L.627

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L.627

Réalisation Bertrand Tavernier
Scénario Michel Alexandre
Bertrand Tavernier
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Durée 145 min.
Sortie 1992

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L.627 est un film français réalisé par Bertrand Tavernier, sorti en 1992. Coécrit par un ancien policier, Michel Alexandre, il dépeint le quotidien de la brigade des stupéfiants de Paris. Le titre du film « L.627 » fait référence à l'ancien article du Code de la santé publique français, qui prohibe la consommation ainsi que le trafic de stupéfiants[1]. Il symbolise le décalage entre les moyens prévus par la loi et ceux effectivement mis à disposition de la police.

Commissariat de police.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Lucien Marguet, surnommé « Lulu », est un enquêteur de deuxième classe de la police judiciaire. C'est un policier de terrain, passionné par son travail quitte à y sacrifier parfois sa vie de famille. À la suite d'une altercation avec son supérieur qu'il considère incompétent, il est changé de brigade. Mais il intègre rapidement un groupe qui lutte contre le trafic de stupéfiants. Se succèdent alors une série d'opérations de routine au fil desquelles chaque membre de la brigade se révèle...

Commentaire[modifier | modifier le code]

Rejet des conventions du film policier[modifier | modifier le code]

L'ambition de Bertrand Tavernier sur ce film était de tourner un film réaliste sur les conditions de travail des policiers de terrain. Ainsi, il s'est interdit tous les types de plan classiques du film policier, largement inspirés par le cinéma américain ou encore, en France, les films de Jean-Pierre Melville. Les scènes d'action sont la plupart du temps tournées en longue focale, les scènes de filatures, à l'opposé des courses-poursuites traditionnelles du cinéma, sont filmées sans les conventions du genre (sans plan près des roues du véhicule, ou d'amorce du capot par exemple)[2].

Un point de vue exclusif[modifier | modifier le code]

L.627 se place de façon quasi-exclusive du point de vue des policiers, en premier lieu celui du personnage principal « Lulu ». De nombreuses scènes représentent des « planques » filmées depuis les véhicules banalisés, les « sous-marins ». Les filatures ne comportent que peu de plans de situation, privilégiant le regard de la brigade.
Le film fait la part belle aux relations complexes et parfois ambiguës entre policiers et indicateurs : « Tu n'as pas d'amis, tu n'as que des indics » dira Cécile (Lara Guirao) à Lulu (Didier Bezace).
Cependant, L.627 interroge également sur l'environnement social de la consommation et du trafic de drogue, la précarité qui l'entoure. Les consommateurs sont dépeints dans un état de détresse sociale (squats insalubres, prostitution) et physiologiques (dépendance que ne peut soulager aucun médicament à l'époque).

Une portée politique[modifier | modifier le code]

L.627, dans son approche réaliste, rapporte l'insuffisance des moyens dont disposent les brigades : locaux inadaptés et exigus (des « préfabriqués » autour d'un grand terrain vague), manque de véhicules disponibles, pénurie de papiers carbone pour les procès-verbaux, etc.

Appuyé par de nombreuses anecdotes rapportées par le scénariste et ancien policier Michel Alexandre, le film dénonce entre autres le décalage entre la formation théorique et la pratique sur le « terrain », les stages inutiles, la course à la statistique et le poids de la paperasserie administrative, etc.

L'équipe hétéroclite, entre « bons » et « mauvais flics »[3], doit faire preuve d'astuce, que ce soit pour se procurer son matériel ou réparer celui-ci, ou dans une interprétation souple des lois, comme pour payer ou protéger ses indicateurs. « Si l'on veut faire correctement notre boulot, il faut être dans l'illégalité 24h/24 » dit Lulu.

Influence sur les séries TV[modifier | modifier le code]

Le style réaliste de L.627 a considérablement influencé les séries policières apparues au cours des années 1990, en premier lieu la série PJ.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Connue du grand public pour la présentation de l'émission pour enfants Récré A2, Charlotte Kady est l'une des révélations du film. Elle rejouera d'ailleurs pour Bertrand Tavernier.
  • Au début du film, Lulu donne rendez-vous à son amie Cécile au Cimetière du Père-Lachaise devant la stèle érigée à la mémoire des victimes de l'attentat contre le Vol 772 UTA, qui était survenu au Niger en septembre 1989.
  • Alors que Lulu travaille sans arrêt, ses collègues s'amusent parfois autour d'un jeu de société. On voit Dodo, Manu et Vincent faire une partie de Risk très animée.
  • Le chef opérateur Alain Choquart assure également le cadre, y compris sur les plans en steadicam[4].
  • Le producteur Alain Sarde apparait en caméo. C'est l'homme qui demande à Lulu, qui est ce jour-là cadreur pour un mariage, de le filmer prés d'une femme qu'il drague.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ancien article L627 du Code de la santé publique sur Légifrance
  2. Intentions confirmées par Bertrand Tavernier dans le commentaire du film en DVD.
  3. Si le film ne cache pas les petits trafics, où les faveurs accordées par les commerçants en échange de quelques PV à faire sauter, aucun personnage n'est toutefois un « ripou », un policier corrompu et racketteur
  4. Carnets de tournage, making of de Michel Alexandre

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]