Chevry (Ain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chevry
Chevry (Ain)
Mairie de Chevry.
Blason de Chevry
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Gex
Intercommunalité Pays de Gex Agglo
Maire
Mandat
David Munier
2020-2026
Code postal 01170
Code commune 01103
Démographie
Gentilé Chevrysiens
Population
municipale
1 980 hab. (2018 en augmentation de 41,83 % par rapport à 2013)
Densité 339 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 16′ 51″ nord, 6° 02′ 13″ est
Altitude Min. 457 m
Max. 580 m
Superficie 5,84 km2
Unité urbaine Crozet
(banlieue)
Aire d'attraction Genève - Annemasse (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Thoiry
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Chevry
Géolocalisation sur la carte : Ain
Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Chevry
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chevry
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chevry
Liens
Site web ville-chevry.fr

Chevry est une commune française, située dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants s'appellent les Chevrysiens et les Chevrysiennes[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Territoire[modifier | modifier le code]

Chevry est une commune faisant partie du pays de Gex et située à environ 6 km de la frontière avec la Suisse.

Outre son chef-lieu, réparti entre Chevry-Dessus (avec la mairie) et Chevry-Dessous (avec l'église), la commune possède plusieurs hameaux : Brétigny, Véraz et Naz-Dessous.

Quatre rivières traversent son territoire : l'Allondon, la Janvoin, le Grand Journans et le Petit Journans.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est du type semi-continental dégradé[2], avec des hivers froids et des étés chauds. Les précipitations, peu fréquentes, sont plus nombreuses en été qu'en hiver, saison où elles sont souvent neigeuses.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Chevry est une commune urbaine[Note 1],[3]. Elle fait en effet partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[4],[5]. Elle appartient à l'unité urbaine de Crozet, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[6] et 3 950 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Genève - Annemasse (partie française), dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 158 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (69,3 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (65,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (29,2 %), terres arables (26 %), prairies (14,1 %), zones urbanisées (13,8 %), forêts (12,9 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (4 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de Chevry se confond avec celle du Pays de Gex.

Sous l'Ancien Régime, Chevry était une paroisse dépendant de la prévôté de Gex.

En 1793, elle devient une commune rattachée au canton de Gex.

En 2015, elle est rattachée au canton de Thoiry à la suite du redécoupage des cantons.

La commune disposait d'une gare sur la ligne de Collonges - Fort-l'Écluse à Divonne-les-Bains (frontière), ouverte en 1899. La ligne a fermé en 1980[13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Chevry est membre de l'intercommunalité Pays de Gex Agglo, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Gex. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[14].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Gex, au département de l'Ain et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[15]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Thoiry pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[15], et de la troisième circonscription de l'Ain pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[16].

Politique locale[modifier | modifier le code]

Lors du premier tour des élections municipales de 2020 dans l'Ain, une seule voix d'écart séparait la liste menée par le maire sortant, Jean-François Ravot (222 voix) et celle menée par son ex bras droit et ex-adjoint, Thierry Leyvraz (223 voix). Toutefois, la liste d'émargements comprenant 9 anomalies concernant le vote par procuration, le tribunal administratif de Lyon a annulé le scrutin à la demande du maire sortant et de nouvelles élections sont organisées à l'automne 2020. D'ici-là, la commune est administrée par une délégation spéciale mise en place par arrêté du sous-préfet de Gex et de Nantua[17],[18],[19].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1989 1995 Henri Pils DVG Directeur d'école
1995 2001 Jean-François Ravot DVG Ingénieur
2001 2008 André Émery DVD Restaurateur
2008 mai 2020 Jean-François Ravot DVG Retraité
Vice-président de l'intercommunalité (avant 2014)[20]
mai 2020[21] juillet 2020 Thierry Leyvraz[22] DVG Informaticien
Élection de 2020 annulée par le Tribunal administratif de Lyon.
juillet 2020[19] octobre 2020 Délégation spéciale    
octobre 2020[23] En cours David Munier    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[25].

En 2018, la commune comptait 1 980 habitants[Note 3], en augmentation de 41,83 % par rapport à 2013 (Ain : +4,54 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
358416439473482481482501527
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
482421414411410411395398414
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
396388385373398345345309303
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
3133465746377338031 0651 2171 459
2018 - - - - - - - -
1 980--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Éducation[modifier | modifier le code]

Le village compte deux écoles : l'école Françoise-Dolto ainsi que l'école Sainte-Marie.

Économie[modifier | modifier le code]

La principale activité économique de la commune est l'agriculture. La commune est située dans l'aire de production de l'indication géographique protégée (IGP) Coteaux-de-l'Ain (appellation Coteaux-de-l'Ain Pays de Gex).

Comme dans la plupart des communes du pays de Gex, la majorité des habitants travaillent en Suisse voisine, principalement à Genève.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de Chevry est une propriété privée qui a longtemps appartenu à la famille Girod de l'Ain. Ce château a été construit en 1879 par le baron Édouard Girod de l'Ain. Le domaine s'étend sur plus de dix hectares, et possède un parc face au mont Blanc. De nombreuses essences d'arbres sont présentes, telles que chênes plusieurs fois centenaires, pins noirs, séquoia, hêtre pourpre.
  • L'origine de l'église Saint-Maurice remonte au XIIe siècle. Sa charpente et son clocher ayant été ravagés par un incendie en mai 2012[28], elle a été restaurée à l'identique et rendue à ses fidèles en avril 2015.
  • Le monument aux morts.
  • L'ancienne gare ferroviaire.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Chevry (Ain) Blason
D'azur aux trois pals alésés d'argent, celui du milieu incliné en bande.
Détails
Armes de la famille d'Aubonne de Lussery.
Armoiries conçues par M. A. Malgouverné, adoptées par la commune en 1981[29].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé, sur habitants.fr
  2. « Le climat français », sur http://www.meteorologic.net/ (consulté le ).
  3. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  4. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le )
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  6. « Unité urbaine 2020 de Crozet », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le )
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  12. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  13. « Le blog sur les gares SNCF : Gare de Chevry (01) », sur garessncf-fr.over-blog.com, (consulté le )
  14. « Pays de Gex Agglo - fiche descriptive au 1er avril 2020 », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le )
  15. a et b « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Chevry », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  16. « Découpage électoral de l'Ain (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  17. Coralie Dhenein, « Chevry : situation inédite, de nouvelles élections pourraient avoir lieu! », sur lessorsavoyard.fr, L'Essor savoyard, (consulté le )
  18. « Municipales 2020 : Dans l'Ain, 16 recours auprès du tribunal administratif de Lyon », sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes (consulté le )
  19. a et b Communiqué - Installation d'une délégation spéciale, Mairie de Chevry, 29 juin 2020.
  20. Coralie Dhenein, « Jean-François Ravot : « Nos valeurs orientent l’avenir de Chevry » : L’actuel maire de Chevry souhaite mener à son terme le projet de centre-bourg. Il conduira donc la liste « Chevry, Demain » aux municipales de mars 2020 », Le Messager,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. Suzanne Bell, « Malgré des élections annulées, Thierry Leyvraz est le nouveau maire de Chevry », Le Dauphiné,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. Coralie Dhenein, « Chevry : Thierry Leyvraz candidat aux élections municipales : Thierry Leyvraz conduira la liste « Chevry, autrement » aux prochaines élections municipales face au maire sortant », Le Messager,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. Suzanne Bel, David Munier, élu maire de Chevry : « Aujourd’hui, nous avons “Chevry Uniquement” », Le Dauphiné libéré, , consulté le .
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  26. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  28. Sébastien Colson, « L’église de Chevry totalement dévastée par les flammes », sur leprogres.fr, Le Progrès, (consulté le ).
  29. 01 103 - CHEVRY, L'Armorial des villes et des villages de France, consulté le 19 août 2020.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]