Corsaire (voilier)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Corsaire (homonymie).
Corsaire
Image illustrative de l'article Corsaire (voilier)
Corsaires sous spi à La Rochelle
Gréement Sloop bermudien
Histoire
Architecte Jean-Jacques Herbulot
Lancement 1954
Caractéristiques techniques
Longueur 5,50 m
Maître-bau 1,92 m
Tirant d'eau 0,5 - 1,0 m (dérive haute / basse)
Déplacement 560 kg
Voilure Grand-voile 11,74 m², Génois 6,76 m², Spi 22,60 m²

Le Corsaire est un petit croiseur monotype. C'est en 1954 que Jean-Jacques Herbulot, architecte et navigateur, le dessine pour la célèbre école de voile des Glénans. Les 16 premiers, construits pour le Centre des Glénans ont été réalisés par le Chantier Bonin[1] et n'étaient, traditionnellement, pas numérotés mais « lettrés ». La construction fut ensuite assurée par les Chantiers et Ateliers de Meulan[1].

L'AS Corsaire regroupe un grand nombre de propriétaires de Corsaire et organise des régates pour ceux-ci. Depuis plusieurs années le National Corsaire réunit une cinquantaine de bateaux durant la première semaine complète du mois d'août avec une pointe à 74 lors de l'Édition du Cinquantenaire à Port-la-Forêt en 2004.

En 1998, Regatissima regroupa 134 Corsaires sur la même ligne de départ à Grandson en Suisse.

C'est un bateau marin et très sûr. Si c'est surtout la régate qui a permis sa survie, il est aussi utilisé en navigation côtière. Une transatlantique sans escale depuis la France a également été réussie en 2010[2], preuve que le bateau est capable de tenir la mer.

En régate, il court selon des règles de monotypie très strictes (tous les bateaux sont identiques, la course à l'armement est limitée). Inutile d'avoir des grands moyens pour faire bonne figure dans les classements.

Une version destinée à courir dans le JOG (Junior Offshore Group)[3], permettant aux petits bateaux de courir en haute mer, comporte les différences suivantes par rapport à la version de base :

  • gréement en tête
  • quille au lieu d'une dérive
  • lest augmenté de 40 kg
  • diminution de la baignoire de cockpit
  • adjonction d'un pataras


Les régates majeures de la série[modifier | modifier le code]

Parmi une vingtaine d’épreuves proposées

La Coupe de Rivière[modifier | modifier le code]

Créée au début des années 1980, c’est la seule régate du calendrier qui fait courir, au niveau national et en temps réel, des Corsaire et des Cap Corse. Elle se déroule toujours en eaux intérieures (cours d’eau, étangs ou lacs). L’Île-de-France en a souvent été le théâtre mais elle s’est aussi disputée, à plusieurs reprises, sur l’Erdre et le lac de la Forêt d’Orient. La Vilaine, le Lac Léman... restent des possibilités intéressantes. Depuis le milieu des années 1990, la participation est supérieure à 20 bateaux. La « Fonfon Cup » est remise à la première féminine du classement général. Cette initiative, due à Yannick Mazières, a apporté un intérêt supplémentaire à cette épreuve et n’est certainement pas étrangère à la participation soutenue constatée . La Coupe de Rivière 2014 se déroulera, pour la première fois, dans le magnifique cadre de l’estuaire de la Rance à Plouër sur Rance.

La Myth of Malham Cup[modifier | modifier le code]

Du nom du bateau de John Illingworth, architecte naval britannique, qui offrit en 1958, cette coupe que l’Ascorsaire remet chaque année au vainqueur de cette régate dont la première édition s’est disputée à Brest en 1958 avec 9 Corsaire au départ. À l’origine, « La Myth » se courait presque exclusivement en Manche et en Mer du Nord, sur des parcours de 40 à 60 milles, avec des possibilités de navigation de nuit. Le record de durée est certainement de 21h15 au Havre en 1965 ! Elle a également touché des ports étrangers anglais et belges. Même si elle a été sensiblement adoucie depuis l’époque des pionniers, la Myth reste une régate d’un jour longue, pouvant être rendue difficile par les conditions de navigation. Elle a toujours révélé des équipages complets, bon barreurs et excellents navigateurs. Jusqu’en 1985 elle se disputait à une date et dans un port différents du National. Depuis Pornic, les 2 régates phares de la série se courent sur le même plan d’eau au début du mois d’août. Ce regroupement convient à la majorité puisque le nombre de concurrents est passé de 9 en 1985 à 58 en 2007 à Locmiquélic. L’édition 2013 s’est déroulée comme en 1958, dans le magnifique cadre de la Rade de Brest.

Le National[modifier | modifier le code]

Depuis sa première édition en 1959 à La Rochelle, le National est la fête annuelle du Corsaire et des Corsairistes. Disputé durant les 4 jours suivants la Myth, il emprunte des parcours relativement courts (environ 15 milles) permettant ainsi à tous les concurrents, équipages familiaux, débutants, croisiéristes, mordus de la régate... de participer dans de bonnes conditions. Les problèmes logistiques (grutage, place au port...) sont pris en compte par l’organisation. La vocation première du Corsaire étant la croisière côtière, les parcours et les escales sont choisis pour permettre aux équipages de passer 2 ou 3 nuits à bord, hors du port d’accueil. Des animations, des repas en commun sont, le plus souvent possible, organisés par les clubs. Dans ce domaine, les escales à Houat en 2003, aux Glénan en 2004, à l’Ile d’Aix en 2006 et l’échouage à Lanvéoc en 2013 resteront dans les mémoires... ! Cette pratique crée, autour du National, un environnement très convivial et offre aux débutants la possibilité de réaliser ce qu’ils n’oseraient peut-être pas entreprendre seuls. Les tenants de la régate ne sont pas non plus oubliés puisqu’aux 4 parcours côtiers s’ajoutent 2 parcours tactiques. La rade de Brest, idéale pour la navigation d’habitables-transportables comme le Corsaire, a permis un National 2013 à la fois très disputé sur le plan sportif et particulièrement festif grâce au sens de l’accueil et aux capacités d’organisation de nos camarades brestois.

Il est toujours fabriqué :

  • en bois par le chantier Pichavant à Loctudy (France) ;
  • en plastique par le chantier Franck Roy à La Rochelle ;
  • en matériaux composite par le chantier MB composite à Yverdon (Suisse, au bord du lac de Neuchâtel).

Le corsaire n'est plus fabriqué par le chantier Amiguet à St-Gingolph. Le chantier a fermé en 2011.

Soixantenaire du Corsaire[modifier | modifier le code]

Le Myth of Malham Cup et le National Corsaire (3 au 8 août 2014) s'est déroulé dans un contexte et cadre (Carantec) exceptionnel: le soixantième anniversaire du Corsaire. L'engouement suscité par le National Corsaire 2014 est étonnant: d'anciens corsairistes, et non des moindres, qui ont acheté un Corsaire pour être sur la ligne de départ, d'autres qui ont recherché un bateau, des chantiers qui ont préparé plusieurs Corsaire,... La réunion de 66 bateaux habitables pendant presque une semaine reste une performance rare.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Pierre Fromageot et Pierre Garin, Le Corsaire : un demi siècle de navigation,
  2. Orange Caraïbes
  3. http://www.allboatsavenue.com/j-j-herbulot-le-corsaire-un-deriveur-legendaire/

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes [modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :