Coup de torchon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Coup de torchon

Réalisation Bertrand Tavernier
Scénario Jean Aurenche
Bertrand Tavernier
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Films de la Tour
Films A2
Little Bear
Pays de production Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique
Policier
Durée 124 minutes
Sortie 1981

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Coup de torchon est un film français réalisé par Bertrand Tavernier, sorti en 1981.

Synopsis[modifier | modifier le code]

1938. En Afrique-Occidentale française. Lucien Cordier (Philippe Noiret) est l'unique policier d'une petite ville coloniale. Méprisé de tous pour sa lâcheté et sa veulerie, il est l'objet de moqueries et de railleries. Lorsque son officier supérieur (Guy Marchand) lui fait prendre conscience de sa médiocrité, il va peu à peu se transformer en impitoyable assassin et se débarrasser de tous ses tourmenteurs, femme et maîtresse comprises, par un jeu diabolique qui consiste à faire accuser d'autres que lui avant de les éliminer, jusqu'à ce qu'il reste seul et mentalement anéanti.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

et dans le film publicitaire Aux Galeries Barbès :

Production[modifier | modifier le code]

À Saint-Louis du Sénégal, l'escalier à double volée circulaire ayant inspiré à Bertrand Tavernier la scène de la maison close[2].

Ce film est adapté d'un roman policier de Jim Thompson, 1275 âmes (Pop. 1280 en version originale ; no 1000 de la Série noire) qui se situe dans un petit village du Sud des États-Unis. Le scénario replaçant l'histoire dans l'Afrique coloniale française, les Noirs américains deviennent les Indigènes des colonies dans le film. Bertrand Tavernier fait par ailleurs une transposition personnelle du récit de Voyage au bout de la nuit de Céline située dans l'Afrique coloniale à la veille de la Seconde Guerre mondiale tout en s'imprégnant de Voyage au Congo d'André Gide (1927)[réf. nécessaire].

Le film est tourné au printemps 1981 dans le nord-ouest du Sénégal, notamment à Saint-Louis et aux environs de Louga.

Une scène montre la projection dans le village du film Alerte en Méditerranée avec Pierre Fresnay.

Tavernier filme une deuxième fin, non retenue dans le montage final ; celle-ci est disponible dans les suppléments du DVD sorti en 2007 aux éditions StudioCanal, avec des explications du réalisateur concernant son choix.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

En perdant dans les 10 catégories des Césars où il concourt, le film a longtemps détenu le record de nominations sans aucune victoire. Ce record est battu en 2003 par Huit femmes qui ne reçoit aucun prix sur 12 nominations, puis en 2013 par Camille redouble avec 13 nominations infructueuses.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Visa d'exploitation no 53772 sur Centre National du Cinéma
  2. Abdoul Hadir Aïdara, Saint-Louis du Sénégal d'hier à aujourd'hui, Grandvaux, 2004, p. 90.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cinématographe, no 71, , p. 27 (entretien de Gilles Cèbe avec Bertrand Tavernier) et p. 31 (critique de Philippe Carcassonne)
  • Cinéma, no 275, , p. 107 (critique de Jacqueline Nacache)
  • Cinéma, no 277, , p. 84 (« Polémiques et débats », par Gaston Haustrate)
  • La Revue du cinéma, no 366, , p. 28 (critique de Gilles Cèbe) et p. 30 (entretien avec Jean Aurenche)
  • La Revue du cinéma, n° 402 bis, , p. 45 (fiche de Serge Champenier)
  • Positif, no 248, , p. 57 (critique de Michel Sineux)
  • Positif, no 418, , p. 104 (« L'Ambition poétique - Sur deux films de Bertrand Tavernier », article d'ensemble)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :