Mézilles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mézilles
L'église Saint-Marien
L'église Saint-Marien
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Auxerre
Canton Cœur de Puisaye
Intercommunalité Puisaye-Forterre
Maire
Mandat
Daniel Foin
2014-2020
Code postal 89130
Code commune 89254
Démographie
Gentilé Mézillois
Population
municipale
589 hab. (2014)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 42′ 06″ nord, 3° 10′ 27″ est
Superficie 52,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

Voir sur la carte administrative de Bourgogne
City locator 14.svg
Mézilles

Géolocalisation sur la carte : Yonne

Voir sur la carte topographique de l'Yonne
City locator 14.svg
Mézilles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mézilles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mézilles
Liens
Site web [1]

Mézilles est une commune française située en Puisaye dans le département de l'Yonne en région Bourgogne-Franche-Comté.

Ses habitants sont appelés les Mézillois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Tannerre-en-Puisaye Tannerre-en-Puisaye Dracy Rose des vents
Saint-Fargeau / Ronchères N Fontaines
O    Mézilles    E
S
Ronchères Saint-Sauveur-en-Puisaye Fontaines /
Saint-Sauveur-en-Puisaye


Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Branlin vu de la D 965,
bras le plus proche du centre ville

Mézilles est traversé par le Branlin du sud-est au nord-ouest, arrosant le bourg. À Vessy il reçoit, déjà, un petit ru en rive gauche venant d'un bois au nom évocateur de bois des Marais et qui longe l'étang des Brosses de 44 ares. Son affluent le ru des Violettes, venant de Fontaines à l'est, le rejoint au Moulin de Bertoin.

L'Agréau prend source dans le sud-ouest de la commune, en deux branches de 1,4 et 1,3 km respectivement, réunies à l'étang des Fous. Il parcourt ensuite encore 3,4 km sur la commune avant de passer sur celle de Saint-Fargeau, trajet pendant lequel il reçoit deux petits rus en rive gauche.

Sur son seul parcours et dans ses environs immédiats on trouve pas moins de 18 pièces d'eau de plus de 20 ares, dont le plus grand étang, celui du Ferrier Cadu, atteint plus de 3 ha.

L'ensemble des cours d'eau sur la commune atteint ainsi plus de 30 km, à quoi il faut ajouter les nombreux étangs et zones humides[1].

Géologie[modifier | modifier le code]

Terrain du crétacé supérieur, à base de craie[2].

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Les lieux-dits suivis d'une astérisque sont situés à l'écart de la route indiquée.

A

B

C

  • Les Câlons*, Rte de Fontaines (D 52)
  • Les Caves, Rte de la Métairie
  • Les Champions*, Rte de Saint-Sauveur (D 7) (Rte des Arreaux)
  • Le Charme, Rte de la Métairie
  • Les Chartiers, Rte de Saint-Sauveur (D 7)
  • Les Chaudins*, Rte de Saint-Fargeau (D 965)
  • Les Chaumes*, Rte de Fontaines (D 52)
  • La Chênaie*, Rte de Saint-Sauveur (D 7)
  • La Choutardière*, Rte de Saint-Sauveur (D 7)
  • La Choutière, Rte des Plesses (ancnne rte de Dracy)
  • Les Choutières du Fort*, Rte de Toucy (D 965)
  • Les Comailles*, Rte de Saints (D 211)

D

F

G

J

M

P

  • Palereau, Rte des Arreaux (de la D 7 vers Saint-Sauveur)
  • Les Perrault des Champs*, Rte de Tannerre-en-Puisaye (D 7)
  • Les Pimolles, Rue des Pimolles (sud du bourg)
  • Le Pressoir*, Rte de Septfonds (D 52)
  • Les Proux*, Rte de Saints (D 211)

R

  • Les Rivières, Rte des Arreaux (de la D 7 vers Saint-Sauveur)
  • Les Rochers*, Rte de Saint-Sauveur (D 7)
  • Les Plesses, Rte des Plesses (ancnne rte de Dracy)

S

T

  • La Talifardière, Rte des Plesses (ancnne rte de Dracy)
  • Truchon*, Rte des Arreaux (de la D 7 vers Saint-Sauveur)

V

  • La Varenne*, Rte de Saints (D 211)
  • Vessy*, Rte de Saints (D 211)

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

L'abribus

La commune est desservie par 40 km de routes et de nombreux chemins. La route principale est la D 965 de Saint-Fargeau (plus loin Bonny-sur-Loire) à Toucy (plus loin Auxerre), qui suit à peu près le tracé d'une voie de l'Antiquité (voir les articles Voies romaines en Gaule et Gallo-romains). La D7 de Champignelles à Saint-Sauveur, et la D 52 de Fontaines à Saint-Privé. Les D 211 vers Saints et D 99 vers Villiers-Saint-Benoît, complètent le réseau routier menant au-delà de la commune[1].

La ligne N° 3 de l'opérateur Voyages 2000 pour TransYonne, qui dessert Mézilles, relie Saint-Fargeau, Toucy et Auxerre[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Très importants centres de production de fer en bas-fourneaux depuis le second âge du fer et pendant toute l'Antiquité. Du mobilier gaulois et gallo-romain en atteste, découvertes faites dans les nombreux ferriers (amas souvent gigantesques de résidus et scories de fer provenant du traitement du minerai de fer)[4],[5],[6],[7].

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2014)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Connue au Ve siècle sous le nom de Miciglae ou Miciglis, elle fut donnée par saint Germain, évêque d'Auxerre, au monastère de Saint-Côme qu'il avait fondé à Auxerre. Siège d'une châtellenie appartenant aux seigneurs de Saint-Fargeau et relevant du château de Montargis, la commune a été fusionnée avec l'ensemble de celles du canton de Saint-Fargeau en 1972, et est redevenue indépendante en 1976.

1976 est également l’année de la première édition du Bricabrac de Mézilles.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie - école
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1995 Désiré Gaufillet PS  
1995 2001 Madeleine Maréchal PS  
mars 2001 en cours Daniel Foin[8] UMP  

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 589 habitants, en augmentation de 1,55 % par rapport à 2009 (Yonne : -0,46 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 290 1 122 1 225 1 328 1 302 1 431 1 398 1 508 1 467
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 462 1 505 1 474 1 443 1 477 1 473 1 356 1 318 1 269
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 261 1 227 1 177 1 108 1 191 1 066 993 963 879
1962 1968 1982 1990 1999 2008 2013 2014 -
812 720 604 531 557 578 590 589 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Commerces et services[modifier | modifier le code]

Mézilles a une boulangerie-pâtisserie, un bar, une petite épicerie, une agence postale (dans la mairie), un salon de coiffure, deux restaurants, une auberge et des chambres d'hôtes.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La boulangerie,
maison à colombages
Le gué carrossable du pont du XIVe s.
Le monument aux morts
  • l'église Saint-Marien, dédiée à Marien de Combraille, du 4e quart du XVe siècle, certaines parties du 1er quart du XVIe siècle[13] ;
  • le château du Fort, sur les hauteurs du village anciennement la Mothe de Nevoy puis le Fort d'Assigny. La chapelle date de 1575 ;
  • le Vieux Château, situé dans le centre du village, aurait appartenu à Anne de Beaujeu. Remembré au cours des siècles, il est habité depuis le milieu du XIXe siècle par les descendants de la famille Lavollée. Parmi ses dépendance, il compte un ancien pressoir.
  • le chalet Saint-Hubert, situé Route de Toucy, construit vers 1871 par le lieutenant-colonel Paulin Lavollée.
  • le jardin Ribaudin situé dans la rue de l'église (entre les deux bras du Branlin) le long de la D965, date du XIXe siècle. Il est irrigué par un réseau de canaux et a conservé la structure des jardins de l'époque : jardin d'agrément, verger, potager, pigeonnier, une île et une glacière (sur l'île). Il est bordé par le Branlin avec le lavoir communal, et par plusieurs lavoirs privés sur le bief qui alimente les canaux du jardin. Il a récemment été racheté et rénové par la commune.
  • Le « vieux pont », du XIVe siècle avec le plus important et le plus fréquenté des quatre passages à gué de la commune, se trouve près du jardin Ribaudin, dans la rue du Vieux Pont et sur le bras du Branlin le plus proche du centre ville.

Lieux historiques[modifier | modifier le code]

Il existe aussi à Mézilles :

  • le chemin de Jeanne d'arc, chemin communal qu'emprunta Jeanne d'arc venant d'Auxerre pour rejoindre Orléans ;[réf. nécessaire]
  • l'arbre du pendu, un hêtre où des curés furent pendus ; de nombreuses dates ont été gravées sur l'écorce dont certaines de 1800. Lors de la tempête de 1999 il a été cassé mais il reste une partie du tronc encore visible.[réf. nécessaire]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune compte quatre zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) :

  • la ZNIEFF de la vallée du Branlin de Saints à Malicorne, totalisant 2 464 ha répartis sur les territoires de huit communes[Note 2]. Elle vise les habitats d'eaux courantes (milieu déterminant) et on retrouve les mêmes habitats que pour la ZNIEFF de la vallée de l'Ouanne de Toucy à Douchy, mais les prairies améliorées sont remplacées par des prairies humides et mégaphorbiaies[14] ;
  • la ZNIEFF des étangs, bocages, landes et forêts de Puisaye entre Loing et Branlin, 11 699 ha répartis sur douze communes[Note 3], vise particulièrement les habitats d'eaux douces stagnantes (milieu déterminant) ; les autres habitats présents dans cette ZNIEFF sont des eaux courantes, landes, fruticées, pelouses, prairies humides et mégaphorbiaies, tourbières, marais, bocages et bois[15] ;
  • la ZNIEFF des landes de Saint-Sauveur et Mézilles, étang de Tue-Chien, 399 ha partagés entre Fontaines, Mézilles et Saint-Sauveur, cible les landes, fruticées, pelouses et prairies (milieux déterminants). Cette zone inclut aussi des eaux douces stagnantes et des forêts[16] ;
  • la ZNIEFF de la tourbière du Saussoy, 24 ha partagés entre Mézilles, Moutiers et Saint-Sauveur, cible les tourbières et marais (milieux déterminants)[17].
Grenouille agile

Depuis 2013, la commune comprend aussi un site d'intérêt communautaire (SIC) Natura 2000 dans le cadre de la directive « Habitat » : le SIC des tourbières, marais et forêts alluviales de la vallée du Branlin, soit 47 ha dont 44 % de prairies semi-naturelles humides et prairies mésophiles améliorées, 40 % de forêts caducifoliées, 15 % de marais (végétation de ceinture), bas-marais (vers les Proux, sur Mézilles) et tourbières, et 1 % d'eaux douces (stagnantes ou courantes). La tourbière du Saussois, sur Mézilles, associe sur un espace relativement restreint une mosaïque de groupements végétaux divers d'intérêt communautaire : des tourbières à sphaignes comblées, non comblées et boisées, des prairies de fauche inondables, des prairies humides marécageuses à grandes herbes, une forêt de bord des eaux à aulne. On y trouve entre autres la petite grenouille agile, le lézard des souches et le lézard des murailles, trois espèces inscrites sur la liste rouge nationale, sur les annexes IV et V (directives « Habitat »), et relevant de conventions internationales[18].

Espèces protégées du SIC des tourbières ... de la vallée du Branlin

Enfin, un Conservatoire d'espaces naturels a acquis 7,78 ha du marais des Comailles sur les territoires des communes de Fontaines, Mézilles et Saint-Sauveur[19] ; et 14,68 ha vers Les Proux[20].

Loisirs, tourisme[modifier | modifier le code]

De nombreuses associations animent la commune : pêche, gym, club des anciens (l'Âge d'Or Mézillois], club de marche, club de foot, chorale, golf miniature, club de pétanque …

le foyer rural organise le bricabrac, la fête du jardin, et le festival de la caricature et du dessin de presse. Le comité d'animation s'occupe (entre autres) de la fête du cheval. Les associations coopèrent généralement entre elles pour les animations.

Le Bricabrac de Mézilles est une gigantesque brocante qui se déroule depuis 1976 le deuxième week-end d’août, et attire chaque année plusieurs centaines d’exposants et des dizaines de milliers de visiteurs. Outre sa taille qui en fait une des plus grandes manifestations du genre en France, elle a la particularité d’inclure une ouverture nocturne le samedi soir.

Le Sentier de grande randonnée de pays Tour de Puisaye traverse la commune de part en part. Une variante de ce GRP se greffe dessus à Mézilles.

Un chemin de petite randonnée est balisé sur 11 km.

Centre d'élevage du domaine des Souches[modifier | modifier le code]

Ce centre est le plus grand élevage de chiens destinés aux expérimentations animales des laboratoires de France et d'Europe[21],[22]. Il est la cible de plusieurs opposants dont le collectif Fermons le CEDS. Selon ce collectif, l'élevage produirait 4 000 chiots chaque année de race Beagle et Golden Retriever. Cet élevage a créé le GRMD (chien golden retriever Myopathe Duchenne), c’est-à-dire délibérément reproduit porteur de cette myopathie (dystrophies musculaire). Il est le principal fournisseur de l'AFM-Telethon.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Pélissier, « Les Romarins ancêtres des Jules. Les prénoms agricoles des ans II et III à Mézilles (Yonne) », Mélanges offerts à Jacques Dupâquier, Paris, 1993, p. 435-448

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. Les huit communes concernées par la ZNIEFF de la vallée du Branlin de Saints à Malicorne sont Champignelles, Fontaines, Malicorne, Mézilles, Saints, Saint-Sauveur-en-Puisaye, Tannerre-en-Puisaye et Villeneuve-les-Genêts.
  3. Les communes concernées par la ZNIEFF des étangs, prairies et forêts du Gâtinais sud oriental sont Bléneau, Champcevrais, Champignelles, Mézilles, Moutiers-en-Puisaye, Saint-Fargeau, Saint-Martin-des-Champs, Saint-Privé, Saints, Saint-Sauveur-en-Puisaye, Tannerre-en-Puisaye, Villeneuve-les-Genêts.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Géoportail - Institut Géographique National (France), « Géoportail » (consulté le 15 février 2014).
  2. Géognosie du département de l'Yonne, M. Lallier, Annuaire historique du département de l'Yonne, Volume 3, 1839. Pp. 360-361 : Mézilles et géologie locale.
  3. Ligne N° 3, autocars Trans Yonne.
  4. Aperçu historique sur l'exploitation des métaux dans la Gaule. A. Daubrée. p. 308-309.
  5. Géognosie du département de l'Yonne, M. Lallier, Annuaire historique du département de l'Yonne, Volume 3, 1839. P. 365 : ferriers - Mézilles.
  6. Lettre de M. Tartois, maître de forges. Annuaire historique 1846.
  7. Le site paléométallurgique des "Ferrys", commune de La Bussière (Loiret). André Rebiscoul. Revue archéologique de Picardie, 2003, Volume 1, Numéro 1-2, pp. 129-139. p. 138 : blocs tuyères trifides à Mézilles, similaires à ceux de la Bussière.
  8. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 27 décembre 2013.
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  13. « Église », notice no PA00113739, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  14. ZNIEFF 260014938 - Vallée du Branlin de Saints à Malicorne sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN..
  15. ZNIEFF 260014941 - Étangs, bocages, landes et forêts de Puisaye entre Loing et Branlin sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN.. Cette ZNIEFF rassemble plusieurs sites de mêmes caractéristiques, et nombre de ces sites s'étendent sur des parties de plusieurs communes.
  16. ZNIEFF 260014943 - Landes de Saint Sauveur et Mézilles, étang de Tue-Chien sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN..
  17. ZNIEFF 260014939 - ' sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN..
  18. NATURA 2000 - FR2600991 - Site d'intérêt communautaire des Tourbières, marais et forêts alluviales de la vallée du Branlin.
  19. FR1500642 - « Marais des Comailles » - Terrain acquis par un Conservatoire d'espaces naturels, fiche INPN.
  20. FR1500635 - « Les Proux » - Terrain acquis par le Conservatoire du Littoral, fiche INPN.
  21. « Auxerre : un millier de manifestants contre l’expérimentation animale », sur le journal de Saône-et-Loire, (consulté le 6 août 2017).
  22. « Au domaine des Souches, l’équipe de Michel Carré élève des beagles en vue d’expérimentations », sur L'Yonne Républicaine, (consulté le 6 août 2017).
  23. Maurice Pignard-Péguet, Histoire des communes de l'Yonne, Livre 1 : arrondissement d'Auxerre. 1913.