Artimon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voile d'artimon en rouge (tapecul), sur un gréement bermudien (yawl).
L'artimon du Regina Maris est la grande voile aurique à la base du mât arrière.

L’artimon ou voile d'artimon est la voile basse principale portée sur le mât d'artimon d'un voilier à deux mâts ou plus[1] (le mât d'artimon étant le mât le plus à l'arrière d'un voilier, derrière le grand mât[2]).

Sur les grands voiliers, le pavillon national était frappé sur la corne d'artimon.

L'Artimon du Christian Radich est la voile carrée à la base du mât arrière associée à une brigantine portée par le même mât.

Étymologie et sémantique[modifier | modifier le code]

Le mot artimon à une origine variable suivant les sources : il pourrait être issu du bas latin de Gênes artimonus, littéralement: « voile du mât », dérivant du latin classique artemo, artemonis qui signifie « petite voile »[3],[4], ou du grec artemôn[5].

Le terme anglais mizzen sail désignant la voile d'artimon[1] est un faux ami de la voile de misaine (voile du mât de misaine) qui s'appelle foresail en anglais.

Definition[modifier | modifier le code]

Gréement carrée[modifier | modifier le code]

Sur les gréements carrées comme pour les gréements auriques, le mât d'artimon présente toujours une brigantine[6] (voile aurique) rarement associé à une deuxième voile basse carrée : la voile d'artimon ou voile barrée[6](crossjack en anglais[7],[8]). L'artimon pouvant parfois désigner à tors la brigantine[6] sur les gréements carrés.

Gréement auriques[modifier | modifier le code]

Sur les gréements auriques et bermudiens, la voile basse du mât d'artimon présente toujours une seule voile (à corne, houari ou bermudienne) qui est la voile d'artimon[7] qui correspond sur les gréements aurique à la brigantine. Pour un gréement au tiers, on parle de taille-vent[7] pour désigner cette voile, et lorsque le mât d'artimon est situé à l'arrière du gouvernail, la voile qu'il porte s'appelle tapecul[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Guide des termes de marine (Chasse Marée, 1997), page 62
  2. Dictionnaire de marine R.Grüss (1943)
  3. Jal, p. 185-190
  4. « http://stella.atilf.fr/Dendien/scripts/tlfiv5/advanced.exe?8;s=2490057915; »
  5. Dictionnaire de la Mer (Jean MERRIEN, Edition Omnibus, 2001), Pages 48-49
  6. a b et c Guide des termes de marine (Chasse Marée, 1997), pages 4 et 5
  7. a b et c Dictionnaire de la Mer (Jean MERRIEN, Edition Omnibus, 2001), Pages 48-49
  8. (en) « https://www.merriam-webster.com/dictionary/crossjack »
  9. Guide des termes de marine (Chasse Marée, 1997), page 57

Voir Aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Auguste Jal, Glossaire nautique: répertoire polyglotte de termes de marine anciens et modernes, Paris, Firmin-Didot frères, 1848, (OCLC 8977183)
  • Collectif, Guide des termes de marine : Petit dictionnaire thématique de marine, Le Chasse Marée - Armen, , 136 p. (ISBN 290370872X)
  • Michel Vergé-Franceschi, Dictionnaire d'Histoire maritime, éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins »,
  • Jean Merrien, Dictionnaire de la mer : Savoir-faire, traditions, vocabulaire, techniques, Omnibus, réédition 2001 (réimpr. 2014), 861 p. (ISBN 9782258113275)

Articles connexes[modifier | modifier le code]