-Puisaye
Mézilles
N Toucy
O    Dracy    E
S
Mézilles Fontaines Toucy

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Connue dès l'Antiquité pour son activité métallurgique très importante. Les noms des lieux-dits en attestent, en particulier dans le bois de Dracy au sud de la commune avec le Grand Trou (qui est ce qu'il dit qu'il est, le grand trou d'une très ancienne mine), le Ferrier Guillou, Argenton, et plus au nord Les Fourneaux. Cette activité a laissé des traces dans le paysage. Les ferriers de Dracy, avec ceux de Toucy, Tannerre et Villiers-Saint-Benoît, sont les plus grands de la Puisaye[1],[2],[3].

Un habitat gallo-romain assez important a été reconnu à l'emplacement du château actuel, jusqu'à l'église et au-delà jusqu'à la ligne de chemin de fer et du cimetière actuel. Aucune fouille ni étude n'y ont été effectuées.

Une voie antique secondaire longe la rivière sur sa rive droite, de Ouanne (Odouna) vers Sens (Agedincum), une autre voie secondaire venant de Mézilles et Fontaines s'y raccorde.

Nommée Dracei dans un manuscrit du IXe siècle intitulé liber sacramentorum, dans une liste des paroisses du diocèse de Sens.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  en cours
(au 30 avril 2014)
Didier Maury[4]    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6].

En 2015, la commune comptait 220 habitants[Note 1], en diminution de 7,56 % par rapport à 2010 (Yonne : -0,47 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
591619503638556716700750717
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
642650600633627688660607579
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
583546501478485420396429365
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
290260213218217230205238220
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs monuments à découvrir à Dracy :

  • La Mairie de Dracy
  • L'église de Dracy
  • La salle polyvalente
  • Le Pigeonnier
  • L'ancienne gare et son passage à niveau
  • Le Château de Dracy - Reconstuit en 1735 - Privé

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Landry de Dracy. Ses mentions débutent entre 1146 et 1151 pour se poursuivre en 1155 et 1167. Chanoine d'Auxerre. Ses neveux disputent des droits à Sommecaise. Le lignage de Dracy (un chevalier en 1168-1175) tente d'exister entre les deux puissantes seigneuries de Courtenay et de Toucy qui se disputent le contrôle de la vallée de l'Ouanne[9].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune inclut deux ZNIEFF :

  • la ZNIEFF des étangs, prairies et forêts du Gâtinais sud oriental, qui totalise 15 600 ha répartis en de nombreux sites sur 27 communes[10], vise particulièrement les habitats d'eaux douces stagnantes (milieu déterminant) ; les autres habitats inclus dans la ZNIEFF sont des eaux courantes, des prairies humides et mégaphorbiaies, et des bois. Le site local de cette ZNIEFF comprend toute la vallée de l'Ouanne et celle du ru de Maurepas ;
  • la ZNIEFF de la prairie de fauche en vallée de Maurepas et bois voisin de la Faïencerie forme un vaste rectangle de 183 ha de prairies améliorées et de cultures (habitat déterminant), partagé entre les communes de Dracy (environ 14 ha), Merry-la-Vallée (environ 60 ha), Toucy (environ 63 ha) et Villiers-Saint-Benoit (environ 46 ha). Les autres habitats rencontrés sont des eaux courantes, des prairies humides et mégaphorbiaies, du bocage et des bois[11]. Le ru de Maurepas traverse cette zone d'est en ouest, et y est rejoint au bois de la Faïencerie (dans la pointe nord de la commune de Toucy) par un petit ru affluent venant de 900 m au sud. Sur la commune de Dracy, la zone inclut Champroux. Sur Villiers, elle couvre le sud-est du bois du Bréau ; sur Merry, le hameau de Maumont et la partie sud du bois du même nom[12].

Par ailleurs, le ruisseau des Fours fait l'objet d'un arrêté de protection de biotope, d’habitat naturel ou de site d’intérêt géologique[13].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le Train Touristique de Puisaye-Forterre passe sur la commune.

Le GRP Tour de Puisaye entre sur la commune au sud-ouest, contourne le bois de Dracy par l'ouest, remonte vers Dracy, et suit toute la vallée de l'Ouanne.

Le jardin privé de Masbrouck, au hameau de Heurtebise : 1 ha de prairie transformée au fil des ans en un superbe jardin. Il a été retenu dans les ouvrages : 400 jardins de charme, La Bourgogne par la porte des jardins, La France des jardins et le Guide des Jardins en France), et primé à deux reprises par la Direction Régionale des Affaires Culturelles (Prix Régional du Patrimoine, catégorie Parcs et jardins)[14].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Aperçu historique sur l'exploitation des métaux dans la Gaule. A. Daubrée. p. 306.
  2. La Puisaye au temps des ferriers, François-Pierre Chapat, 1981. Page 52.
  3. Lettre de M. Tartois, maître de forges. Annuaire historique 1846. Sur l'ancienneté des ferriers d'après leur taille.
  4. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 22 décembre 2013.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  9. Etienne Meunier, « La famille de Dracy », dans Cahier de la Société généalogique de l'Yonne, t. 23, Société génalogique de l'Yonne (présentation en ligne)
  10. Les communes concernées par la ZNIEFF des étangs, prairies et forêts du Gâtinais sud oriental sont : Aillant-sur-Tholon, Béon, Charny, Chassy, Chevillon, Cudot, Dracy, La Ferté-Loupière, Grandchamp, Merry-la-Vallée, Les Ormes, Parly, Perreux, Précy-sur-Vrin, Prunoy, Saint-Aubin-Château-Neuf, Saint-Denis-sur-Ouanne, Saint-Martin-sur-Ocre, Saint-Romain-le-Preux, Senan, Sépeaux, Sommecaise, Toucy, Villefranche, Villiers-Saint-Benoît, Villiers-sur-Tholon et Volgré.
  11. ZNIEFF 260008535 - Prairie de fauche en vallée de Maurepas et bois voisin de la Faïencerie sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN..
  12. Géoportail - Institut Géographique National (France), « Géoportail » (consulté le 5 mai 2012)
  13. Ruisseau des Fours sur le site de l'INPN.
  14. Jardin privé de Masbrouck