Volgré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Volgré
Volgré
La mairie-école.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Auxerre
Canton Charny
Intercommunalité Communauté de communes de l'Aillantais
Statut Commune déléguée
Maire délégué David Sevin
2017-2020
Code postal 89710
Code commune 89484
Démographie
Population 353 hab. (2014 en augmentation de 8.95 % par rapport à 2009)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 55′ 05″ nord, 3° 19′ 38″ est
Altitude Min. 113 m
Max. 232 m
Superficie 9,55 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Montholon
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Yonne
Voir sur la carte administrative de l'Yonne
City locator 15.svg
Volgré
Géolocalisation sur la carte : Yonne
Voir sur la carte topographique de l'Yonne
City locator 15.svg
Volgré
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Volgré
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Volgré

Volgré est une ancienne commune française, située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne-Franche-Comté, devenue, le 1er janvier 2017, une commune déléguée de la commune nouvelle de Montholon avec Aillant-sur-Tholon, Champvallon et Villiers-sur-Tholon[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Volgré est issu d'un apport germanique (Volchradus) puis gaulois (volgradus)[2], qui a donné Volgré (XIIIe siècle) puis Vougré (1491).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1988 1989 Jean Torchebœuf    
1989 ? Jean Coulon DVD  
2001 1er janvier 2017 David Sevin[3]    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 353 habitants, en augmentation de 8,95 % par rapport à 2009 (Yonne : -0,46 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
337360343394408405414422422
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
438440463458426430398392365
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
374320297272262255222226224
1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014 -
222212238260315322353353-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Claude-Sainte-Barbe est une église à trois nefs, du XVIe siècle, dont la longueur du vaisseau mesure 20,50 m ; la largeur des nefs 15,70 m ; la hauteur de la voûte à la nef 8,75 m[8]. La partie la plus ancienne est le chœur qui date de la Renaissance. Son mobilier comprend :

  • le tableau de l'Adoration des bergers, ornant l'autel-retable de l'école française du troisième quart du XVIIe siècle, a été classé monument historique au titre d'objet, en 1992 ;
  • le Christ en croix entre la Vierge et saint Jean, est un groupe sculpté de trois statues en bois, et date du troisième quart du XVIIe siècle. Il est classé monument historique au titre d'objet en 1992.

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune inclut deux ZNIEFF :

  • la ZNIEFF des étangs, prairies et forêts du Gâtinais sud oriental[9],[10] vise un habitat d'eaux douces stagnantes ; les autres habitats inclus dans la zone sont des eaux courantes, des prairies humides et mégaphorbiaies, et des bois ;
  • la ZNIEFF du bois de la rivière nord-est[11] se partage 186 ha entre Béon et Volgré. Le milieu déterminant de cette ZNIEFF est la forêt, ici parsemée de points d'eaux douces stagnantes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Madame de Vieil-Chatel de Vaillé : décédée en 1805, elle a légué par testament aux communes de Volgré et Senan 13 800 francs. Il a fallu un arrêt de la cour royale en 1843 pour répartir les legs de façon équitables entre les deux communes.
  • Jacqueline Gavet-Sénès, Jeannette et Paulo - Un amour fou, l'Harmattan, 2004. La narratrice évoque Volgré, le pays de son père.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Arrêté n°PREF/DCPP/SRCL/2016/0117 portant création de la commune nouvelle de Montholon » [PDF], sur http://www.yonne.gouv.fr/, (consulté le 13 avril 2016).
  2. De la formation française des anciens noms de lieu, J Quicherat, paris, Librairie A Franck, 1867
  3. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 3 janvier 2014.
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. Répertoire archéologique du département de l’Yonne? Max Quantin, Librairie impériale Paris, 1868
  9. ZNIEFF 260014900 - Étangs, prairies et forêts du Gâtinais sud oriental sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN.
  10. La ZNIEFF des étangs, prairies et forêts du Gâtinais sud oriental rassemble plusieurs sites de mêmes caractéristiques, et nombre de ces sites s'étendent sur des parties de plusieurs communes. Les communes concernées par cette ZNIEFF sont : Aillant-sur-Tholon, Béon, Charny, Chassy, Chevillon, Cudot, Dracy, La Ferté-Loupière, Grandchamp, Merry-la-Vallée, Les Ormes, Parly, Perreux, Précy-sur-Vrin, Prunoy, Saint-Aubin-Château-Neuf, Saint-Denis-sur-Ouanne, Saint-Martin-sur-Ocre, Saint-Romain-le-Preux, Senan, Sépeaux, Sommecaise, Toucy, Villefranche, Villiers-Saint-Benoît, Villiers-sur-Tholon et Volgré.
  11. ZNIEFF 260014905 - Bois de la rivière Nord-Est sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN.