Création (christianisme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Création (théologie))
Aller à : navigation, rechercher
La création du monde, baptistère de Padoue.

La création fait référence à l'idée d'un commencement du monde selon l'œuvre de Dieu dans le christianisme.

Bible[modifier | modifier le code]

Avec la Genèse, Dieu agit comme un créateur du monde à partir du chaos, en plaçant l'homme au sommet de son œuvre ; avec les psaumes, Dieu agit plutôt comme un géographe, ordonnant et réordonnant le monde, maintenant une relation directe avec tous les êtres et les choses, sans déléguer forcément à l'homme une place prépondérante. Dans le monde catholique la première approche donnera l'idée que l'homme, reflet de la volonté de Dieu, doit domestiquer la nature, avec comme exemple les cloîtres ; la seconde, que l'homme, sous la volonté de Dieu, participe à la nature, avec comme exemple les rogations[1].

Tradition chrétienne[modifier | modifier le code]

Origène[modifier | modifier le code]

Origène a écrit des homélies sur la Genèse. Il connaissait le prophète Ezéchiel et, d'autre part, il a repris la tradition juive d'interprétation des Saintes Écritures selon quatre sens, pour la lecture des textes sacrés. Considéré comme le fondateur de l’exégèse biblique, il rejetait une interprétation au premier degré des textes bibliques: « Quel est l'homme de sens qui croira jamais que, le premier, le second et le troisième jours, le soir et le matin purent avoir lieu sans soleil, sans lune et sans étoiles, et que le jour, qui est nommé le premier, ait pu se produire lorsque le ciel n'était pas encore ? Qui serait assez stupide pour s'imaginer que Dieu a planté, à la manière d'un agriculteur, un jardin à Éden, dans un certain pays de l'Orient, et qu'il a placé là un arbre de vie tombant sous le sens, tel que celui qui en goûterait avec les dents du corps recevrait la vie ? À quoi bon en dire davantage lorsque chacun, s'il n'est dénué de sens, peut facilement relever une multitude de choses semblables que l'Écriture raconte comme si elles étaient réellement arrivées et qui, à les prendre textuellement, n'ont guère eu de réalité »[2].

Augustin d'Hippone[modifier | modifier le code]

« La création et le temps » font l'objet de la partie XI des Confessions de Saint Augustin.
Saint Augustin voit dans les créatures deux natures possibles : l'essence et la substance.

François d'Assise[modifier | modifier le code]

François d'Assise faisait des sermons aux oiseaux. Il a composé le Cantique des Créatures. Il a été nommé par Jean-Paul II patron céleste de l'écologie en 1979.

Thomas d'Aquin[modifier | modifier le code]

L'affirmation de la création est au centre de la pensée de saint Thomas d'Aquin. Dieu et la création font l'objet de la première partie de la somme théologique.

Renaissance et période moderne[modifier | modifier le code]

À la Renaissance, la Kabbale juive eut un équivalent chrétien : la Kabbale chrétienne. Celle-ci, considérée comme « ésotérique » par certains chrétiens, fut violemment critiquée par Marin Mersenne (correspondant de Descartes) dans Questions sur la Genèse.

Luther trouve dans la lecture faite par saint Paul de la vie d'Abraham une réponse à ses questions : c'est par la foi que l'homme devient juste, plus que par le strict respect de la loi.

Créateur et créature[modifier | modifier le code]

Le créateur[3]

La Parole de Dieu et son Souffle sont à l'origine de la vie de toute créature (Gn 1. 2 ; Gn 2. 7 ; Ps 33. 6 ; Ps 104. 30 ; Qo 3. 20-21 ; Ez 37. 10)[4].

« Au Saint Esprit, il convient de régner, de sanctifier et d'animer la Création, car il est Dieu consubstantiel au Père et au Fils (...). À lui revient le pouvoir sur la vie, car étant Dieu, il garde la création dans le Père par le Fils.[5]»

La créature

Elle diffère du créateur par son existence par rapport à son essence.

En théologie, il est admis qu'en Dieu (créateur), l'essence et l'existence sont une seule et même chose ; Dieu est de par sa propre essence. En revanche, l'essence de l'homme n'implique pas l'existence. L'homme est donc un existant qui tient son être d'autre chose.

C'est cette relation de dépendance qui fonde le lien religieux de la créature à son créateur.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Michel-Ange, « Dieu crée la Terre, la Lune et le Soleil ».

L'épisode biblique de la Création qui apparaît dans la Genèse a donné lieu à des œuvres célèbres de la peinture et de la sculpture occidentale, notamment le plafond de la Chapelle Sixtine de Michel-Ange.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lire les rapports entre humains, nature et divin dans l'exemple du catholicisme
  2. Origène, cité par Lucien Febvre, Le Problème de l'incroyance au XVIe siècle, Paris, Éditions Albin Michel, , p. 181
  3. Catéchisme de l'Église catholique, pages 68 à 76, numéros 279 à 324.
  4. Catéchisme de l'Église catholique, page 156, no 703.
  5. Liturgie byzantine, tropaire des matines des dimanches du second mode. Cité dans le catéchisme de l'Église catholique.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]