Jean-Jacques Herbulot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Herbulot.
Jean-Jacques Herbulot Sailing pictogram.svg
Vaurien dinghy.svg
Contexte général
Sport Voile
Biographie
Nationalité sportive Drapeau de la France France
Naissance
Lieu de naissance Belval (Ardennes)
Décès (à 86 ans)
Lieu de décès Blois

Jean-Jacques Herbulot[1] né le à Belval (Ardennes) et mort le à Blois est un architecte naval français. Il est l'auteur de plus de 68 plans de voiliers[2], dont certains modèles populaires comme le Vaurien (dériveur), la Caravelle, le Corsaire et le Mousquetaire. Jean-Jacques Herbulot est reconnu comme l'un des acteurs de la démocratisation de la voile dans les années 1950[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Vaurien et Cavale

Navigateur et régatier[modifier | modifier le code]

En 1928, il découvre la voile sur un monotype de Chatou, près de Paris. Il navigue en régate comme équipier à Deauville sur le 8 m J.I. Aile VI de Virginie Hériot qui remporta la Coupe de France en 1929. De 1930 à 1939 il a été plusieurs fois sacré champion de France sur son Star no 686, Tramontane. Il représente la France aux Jeux olympiques de Los Angeles en 1932 en Star , avec son Tramontane, il échoue au pied du podium, tandis que Jacques Lebrun remporte la médaille d'or en snowbird, la série solitaire. Il sera également sélectionné aux Jeux olympiques de Kiel en 1936 en Star avec un nouveau star nommé Fada, aux Jeux olympiques de Torquay en 1948 en Firefly et aux Jeux olympiques de Melbourne en 1956 en 5,50 m J.I..

Les débuts[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille d'ingénieurs, il suit des études d'architecture à l'École des Beaux-Arts et devient architecte DPLG en 1930. Il effectue son service militaire dans l'aviation (lieutenant de réserve). En 1937 il construit le premier exemplaire du Sharpie 9 m2, monotype de rivière choisi par le CVP (le Cercle de la Voile de Paris). En 1940, pendant l'occupation, il entreprend de construire un voilier, avec des moyens réduits : des planches qu'il va chercher à vélo, un rabot à maquettes, des outils de fortune ; ce sera le Dinghy Herbulot de 4,50 m. Il crée aussi à cette époque l'Argonaute[4], un petit voilier d'initiation à quille, utilisé dans les centres de voile créés par le Commandant Rocq à l'instigation du ministre des sports de Vichy , le tennisman Jean Borotra. Après la guerre, de retour à Paris, il passe un concours de l'administration et devient architecte du 13e arrondissement. En 1946, il s'associe à François Sergent, architecte naval, pour concevoir le Grondin, un petit voilier de croisière de 6,60 mètres destiné à la construction amateur. Les plans de ce bateau seront repris en 1957 pour remplacer le bois par du contreplaqué.

Il régate activement dans les années 1940 et 1950 sur le bassin de Meulan dans la série des Caneton , toutefois les bateaux à bouchains vifs de construction classique qu'il dessine dans le cadre de cette série « à restrictions » sont moins efficaces que les dessins d’André Cornu ou de François Sergent, en partie à cause de fonds au « V » trop marqué.

Pour les Glénans[modifier | modifier le code]

Philippe Viannay,célèbre Résistant, fondateur du Centre Nautique des Glénans, est séduit par l'Argonaute, dont il a récupéré après la libération un certain nombre d'exemplaires dans une base de voile crée à l'instigation du régime de Vichy. Il lui demande de dessiner un voilier plus grand, capable de naviguer en mer, le Cotre des Glénans. Dans les années 1950, une collaboration durable va s'établir entre Herbulot et le Centre Nautique. Les valeurs de simplicité et de sécurité issues de cette école de voile combinées au savoir-faire de cet architecte pour utiliser le contreplaqué marine à la place du bois massif vont aboutir à la création de bateaux fonctionnels et peu coûteux. Pour remplacer l'Argonaute, il dessine le dériveur léger Vaurien (1951)[5] qui va connaître un grand succès : il est produit à ce jour à plus de 36 000 exemplaires. Il dessine une prame de service qui recevra une voilure en 1952 et deviendra la fameuse Caravelle des écoles de voile[6]. L’architecte pense à un bateau d’initiation à la croisière côtière : ce sera la naissance du Corsaire.

Voiliers habitables[modifier | modifier le code]

Le Corsaire (1953), construit depuis à plus de 3000 exemplaires, est son dessin de voilier habitable le plus connu. Il sera suivi par beaucoup d'autres, d'abord construits en contreplaqué, puis aussi en stratifié et en aluminium : la Corvette (1957)[7], le Maraudeur (1958), le Cap Vert, le Cap Camarat (1959), la Frégate (1960), le Pacha, le Midship et le Milord en plastique (1961), la série des As (As de Trèfle, As de Cœur, As de Pique) et l'Aventure en contreplaqué, le Noroît et la Galaxie (coques en aluminium) en 1962 et 1963, l'Océanix, le Mousquetaire (1965), le Mousquetaire Club, la Cavale, le Mirage 722 en aluminium (1966), l'Etendard, ketch de croisière en stratifié (1968).

Ses plus grands voiliers seront en contreplaqué, non plus à bouchains vifs mais en formes[Note 1]: le Gouverneur (1965), l'Ambassadeur, l'Empereur 14,50 m et la famille des Gallian et Beaufort dont le plus grand fait 18 m.

Toujours dans le concept "contreplaqué et faible tirant d'eau", il dessine plusieurs voiliers à dérives relevables, le Baladin (1976), le Velizy II (1978) et le Sinagot (1981), un dériveur intégral (bi-dérive) de 8,40 m en contreplaqué, dessiné à la demande de Pierre Viannay. Un de ses derniers plans doit être le Figaro Six (1982), lui aussi en contreplaqué et dériveur comme le Vaurien trente ans plus tôt.

L'utilisation du contreplaqué[modifier | modifier le code]

Jean-Jacques Herbulot était convaincu des capacités du contreplaqué. Il part d'un constat simple : la construction navale traditionnelle (en bois massif) est complexe et longue à mettre en œuvre; la quantité de bois nécessaire rend les constructions lourdes et onéreuses. Le contreplaqué, de par ses caractéristiques mécaniques supérieures, sa rigidité et sa légèreté, utilise au mieux les qualités du bois. Cloisons et aménagements intérieurs faisant raidisseurs constituent une part importante de la structure primaire qui est simplifiée et allégée; les membrures sont supprimées et les bordés en contreplaqué participent à la structure du bateau. Ce choix structurel donne à ces voiliers leur allure caractéristique de coques à facettes dites à "bouchains vifs"[8].

Exemples[modifier | modifier le code]

J.J Herbulot : « Le Corsaire ... conçu en particulier pour utiliser au maximum les possibilités qu'offrait la construction en contreplaqué marine... les dimensions principales et en particulier sa longueur ont été déterminées par celles des feuilles standard du contreplaqué. » « Le Trèfle été dessiné pour essayer de tirer le meilleur parti de la construction en contreplaqué... L'un des principaux points du programme étant d'obtenir un prix de revient aussi bas que possible, la recherche de la simplicité, tant dans les formes que dans la structure, a été la règle permanente. C'est donc dans cet esprit qu'une seule cloison en contreplaqué épais a remplacé le caisson épontille des dessins précédents, que les sièges de cockpit ont été montés jusqu'au pont, qu'un aileron spécial fixe porte-lest a été préféré au système dérive aileron porte-lest. »[9].

Les années contreplaqué[modifier | modifier le code]

La conception de voiliers légers en contreplaqué est une étape caractéristique de l'évolution de l'architecture navale. Elle a été lancée en France par Herbulot et continuée dans les années 1953-1965 par Costantini (le Jauge C en 1953[10], le Tarann en 1961, Pen Duick II), Philippe Harlé (Muscadet, Armagnac), André Mauric (Challenger) et d'autres. Un précurseur de l'emploi du contreplaqué est l'architecte naval hollandais Van de Stadt (en), avec le 6,50 m Valk[11]en 1939 et le 12 m Zeevalk[12]en 1949.

Plans pour les constructeurs amateurs[modifier | modifier le code]

Cette nouvelle approche structurelle et la technique du bois collé permettent aux constructeurs amateurs d'aborder la construction en contreplaqué et en bois moulé : après le Grondin 57, ce seront le Cap Horn 6,50 m (en 1955) et puis le Cap Corse 5,75 m, dérivé du Corsaire, proposés en kit ou sur plans, puis en 1957 le dériveur léger Dinghy 4,25 m renommé ensuite Boucanier.

Le Vaurien avait acquis en 1965 le statut de série internationale attribuée par l' I.Y.R.U , ce qui interdisait la construction amateur. Début 70 Herbulot proposa une méthode de construction contre-plaqué destinée à la construction amateur. Les plans du Vaurien sont toujours disponibles auprès de l'association de cette classe monotype[13].

La construction du Corsaire ne se faisait que professionnellement sur mannequin; dès 1974, le mode de construction a été revu par Herbulot pour la construction amateur : la coque est montée sur un ensemble de 4 cloisons qui forment, avec le gabarit de montage et les carlingues, une structure qui reçoit les bordés et le pontage. L’utilisation des résines époxy et la pratique du joint congé[14] ont facilité les techniques d’assemblage et de finition[15].

En 1975, le journal Le Figaro lancera la diffusion du plan d'un croiseur côtier le Figaro 5 dont quelque 2000 plans seront vendus en trois ans. Il sera suivi en 1982 par celui du Figaro 6.

Maître voilier[modifier | modifier le code]

Avant guerre, il fait ses voiles lui-même, avec l'aide d'Hélène qui deviendra son épouse. Il en fait aussi pour les autres. J.J. HERBULOT a également développé et produit, de 1950 à 1960, le spinnaker à laizes en diagonales qui équipera presque tous les 5,50 M JI des Jeux de Melbourne (en 1956) et le 12 M JI anglais Sceptre pour la Coupe de l'America (en 1958).Pour réaliser cet immense spinnaker (la jauge 12M JI ne limitait pas la bordure des spis à l'époque), il réquisitionne la salle de bal de la mairie du 13° arrondissement ainsi qu'une escouade de petites mains venues des ateliers de mode parisiens[16].

Le Challenger britannique Sceptre dessiné par David Boyd et barré par Graham Mann est un bateau nettement inférieur au Defender américain, (Le très réussi Columbia , sur plans Sparkman et Stephens, barré par Briggs Cunningham, régatier mais aussi coureur automobile) mais sur les bords de largue et de vent arrière , lorsque les spis Herbulot à chevrons sont envoyés ils permettent au bateau britannique de refaire en partie son retard et même de reprendre temporairement la tête de la régate, sans toutefois lui assurer la victoire au classement général.

Jean-Jacques Herbulot nous parle des spinnakers de course et de croisière dans un article de la revue Nautisme[17]

Publications[modifier | modifier le code]

  • L'accastillage (l'équipement technique) des dériveurs de compétition[18].
  • "La bonne conduite du Vaurien", texte et dessins de Jean-Jacques Herbulot, avec une introduction de Philippe Viannay (1954)
  • "Yachting léger Au vent arrière", Les Cahiers du yachting no 50 janvier 1956.
  • "Le choix d'un voilier", "Quelques yachts de course-croisière", dans "le grand Livre du Yachting", tome II Plaisance, Éditions René Kister, Genève, 1957.
  • "Les règles de priorité en course"[19].
  • "Les barres automatiques" (régulateur d'allure ou pilote automatique)[20].
  • "A bord d'un 12 m JI"[21].
  • "Des Voiliers Pour Tous par la construction amateur" en 1969.

Ses voiliers[modifier | modifier le code]

Une Caravelle (dériveur)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. en contreplaqué marine ployé et collé sur lisse selon un brevet déposé par lui-même
  2. Voilier à cabine en contreplaqué, deux couchettes, 1964
  3. 1946, construction classique avec des bordés en acajou, à dérive ou à quille, gréement houari ou marconi, construit par des amateurs et par des chantiers, 600 unités
  4. Le Mis-Ship : canot à voile et moteur, La Prairie, 1973
  5. deuxième version en 1969 [1]

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Notice BnF no FRBNF12612720q
  2. Herbulot, ses réalisations [2]
  3. Voir le chapitre 1953, Le Corsaire dans Daniel Charles, Bateaux du siècle, Paris, Arthaud, (ISBN 2-7003-1286-4)
  4. http://asvaurien.fr/jj-herbulot/ses-realisations/149-argonaute.html
  5. Le prototype du Vaurien est construit par Baptiste Aubin. Les Cahiers du Yachting no 104 juillet 1960
  6. La Caravelle [3]
  7. Prototype construit par Metge et Paul à Caen-Ouistreham, mis à l'eau en 1958, les Cahiers du Yachting no 76 mars 1958
  8. d'après Florence Herbulot, dans [4]
  9. Nautisme-l'Auto journal no 1, janvier 1963
  10. voilier 6,60 m [5]
  11. Valk [6]
  12. Zeevalk [7]
  13. La construction amateur du Vaurien [8]
  14. http://cnsl.naoonet.free.fr/construction_amateur/assemblages/joint_conge.htm
  15. AsCorsaire [9]
  16. Parlons "spi", revue bateaux no 6 novembre 1958
  17. Nautisme no 2, février 1963, pages 57-59
  18. Revue Bateaux no 1
  19. Bateaux n° 14 juillet 1959
  20. Revue Bateaux no 44, janvier 1962
  21. A bord d'un 12 m JI, revue Bateaux no 68, janvier 1964
  22. l'Argonaute [10]
  23. As de pique [11]
  24. Quelques bords sur l'As de pique, revue Bateaux no 55, décembre 1962
  25. Le trèfle au banc d'essai, Nautisme-L'auto journal no 1, janvier 1963. Quelques bords sur l'As de Trèfle, revue Bateaux no 72, mai 1964
  26. a et b Nautisme-Les cahiers du yachting, no 24 décembre 1964
  27. Dériveur intégral (bi-dérive) en contreplaqué [12]
  28. ketch 14 m, Essor Naval du midi, dans Neptune Nautisme no 118, janvier 1973
  29. À la barre du Beaufort 16, revue Bateaux no 179, avril 1973
  30. À la barre du Boucanier (ou Dinghy 4,25 m), revues Bateaux no 5, oct 1958 et Bateaux no 60, mai 1963
  31. Vedette basée sur une coque de Maraudeur, Bateaux no 7 déc 1958, une photo dans Bateaux n°14
  32. À la barre du Brick, revue Bateaux no 77, octobre 1964
  33. À la barre du Cap Corse, revue Bateaux no 79, décembre 1964
  34. A la barre du Cap-Horn, bateaux no 8 janvier 1959. Bateau de Jean Lacombe dans la première Transat en solitaire (1960), revues Bateaux no 39 et 40
  35. À la barre du Cap Vert, revue Bateaux no 18, novembre 1959
  36. La Caravelle[13]
  37. ou Caravelle Cigogne, une Caravelle lestée dotée d'un petit rouf
  38. À la barre de la Cavale, revue Bateaux no 125, octobre 1968
  39. À la barre du Corsaire, revue Bateaux no 2 juillet 1958 avec une introduction par son architecte et dans Bateaux no 59, avril 1963
  40. À la barre du Corsaire JOG, revue Bateaux no 41, octobre 1961
  41. À la barre de la Corvette, revue Bateaux no 5, octobre 1958
  42. Coup d'œil sur le Cotre des Glénans, revue Bateaux no 5, octobre 1958
  43. Le dinghy Herbulot en bois [14]
  44. Un ketch économique pour l'école et la croisière, Nautisme no 40, avril 66
  45. À la barre de l'Etendard, revue Bateaux no 126, novembre 1968
  46. Flibustier avec une quille à bulb de 80 kg, revue Bateaux no 45, février 1962 et n° 61 page 119
  47. Figaros 5,10 m et 6,10 m [15]
  48. À la barre du Flibustier, revue Bateaux no 101, octobre 1966
  49. À la barre de la Frégate, revue Bateaux no 43, décembre 1961
  50. version aluminium de la caravelle, revue Neptune Nautisme no 9, octobre 1963 et revue Bateaux no 89, octobre 1965
  51. A bord du Gallian 13, Les Cahiers du Yachting, no 168 déc 1976
  52. version modifiée 1957, dans la revue Bateaux no 5, octobre 1958
  53. Coque de Pacha, gréement ketch, destiné aux écoles de voile. Coup d'œil dans Bateaux no 82, février 1965. Essai sur la Seine dans Nautisme no 27 mars 65
  54. dériveur habitable, dans Bateaux no 45, en 1962
  55. quillard de sport en contreplaqué à double bouchain, dans Bateaux no 70, mars 1964 (coque en construction), Bateaux no 77, octobre 1964 et dans Bateaux no 83, avril 1965
  56. À la barre du Liberté, revue Bateaux no 74, juillet 1964
  57. À la barre du Maraudeur, revue Bateaux no 15, août 1959
  58. À la barre du Midship, revue Bateaux no 67, décembre 1963
  59. coque en stratifié, dans Quelques bords sur le Milord, revue Bateaux no 84, mai 1965
  60. À la barre du Mousquetaire, revue Bateaux no 85, juin 1965
  61. Premier modèle du chantier Le Guen et Hemidy (en aluminium), Coup d'œil sur le Mirage 722, revue Bateaux no 134, juillet 1969
  62. Noroit, coque en aluminium, pont en contreplaqué, revue Bateaux no 45, février 1962
  63. première version en 1965, Coup d'œil sur l'Oceanix, Bateaux no 120, mai 1968
  64. À la barre du Pacha, revue Bateaux no 44, janvier 1962
  65. Quelques bords sur le Picnic, revue Bateaux no 50, juillet 1962
  66. Dériveur intégral 1981 [16]
  67. 1967, coque et pont plastifiés, Essor Naval du Midi
  68. dérivé du Kotick, Coup d'œil sur le Super kotick, revue Bateaux no 136, septembre 1969
  69. version plastique du Corsaire, Quelques bords sur le Surcouf, revue Bateaux no 86, juillet 1965
  70. À la barre du Vaurien, revue Bateaux no 17, octobre 1959
  71. http://www.hisse-et-oh.com/articles/825-vulcain-mode-d-emploi
  72. Dériveur intégral (bi-dérive) en contreplaqué, Les Cahiers du yachting no 186 juin 1978