Jim Thompson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thompson.
Jim Thompson
Nom de naissance James Meyers Thompson
Naissance
Anadarko, Oklahoma, Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès (à 70 ans)
Los Angeles, Californie, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Anglais américain
Genres

Œuvres principales

Jim Thompson, né le à Anadarko dans l'Oklahoma et mort le à Los Angeles en Californie, est un écrivain américain de roman noir, un nouvelliste et un scénariste de cinéma.

Biographie et carrière[modifier | modifier le code]

Jim Thompson est né en 1906 en Oklahoma, d’un père shérif et d’une mère institutrice. Son père quitte son métier et le domicile familial pour tenter sa chance dans la course à l’or noir. Jim Thompson déménage dans le Nebraska et vit un temps avec son grand-père et sa mère avant de retrouver son père au Texas, où il se met à écrire et à publier des nouvelles. Il suit les cours scolaires la journée et travaille le soir, étant tour à tour grouillot pour les journaux Forth Worth et Western World, employé dans un théâtre burlesque et groom dans un hôtel de Fort Worth pendant la prohibition. Il fournit aux clients de l’hôtel de l’alcool, ainsi que de l’héroïne ou de la marijuana. Son rythme de vie le condamne déjà et il tombe une première fois malade victime d’une dépression nerveuse. Rétabli, il part rejoindre son père dans les champs de pétrole aux alentours de la ville de Big Spring ou il y travaille pendant trois années.

Il quitte le Texas à l’automne 1929 et s’inscrit à l’université du Nebraska. Il travaille en marge de ses études, étant notamment projectionniste et veilleur de nuit pour une société de pompes funèbres. Il quitte l’université l’année suivante et épouse Alberta Hesse en 1931. Pendant plusieurs années, il écrit pour de nombreux magazines à scandales, racontant les affaires criminelles à la première personne. Il publie également plusieurs nouvelles pour les pulps. Il rejoint le Parti Communiste en 1935 (qu’il quitte dès 1938), et dirige un temps l'Oklaoma Writer’s Project, qu’il quitte finalement à la suite de divergences de point de vue. Après avoir obtenu une bourse de l’université de Caroline du Nord en 1940 pour une étude sur le bâtiment qu’il ne mène pas à bout, il quitte l’Oklahoma pour San Diego ou il devient manœuvre dans l’aéronautique.

Il publie en 1942 son premier roman intitulé Now and on Earth[1] (Ici et maintenant), un travail semi autobiographique inspiré par sa courte période passée dans une usine d’aviation dans les premiers mois de la Seconde Guerre mondiale. Son père meurt dans une maison de retraite, brisant la promesse que Jim Thompson lui avait faite de venir le chercher quand il aurait de l’argent. Il vit cette tragédie comme un nouvel échec et en gardera une trace à vie. Il poursuit l’écriture avec Heed the Thunder (Avant l'orage) et son premier véritable roman noir, Nothing More Than Murder (Cent mètres de silence ou Un meurtre et rien d’autre) relatant la misère des petits exploitants de cinéma de campagne américains.

Il poursuit son travail et signe plusieurs autres romans avant d’être appelé en 1955 par James B. Harris et Stanley Kubrick pour écrire le scénario de L'Ultime Razzia (The Killing), tiré du roman Clean Break de Lionel White. Kubrick s’attribuera l’écriture du scénario ne laissant à Thompson que les « dialogues additionnels ». Cette polémique autour du « crédit » (en) se règlera à l'amiable avec l'assurance pour Thompson d'être le scénariste pour le prochain film de Kubrick, Paths of Glory (Les Sentiers de la gloire). C'est aussi ce projet qui incitera Thompson à s'installer à Hollywood. Thompson va passer le reste de sa vie en Californie ou il signera quelques épisodes mineures de séries télévisées et plusieurs projets de scénarios non concluants. Il signe également de nouveaux romans, dont le très cinématographique The Grifters (Les Arnaqueurs), le troublant Child of Rage (Rage noire) et le célèbre Pop. 1280 (1275 âmes).

Il meurt à l’âge de 70 ans après une série d’attaques cardiaques, sa santé fragile étant aggravée par son alcoolisme chronique, son travail dans les puits de pétrole et ses déboires de jeunesse.

Jim Thompson a écrit plus de trente romans, la plupart entre la fin des années 1940 et la moitié des années 1950. La plupart de ses romans sont en partie autobiographiques. Peu reconnu de son vivant, la notoriété de Thompson s’est accrue dans les années 1980 avec la réédition de ses livres, et l’adaptation de certains romans au cinéma.

En France, il est d’abord publié au sein de la collection Série noire au cours d’une période allant des années 1950 aux années 1970. Marcel Duhamel lui offre symboliquement le numéro no 1000 de la collection pour la publication de Pop. 1280 (1275 âmes), traduction dans laquelle cinq habitants disparaissent mystérieusement du titre, générant de nombreux commentaires et spéculations en France à ce sujet (Jean Bernard Pouy allant même jusqu’à écrire le roman 1280 âmes ou le libraire bibliophile Pierre de Gondol enquête sur l’affaire dans un road-trip franco-américain). Au milieu des années 1980, délaissé par la Série noire, l'auteur intègre le catalogue de la collection Rivages/Noir ou François Guérif lui offre le numéro un de la collection avec une traduction de Recoil (Liberté sous condition) en 1986. Après la traduction de la quasi-intégralité des titres de l’auteur non disponibles au sein de la Série noire, Rivages récupère au début des années 2010 les droits des romans publiés à la Série noire et propose depuis ses romans sous de nouvelles traductions intégrales. À ce jour, les romans Nothing More Than Murder, The Killer Inside Me, The Getaway et A Hell of a Woman ont été retraduits.

Adaptations cinématographiques[modifier | modifier le code]

En 1972 sort The Getaway (Guet-Apens) de Sam Peckinpah, adapté du roman du même nom (en français, Le Lien conjugal). Remanié par le débutant Walter Hill, qui remplace l'auteur mal à l'aise, Thompson édulcorant et trahissant lui-même son roman par souci de satisfaire Hollywood, le résultat ne satisfait guère les deux parties, malgré un beau succès public en salles. Le romancier portera l'affaire devant la Guilde des Écrivains pour avoir été évincé, mais n'obtiendra pas gain de cause. Et ça n'est pas le remake de 1993 de Roger Donaldson, encore scénarisé par Walter Hill (!) qui rendra davantage justice au roman... En 1975, il fera une petite apparition dans le film Adieu ma jolie du réalisateur Dick Richards, adaptation du roman de Raymond Chandler, dans le rôle du mari trompé d'Hélen Grayle jouée par Charlotte Rampling. En 1979 Alain Corneau réalise Série noire d'après son roman A Hell of a woman paru dans la Série noire sous le titre Des cliques et des cloaques avec Patrick Dewaere, Myriam Boyer et Marie Trintignant dans les rôles principaux, et des dialogues de Georges Perec.

En 1981 le réalisateur français Bertrand Tavernier adapte sous le titre de Coup de torchon son roman Pop. 1280, l'histoire est transposée dans une petite ville coloniale de l'Afrique-Occidentale française et le film reçoit un bon accueil critique. Au long de la décennie suivante, Hollywood s’intéressera de nouveau à son œuvre en adaptant coup sur coup trois de ses romans, notamment The Grifters (Les Arnaqueurs) sous la direction de Stephen Frears, film nommé 4 fois aux Oscars, avec John Cusack, Anjelica Huston et Annette Bening à l'affiche.

En 2010, le réalisateur Michael Winterbottom adapte le roman Le Démon dans ma peau dans le film The Killer Inside Me (titre original du roman), avec Casey Affleck dans le rôle de Lou Ford. Une adaptation de ce roman a été précédemment réalisée par Burt Kennedy en 1976 sous le titre Ordure de flic (The Killer Inside Me aux États-Unis), avec Stacy Keach dans le rôle principal.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Now and on Earth (1942)
    Publié en français sous le titre Ici et maintenant, Paris, Rivages/Noir no 229, 1995
  • Heed the Thunder ou Sins of the Fathers (1946)
    Publié en français sous le titre Avant l'orage, Paris, Rivages/Noir no 300, 1998
  • Nothing More Than Murder (1949)
    Publié en français sous le titre Cent mètres de silence, Paris, Gallimard, Série noire no 54, 1950, [réimp. : 1998, 2005] ; réédition, Paris, Gallimard, Carré noir no 180, 1974 ; réédition, Paris, Gallimard, Folio no 2176, 1990
    Publié en français dans une nouvelle traduction intégrale de Johanne Le Ray sous le titre Un meurtre et rien d’autre, Paris, Rivages/Noir no 936, 2013
  • The Killer Inside Me (1952)
    Publié en français sous le titre Le Démon dans ma peau, Paris, Gallimard, Série noire no 1057, 1966 ; réédition, Paris, Gallimard, Carré noir no 348, 1980 ; réédition, Paris, Gallimard, Folio no 2371, 1992 ; réédition, Paris, Gallimard, Folio policier no 258, 2002
    Publié en français dans une nouvelle traduction intégrale de Jean-Paul Gratias sous le titre L'Assassin qui est en moi, Paris, Rivages/Noir no 886, 2012
  • Cropper's Cabin (1952)
    Publié en français sous le titre Deuil dans le coton, Paris, Gallimard, Série noire no 1319, 1970 ; réédition, Paris, Gallimard, Carré noir no 448, 1982 ; réédition, Paris, Gallimard, Folio no 1879, 1987 ; réédition, Paris, Gallimard, Folio policier no 468, 2007
  • Recoil (1953)
    Publié en français sous le titre Liberté sous condition, Paris, Rivages/Noir no 1, 1986
  • The Alcoholics (1953)
    Publié en français sous le titre Les Alcooliques, Paris, Fleuve noir, coll. Engrenage no 101, 1984 ; réédition, Paris, Rivages/Noir no 55, 1988
  • Savage Night (1953)
    Publié en français sous le titre Nuit de fureur, Parsis, Engrenage no 72 1983, réédition, Paris, Rivages/Noir no 32, 1987 ; édition illustrée, Paris, Rivages/Casterman/Noir, 2008
  • The Criminal (1953)
    Publié en français sous le titre Le Criminel, Paris, Fayard - noir no 8, 1981 ; réédition, Paris, Le Livre de poche no 5993, 1984 ; Paris, Rivages/Noir no 167, 1993
  • The Golden Gizmo ou The Golden Sinner) (1954)
    Publié en français sous le titre Une combine en or, Paris, Rivages/Noir no 77, 1989
  • A Swell-Looking Babe (1954)
    Publié en français sous le titre Un chouette petit lot, Paris, Gallimard, Série noire no 1199, 1968 ; réédition, Paris, Gallimard, Carré noir no 427, 1982 ; réédition, Paris, Gallimard, Folio no 2318, 1991 ; réédition, Paris, Gallimard, Folio policier no 471, 2007
  • A Hell of a Woman (1954)
    Publié en français sous le titre Des cliques et des cloaques, Paris, Gallimard, Série noire no 1106, 1967 ; réédition, Paris, Gallimard, Bibliothèque noire, 1988 ; réédition, Paris, Gallimard, Folio policier no 268, 2002
    Publié en français dans une nouvelle traduction intégrale de Danièle Bondil sous le titre Une femme d’enfer, Paris, Rivages/Noir no 935, 2013
  • The Nothing Man (1954)
    Publié en français sous le titre M. Zéro, Paris, Gallimard, Série noire no 1009, 1966 ; réédition, Paris, Gallimard, Folio policier no 469, 2007
  • After Dark, My Sweet (1955)
    Publié en français sous le titre La mort viendra, petite, Paris, Engrenage no 114 1985, réédition, Paris, Rivages/Noir no 52, 1988
  • The Kill-Off (1957)
    Publié en français sous le titre Hallali, Paris, Fayard - noir no 18, 1981 ; réédition, Paris, Gérard, Marabout BMno 21, 1986 ; Paris, Rivages/Noir no 195, 1994
  • Wild Town (1957)
    Publié en français sous le titre Éliminatoires, Paris, Gallimard, Série noire no 972, 1965 ; réédition, Paris, Gallimard, Carré noir no 201, 1975 ; réédition, Paris, Gallimard, Folio no 2036, 1989 ; réédition, Paris, Gallimard, Folio policier no 470, 2007
  • The Getaway (1958)
    Publié en français sous le titre Le Lien conjugal, Paris, Gallimard, Série noire no 527, 1959, [réimp. : 2005] ; réédition, Paris, Gallimard, Carré noir no 93, 1972 ; réédition, Paris, Gallimard, Bibliothèque noire, 1988 ; réédition, Paris, Gallimard, Folio no 1897, 1987 ; réédition, Paris, Gallimard, Folio policier no 256, 2002
    Publié en français dans une nouvelle traduction intégrale de Pierre Bondil sous le titre L'Échappée, Paris, Rivages/Noir no 887, 2012
  • The Transgressors (1961)
    Publié en français sous le titre Un nid de crotales, Paris, Rivages/Noir no 12, 1986
  • The Grifters (1963)
    Publié en français sous le titre Les Arnaqueurs, Paris, Rivage/Noir no 58, 1988
  • Pop. 1280 (1964)
    Publié en français sous le titre 1275 âmes, Paris, Gallimard, Série noire no 1000, 1966 ; réédition, Paris, Gallimard, Carré noir no 337, 1980 ; réédition, Paris, Gallimard, Bibliothèque noire, 1988 ; réédition, Paris, Gallimard, Folio no 1953, 1988 ; réédition, Paris, Gallimard, Série noire no 2391, 1995 ; réédition, Paris, Gallimard, Folio policier no 26, 1998 ; réédition, Paris, Cercle Polar, 2001
    Publié en français dans une nouvelle traduction intégrale de Jean-Paul Gratias sous le titre Pottsville, 1280 habitants, Paris, Rivages/Noir no 1013, 2016
  • Texas By the Tail (1965)
    Publié en français sous le titre Le Texas par la queue, Paris, Rivages/Noir no 83, 1990
  • South of Heaven (1967)
    Publié en français sous le titre À deux pas du ciel, Paris, Rivages/Noir no 39, 1987
  • Nothing But a Man (1970)
  • Child of Rage (1972)
    Publié en français sous le titre Rage noire, Paris, Rivages/Noir no 47, 1988
  • King Blood (1973)
    Publié en français sous le titre Sang mêlé, Paris, Rivages/Noir no 22, 1987
  • Fireworks: The Lost Writings of Jim Thompson (1988)
    Publié en français sous les titres Écrits perdus 1929-1967, Paris, Rivages, 1990 ; réédition, Paris, Rivages/Noir no 158, 1993 et Après nous le grabuge: Écrits perdus 1968-1977, Paris, Rivages/Noir, 1991 ; Paris, Rivages/Noir no 177, 1999
  • The Rip-Off (1989), roman posthume

Nouvelles[modifier | modifier le code]

  • Case of the Catalogue Clue (1948)
    Publié en français sous le titre L'Indice publicitaire « in » Meurtres pour de vrai, Paris, Gallimard, Série noire, 1994 ; réédition « in » Dix petits noirs, Paris, Mille et une nuits, 2004
  • The Cellini Chalice
    Publié en français sous le titre De la coupe aux lèvres « in » Alfred Hitchcock magazine no 18, Paris, Opta, 1962
  • The Frightened Framis (1957)
    Publié en français sous le titre Une belle salade « in » Alfred Hitchcock magazine no 54, Paris, Opta, 1965
  • The Flaw in the System
    Publié en français sous le titre Le Défaut du système « in » Polar no 2, Paris, Polar, 1979
  • By Means unlovely (1985)
    Publié en français sous le titre C'est du joli « in » Histoires à mourir debout, Paris, Gallimard, Série noire, 1989

Autobiographie[modifier | modifier le code]

  • Bad Boy (1953)
  • Roughneck (1954)
    Publié en français sous le titre Vaurien, Paris, L'Atalante, 1986 ; réédition, Paris, Rivages/Noir no 63, 1989
Note : L'édition française regroupe les deux textes autobiographiques Bad Boy et Roughneck sous un seul titre.

Novélisations[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Comme auteur adapté[modifier | modifier le code]

Comme scénariste[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Comme acteur[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Stephen King« Big Jim Thompson ne savait pas s'arrêter. Il a donc relevé trois défis : il s'est forcé à tout voir, puis à l'écrire, et enfin, à le publier. »« The guy was over the top. The guy was absolutely over the top. Big Jim didn't know the meaning of the word stop. There are three brave lets inherent in the forgoing: he let himself see everything, he let himself write it down, then he let himself publish it. »