Xavier Fontanet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fontanet.

Xavier Fontanet, né le à Malestroit, est un chef d'entreprise français. Il est membre du conseil d'administration du Groupe l'Oréal, Schneider Electric et du Centre des Professions Financières[1] depuis 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est l'un des cinq enfants de Joseph Fontanet, ancien ministre et secrétaire général du Mouvement républicain populaire, assassiné en 1980 à Paris.

Après des études au lycée Saint-Louis-de-Gonzague et une classe préparatoire au lycée privé Sainte-Geneviève, il intègre l'École nationale des ponts et chaussées. Son diplôme d'ingénieur obtenu, il suit un Master of Science in Management au MIT à Boston. Il commence sa carrière au Boston Consulting Group (1974-1981) avant d'occuper le poste de directeur général chez Bénéteau (1981-1986) puis directeur central de la restauration et directeur général d'Eurest à la Compagnie des wagons-lits.

En 1991, il est nommé directeur général du groupe Essilor, puis PDG de 1996 à 2010. C'est Hubert Sagnières qui prend sa succession à la direction générale du groupe. Xavier Fontanet quitte la présidence du conseil d'administration en 2012, au profit du même, qui cumule les deux fonctions.

Il est également président du comité d’éthique du MEDEF.

En 2007, il contribue à la Commission pour la libération de la croissance française, dite commission Attali.

En octobre 2010, il publie Si on faisait confiance aux entrepreneurs — L'entreprise française et la mondialisation (Les Belles Lettres), synthèse de son expérience de dirigeant, et ouvre un blog sur le même thème.

En 2014, dans Pourquoi pas nous ?, il tente d'analyser les raisons du déclin économique de la France. Il avance comme raison essentielle l'hypertrophie du secteur public et l'hyperfiscalité française : « La part de la sphère publique est aujourd'hui de 57 % du PIB, un record du monde, alors qu'elle était de 27 % en 1973[2]. » Pour sortir de ce déclin, il propose de réfléchir sur les solutions adoptées par l'Allemagne, la Nouvelle-Zélande et le Canada[3].

Il est professeur de stratégie à HEC.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Si on faisait confiance aux entrepreneurs - L'entreprise française et la mondialisation, Les Belles Lettres, 2010
  • Pourquoi pas nous ?, Les Belles Lettres-Fayard, 240 pages, 2014

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Conseil d'Administration », sur Centre des Professions Financières, (consulté le 29 juillet 2014)
  2. Comment traiter pour de bon l'interminable mal français, lesechos.fr, 12 septembre 2014
  3. Les 3 modèles qui devraient inspirer la France pour redresser l'économie, Vincent Beaufils, challenges.fr, 8 septembre 2014

Liens externes[modifier | modifier le code]