Enkidu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Héros, sans doute Gilgamesh, peut-être Enkidu, serrant sur son cœur un lion vivant, symbole de la force assimilée par l'Initié qui, dans les sables brûlants du désert, a su maîtriser la bête royale et dompter sa puissance, choisissant ainsi de capter et réguler son énergie jusqu'alors destructrice, plutôt que de la tuer et de s'affubler de sa dépouille : symbole, en somme, de la Force mise au service de la Sagesse. Bas-relief du palais de Sargon II à Khorsabad, musée du Louvre

Enkidu est un personnage de la mythologie sumérienne. Suivant les textes et les époques il est appelé Enkimdu, Eabani ou Enkita. Après avoir combattu Gilgamesh, il deviendra son plus fidèle compagnon. Le récit de leurs aventures constituera l'épopée de Gilgamesh.

Conception d'Enkidu[modifier | modifier le code]

Selon la légende, Enkidu fut créé avec de l'argile par la Déesse-Mère Aruru à la demande du peuple d'Uruk pour ramener le roi Gilgamesh dans le droit chemin. Aruru personnifia Enkidu à l'image d'Anu le dieu du ciel et de Ninurta le dieu de la guerre.

« Aruru se pénétra de ce que lui dicta Anu. S'étant alors lavé les mains, elle prit un lopin d'argile et le déposa en la steppe. »

Une autre tradition remplacerait le rôle joué par Anu par Enki. Cela expliquerait le nom d'Enkidu qui signifierait en sumérien "Enki l'a créé" ou "Créature d'Enki"[1].

Transformation[modifier | modifier le code]

Au début de l'épopée Enkidu représente l'archétype de l'homme-sauvage :

« Abondamment velu par tout le corps, il avait une chevelure de femme, aux boucles foisonnant comme un champ d'épis. Ne connaissant ni concitoyens, ni pays, accoutré à la sauvage. »

Enkidu vit avec les bêtes sauvages et les protège en détruisant les pièges. Mais ses actions irritent un chasseur. Celui-ci se confie à son père qui lui conseille d'aller trouver le roi Gilgamesh.

« Il te donnera la Courtisane Lajoyeuse [2]... Elle dévoilera ses charmes... Alors sa harde, élevée avec lui, lui deviendra hostile ! »

Le chasseur va donc trouver Gilgamesh qui lui donne Shamat pour « corrompre » l'homme sauvage. Enkidu est immédiatement séduit. Après six jours et sept nuits passés avec Shamat, il veut repartir, mais sa harde le repousse et il n'a plus la force de la suivre. Enkidu a perdu en force mais il s'éveille à l'intelligence.

Rencontre avec Gilgamesh[modifier | modifier le code]

Poussé par l'éloge de Gilgamesh faite par Shamash, Enkidu décide d'aller affronter le grand roi pour prouver sa force. Elle lui révèle également que Gilgamesh a rêvé de lui et qu'il l'attend impatiemment à Uruk.

Enkidu rencontre finalement Gilgamesh, mais la conduite du roi avec son peuple provoque sa colère. S'ensuit un combat titanesque. En fin de compte, chacun reconnaissant en l'autre son égal, les deux héros se jurent une amitié éternelle.

Exploits[modifier | modifier le code]

Enkidu aide Gilgamesh dans son combat contre Humbaba, le monstre gardien de la forêt des cèdres. Malgré son opposition à cette quête, il finit par coopérer et Humbaba est terrassé. Puis il prête main-forte à Gilgamesh pour chasser le Taureau céleste envoyé par la déesse Ishtar.

Mort d'Enkidu[modifier | modifier le code]

Après un songe défavorable, Enkidu commence à dépérir. Il maudit le chasseur et la courtisane envoyée pour le civiliser. Peu avant sa mort, suite aux paroles du dieu Shamash, il finit par la réhabiliter. Gilgamesh pleure désespérément son compagnon. La disparition d'Enkidu pousse Gilgamesh à partir en quête de l'immortalité.

Analyse historique[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

De bien des façons, la métamorphose d'Enkidu peut représenter la puissance de séduction exercée par les ville-États de Mésopotamie. Ses origines (la steppe) et sa vie au milieu des bêtes sauvages suggèrent le chasseur-cueilleur vivant en marge du territoire des premiers fermiers de l'Irak méridional. Sa transformation et l'acceptation de la vie citadine représente la lente assimilation de cette population nomade par la civilisation agricole.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jean Bottéro, L'Epopée de Gilgameš : Le grand homme qui ne voulait pas mourir, Gallimard,‎ 1992, 295 p. (ISBN 2-07-072583-9), p. 69
  2. Lajoyeuse est une traduction, dans le récit original la courtisane se nomme Shamat

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Enkidu apparaît dans Final Fantasy X au côté de Yojimbo sous le pseudonyme Daïgoro ( Daïgoro est le nom de l'enfant d'Ogami Itto dans le manga Lonewolf and Cub et la série adaptée de celui-ci Baby Cart ).
  • Il apparaît également dans Final Fantasy X-2, cette fois ci en tant qu'animal de la vêtisphère Dresseuse et avec le pseudonyme Daïgoro.
  • Il apparaît dans Final Fantasy XII au côté de son fidèle maître, Gilgamesh.
  • De nombreuses références à Enkidu et Gilgamesh sont faites dans la série animée Japonaise « Gilgamesh ».
  • Dans la série animée Tengen Toppa Gurren Lagann, Enkidu est le nom du premier mécha de Viral.
  • Vampire : la Mascarade fait apparaître Enkidu en tant que gangrel; il figure également dans le jeu V:TES.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Bottéro, L’épopée de Gilgamesh. Le grand homme qui ne voulait pas mourir, Gallimard, coll. « L’aube des peuples », Paris, 1992 (ISBN 2-07-072583-9).